Archives quotidiennes :

L’affaire de Ploërmel sur Terre de Missions

Unknown-35Terre de missions reçoit dimanche 5 novembre Daniel Hamiche, rédacteur en chef de l'Observatoire de la christianophobie, pour évoquer "l'affaire de Ploërmel": le conseil d'Etat demande, en effet, la suppression de la croix sur un monument dédié à Jean-Paul II commandé par la municipalité de Ploërmel et contesté par les sectaires de la "libre pensée".

En deuxième partie, Philippe Maxence, rédacteur en chef de "L'Homme nouveau", évoque le livre de Danilo Castellano, doyen émérite de la faculté de droit d'Udine en Italie, sur "Martin Luther: le chant du coq de la modernité". La Réforme, dont nous commémorons cette année le 5e centenaire, y est envisagée sous l'angle culturel et politique, comme première manifestation de l'individualisme et du contractualisée modernes.

Enfin, le RP Jean-François Thomas, sj, parle de ses deux derniers livres: le traité de spiritualité "Les Mangeurs de cendres" et le roman "Les larmes de la forêt".

A suivre sur TV Libertés dimanche midi

Lire la suite de l'article

11 novembre : cérémonie à Paris contre la guerre aux enfants à naître

Les amis de Jean-Bernard Grenouilleau (1929-2011), fondateur de Laissez-Les-Vivre SOS Futures Mères et inventeur du nom vous invitent à commémorer la 31ème  cérémonie :

« Plus jamais la guerre aux enfants à naître »

Le samedi 11 novembre 2017 à 11 heures, place du Trocadéro, Paris (16e).

Lire la suite de l'article

8 novembre : Conférence sur la révolution russe

L’INSTITUT DE LA DÉMOCRATIE ET DE LA COOPÉRATION 

vous invite à la présentation de deux livres sur

La Révolution russe et la Guerre civile

 Interviendront:

  • Alexandre Jevakhoff, auteur de «  La Guerre civile russe »  (Perrin, 2017)
  • Victor Loupan, auteur de « L’Histoire secrète de la Révolution russe » (Editions du Rocher, 2017)

mercredi 8 novembre 2017 à 18h30 au 63bis rue de Varenne, Paris 7e 

  • La soirée sera présidée par Natalia NAROTCHNITSKAÏA, présidente de l’IDC. 

Inscriptions:  idc@idc-europe.org / 01 40 62 91 00

Lire la suite de l'article

Ploërmel : l’arche et la croix qui accompagnent la statue sont partie intégrante de l’œuvre du sculpteur Zurab Tseretli

Patrick Le Diffon, maire (LR) de Ploërmel – et conseiller régional de Bretagne –, répond à Minute :

Capture d’écran 2017-11-03 à 14.16.00"Monsieur le maire, l’arche et la croix qui accompagnent la statue sont-elles partie intégrante de l’œuvre du sculpteur Zurab Tseretli ?

Oui. J’interroge d’ailleurs actuellement cet artiste russe pour lui demander s’il m’autorise, s’il est impossible de faire autrement, à enlever la croix pour respecter l’injonction du Conseil d’Etat. Il pourrait me poursuivre si je mutilais son œuvre sans son autorisation, puisqu’il en garde la propriété intellectuelle : l’œuvre d’art est une et indivisible.

Puisque c’est le caractère public de l’emplacement de cette œuvre qui est en cause, ne pourriez-vous tourner cette difficulté en vendant cet espace à une association privée ?

Une procédure déjà en cours pourrait, en effet, y aboutir. Inaugurée en décembre 2006, place Jean Paul II, la statue est érigée sur un parking public, lui-même créé à l’emplacement de l’ancienne cour du couvent du Sacré-Cœur. Celui-ci, qui était devenu un collège et un pensionnat de jeunes filles, a appartenu à la communauté des sœurs de Ploërmel jusqu’à la fin des années 1990. À cette époque, la commune s’en est portée acquéreur avec le projet d’y aménager un centre culturel, qui s’est avéré finalement trop onéreux.

Or, en mars 2006, un incendie a dévasté l’ancien couvent et la commune n’a pas la capacité financière de le restaurer elle-même, mais nous pouvons le sauver en « saucissonnant » les bâtiments. Une partie d’entre eux, ravagés par le feu, sera rasée

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 4 novembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 04 novembre 1380 : sacre de Charles VI.

Charles VI de Valois n'a pas tout à fait 12 ans quand il succède à son père, le 16 septembre 1380. Il est sacré à Reims selon l'antique coutume le 4 novembre 1380. Les habitants de la ville saluent le sacre par les cris de « Vive le Roi de France ! Montjoie Saint Denis ! ». A cette occasion, est confirmée la suppression des fouages décidée à la fin du règne précédent (les fouages étaient un impôt extraordinaire perçu sur chaque ménage (on dit aussi feu ou foyer). Voir les chroniques du 21 octobre et du 03 décembre.

Commentaires (tirés de La constitution de l'ancienne France de Bernard Basse) : Que représente le sacre du Roi de France? En quoi il diffère de celui des autres souverains ?

La Royauté, donc en quelque sorte sa constitution, s'articule autour de deux principes fondamentaux :

  • le pouvoir est d'origine divine et revêt par conséquent un caractère religieux et sacré (principe du droit chrétien ou divin) ;
  • le pouvoir est exercé par une seule personne, mais dans certaines limites fixées par la loi (principe du gouvernement monarchique tempéré par la légitimité).

Le commentaire de ce jour ne porte que sur le premier principe : l'origine divine et nature sacrée du pouvoir royal (principe du droit divin aussi appelé du droit chrétien).

Depuis la révolution et

Lire la suite de l'article