Archives quotidiennes :

La Divine Box remporte le prix des Bernardins et le prix du public

DXodBLiXUAI9JgiCe soir se tenait la troisième édition de Pitch my church, à l'occasion de laquelle le Collège des Bernardins s’est associé à Eglise et Innovation Numérique. Elle vise à présenter des projets numériques au service de l'Eglise : existants, en développement ou en réflexion, afin de leur permettre de rencontrer leurs potentiels/futurs utilisateurs.

La soirée se déroulait en deux temps : tout d'abord, des porteurs de projets pitchent pendant 4 minutes devant un public, puis un village de l'innovation qui rassemble une trentaine de stands pour présenter d'autres projets ou idées innovantes et qui utilisent le numérique au service de l'Eglise.

C'est la Divine Box qui a remporté le prix Bernardins et le prix du public. Il y a un an nous vous présentions cette initiative, aventure dans laquelle se sont lancés deux frère et soeur pour valoriser le savoir-faire monastique gourmet et l’épicerie fine Made in Abbayes. Et effectivement l'artisanat monastique a tout pour plaire : les confitures sont élaborées avec les fruits du verger, les terrines avec les animaux de la ferme du monastère, et le vin avec les vignes de l’abbaye. Bref, c’est naturel, sain et Made in France !

Divine Box, c’est une box mensuelle de produits monastiques avec une nouvelle thématique chaque mois avec par exemple : box des monastères spéciale apéro, autour de la vigne, à la découverte du chocolat etc… Les clients peuvent s’abonner pour 3 mois, 6 mois, ou sans engagement de durée, et peuvent choisir deux tailles : la Divine Box des curieux (environ

Lire la suite de l'article

L’Etat ne financera plus l’avortement en Virginie occidentale

Unknown-8Les députés de Virginie-Occidentale ont adopté par 75 voix contre 25 un amendement constitutionnel intitulé « Pas de droit constitutionnel à l’avortement », ainsi libellé :

« Rien dans cette Constitution ne garantit ou ne protège un droit à l'avortement ou ne requiert le financement de l'avortement. »

Le texte a déjà été adopté par les sénateurs de l’Etat, le 9 février, par 25 voix contre 9. Voté par plus des deux tiers des élus, il n'a pas besoin de l'approbation du gouverneur, et sera soumis à référendum le 6 novembre, lors des élections de mi-mandat.

Cette procédure va de pair avec un projet de loi qui a été déposé en même temps, qui vise à interdire le financement de l’avortement par fonds publics (Medicaid), dès que la mesure ne pourra plus être attaquée sur le plan constitutionnel.

Lire la suite de l'article

Censure de France Info : “Des mecs comme vous [en Algérie] on les égorge”

France Info titre :

Capture d’écran 2018-03-06 à 19.28.48Et en vrai :

"C'est une jeune femme, accompagnée de sa fille de quatre ans, qui les a violemment insultés, en poussant leurs achats sur le tapis de la caisse. "Des mecs comme vous, en Algérie, on les égorge", a notamment lancé cette femme, avant d'appeler, par téléphone, un de ses amis pour lui dire qu'il fallait les "buter"."

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 6 mars…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 6 mars : saints du jour français ou en France.
    • St Fridolin de Säckingen, abbé en Allemagne († VIe s.)

À Säckingen dans le sud de l'Allemagne, vers le VIIe siècle, saint Fridolin, abbé. Venu, dit-on, d'Irlande, il séjourna d'abord à Poitiers près du tombeau de saint Hilaire, puis pérégrina à travers la Gaule, et aboutit à Säckingen, où il fonda un monastère double en l'honneur de saint Hilaire.

  • St Chrodegand (ou Chrodegang), évêque de Metz († 766)

À Metz, en 766, saint Chrodegand, évêque, qui rédigea une règle de vie, pour les prêtres de son diocèse qu'il réunit en chapitres de chanoines, pour qu'ils vivent dans la vertu à l'intérieur du cloître; il promut aussi merveilleusement le chant d'Église.

 Son nom offre bien des variantes : Chrodegangus, Chrotgandus, Godegrand, Rotgandus, etc

  • Ste Colette de Corbie, clarisse († 1447)

Sainte Colette Vierge, réformatrice des Clarisses (1380-1447)

Colette est née à Corbie, en Picardie. Ses parents se désolaient de ne pas avoir d'enfants ; ils prièrent saint Nicolas. Lorsqu'ils reçurent cette petite fille, ils lui donnèrent le nom du saint protecteur : Nicole, en diminutif familier Colette.

Orpheline à dix-huit ans, elle obtint du père Abbé d'un monastère voisin, la possibilité d'entrer chez les béguines d'Amiens malgré son âge. Elle n'y reste qu'un an jugeant leur vie trop douce. Même déception chez les bénédictines, puis chez les clarisses. Son père spirituel est franciscain et

Lire la suite de l'article

Après les Oscars et les Césars, voilà les Bobards

Lundi 12 mars aura lieu la neuvième cérémonie (parodique) des Bobards d’or. Comme l’explique Jean-Yves Le Gallou au micro de Boulevard Voltaire, elle récompense les « meilleurs des journalistes », ceux qui n’hésitent pas à mentir délibérément pour servir le politiquement correct. Elle est organisée, depuis 2010, par la fondation Polémia. Pour s’inscrire à cette soirée, qui se déroulera au théâtre du Gymnase Marie-Bell (38, boulevard Bonne-Nouvelle, 75010 Paris) ou voter, voir ici.

CaptureDonald Trump a remis, quant à lui, les Fake News Awards depuis la Maison-Blanche. Est-il gratifiant d’avoir inspiré un président américain ?

C’est plutôt satisfaisant, d’autant plus que nous savons très bien comment cela s’est passé. L’an dernier, à la 8e cérémonie, nous avions reçu le responsable de Breitbart News. Il avait trouvé la cérémonie très amusante et il avait dit qu’il la ferait connaître aux États-Unis. C’est ce qu’il a fait. L’information a circulé dans les milieux de la Maison-Blanche et Donald Trump a repris la formule sous le nom de Fake News Awards. Il a ainsi distingué onze ou douze médias américains qui s’étaient tout à fait distingués dans le mensonge à son égard. Les idées sont faites pour circuler et nous sommes tout à fait ravis si une de nos idées est reprise dans le monde, en particulier si c’est par un président américain.

Les Bobards d’or contribuent-ils également, comme le souhaite Emmanuel Macron, à combattre les fake news ?

Les Bobards d’or combattent les mensonges des médias dominants. Ce sont, de loin,

Lire la suite de l'article

La différence entre les homosexuels et les “homosexualistes”

6a00d83451619c69e201b8d2dc4a04970cInterrogé dans la revue LGBT Friendly, Jean-Marie Le Pen assure n'être « pas du tout » homophobe.

« D'ailleurs la plupart de mes collaborateurs sont homosexuels ». « Je fais bien la différence entre les homosexuels et les “homosexualistes” qui sont ceux qui transforment leur choix sexuel personnel en idéologie politique ».

« La LGBT, c'est un lobby qui veut peser sur l'opinion, et qui s'érige en représentant d'une communauté sans en avoir le mandat ». « A partir du moment où les homosexuels ne mettent pas leurs mains dans ma braguette ou dans celle de mes petits-enfants, et qu'ils ne se promènent pas avec une plume dans le cul sur les Champs-Elysées, ça m'est égal ».

Par ailleurs, selon lui, les agressions contre les homosexuels « viennent généralement de la part des musulmans, qui ont dans ce domaine un rigorisme plus marqué que d'autres religions ».

Lire la suite de l'article

Pensée unique à l’ENA

Même le jury de l'Ena le dit, avec une petite référence à La Manif Pour Tous:

B_1_q_0_p_0"Dans son rapport sur les concours d’entrée 2017 à l’École nationale d’administration (ENA), le jury fustige les prises de position excessivement prudentes de nombreux candidats.

Manque d’engagement personnel, prudence excessive des candidats voire «frilosité» à s’attaquer aux sujets d’actualité: les rapports annuels du jury des concours d’entrée de l’ENA sont toujours cruels et 2017 ne dépare pas. Si le niveau des 813 candidats présents – pour 80 places – est considéré comme «bon voire très bon» pour les disciplines techniques comme les questions internationales ou les finances publiques, trop nombreux sont les aspirants énarques qui «récitent des fiches», utilisant tous les «mêmes formules», incapables de les justifier, comme cette phrase de Kissinger, «l’Europe, quel numéro de téléphone?», citée dans cinq copies.

Lorsque les prestations s’approchent plus d’un étalage de culture que d’un raisonnement, le jury s’agace. Confronté à d’abondantes références littéraires, historiques, ou cinématographiques, «souvent strictement identiques d’une copie à l’autre» lors des épreuves plus générales, il rappelle qu’il «ne s’agit en aucun cas de l’éblouir par des connaissances mais bien de lui donner à percevoir qui l’on est, pourquoi on présente ce concours».

Très souvent, les futurs techniciens de l’administration pensent plus à donner au jury «la bonne réponse supposée» qu’à la resituer dans un contexte et la nuancer. Ils ont ainsi presque tous considéré que la décision de la mairie de Paris de fermer à la circulation les voies sur berge

Lire la suite de l'article

Cécile Edel sur l’avortement : ” Aujourd’hui on parle de droit fondamental alors pourquoi n’évitons pas à la femme un tel drame ?

Anticipant la diffusion ce soir d’un “documentaire” à charge contre les milieux pro-vie sur Arte, Jean-Marc Morandini a organisé un débat objectif et bien mené entre Cécile Edel, présidente de Choisir la vie, et Fatime Benomar, féministe, sur Cnews.

On peut retrouver sur la vidéo ci-dessous à partir de 21’45” ce débat où Cécile Edel a été remarquable par son courage, son éloquence et la force de ses convictions face à une adversaire pourtant rompue aux plateaux de télévision. 

Lire la suite de l'article

Le courage de Bernard de La Villardière face à la tentative de lynchage par l’équipe d’Hanouna

Sur Boulevard Voltaire, Gabrielle Cluzel consacre un article à Bernard de La Villardière, un journaliste courageux, un vrai qui fait son boulot jusqu'au bout. Dans Le Figarovox, ce dernier revient sur le «clash» qui l'a opposé sur C8 aux chroniqueurs de l'émission de Cyril Hanouna. Il regrette l'impossibilité d'aborder certaines questions dans un débat médiatique qui tourne à vide :

Images-2“Il y a des arènes dans lesquelles il ne faut pas consentir à combattre” me disait ma grand-mère bouddhiste. Je tente de respecter cette maxime. J'étais bien conscient, avant de m'installer l'autre jour sur le plateau de l'émission de Cyril Hanouna sur C8 «Touche Pas à Mon Poste» (TPMP), que je violais cette consigne. Cette invitation est en fait un traquenard mûrement préparé. Je sais pourtant que, comme le catoblépas, la société médiatique dévore ses propres membres pour satisfaire son goût du spectacle et nourrir le buzz.

Mais je suis ce soir-là en service commandé afin de promouvoir un film sur les forces françaises en Guyane. Produit par ma société, Ligne de Front, il est diffusé juste après TPMP. Je pense donc que je vais être bien traité par le grand Mamamouchi du PAF. Je tombe de haut. En quelques minutes, des chroniqueurs presque unanimes vont offrir un florilège des méthodes de diabolisation et d'instrumentalisation qui permettent à une certaine caste de disqualifier toute opinion différente de la leur. Je déclare que de mon point de vue, le hijab est une régression. On m'accuse de vouloir l'interdire, ce

Lire la suite de l'article