Archives quotidiennes :

Neuvaine de prière au Saint Enfant-Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

Sans titre6ème semaine du dimanche 4 mars au samedi 10 mars

Thème de méditation de la 6ème semaine : La Présentation de Jésus au Temple

Pour aider à méditer sur le thème de cette 6ème semaine

PRÉSENTATION DE JÉSUS AU TEMPLE (Luc 2, 22-35)

L’évangile de l’Enfance selon saint Luc est écrit pour des chrétiens venus du paganisme. Il a donc le souci, pour accréditer son récit dont les faits sont étrangers à la plupart de ses lecteurs, de le replacer dans le déroulement de l’histoire en donnant quelques points de repères majeurs : l’empereur Tibère, le gouverneur Ponce-Pilate, le tétrarque Hérode, les pontifes Anne et Caïphe (cf. Luc 3, 1-2). L’évangéliste montre ainsi le sérieux de son récit au plan historique rendant crédible son témoignage. Mais il veut aussi, pour ses lecteurs, rattacher Jésus bien sûr à la grande tradition juive : ce pourquoi, dans son évangile et dans les Actes, il revient incessamment à ce point de départ qu’est la communauté de Jérusalem. Il montre ainsi combien la mission aux nations païennes, ad gentes, s’enracine dans l’élection d’Israël, comme l’a bien montré le livre du cardinal Lustiger intitulé La Promesse. L’ouverture universelle de la Nouvelle Alliance à toutes les Nations ne se fait pas sans cet enracinement dans la Promesse faite aux Juifs dans la première Alliance, une Promesse sans repentance, avec "l’adoption filiale, la gloire, les alliances, la Loi, le culte, les promesses et aussi les patriarches". (Rm, 9,4)

C’est

Lire la suite de l'article

Pas question de recevoir des militants LGBT au Vatican

Unknown-27Le cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie est revenu le 1er mars sur la polémique autour de l′organisation d’une conférence au Vatican intégrant des militants LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Le 8 mars, l′association Voices of Faith (Voix de la Foi) organisera à Rome une conférence autour de la place de la femme dans l′Eglise. L’objectif de cette manifestation est de “donner aux femmes catholiques les moyens de prendre part” aux décisions dans l’Eglise. La date de la conférence est choisie en fonction de la célébration de la Journée internationale des femmes, le 8 mars.

Originellement, la conférence aurait dû se tenir à la Casina Pio  IV, au Vatican. Le 2 février, deux participantes et militantes LGBT avaient été refusées par le cardinal Farrell en raison de leur position “contraire à l’enseignement de l’Eglise” :

  • l’ancienne présidente d’Irlande Mary McAleese, une catholique qui a étudié le droit canon à Rome,
  • l’avocate ougandaise Ssenfuka Juanita Warry, fondatrice d’une association de défense des personnes LGBT en Ouganda.

Toutes deux ont été barrées de la liste des noms par le cardinal Farrell.

Le fils de Mary McAleese, Justin, est un homosexuel connu, catholique et militant de premier plan lors du référendum sur le mariage homosexuel de mai 2015 en République d’Irlande.

“Ce n′est pas que nous ne voulons pas écouter” ni dialoguer, a assuré le cardinal américain. Mais il faut savoir distinguer “ce qui est à l′intérieur et hors du Vatican”. C′est un point

Lire la suite de l'article

Médecine du désir : « Quel monde voulons-nous pour demain ? »

Témoignage d'un lecteur du Salon beige :

Unknown-28Le 1er mars je me suis rendu à la Mairie du 8ème arrondissement de Lyon, pour un débat sur la PMA organisé par l'Espace Éthique Rhône Alpes. S'intégrant à une série d'événements baptisée « Quel monde voulons-nous pour demain », la conférence s'intitulait « PMA : vers une nouvelle conception de l'humanité ? »

Un professeur en médecine animait les débats, sorte de Monsieur Loyal bonhomme invoquant la toute puissance du législateur dès lors que pointait une incohérence. Un médecin, s'honorant d' « avoir fait toute sa carrière dans la PMA », nous a ensuite expliqué que, pour qu'il y ait « projet parental », il suffisait qu'on soit prêt à importer l'embryon dans une matrice. Puis une autoproclamée philosophe nous a dit que, selon la sagesse kantienne, le foetus n'était pas une personne, puisque celui-ci étant un sujet ne pouvait être auteur de ses propres lois. Enfin, une avocate à la voix fébrile nous a rassurés, affirmant que le cadre légal protégeait la PMA de tout eugénisme. Le problème était que, dix minutes avant, Docteur Folamour nous avait bien rappelé que les donneurs de sperme devaient être des porteurs sains, sans antécédent génétique.

S'ensuivit un débat, courtois et contradictoire. Les uns opposèrent aux propos entendus la souveraineté des droits de l'enfant, les dangers d'une parenté endommagée, la douleur que susciterait une filiation dissimulée. Les autres s'offusquèrent : on ne comprenait pas leur souffrance, ils avaient bien droit à l'engendrement puisqu'ils étaient des infertiles sociaux. La discussion s'envenima, tout opposant à la

Lire la suite de l'article

Pro-avortement, un sénateur se voit refuser l’accès à l’Eucharistie

Unknown-26Le Sénat américain a échoué à interdire l’avortement après 20 semaines de vie du foetus, à cause de 14 élus catholiques qui avaient voté contre le projet soutenu par l’administration du président Trump. Le sénateur américain Richard Durbin a été l'un des 14 catholiques à voter contre le projet de loi sur la protection de l'enfant à naître.

Dans un communiqué du 13 février, Mgr John Paprocki, évêque de Springfield dans l’Illinois, a décrété que le sénateur Richard Durbin, vu son « obstination persistante relativement à un péché grave et manifeste », ne pouvait plus désormais être « admis à la sainte communion jusqu’à ce qu’il se repente ». Mgr Paprocki s’est appuyé pour motiver sa décision sur le droit de l’Eglise qui stipule que ceux qui

« persistent obstinément dans un péché grave et manifeste ne doivent pas être admis à la sainte communion ».

Cette disposition a pour but de « provoquer un changement de cœur », précise le prélat qui ajoute que

« le sénateur Durbin était autrefois pro-vie. Je prie sincèrement avec l'espoir qu'il se repentira ».

Richard Durbin est membre du parti démocrate américain ; il est âgé de 73 ans.

Lire la suite de l'article

Marie Mère de l’Eglise, désormais fêtée le lundi de Pentecôte

Décret de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements sur la célébration de la bienheureuse Vierge Marie Mère de l’Eglise dans le Calendrier Romain Général :

DXXHb2XXUAANZmM"La joyeuse vénération dédiée à la Mère de Dieu dans l’Eglise contemporaine, à la lumière de la réflexion sur le mystère du Christ et sur sa propre nature, ne pouvait pas oublier cette figure de Femme (cf. Gal 4, 4), la Vierge Marie, qui est à la fois Mère du Christ et Mère de l’Eglise.

Ceci était déjà en quelque sorte présent dans la pensée de l’Eglise à partir des paroles prémonitoires de saint Augustin et de saint Léon le Grand. Le premier, en effet, dit que Marie est la mère des membres du Christ, parce qu’elle a coopéré par sa charité à la renaissance des fidèles dans l’Eglise; puis l’autre, quand il dit que la naissance de la Tête est aussi la naissance du Corps, indique que Marie est en même temps mère du Christ, Fils de Dieu, et mère des membres de son Corps mystique, c’est-à-dire de l’Eglise. Ces considérations dérivent de la maternité de Marie et de son intime union à l’œuvre du Rédempteur, qui a culminé à l’heure de la croix.

La Mère en effet, qui était près de la croix (Jn 19, 25), accepta il testament d’amour de son Fils et accueillit tous les hommes, personnifiés par le disciple bien-aimé, comme les enfants qui doivent renaître à la vie divine, devenant ainsi la tendre mère de l’Eglise que le

Lire la suite de l'article

Etats généraux de la bioéthique : la présence de personnes proches de la Manif pour tous est massive

C'est un constat de Mediapart :

"À Nice, le débat sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes s’est déroulé sans qu'on entende les lesbiennes et les femmes célibataires. Lors de ces états généraux de la bioéthique, la présence de personnes proches de la Manif pour tous est en revanche massive."

Et cela énerve l'avocate LGBT Caroline Mecary, qui insulte les militants LMPT :

Vincent Daniel, journaliste à France Info mais aussi militant LGBT se demande si ces débats ne vont finalement pas permettre d'abandonner le projet d'extension de la PMA :

Pour participer aux débats sur la bioéthique, je vous rappelle que le programme est par ici.

Lire la suite de l'article

Il y a 55 ans : mon grand-père Jean Bastien-Thiry

De Benoît Gauthier pour les lecteurs du Salon beige :

Images-5Une figure forte d’intégrité et de fraternité qui honore notre pays. C’est ainsi que je vois mon grand-père Jean Bastien-Thiry. Ce grand militaire qui, en 1962 alors que la crise des événements d’Algérie battait son plein, se révolta contre la politique menée par son pays et par le sort réservé à ses compatriotes musulmans et pieds-noirs. Il alla au bout de ses convictions en organisant l’attentat du Petit-Clamart en août 1962 contre le chef de l’Etat Charles de Gaulle. Arrêté, il dénonça sans langue de bois le pouvoir qu’il jugeait criminel, ce qui lui valut d’être condamné à mort et exécuté.

Jean Bastien-Thiry inscrivit son action dans le cadre de la légitime défense de ses compatriotes. Homme de foi et de devoir, il se sentit pleinement concerné par le sort de ses concitoyens qu’il voyait menacés. Menacés physiquement dans l’immédiat en Algérie, mais aussi menacés plus globalement dans l’avenir par l’émiettement de principes moraux et de valeurs qui ont façonné notre civilisation, expliqua-t-il devant ses juges.

Mon grand-père aimait profondément ses proches, mais avait fait le serment de défendre son pays et les valeurs qu’il représente en donnant sa vie s’il le fallait. Son premier devoir était la défense de l’Etat de droit et de ses « frères dans le malheur », comme il l’exposa lors de son procès. En visant le chef de l’Etat qu’il considérait indigne de sa fonction, le chef du commando du Petit-Clamart appelait notamment l’Etat

Lire la suite de l'article