Archives quotidiennes :

Appel au djihad à la mosquée Omar à Paris

Extrait du documentaire israélien avec des journalistes infiltrés dans des mosquées françaises et dans les instituts de l'UOIF. Le moment choc du reportage repose sur l’enregistrement d’un prêche du vendredi de la mosquée Omar Ibn Al Khattab (2 rue Morand, 75011), la plus fréquentée de Paris, à la quarantième minute du documentaire visionnable intégralement ici.  

« Dieu renforce l’Islam et les musulmans. Donne à qui soutient la religion, la victoire ! Et abats les idolâtres ! Et extermine les ennemis de la religion ! Continues à soutenir tous nos frères Moudjahidines [les soldats du djihad]. Allah hisse l’étendard du djihâd !»

Lire la suite de l'article

Euthanasie : Le ministre de la Santé n’est pas favorable à une nouvelle loi

Agnès Buzyn, auditionnée par la commission des Affaires sociales du Sénat, considère que la loi actuelle en la matière, la loi Claeys-Léonetti (qui permet la sédation profonde et prolongée…) « suffit » :

Lire la suite de l'article

MC Arnautu : la journée de la femme, c’est bon pour les fleuristes et les féministes extrémistes

Réaction de Mme Arnautu, député FN au Parlement européen, à la Journée de la femme :

DXxf342WAAAqp5GDe son côté, le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a défendu le gender (qui n'existe pas) devant le Parlement européen la semaine dernière :

Lire la suite de l'article

“L’avènement de l’Islam dans de nombreux quartiers sonne le glas de la liberté des femmes”

De Mylène Troszczynski, Député européen du groupe ENL :

Unknown-13"Depuis l’affaire Weinstein, c’est la « Journée de la femme » tous les jours. Et c’est tant mieux ! Lancée en 1911, cette journée est désormais solennisée annuellement à grand renfort de publicité. Souvent détournée à des fins mercantiles ou politiciennes… en général très sexistes, elle est devenue l’occasion d’opérations marketing de grande ampleur. Cette année, Emmanuel Macron ira dans une entreprise « exemplaire » en matière d’égalité professionnelle. Édouard Philippe, quant à lui, organise un comité interministériel spécial « Journée des droits des femmes » au musée Marie-Curie. Il apparaît clairement que c’est un passage obligé.

Mais en faire un peu trop, n’est-ce pas desservir la cause ? Car qui peut croire que la défense du droit des femmes nécessite en permanence de les opposer aux hommes ? Fonder son action sur un prérequis ségrégationniste, c’est la disqualifier de fait. Or, l’égalité homme-femme passe par la complémentarité et non par l’oppostion. Nous devrions refuser de faire de la femme un homme comme les autres. Loin de toute indifférenciation délétère, la femme devrait pouvoir participer à la vie de la cité en étant considérée avec toutes ses spécificités. Actrice de la vie économique ou leader de l’organisation sociale, son rôle et ses qualités ne sont plus à démontrer. Elle a, d’ailleurs, été un acteur très actif de toutes les réformes de ces quarante dernières années.

Depuis quelques années se fait malheureusement jour une ombre que les féministes bon teint taisent consciencieusement et qu’il est urgent d’aborder. Il s’agit du droit des

Lire la suite de l'article

L’avortement est une douleur morale que vous gardez toute votre vie

Dans son livre qui vient de paraître, la comédienne Capucine Anav témoigne de son avortement. Opposée à cette idée au début de sa grossesse, l'avis contraire de son petit ami et les conseils de sa mère semblent l'avoir convaincu :

"Je suis restée là, de longues minutes, à regarder la barre du verdict, dans cette petite fenêtre. J'avais besoin de me recentrer. Je n'avais pas peur de lui annoncer la nouvelle, non. Je ne savais juste pas comment lui dire que je comptais mener ma grossesse jusqu'à son terme. L'avortement n'était pas envisageable pour moi, ce n'était pas la peine d'y penser.

Quelques mois auparavant, j'avais présenté un exposé en sciences où je disais clairement que l'avortement n'était pas une option. Que l'on ne pouvait pas avoir le pouvoir de supprimer une vie, ôter la vie à un être qui n'a rien demandé et qui n'a aucun moyen de se défendre. Clairement pour moi, c'était une aberration (…)

C'est d'abord une douleur physique, comme si on pressait, tordait essorait votre bas-ventre. Et puis la douleur devient morale, c'est une question que vous gardez toute votre vie : 'Est-ce que j'ai bien fait ? Est-ce que c'était vraiment la seule option ? Quand j'y pense aujourd'hui je me dis (ou plutôt je me convaincs) : 'Heureusement que je l'ai fait.' Je n'aurais jamais mené ma vie de cette manière, connu autant de choses, bref, je n'aurais pas été celle que je suis aujourd'hui, c'est certain. (…) Ce

Lire la suite de l'article

Pilule contraceptive et AVC

Lu sur Gènéthique :

"La mise à jour d’un rapport initialement publié dans Medlink Neurology en 2003 a été faite sur les liens entre contraception hormonale et accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Il distingue les différentes formes d’AVC : AVC hémorragiques pour lesquels il ne semble pas y avoir d’incidence, et les AVC ischémiques, beaucoup plus fréquents (85% des AVC) pour lesquels la prise de contraceptifs oraux augmente la tension artérielle et rend le sang hypercoagulable (plus susceptible de coaguler).

Il conclut que la prise de contraceptifs hormonaux  « devrait être découragée » si les femmes présentent d’autres facteurs de risques de maladie cardiovasculaire. Ces facteurs de risque comprennent l'hypertension artérielle, la cigarette et les migraines, en particulier les migraines avec des troubles sensoriels tels que des éclairs de lumière et des picotements dans les mains ou le visage.

Ce rapport met également en évidence la nécessité d’améliorer les rapports médecin-patiente : 15% des patientes, dûment averties par leur médecin des risques encourus, continuaient à prendre des contraceptifs oraux."

Lire la suite de l'article

Le renouveau de la Russie

Dans l'Incorrect, Fabrice Sorlin dresse le portrait du renouveau en Russie. Extraits :

Couverture-7-2"[…] Si la Russie connut un véritable renouveau spirituel dès la libéralisation de la religion en 1991, la période bolchévique laissa en revanche plus de traces dans certains domaines sociétaux. C’est le cas notamment de la GPA, faiblement utilisée quoique banalisée, et de l’avortement dont les chiffres sont encore très élevés. Apparue la première fois en 1995 dans un contexte d’instabilité politique et de chaos sociétal, la GPA fut autorisée comme « remède » à l’hiver démographique que traversait le pays et fut encadrée en 2012 par une loi. Cependant la GPA, qui en 2015, concernait 508 naissances, ne fait toujours pas l’unanimité en Russie. Plusieurs fois, des voix politiques se sont élevées pour dénoncer «cette violation flagrante des droits de l’enfant ». Durant l’été 2017 déjà, un projet de loi fut soumis à la Douma pour la faire interdire mais fut finalement rejeté. Reprise en mains par Anna Kuznetsova (mère de six enfants), conseillère aux droits de l’enfant auprès de Vladimir Poutine, cette loi va à nouveau être en discussion à la Douma prochainement. Et elle aura le soutien de l’Église orthodoxe russe, en première ligne depuis longtemps pour condamner cette pratique.

L’avortement, quant à lui, fut utilisé comme moyen de contraception dès son autorisation en 1920, et se banalisa à tel point qu’en 1965, le ministère de la Santé russe enregistra un pic vertigineux de 5,5 millions d’avortements dans l’année. Ce chiffre diminuera progressivement pendant de

Lire la suite de l'article

Le Monde mélange inégalité et défense de l’enfant à naître

Selon ces journalistes-militants, les pays qui interdisent l'avortement traitent inégalement les femmes.

C'est pourtant l'inverse : lorsque la femme n'est pas aidée pour mettre au monde son enfant, qu'elle subit les pressions de son entourage et de la société, comme en France, alors là nous pouvons dire qu'il y a inégalité de traitement avec les pays qui soutiennent la famille et la natalité :

Capture

Commentaires (1)

Avec ces êtres sans consciences du mal et du bien, la mort d'un enfant à naître est devenue une banalité. La France a rejoint la liste des Etats criminels en 1975.

Rédigé par : Stephe | 8 mar 2018 12:20:00
____________________________________

Lire la suite de l'article

L’abrogation de la loi Taubira pourrait disparaître du programme du futur FN

C'est l'interprétation donnée par Europe 1 suite à la fuite (volontaire ?) des premiers résultats de la consultation interne réalisé par le FN en vue de sa refondation :

"À la lecture du questionnaire, certains vont avoir des surprises", a confié Marine Le Pen à Europe 1. En effet, les militantes frontistes sont moins conservateurs qu’il n’y parait. Sur l’euthanasie, par exemple, alors que Marine Le Pen est plutôt contre, les adhérents, eux, sont majoritairement pour.

L’union civile entre homosexuels ne leur pose pas non plus de problème. "Marine a eu raison de ne pas défiler avec la Manif pour tous", réagit l'un de ses amis. L’abrogation de la loi Taubira pourrait donc bientôt disparaître du programme. En revanche, PMA et GPA restent rejetés en bloc.

Autre marqueur historique du programme du parti fondé par Jean-Marie Le Pen : la peine de mort. Aujourd'hui, les frontistes n’en veulent plus et préfèrent, comme la fille de l'ancien leader, la mise en place d'une perpétuité réelle."

Lire la suite de l'article

Un nouveau type d’aliénation : celui du corps de la femme

A l’occasion de la Journée internationale des droits de la Femme, Marianne Durano, auteur de Mon corps ne vous appartient pas, a accepté de répondre aux questions des AFC sur le rôle et la place de la femme dans la société, et sur sa vision du féminisme. Extrait :

Durano"Je pense qu’aujourd’hui on voit l’émergence d’un nouveau type d’aliénation : celui du corps de la femme. Les femmes sont soumises aux techniques qui viennent les exproprier de leurs corps. La contraception n’est rien d’autre qu’une mise sous contrôle, une mise sous – grande – dépendance du corps médical, où le médecin saurait mieux que la femme comment elle doit gérer son corps, sa sexualité… finalement, son couple, sa vie de famille, sa vie tout court.

Alors que précisément c’est la femme qui sait ! Son corps lui appartient : son corps, c’est elle, et c’est elle qui est la mieux placée pour le sentir, le comprendre, le vivre. Expropriation de son corps également par le marché inouï de la procréation face auquel il faut clamer la dignité du corps de la femme. Le corps de la femme n’est ni à louer, ni à vendre. Le corps n’appartient pas aux laboratoires pharmaceutiques : « je suis mon corps ».

« Mon corps m’appartient ». Le titre de votre ouvrage reprend le slogan des « féministes » pro contraception et qui, au nom de ce même light motiv, justifient « leur droit, leur liberté, leur choix » clamé dans

Lire la suite de l'article

UE : le groupe de Visegrad, une alternative au fédéralisme

D'Olivier Bault sur RITV :

Groupe-Visegrad-V4-défense-parlements-valeurs-chrétiennes-immigration-Budapest-5-e1520445694365"Réunis à Budapest le vendredi 2 mars, les représentants des parlements du V4, ou Groupe de Visegrád (Hongrie, Pologne, Slovaquie, Tchéquie), ont confirmé leur intention de prendre ensemble la défense d’autres politiques pour l’Union européenne en redonnant un rôle accru aux parlements nationaux, en défendant les valeurs européennes comprises comme étant les valeurs chrétiennes et en promouvant des politiques favorisant la natalité plutôt que l’immigration de masse voulue par Bruxelles, Paris et Berlin en réponse à la crise démographique. Pour compenser le départ du Royaume-Uni, leur allié traditionnel avec lequel ils veulent un accord garantissant les meilleures relations possibles tout en respectant le résultat du référendum sur le Brexit, les quatre pays militent en faveur d’un nouvel élargissement de l’UE vers l’Est (Moldavie) et dans les Balkans occidentaux. Néanmoins, les participants aux rencontres parlementaires de Budapest ont mis en garde contre une reproduction par l’UE du modèle yougoslave dans cette région : les identités et les particularités nationales doivent être respectées. […]

Comme lors de la réunion informelle de début décembre, les seuls médias français à couvrir cette rencontre étaient ceux de la réinfosphère : Réinformation.TV, le Visegrád Post, le quotidien Présent et TV Libertés. Pourtant, le V4 pèse son poids. Ainsi que l’a fait remarquer le ministre des Affaires étrangères hongrois Péter Szijjártó vendredi devant les parlementaires des quatre pays, le commerce extérieur de l’Allemagne avec le V4 est de 54 % supérieur à celui de l’Allemagne avec la France et vaut trois fois celui

Lire la suite de l'article