Archives quotidiennes :

O Sapientia

Les sept antiennes qui se chantent au Magnificat du 17 au 23 décembre servent comme d'introduction solennelle à la grande fête de Noël. Elles commencent toutes par l'interjection O et on les appelle grandes à cause de leur solennité et des sublimes mystères qu'elles expriment. Ces invocations datent, pour le moins, du VI° siècle. Primitivement, il y en avait douze et on les chantait au Benedictus des Laudes. Au IX° siècle, on commença de les chanter au Magnificat des Vêpres. Dans certaines églises, elles étaient répétées après chaque verset.

Dom Guéranger disait que ces antiennes « contiennent toute la moelle de la liturgie de l'Avent ». Chacune en effet comprend deux parties faciles à distinguer. La première est tirée de la sainte Écriture, non pas toujours textuellement, mais en des termes qui en font bien reconnaître l'origine : O Sagesse (Ecclésiastique, XXIV et Sag., VIII) ; O Adonaï et Chef de la maison d'Israël ; O Rejeton de Jessé (Isaïe) ; O Clef de la maison de David (Isaïe, XXII, 22) ; O Orient (Luc, I, 78) ; O Roi des nations ; O Emmanuel (Isaïe). Dans la seconde partie, on répète, comme dans une litanie, le même appel : « Veni, venez », suivi d'une invocation qui varie avec chaque strophe.

On serait curieux de trouver dans ces chants, auxquels la musique ajoute un caractère d'ardente supplication, une réponse du Christ aux appels qui lui sont faits. Elle y est. Nous n'avons qu'à lire, en commençant par la dernière

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 17 décembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 17 décembre : saints du jour français ou en France.
    • St Judicaël, Roi de Bretagne puis moine († 658)

Judicaël Ier, (ou Gaël ou Giguel ou Gicquel ou Juzel), fils de Judaël, roi de Domnonée (au nord de la Bretagne), était l'aîné de quinze enfants dont saint Judoc, sainte Eurielle et saint Onenn.

A la mort de Judhaël, vers 605, Judicaël, pourtant son héritier, préféra se retirer au monastère Saint-Jean de Gaël que saint Méen venait d'ériger. Il quitta cependant le monastère pour prendre la direction du royaume de Domnonée. Pendant vingt ans, il gouverna le royaume avec autorité et sagesse. Ses qualités de diplomate lui permirent de régler des différends avec le roi Dagobert, et en 636, il conclu avec lui un traité de paix entre Bretons et Francs. Deux ans plus tard, il laissa son trône et se fit moine pour les vingt dernières années de sa vie. Il mourut en 658 à St Méen-le-Grand.

  • Saint Jean De Matha, Prêtre et fondateur des Trinitaires (1160-1213)

Jean de Matha, originaire d'une illustre famille, en Provence, fut consacré au Seigneur par un vœu, dès sa naissance. Il brilla, tout jeune encore, par le divin instinct de la charité. On le voyait distribuer aux pauvres l'argent que ses parents lui donnaient pour ses menus plaisirs, et tous les vendredis il allait servir les malades dans les hôpitaux

Lire la suite de l'article

Vladimir Poutine remercie Donald Trump

Il l’a remercié pour des informations transmises par la CIA qui ont permis d’éviter une attaque terroriste contre une cathédrale de Saint-Pétersbourg.

Le président russe a précisé qu’une cellule terroriste préparant une attaque contre la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan de Saint-Pétersbourg avait été déjouée et ce grâce aux informations des services de renseignement américains transmises à la Russie. Un peu plus tôt, le Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie (FSB) avait annoncé avoir arrêté plusieurs individus liés au groupe terroriste Daesh dans la seconde ville de Russie. Les extrémistes projetaient une série d’attaques dans des lieux publics, dont un attentat suicide dans la cathédrale.

Lire la suite de l'article

Des livres à offrir à Noël : « La France divisée contre elle-même »

FR diviséeVoici un ouvrage qui offre une synthèse captivante de l'origine de nos maux, de leurs conséquences et des voies de rémission.

Nous proposons en accès direct la vidéo ci-dessous, un lien vers une autre video plus complète encore

Pour en faire l'acquisition, c'est par ici.

L'auteur résume ainsi, dans les premières pages, le Mal qui nous ronge :

La république des lumières a son peuple, le peuple jacobin ; sa langue, la langue de bois ; sa religion, la laïcité ; sa morale, le politiquement correct ; son séminaire, l’éducation nationale ; son église, la franc-maçonnerie ; son anthropologie, le déracinement ; sa sociabilité, le vivre ensemble ; ses inquisiteurs, les associations antiracistes ; ses enfants chéris, les organisations communautaires ; et par dessus tout elle a un ennemi intime à abattre : la France.

 Un lecteur, du livre et de votre blog préféré, nous propose également son avis.

Adrien Abauzit, jeune avocat parisien, nous livre avec « La France divisée contre elle-même » un de ces ouvrages qui analysent en profondeur et sur le temps long les causes du dépérissement de la France, en prenant soin d’éviter les raccourcis faciles et les accusations toutes trouvées. Inutile de préciser que ce livre qui fourmille de références anciennes comme récentes n’a pas eu les honneurs de la grande presse ni de la télévision…

Reprenant le constat des « deux patries » cher à Jean de Viguerie, l’auteur nous ramène, au travers d’une étude historique sérieusement documentée, aux éléments fondateurs de notre système politique actuel, à ses desseins inavoués et aux méthodes qu’il emploie pour

Lire la suite de l'article

Le vrai choc viendra des banlieues…

Le site Breizh-info rapporte l'entretien qu'il aurait eu avec un militant d'extrême-gauche, passé notamment par la "ZAD" (zone à défendre) de Notre-Dame des Landes. Des propos qui montrent notamment que si certains "militants" rêvent d'une jonction avec les banlieues, elle n'est pas souhaitée par tous. Nous vous invitons avec insistance à lire l'article entièrement. Extraits.

"Si c’est la police ou la gendarmerie, la plupart des effectifs ne sont pas formés à la guérilla qui va leur être menée en face. La France, c’est le pays du manque de « cojones ». Chez les flics et l’État, comme chez les militants entre guillemets radicaux d’ailleurs. C’est pour cela que ça se résume essentiellement à une guerre de position et à jouer à se faire peur. Hormis quelques rares déterminés et quelques cinglés, chacun a bien trop à perdre, c’est ce qui maintien l’équilibre. Mais c’est bien grâce à cet équilibre qu’on a réussi à faire reculer l’État à Sivens, que la ZAD est toujours là, et qu’à chaque fois qu’on veut vraiment quelque chose, on y parvient par le blocage ou la micro violence ».

Mais notre homme ne croit pas du tout au Grand soir : « C’est ce que je vous ai déjà dit. Il y a un équilibre presque naturel. C’est de la guéguerre flics/militants, au même titre qu’il y a une guéguerre militants de gauche contre militants d’extrême droite. Cela ne va jamais bien loin, c’est stérile et cela se résume à quelques bagarres, agressions et parfois des

Lire la suite de l'article

La FAFCE soutient sans réserve l’initiative polonaise pour la vie

La Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE) exprime son soutien total à l'initiative citoyenne polonaise #StopAbortion qui consiste en une proposition de loi visant à supprimer l'avortement dit thérapeutique :

Nyb1cx3cbe"Alors qu'une telle initiative requiert un minimum de 100.000 signatures, ses organisateurs en ont récolté 830.000, en les déposant au Parlement Polonais, lequel est désormais tenu de discuter de cette proposition de loi dans les trois mois qui viennent.

95% des avortements en Pologne sont réalisés à cause d'anomalies du fœtus ou à cause de maladies décelées avant la naissance: ce qui signifie que, depuis l'entrée en application de la loi de 1993, actuellement en vigueur, environ 20.000 enfants ont disparu à cause de l'avortement dit thérapeutique.

Antoine Renard, Président de la FAFCE, souligne que « tous les media et les dirigeants devraient réfléchir à la véritable signification de l'avortement qui est toujours une tragédie, pour l'enfant, pour la mère et pour tous leurs proches. Notre histoire récente en témoigne, particulièrement en ce qui concerne l'eugénisme. En même temps –ajoute-t-il- les Institutions européennes doivent respecter le principe de subsidiarité dans ce domaine et aucune résolution ne peut empiéter sur une initiative populaire légitime : c'est une bon signe pour la démocratie que 830.000 citoyens puissent exprimer leur volonté et participer ainsi au processus démocratique ».

La FAFCE et ses membres agissent en coopération avec tous, organisations et peuples, en faveur d'une Europe où la vie soit vraiment accueillie et protégée."

Lire la suite de l'article

Contre la dictature du bruit, conférence avec le cardinal Robert Sarah

Intégralité de la conférence basée sur le livre ‘La force du silence’ donnée par le cardinal Robert Sarah, préfet de la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, le 12 décembre à l’église du Sacré-Cœur à Avignon.

Lire la suite de l'article

Rorate cæli desuper, et nubes pluant justum

Rorate cæli desuper, et nubes pluant justum. (bis)

Cieux, répandez votre rosée ; et que les nuées fassent pleuvoir le Juste.

Ne irascaris Domine, ne ultra memineris iniquitatis. Ecce civitas sancta facta est deserta, Sion deserta est, Jerusalem desolata est, domus sanctificationis tuæ et gloriæ tuæ, ubi laudaverunt te patres nostri.

Ne vous irritez plus, Seigneur, ne vous souvenez plus désormais de notre iniquité. Voilà que la cité du Saint est devenue déserte, Sion est dans la solitude, Jérusalem est désolée, cette maison consacrée à votre culte et à votre gloire, où nos pères ont chanté vos louanges.

Rorate caeli desuper, et nubes pluant justum.

Peccavimus, et facti sumus tamquam immundus nos, et cecidimus quasi folium universi. et iniquitates nostræ quasi ventus abstulerunt nos. Abscondisti faciem tuam a nobis, et allisisti nos in manu iniquitatis nostræ.

Nous avons péché, et nous sommes devenus comme le lépreux ; et nous sommes tous tombés comme la feuille ; et comme un vent impétueux, nos iniquités nous ont enlevés et dispersés. Vous avez caché votre face à nos regards, et vous nous avez brisés par la main de notre iniquité.

Rorate cæli desuper, et nubes pluant justum.

Vide Domine afflictionem populi tui, et mitte quem missurus es : emitte Agnum dominatorem terræ, de petra deserti ad montem filiæ Sion, ut auferat ipse jugum captivitatis nostræ.

Voyez, Seigneur, l'affliction de votre peuple, et envoyez Celui que vous devez envoyer. Faites sortir l'Agneau qui doit dominer sur la terre; qu'il s'élance de la pierre du

Lire la suite de l'article