Archives quotidiennes :

C’est arrivé un 6 janvier…

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 5 janvier: saints du jour français ou en France.
    • St Félix, évêque de Nantes († 582)

Saint Félix, est un évêque, qui manifeste son zèle en réalisant d’importants travaux pour le bien de son peuple, en construisant l’église cathédrale et en veillant avec constance à l’évangélisation des populations rurales. Il meurt à Nantes, en 582.

  • Bx Machar, abbé († 1153)

Le bienheureux Machar, abbé, qui fut le premier supérieur du monastère des Irlandais à Wurtzbourg en Franconie, y meurt en l’an 1153,

  • le 6 janvier : fête de l’Épiphanie ou Théophanie, Baptême du Christ dans le Jourdain.

Épiphanie signifie « manifestation » en grec ; pour les chrétiens, c’est la fête qui honore Jésus-Christ comme enfant-Dieu. On commémore aussi l’adoration des Rois mages qui, selon la tradition biblique, sont venus à Bethléem guidés par une étoile. Au sens grec, ce sont des astrologues ou des magiciens orientaux. Ils apportent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Gaspar, Melchior et Balthazar sont les noms qu’on leur a donnés au Xe siècle.

La galette des rois, servie à cette occasion, est une tradition typiquement française qui a déjà cours au XIVème siècle. La galette est alors partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire, appelée “part du Bon Dieu” ou “part de la Vierge”, était destinée au premier pauvre qui

Lire la suite de l'article

Le soir du Nouvel An, des « gangs de Nord-Africains » ont semé la terreur à Florence

Lu sur FDesouche :

"Les places au pied du Ponte Vecchio ont été investies par une violence insensée, œuvre de gangs de Nord-Africains , dans une explosion d’agressions qui rappellent à quelque chose près ce qui s’est produit il y a deux ans à Cologne. (…) plusieurs victimes de ces bandes se sont retrouvées à l’hôpital. Elles ne se connaissaient pas mais ont partagé ce Nouvel An 2018 gâché.

Diego Capolongo, 28 ans, place de la Repubblica, vers 4h du matin. Résultat : 30 jours d’Itt et des blessures encore bien visibles. Mais il n’est pas le seul, un garçon de 17 ans figure aussi parmi les victimes des violences gratuites. Devant la boutique Apple, il a été frappé d’un coup de tête qui lui a fracturé le nez.

Quatre victimes affirment que les auteurs de ces violences seraient des nord-africains d’une vingtaine d’année. La police enquête en espérant que les caméras de surveillance auront enregistré ces agressions. (…)

Le premier à dénoncer publiquement la violence était Massimo Paesani, oncle de Capolongo et militant au mouvement 5 étoiles. « A 04h10, Place de la République, des dizaines d’Africains du Nord ont effectué un raid contre des citoyens italiens qui venaient de célébrer et de porter un toast à la nouvelle année, » a-t-il déclaré dans un post Facebook."

Lire la suite de l'article

I-Média : Champigny lynchage de flics pour la nouvelle année

Des chances pour la France souhaitent une « bonne année et une bonne santé » à la police ! Le soir de la saint Sylvestre une policière a été lynchée au sol à Champigny dans le Val de Marne. L’information a été dans un premier temps occultée par les médias pour finalement être présentée comme une juste réponse aux provocations des forces de l’ordre.

Lire la suite de l'article

Au nom de la liberté de la presse, nous devrions supprimer toutes les aides directes et indirectes dont bénéficie la presse

Le député Emmanuelle Ménard, fondatrice de Boulevard Voltaire, s'étonne de la dernière idée d'Emmanuel Macron de faire une loi contre les fausses nouvelles :

Unknown-4"S’il est un terrain scabreux pour un homme politique, où il n’y a que des coups à prendre, c’est bien celui de la qualité de l’information. Qu’Emmanuel Macron – qui s’est montré plutôt habile jusqu’ici – se lance dans cette chasse aux fake news me laisse perplexe. À moins que deux raisons ne l’y poussent. D’abord, et bien sûr, le souvenir amer qu’il garde de la campagne présidentielle et des accusations, sans aucune preuve, lancées contre lui concernant son prétendu « compte offshore aux Bahamas » et sa tout aussi prétendue homosexualité. Qu’il en ait été blessé, je le comprends. Bienvenue au club, ai-je envie de lui lancer, tant notre courant politique est l’objet de ces fake news sans que personne (ou presque) dans la classe politique ne s’en offusque. Deuxième raison, le chef de l’État a bien compris que les journalistes ne sont pas en odeur de sainteté dans la société française. Non sans raison, a-t-on envie d’ajouter. De là à surfer sur cette vague de ressentiment à l’égard d’une profession qui apparaît – légitimement parfois – comme véhiculant des contre-vérités et se révélant d’un rare parti pris (même s’il y a, bien sûr, des exceptions), on ne peut pas l’exclure a priori

Une troisième raison peut-être : son bras de fer avec Vladimir Poutine…

Il est vrai qu’il y a fait quasiment allusion lors de sa

Lire la suite de l'article

Le Conseil d’Etat valide l’arrêt des soins d’Inès, 14 ans

Contre l'avis des parents :

Capture d’écran 2018-01-05 à 17.14.22"Par une décision du 21 juillet 2017, le médecin responsable du service d’anesthésie-réanimation pédiatrique du CHRU de Nancy a décidé, après avoir mis en œuvre la procédure collégiale prévue par la loi du 2 février 2016 dite Claeys-Léonetti, l’arrêt des traitements de suppléance des fonctions vitales administrés à une enfant en raison du caractère végétatif dans lequel elle se trouve et de l’absence de possibilité d’amélioration de son état de santé ou de guérison.

Contestant cette décision au nom notamment du droit au respect de la vie, les parents de l’enfant ont demandé au juge des référés du tribunal administratif de Nancy de suspendre cette décision. Au vu des résultats de l’expertise médicale qu’il avait ordonnée préalablement à sa décision, le juge des référés du tribunal administratif de Nancy, statuant en formation collégiale de trois juges, a rejeté la demande des parents. Les parents ont alors fait appel de cette ordonnance devant le Conseil d’État.

Par la décision de ce jour, le juge des référés du Conseil d’État, statuant également en formation collégiale de trois juges, a estimé que la décision médicale du 21 juillet 2017 répond aux exigences prévues par la loi et il a en conséquence rejeté l’appel des parents contre l’ordonnance rendue par le juge des référés du tribunal administratif de Nancy. Il appartient donc désormais au médecin en charge de l’enfant d’apprécier si et dans quel délai la décision d’arrêt de traitement doit être exécutée." 

Commentaires (1)

Une grosse partie

Lire la suite de l'article

Fausse nouvelle

Rédacteur en chef du mensuel Ruptures, Pierre Lévy réagit avec ironie aux vœux à la presse prononcés le 3 janvier par le président français.

DSoiXaDXUAEwe2g"La soirée s’annonçait sous les meilleurs auspices. L’ambiance était chaleureuse et détendue, les petits fours, délicats et exquis, le président, urbain et charmeur comme à son habitude. Renouant avec la coutume des vœux à la presse, le maître de l’Elysée rencontrait, ce 3 janvier, l’élite des confrères.

Et il n’a pas déçu, se livrant à un remarquable plaidoyer pour la liberté des médias et exaltant l’intelligence des lecteurs et des internautes.

Au titre du premier thème, il n’a pas hésité à s’insurger contre l’emprise de quelques mastodontes privés sur les plus grands titres de la presse française, dénonçant sans trembler les Drahi, Bouygues, Dassault, Niel et autres oligarques : ceux-là symbolisent à ses yeux une concentration médiatique menaçant l’information libre et indépendante. Et il a promis un train de mesures visant à favoriser et renforcer le pluralisme de la presse, l’expression de toutes les sensibilités, bref, le libre débat. 

Quant à son second plaidoyer, il a marqué les journalistes présents par sa hauteur de vue. Prenant implicitement ses distances avec ceux professant un contrôle étroit des médias (tout particulièrement avec un texte publié récemment appelant à suspendre la chaîne RT, ont noté les plus attentifs), il a au contraire fait valoir que le peuple français était un peuple adulte, et que les femmes et les hommes de ce pays savaient parfaitement distinguer l’information honnête des «fake

Lire la suite de l'article

Jésus est-il né un 25 décembre ?

Voici le mot de Patrick Banken, président d’Una Voce (lire ici le dernier numéro):

Capture d’écran 2018-01-05 à 14.29.17"En ce début de l’année de grâce MMXVIII, je vous adresse, au nom du Conseil d’administration d’Una Voce et de tous les fidèles bénévoles qui nous aident, nos sincères vœux de sainte année. Nous souhaitons qu’avec les nouvelles recrues qui ont bien voulu nous rejoindre ces derniers mois, nous puissions non seulement poursuivre notre œuvre mais l’amplifier, au service de Dieu, dans la vérité et la fidélité.

Le mouvement désacralisateur qui semble accompagner de façon irréversible notre monde moderne déchristianisé ne doit pas nous décourager. En ces temps troubles et menaçants, nous savons que l’Église de Pierre, dans sa grande tradition lumineuse, rédemptrice et éternelle, sera victorieuse. Merci à tous ceux qui, depuis des décennies, nous apportent leur soutien et continuent à nous faire confiance et à nous suivre.

N’oubliez pas de renouveler votre abonnement à notre revue et votre adhésion à l’association ! Comme vous l’imaginez, nous ne pouvons compter sur l’aide des pouvoirs publics, pourtant si généreux à l’égard de certaines associations ! Et notre action pour tenter de sauver un inestimable trésor de prières latines et de plain-chant et une langue si bien adaptée à la liturgie ne saurait nous faire ignorer que la désacralisation que nous évoquions s’accompagne d’une diabolique culture de mort qui étend un peu plus chaque jour ses ravages.

Puisque c’est la famille qui est attaquée, tournons nos regards vers celle qui est le modèle insurpassable, la

Lire la suite de l'article

L’islam ressemble au colosse aux pieds d’argile

Dans L'Incorrect, on apprend que le frère de Joseph Fadelle s'est converti à son tour :

Capture d’écran 2018-01-04 à 19.38.53"[…] Installé en France et sans nouvelles de sa famille depuis deux ans, Joseph reprend contact avec Hassan, lequel est tombé malade. Joseph prend un risque incroyable en retournant l’aider en Irak. Touché par ce courage et cette confiance, Hassan décide de se convertir à son tour, submergé par l’amour de Dieu agissant à travers son frère. Il sera baptisé à Noël 2017. Et il ne comprend toujours pas comment il a pu rater son frère à bout portant dans cette vallée jordanienne. […]

Vu d’Occident, l’islam est un bloc. Comme si l’Oumma était un universalisme suffisamment puissant pour absorber toute notion de culture, de rivalité, et in fine de contestation. Mais l’islam que nous décrit Joseph Fadelle ressemble au colosse aux pieds d’argile de la Bible : « Les populations sont fatiguées de ce système politico-religieux qui prend en main toute leur vie. Les gens en ont ras-le-bol de l’islam. » L’Oumma ne passe pas le cap de la mondialisation. Le Moyen-Orient, qui est quasiment totalement musulman, est largement fissuré de conflits de différentes natures, dont l’antagonisme chiite-sunnite est l’exemple parfait. Marie Fadelle trouve un mérite à l’État islamique : « Dae’ch nous a rendu un grand service, celui de montrer le vrai visage de l’islam. En appliquant tout simplement le Coran à la lettre. » À l’entendre, il a joué un rôle de repoussoir qui va travailler durablement les consciences

Lire la suite de l'article

L’Angleterre, ce paradis fiscal

B_1_q_0_p_0Quand La Tribune titre :

"Brexit : une entreprise britannique sur cinq envisage de délocaliser"

Est-ce une fausse nouvelle ?

En effet, un cabinet des Côtes-d’Armor a aidé des centaines de commerçants et artisans français à fuir l'enfer fiscal français en leur créant une société outre-Manche. La Serrurerie Objatoise, en Corrèze, la boulangerie Au four et au moulin à Pocé-les-Bois (Ille-et-Vilaine) et la Carrosserie auto de la vallée de Saint-Amans-Soult, à côté de Mazamet (Tarn) ont la même adresse de siège social : 1 Palk Street, à Torquay, dans le sud de l’Angleterre. Toutes ont été voir le cabinet Setti, installé à côté de Guingamp (Côtes-d’Armor). Cette société revendique avoir créé près de 3 000 sociétés britanniques pour le compte de petits patrons français avec un argument de vente : ils peuvent ainsi éviter de payer leurs cotisations au régime social des indépendants (RSI).

L’astuce est de créer une société en Angleterre qui rachète l’affaire du commerçant ou de l’artisan. Cette "limited company" crée ensuite un établissement secondaire en France où va s’établir la réalité de l’activité. L’établissement secondaire étant immatriculé auprès d’un tribunal de commerce français, le patron continue à payer ses impôts en France. Même chose pour ses salariés qui restent sur des contrats de droit français. En revanche, le système autoriserait le gérant à ne plus payer ses cotisations sociales, soit environ 45% de ses gains. Sans compter que la revente de l’affaire initiale à la structure anglaise permet de créer des charges artificielles qui ouvrent droit à une grosse réduction d’impôt

Lire la suite de l'article

Trois mois en Syrie pour aider la population locale

XVM2afec2a8-e416-11e7-8efd-6e29e193fc07-400x250Richard, étudiant à l’EM Normandie, est parti trois mois en Syrie pour aider la population locale. Il témoigne dans Le Figaro Étudiant :

«Quand j’ai annoncé la nouvelle à ma mère, elle a beaucoup pleuré». «J’avais déjà comme projet de partir, de faire de l’humanitaire. Quand j’ai vu ce qui arrivait en Syrie, j’ai compris que je devais partir là-bas». «Il est très compliqué de se rendre en Syrie lorsque l’on est un civil et que l’on a aucune connexion».

Après s’être renseigné sur les différentes possibilités existantes, l’étudiant se tourne vers SOS Chrétiens d’Orient, la «plus sérieuse», selon lui. Il effectue plusieurs entretiens au cours desquels l’organisation teste ses motivations et le renseigne sur les missions qui lui seront confiées. Il est finalement choisi pour partir trois mois en Syrie d’avril à juin 2017. La destination: Homs, la troisième ville la plus peuplée du pays, totalement ravagée par la guerre. À son arrivée, Richard découvre un panorama surréaliste.

«Tout est détruit, c’est un paysage apocalyptique. C’est le chaos total, tous les bâtiments sont en ruine, il est possible de passer une journée dans un quartier sans croiser personne».

Malgré la présence de «plusieurs groupes terroristes à quelques kilomètres de la ville», Richard ne se sent «pas particulièrement en insécurité» au cours de ces trois mois à Homs.

«Il y a des checkpoints avec l’armée syrienne régulièrement, les voitures sont fouillées, les passeports vérifiés».

Pendant plusieurs semaines, avec d’autres jeunes, il accompagne les habitants ayant perdu des commerces à remonter leur

Lire la suite de l'article