Archives quotidiennes :

Le recours à l’avortement, plus facile que le choix de la maternité

Capture d’écran 2018-01-12 à 17.31.16Une étude publiée dans le Journal of American Physicians and Surgeons s’intéresse aux « conséquences personnelles vécues par les femmes suites à un avortement ». Les réponses de près de 1000 femmes à deux « simples » questions ont été collectées et analysées. Les auteurs constatent que « les réponses (…) ne reflètent pas les théories féministes actuelles » :

Interrogées sur le « changement positif principal » intervenu suite à l’avortement,

  • près d’un tiers (243) expriment « n’avoir pu retirer aucun bénéfice personnel ».
  • Un second tiers (245) estime pouvoir désormais « apporter une aide concrète aux femmes en situation de détresse avant ou après un avortement ».
  • pour 49 autres femmes, il s’agit de leur implication dans des mouvements de défense de la vie. Mais pour « la plupart », « ces implications positives n’ont émergé qu’après des années voir des décennies de détresse psychologique ».

La seconde question portait sur l’ « effet négatif principal de l’avortement » :

  • « 187 femmes ressentent surtout la perte d’un enfant
  • 114 sont tombées en dépression sévère
  • 110 femmes ont principalement éprouvé une grosse culpabilité, 98 de la haine ou de la colère vis-à-vis d’elles-mêmes, 86 de la honte  et 73 surtout du regret
  • 71 femmes ont succombé à une addiction à la drogue ou l’alcool
  • 61 ont adopté des comportements autodestructeurs
  • 60 femmes ont souffert d’un manque d’estime de soi, 56 d’anxiété et 49 de pensées suicidaires ».

Ces femmes décrivent leur avortement comme « un moment pivot, un basculement dans leur estime d’elle-même, leur personnalité et leurs relations ». Si

Lire la suite de l'article

Remplacement de la taxe d’habitation par un nouvel impôt : Marine Le Pen l’avait prédit

Suite à l'aveu du secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Jacqueline Gourault, annonçant que la taxe d'habitation sera en fait compensé par un nouveau prélèvement, voici ce qu'en disait Marine Le Pen lors du fameux débat du second tour face à Emmanuel Macron :

Lire la suite de l'article

Une proposition de loi sur l’euthanasie sera examinée le 1er février

Pion0517-1On me signale l'examen le 1er février d'une proposition de loi sur l'euthanasie, déposée par la France Insoumise. Le 1er février est en effet une journée réservée aux propositions du groupe FI. Il s'agit de la proposition de loi 

relative à l’euthanasie et au suicide assisté, pour une fin de vie digne

présentée par les députés Caroline FIAT, Alexis CORBIÈRE et Danièle OBONO.

A l'heure où le député LREM Jean-Louis Touraine s'apprête à publier une tribune militante pour inclure l'euthanasie dans le projet de loi sur la bioéthique, cette affaire est certainement un ballon d'essai du gouvernement pour évaluer les forces en présence et la capacité de réaction du mouvement pro-vie, voire pour faire passer cette mesure criminelle et l'évacuer du projet de loi sur la bioéthique.

Lire la suite de l'article

Filiation : nouvelle lettre ouverte du Fr Jean-Marc Miele à La Croix

Capture d’écran 2018-01-12 à 16.32.49Suite à la lettre ouverte datée du 6 janvier du Frère  Jean-Marc Miele (religieux de saint Vincent de Paul) à Loup Besmond de Senneville (voir ici), Guillaume Goubert, Directeur de La Croix, a répondu.

Le dialogue étant désormais ouvert, le Frère Miele lui a renvoyé une nouvelle lettre, que vous pouvez lire en indiquant votre adresse ci-dessous :

Lire la suite de l'article

Votre fils aime chanter ? Il a entre 8 et 13 ans ?

L’Académie peut être le lieu idéal de son épanouissement ! Prochaine Journée « portes-ouvertes » le samedi 27 janvier prochain, de 10h à 17h, à l’Académie Musicale de Liesse. Renseignements à academiemusicaledeliesse@gmail.com et sur http://www.academiemusicaledeliesse.fr

Horaires aménagés musique (chant et instruments), vie spirituelle, petits effectifs, retours en famille très réguliers. L’Académie Musicale de Liesse est une école maîtrisienne catholique. Elle accueille des garçons passionnés de chant et de musique du CM1 à la Terminale, en horaires aménagés (3 à 4H de musique chaque jour).

Image001

Thumbnail-4

Lire la suite de l'article

Marcher le 21 janvier, c’est demander que la « promotion » de la vie devienne un objectif politique

Conseiller régional PCD en Ile-de-France, Nicolas Tardy-Joubert explique dans Valeurs Actuelles pourquoi il est important de participer à la Marche pour la vie :

9024-p6-affiche"Le 21 janvier à Paris, les marcheurs pour la Vie montreront à nos compatriotes qu’il existe une autre voie, face à celle d’une culture de mort prégnante dans notre société : celle de la défense de la Vie. La liberté des marcheurs est d’affirmer leur attachement au respect de la vie de la conception à la mort naturelle pour des raisons personnelles ou collectives.

Marcher, c’est manifester sa volonté de voir la Vie mieux protégée dans les politiques publiques. Chacun sait qu’il n’y aura pas de majorité au Parlement pour abroger la loi Veil, mais pourquoi n’y aurait-il pas une majorité favorable au déploiement de politiques publiques pour encourager l’accueil de la vie dans notre pays, et mettre en place une politique familiale ayant des répercussions économiques favorables ? En comparant les résultats de nos politiques avec d’autres pays, nous ne pouvons que déplorer que pour une population équivalente à l’Italie et inférieure à celle de l’Allemagne, le nombre d’avortements soit deux fois plus élevé en France. Sur un strict plan économique, une démographie plus vigoureuse dans notre pays, donnerait des opportunités de croissance. Ne faudrait-il pas fixer un objectif de réduction du nombre d’avortements dans le cadre d’une mandature ? Pourquoi ne pas aider les jeunes femmes enceintes et les jeunes parents à accueillir la vie, lever les freins psychologiques, économiques et sociaux qui existent ?

Lire la suite de l'article

Le député Rixain, scandalisé par un colloque pro-vie, chargé d’une mission sur… la maternité

Unknown-17Marie-Pierre Rixain, député LREM et présidente de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, s'était scandalisée à propos de la journée pour la vie, organisée par le député Lorho, le 17 janvier à l'assemblée (au passage, nous la remercions pour la pub, le colloque affiche complet).

Elle vient d'être chargée d'une mission sur le congé maternité :

Capture d’écran 2018-01-11 à 20.37.41

Commentaires (3)

Dommage qu'une si jolie figure ne soit faite que de courants d'airs… Comment peut-on être scandalisée d'une "Marche pour la Vie" ? Va t-elle organiser une marche pour la mort ?

Rédigé par : Irishman | 12 jan 2018 09:14:23
____________________________________

Que vaut donc cette litanie de diplômes, dont certains ne s'acquiert qu'en versant un droit d'entrée extrêmement onéreux, pour obtenir au final une personne pro-mort? Quelle éducation à t'elle reçue pour en arriver là? Bourgeoisie libertaire très certainement, et en matière d'obscurantisme régressif elle se pose là en soutenant le droit à tuer.

Rédigé par : Stephe | 12 jan 2018 10:27:24
____________________________________

quand on s'appelle Marie Pierre l'on aurait pu penser que cette personne véhicule une pensée autrement plus précieuse pour la vie que leur culture de mort.

Rédigé par : estebe | 12 jan 2018 10:44:44
____________________________________

Lire la suite de l'article

4 ans de prison pour 8 infanticides

Unknown-15Dominique Cottrez, condamnée en 2015 à 9 ans d'emprisonnement pour huit infanticides, va être remise en liberté conditionnelle le 22 janvier. Agée de 53 ans, l'aide-soignante avait reconnu avoir tué ses huit bébés, nouveau-nés. Les corps avaient été trouvés dans un pavillon et un jardin du village de Villers-au-Tertre (Nord) en juillet 2010. Dominique Cottrez avait été remise en liberté le 2 août 2012 après deux ans de détention provisoire, puis condamnée le 2 juillet 2015 à 9 ans d'emprisonnement par les assises du Nord. Elle aura passé un peu plus de 4 ans en prison. Elle avait été placée en détention provisoire de 2010 à 2012 puis écrouée à l'issue de son procès en juillet 2015.

Entre un avortement, légal, remboursé, encouragé, et l'infanticide d'un nouveau-né, il n'y a pas grande différence. On s'étonne même qu'elle ait pu faire de la prison…

Commentaires (3)

Le grand péché, bien pire que la loi Veil, c'est que la jeune femme d'une grossesse "non désirée" rencontre:
-L'hostilité de sa famille,
-L'hostilité de son entourage,
-La pression des autres au prétexte des études, du revenu, de la solitude.
Rien n'est fait, dans notre société égoïste, pour accueillir la petite maman.

Rédigé par : Le Roy Henri | 12 jan 2018 08:42:39
____________________________________

Cher Le Roy.
Ce que vous évoquez n'est que la conséquence de la "loi" évoquée. Cette dernière est devenue le droit fondamental.Prions…

Rédigé par : Antoine de Lisbonne | 12 jan 2018 09:12:22
____________________________________

C'est vrai qu'avec les "zelites"

Lire la suite de l'article