Archives quotidiennes :

Charlotte d’Ornellas : “La fidélité orléanaise n’est pas physique, elle est spirituelle”

Très belle tribune de Charlotte d'Ornellas [elle-même choisie pour incarner Jeanne d'Arc en 2002 à Orléans] à propos de la triste polémique sur Mathilde et Jeanne d'Arc :

Orleans-presentation-jeanne-2018-mathilde-edey-gamassou_3637503"C’est vrai, Jeanne d’Arc était blanche. Et Mathilde ne lui ressemble pas physiquement. Sur le reste, l’essentiel, aucune candidate ne lui ressemblait plus. C’est l’unique raison pour laquelle elle vient d’être élue (comme toutes celles qui l’ont précédée).

Personne ne s’intéresse jamais, au niveau national, à ces Fêtes Johanniques. Il a fallu attendre la polémique provoquée par les origines béninoises de cette jeune fille pour que les projecteurs se braquent sur une fidélité populaire aussi ancienne qu’exceptionnelle. Depuis, tout le monde commente ce choix sans trop comprendre le contexte particulier de cette élection. Pour qui n’est pas Orléanais, ne pas connaître les fêtes de Jeanne d’Arc n’est pas blâmable… Mais ne pas chercher à mieux les comprendre avant de polémiquer l’est déjà beaucoup plus.

Le fait que Mathilde ait des origines béninoises n’a eu absolument aucun impact ni dans sa candidature, ni dans son élection. À Orléans, c’est Jeanne que l’on remercie, et c’est la France que l’on célèbre. Point barre. Ce rappel vaut également pour les journalistes et hommes politiques qui ont immédiatement relevé – pour s’en réjouir – les origines africaines de Mathilde. Ils sont les premiers à « discriminer », qu’ils le veuillent ou non. 

Car soyons honnêtes jusqu’au bout : la réaction exaspérée de ceux qui ne connaissent pas ces fêtes est à première vue compréhensible, à une époque où l’Histoire

Lire la suite de l'article

Le père de Mathilde : “Sa foi entière est catholique, elle aime Jeanne d’Arc, elle est son héroïne”

Le père de Mathilde a été interrogé à propos de la polémique visant sa fille. Loin des viles polémiques, ses réponses sont très dignes et méritent le respect :

Imaginiez-vous que la désignation de votre fille pour figurer Jeanne générerait un tel tumulte ?

À moins d’être devin, on ne pouvait pas imaginer cela. Mais quand on fait vivre les valeurs de Jeanne… En tout cas, cela nous dépasse tous. La polémique prend de l’ampleur car Jeanne d’Arc est au cœur de la société française

Comment Mathilde traverse-t-elle cette période ?

Elle est transfigurée. Elle prépare son pélerinage avec l’association Orléans – Jeanne d’Arc qui débutera dimanche sur les traces de Jeanne. Sa foi entière est catholique, elle aime Jeanne d’Arc, elle est son héroïne.

N’est-elle pas touchée par les messages racistes dont elle a fait l’objet ?

Elle pense à Jeanne, à ce qu’elle a subi sur le bûcher. Elle aussi a été insultée (…)

La spiritualité peut être un refuge. Il n’empêche que ces messages peuvent perturber…

La force de Mathilde est sa foi catholique. Elle ne s’en remet qu’à Dieu et à Jeanne d’Arc.

Que pensez-vous de la décision du procureur de la République d’Orléans d’ouvrir une enquête préliminaire pour provocation à la haine raciale ?

Je n’en ai rien à penser. Il fait ce qu’il veut. Moi, en tout cas, je ne porterai pas plainte contre ceux qui ont insulté ma fille. Il est temps en France d’accepter le débat. Je leur accorde le pardon. Cela

Lire la suite de l'article

Sexualité : le message de l’Église est non seulement recevable, mais le monde n’attend que ça !

Soucieuse d'offrir aux jeunes de notre société un regard nouveau sur la sexualité, Anne-Sixtine Pérardel – conseillère en vie affective et sexuelle – vient de publier Révolutionner sa vie affective – 10 exercices pour réussir. (vendu à plus de 2000 exemplaires en 3 mois et en cours de traduction). Revenir sur une idée fondamentale : apprendre à s'aimer, se connaître avant d'aimer et de construire sa vie en posant des choix qui correspondent à ce que nous sommes. Pas si simple dans une modernité destructrice de ce qu'est l'homme profondément et de son rapport aux autres; la fameuse «révolution sexuelle» ayant ravagé le regard que l'on peut porter sur soi et autrui. Entretien avec l'auteur :

Perardel-2Les ados semblent décomplexés sur la sexualité. Le sont-ils vraiment ?

A peine pubères, ils se lancent dans des relations amoureuses ou une sexualité précoce. Ils regardent des « sexe-tape » (vidéos à caractère sexuel), s’envoient des « nudes » (photos dénudées ou suggestives envoyés par snapchat ou Instagram)… Cette mode de l’épilation intégrale, ce souci de performance, ce questionnement sur le nombre d’orgasmes sont directement issus de la culture porno. 43% des jeunes disent eux-mêmes que ces images influencent leur sexualité. Pourtant, c’est une apparence qu’ils cherchent à se donner. Ils voudraient montrer qu’ils sont des pros de la sexualité, mais ils se posent d’autres questions. 

Quelles sont les questions que les adolescents se posent ?

Évidemment, il y a toujours des questions anonymes et crues qui tournent autour des « plans à trois », de la « fellation » … Mais en fait

Lire la suite de l'article

Qu’on le veuille ou non, Le Pen, c’est notre histoire

Intéressante critique des Mémoires de Jean-Marie Le Pen dans Le Point. Extraits :

"Le livre est lourd de son poids (450 pages), comme le dossier de Jean-Marie Le Pen épais de ses condamnations et de ses frasques politiques. Mais enfin, ils sont là, ces Mémoires que beaucoup n'attendaient plus et qui finalement paraissent avec pour titre Le Fils de la nation (éditions Muller). Dans un discours mémorable contre les frontières prononcé à l'Unesco, Jean-Paul II s'était proclamé « fils de la nation » polonaise. Les intentions du mémorialiste qui nous occupe, pupille de la nation, ne sont pas de même nature, on le sait. De Jean-Marie Le Pen on croit d'ailleurs tout savoir, du pire au pire, sans jamais voir ce qu'il y a d'autre chez ce monsieur qui anime notre vie politique, même retiré, depuis plus de 50 ans. Alors, on est comme tourmenté quand, à la lecture de son livre, on en vient à avoir quelque émotion pour ce petit Breton qui, la main dans celle de sa mère, les larmes aux joues, s'en va reconnaître le corps de son père sur la plage de Saint-Gildas-de-Rhuys, après que son embarcation a sauté sur une mine : « Malgré maman, j'ai voulu voir et c'était horrible. Le visage n'est qu'une plaie livide, méconnaissable. » On est pris d'un sentiment étrange parce que rattrapé par cette idée, peut-être injuste, y compris lorsqu'il évoque la disparition de sa mère à 60 ans, victime d'un « collapsus », que Jean-Marie Le Pen est de ces personnages pour lesquels on ne saurait montrer la

Lire la suite de l'article

25 février : messe pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à une MESSE TRIDENTINE pour la FRANCE le Dimanche 25 Février 2018 à 10h30, en la chapelle St-Jean-Baptiste de Toulouse (7, rue Mercié – 31000 Toulouse).

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Lire la suite de l'article

Extermination des filles par avortements

Après la Chine et l’Azerbaïdjan, l’Arménie est le troisième pays au monde concernant les avortements ciblés sur les embryons fémininsDevant la menace d’une crise démographique, les avortements en fonction du sexe ont été interdits en Arménie en 2016. Cependant, les familles arméniennes ont encore du mal à voir l’arrivée d’une fille d’un bon œil : avoir un garçon, c’est perpétuer son lignage et assurer un soutien pour sa vieillesse. Le docteur Hrachya Khalafyan, qui dirige le centre médical Sevan à Yerevan, s'alarme :

«Nous perdons 1400 filles par an. À long terme, avec qui se marieront nos garçons ? Comment consoliderons-nous la nation arménienne ? Nous sommes seulement trois millions de personnes. Nous n'avons aucun droit à de telles pertes. Il n'y aura pas de mères pour donner naissance à des filles».

Pas grave, nos savants-fous fabriqueront des filles en éprouvette et les confieront à des mères porteuses…

Lire la suite de l'article

Que dirait-on si un évêque demandait la libération d’un prêtre poursuivi pour viols ?

Kamel-Kabtane_image-gaucheKamel Kabtane, le recteur de la grande mosquée de Lyon, demande la libération de Tariq Ramadan, mis en examen pour viol et viol sur personne vulnérable.

Dans un communiqué co-signé par Azzedine Gaci, le recteur de la mosquée Othmane à Villeurbanne, Kamel Kabtane estime que le maintien en détention provisoire de Tariq Ramadan est incompatible avec son état de santé. L'islamologue suisse souffrirait, en effet, d'une sclérose en plaques.

Nos journalistes, qui sont des personnes douées de cohérence, vont bien évidemment crier au scandale et demander la démission immédiate de ces deux recteurs musulmans…

Lire la suite de l'article

Nadia Remadna : “Dans certains quartiers, une grande majorité adhère à cette radicalisation”

Les journalistes de France Info ne devaient pas s'attendre à ce genre de réponse de la part de Nadia Remadna, fondatrice de la brigade des mères à Sevran, en Seine-Saint-Denis à propos du 4ème plan contre la radicalisation présentée par le gouvernement :

"Je suis très pessimiste parce que je vois la réalité du terrain, je parle avec les gens. Je vois des filles que j'ai connues quand elles avaient 15-16 ans, elles ont aujourd'hui 23 ans, elles sont déjà mamans et voilées de la tête au pied. Je vois aussi des garçons qui ne font plus la bise à leurs copines. Il n'y a plus de mariages mixtes dans les quartiers, on sépare les hommes et les femmes.

On essaie de mettre les valeurs de la République dans les quartiers et se rapproprier l'espace public (…) on a l'impression que dans certains quartiers, une grande majorité [des habitants] adhère à cette radicalisation. On a répondu à la radicalisation par la religion, et je pense que c'est une grande erreur"

Et pendant ce temps-là au gouvernement et dans les médias :

Images

Lire la suite de l'article