Archives quotidiennes :

Le texte liberticide sur les écoles libres a été adopté

Capture d’écran 2018-02-21 à 20.19.52Mercredi 21 février à 14h30, le Sénat a adopté la proposition de loi liberticide visant à encadrer le régime d'ouverture des établissements privés hors contrat, présentée par Françoise GATEL et plusieurs de ses collègues, dans le cadre de l'ordre du jour réservé au groupe Union Centriste. 

Le texte, soutenu par le ministre Jean-Michel Blanquer, a été adopté par 240 voix pour, 94 voix contre. 347 présents et 334 votants.

Dans son numéro du jour, Minute s'étonne du silence de l'enseignement catholique. Alors même que toute école, avant de pouvoir passer un contrat avec l'Etat, doit avoir 5 ans d'existence… hors contrat.

Capture d’écran 2018-02-21 à 20.21.20

Lire la suite de l'article

Marion Maréchal Le Pen : «La droite a besoin d’union et de bienveillance»

Interrogée dans Valeurs Actuelles, Marion Maréchal Le Pen évoque son projet métapolitique et réfute toute ambition électorale. Partant du constat que «la droite enracinée et entrepreneuriale a encore du chemin à faire pour peser concrètement» elle affiche son objectif de renverser la «domination culturelle quasi hégémonique» de la gauche.

Images-2"J'ai décidé de m'associer à la création d'une académie de sciences politiques, à côté d'autres activités professionnelles. L’école que j’accompagne est libre et indépendante. Il ne s’agit pas d’un projet partisan "

"Nous donnerons des armes intellectuelles, culturelles, juridiques, techniques et médiatiques à nos jeunes afin qu'ils soient les plus performants possible dans l'entreprise comme dans l'arène politique"

Le projet de l'établissement sera bel et bien politique. Il s'agit d'organiser un «terreau dans lequel tous les courants de la droite pourront se retrouver et s'épanouir», en formant «les dirigeants de demain».

«La droite a besoin d'union et de bienveillance». 

"Il est temps de s’atteler à des œuvres moins visibles peut-être, plus humbles à certains égards, mais non pas moins efficaces et concrètes".

"La bataille des idées est gagnée à bien des égards, mais elle ne parvient pas à se transformer en victoire électorale. À chaque élection, les financements se font rares, les soutiens limités, les relais compliqués. C’est précisément sur ce rôle que la jeunesse conservatrice de France a une mission d’ampleur à mener. Je suis convaincue que notre famille de pensée doit investir davantage le champ de la métapolitique". 

 

Lire la suite de l'article

Mgr Aupetit : “Je veux bien être conservateur, comme celui du Louvre, qui ne garde que les belles choses et les partage avec tous”

Extrait de l'entretien donné par Mgr Aupetit, archevêque de Paris, dans La Vie :

Maxresdefault-2"[…] Comment définir le progrès ? Est-il technique, humain ? Quand on a trouvé la fission nucléaire, c’était un progrès technique. Mais deux bombes ont fait plus de 200.000 morts au Japon. La technique doit toujours être évaluée par l’éthique. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », écrivait Rabelais. Un marteau est un progrès, mais s’il sert à défoncer le crâne de son voisin, ce n’en est plus un. Un autre exemple : le diagnostic préimplantatoire ou prénatal. Il permet à des bébés d’être opérés in utero ou à la naissance pour leur permettre de vivre. Mais si ce diagnostic sert à détecter une anomalie qui va conduire à une interruption médicale de ­grossesse, il y a bien une différence éthique.

…] Aujourd’hui, réveiller la conscience, c’est le rôle de l’Église. Il y a un enjeu de civilisation, la nécessité d’ouvrir les cœurs à l’attention aux plus faibles. Or, on revient peu à peu à la loi de la jungle, à cet homme en bonne santé, riche, bien portant, qui pourra se payer tout ce qu’il veut, faire du « trans­humanisme » pour lui-même, mettre une puce dans sa tête, mais aux dépens de qui ? De la majorité des gens qui crèveront de faim. […]

L’Église est convaincue de parler et d’agir pour le bien commun, mais elle est souvent perçue comme un lobby ou un groupe de pression qui défendrait sa propre

Lire la suite de l'article

Semi-marathon de Paris : 1 000 personnes courent pour les personnes trisomiques

Ss4wxPrès de  1 000 coureurs ont décidé de “Courir pour la Vie” au semi-marathon de Paris le 4 mars en portant les couleurs de la fondation Jérôme Lejeune. Leur objectif est d’affirmer auprès de l’opinion publique que toute vie mérite d’être vécue et respectée, et particulièrement celle des personnes les plus fragiles.

La levée de fonds servira à soutenir les 3 missions de la fondation Jérôme Lejeune :

  • financer la recherche sur la trisomie 21 et les autres déficiences intellectuelles d'origine génétique,
  • soigner les 9 000 patients de l'Institut Jérôme Lejeune,
  • et défendre la vie.

Courir et lever des fonds pour les personnes trisomiques, c'est aussi une manière de s'engager et de rendre visible cette cause. L'engagement de ce millier de coureurs prouve que cette cause mobilise encore. L’un des organisateurs de l’évènement, Enguerrand Boissonnet, déclare :

« notre société est tenté par le transhumanisme, par un homme augmenté et performant. Dans ce monde, les plus faibles n’auraient pas leur place ! » « Il faut à la fois tenir bon sur nos convictions, et être ouvert au dialogue… Le semi-marathon de Paris permet de nous rendre visible et de communiquer face à face ».

La fondation Jérôme Lejeune se réjouit de cette initiative :

« Nous sommes touchés par la mobilisation de ce millier de personnes pour la cause de la vie. Jérôme Lejeune disait que “la qualité d’une civilisation se mesure au respect qu’elle porte aux plus faibles de ses membres”. Courir pour la vie, c’est courir pour les 9 000 patients que l’Institut Jérôme

Lire la suite de l'article

Le sénateur FN Stéphane Ravier défend la liberté scolaire

La proposition de loi liberticide est en cours d'examen au Sénat :

Lire la suite de l'article

Bobards d’or : les votes sont ouverts

La cérémonie (parodique) des Bobards d’Or distingue, chaque printemps, les « meilleurs des journalistes », ceux qui n’hésitent pas à mentir délibérément pour servir le politiquement correct. Elle est organisée depuis 2010 par la Fondation Polemia.

Vous pouvez découvrir les candidats 2018 et faire votre choix parmi eux. Sans vouloir vous influencer, j'ai un faible pour le Bobard calculette de l'AFP concernant la Marche pour la vie.

Et pour participer à la cérémonie le 12 mars, c'est par là.

DWgZ5TcXcAA18JQ

Lire la suite de l'article

Caroline de Haas : “Un homme sur deux ou trois est un agresseur” … à l’UNEF

ImagesGrâce à une enquête de Libération, il est désormais établi que l'UNEF était un "terrain de chasse sexuelle" entre 2007 et 2015.

Une vingtaine de militantes ou ex-militantes de l'Unef dénoncent des violences sexuelles qui auraient eu lieu entre 2007 et 2015 au sein du syndicat étudiant.

Or, Caroline de Hasse a été secrétaire générale de l'UNEF de 2006 à 2009.

Caroline de Haas a donc peut-être raison d'affirmer :"Un homme sur deux ou trois est un agresseur" … à l'UNEF.

Lire la suite de l'article

Huysmans ne se serait jamais converti avec la nouvelle liturgie

Une émission du 14 février sur France Culture était consacrée à Huysmans, avec Dominique Millet-Gérard, professeur de littérature française à l’Université Paris IV-Sorbonne et spécialiste des relations entre littérature et spiritualité. Elle a préfacé et dirigé l’édition de deux des trois romans de la trilogie de la conversion de Huysmans, En Route (1996) et La Cathédrale (2017), publiés chez Gallimard. Elle revient sur les rapports, emprunts de mysticisme, que Huysmans entretint avec le catholicisme dans la dernière partie de sa vie.

Ils ont parlé de son rapport à la liturgie. A la 25ème minute de cette émission elle explique que Huysmans ne se serait jamais converti avec la nouvelle liturgie et qu'il y a trop peu de messes célébrées en forme extraordinaire du rit romain…

Lire la suite de l'article

Crépuscule d’une église

De Mgr Samir Nassar, Archevêque Maronite de Damas :

Unknown-8Cette septième année de guerre en Syrie a vu :

1)L'intensité des combats et des violences.

2) La suite de l'exode à un rythme plus rapide surtout parmi les jeunes et les hommes d'où une pénurie aiguë de la main d'oeuvre.

3) La crise sociale, l'inflation, le blocus font des syriens qui restent un peuple pauvre qui vit sur l'assistanat et la mendicité.

4) 80% du monde hospitalier ont quité le pays dont 90% de médecins… 60% des blessés meurent par manque de soins…

5) La solution de paix reste lointaine même bloquée. Les 12 millions de réfugiés ne sont pas plus malheureux que le reste du peuple syrien abandonné sur place.

Devant cette situation douloureuse, l'action caritative au lieu de se développer ne cesse de reculer par manque de structures et d'agents sociaux bien formés. Ainsi le nombre des familles assistées en 2017 se limite à 828 familles contre 1407 en 2016… Combien seront-elles en 2018 ? Un sentiment de culpabilité nous traverse.. Merci Seigneur de pardonner. Ce recul rapide ne nous laisse pas souffler… La situation se dégrade chaque jour et les partants se défilent devant nos yeux sans pouvoir les retenir ni leur dire au revoir …Un déchirement intérieur bien angoissant nous habite.

La construction écclésiale s'effondre doucement en 2017 : 10 mariages au lieu de 30. 7 baptêmes au lieu de 40. Sommes–nous en train de tourner la page ? Lors de mon installation à Damas en Décembre 2006,

Lire la suite de l'article

Laurent Wauquiez et Marion Maréchal Le Pen : 2 évènements intéressants

De Nicolas Gauthier sur Boulevard Voltaire :

DWiFT9jXcAAdck5"En politique, deux événements distincts ne signifient pas forcément grand-chose, surtout lorsqu’ils paraissent a priori anodins. Pourtant, une fois mis en regard, ils sont susceptibles d’en dire plus qu’on l’imaginerait au premier abord.

Ainsi, à droite, un Laurent Wauquiez qui dit ce qu’il pense et une Marion Maréchal-Le Pen qui ne dit pas forcément ce qu’elle pense, alors que les deux pensent manifestement ce qu’ils disent. Ou ne disent pas.

On ne saura jamais vraiment si Laurent Wauquiez savait qu’il était enregistré et que ses propos seraient ensuite rendus publics, lors de cette discussion à bâtons rompus avec les élèves de l’École de management de Lyon, ce week-end dernier. Peu importe, finalement. Seule compte la sincérité éventuelle des propos.

Alain Juppé ? « Une personnalité éminemment respectable » mais « qui a totalement cramé la caisse… » En effet : « À Bordeaux, il a fait des miracles, Bordeaux est très bien géré. Mais il a fait exploser les impôts et il a fait exploser la dépense publique et il a fait exploser l’endettement. Moi, ma conviction, c’est que quand vous faites ça, vous n’avez à l’arrivée plus aucune forme de crédit. »

La France ? « Une dictature. » Les députés macronistes ? « Des guignols, tous avec le petit doigt sur la couture et qui doivent tous voter la même chose. Quand ils osent apporter la moindre dissonance, ils se font taper dessus avec une matraque. Il n’y a aucun équilibre des pouvoirs en France. »

Existe-t-il pire que la CGT ? Oui, le MEDEF et la

Lire la suite de l'article