Archives quotidiennes :

L’OTAN a une guerre de retard : elle craint de ne pouvoir faire face à une attaque russe

Faut-il sortir de Saint-Cyr pour savoir qu'en 2017, l'ennemi de la France tel que défini par le chef des armées lui-même, ne vient plus de l'est?

"L'Otan n'est pas en mesure de contrer une agression russe à l'est tant sa capacité militaire s'est "atrophiée" depuis la fin de la Guerre froide, affirme Der Spiegel, s'appuyant sur un rapport confidentiel de l'alliance.

"La capacité de l'Otan de soutenir au niveau logistique un renfort rapide dans le territoire très étendu", sous la responsabilité du commandement suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), "s'est atrophiée depuis la fin de la guerre froide", selon ce rapport, dont l'hebdomadaire allemand dit s'être procuré un exemplaire.

Toujours selon ce document, il n'y a "pas de garantie suffisante que même la force de réaction (NRF, ndlr) serait en mesure de réagir rapidement et si besoin sur la durée".

Le rapport, qui doit être prochainement discuté par les ministres de l'Otan, décrit ainsi une organisation incapable de contrer une éventuelle agression militaire russe, en raison essentiellement d'"une structure de commandement clairsemée", résume Der Spiegel, dans des extraits de son édition à paraître samedi" (suite).

Lire la suite de l'article

Après avoir bradées les casernes à l’euro symbolique, 17 milliards d’euro pour l’infrastructure du futur service militaire

Une nouvelle facture salée pour une nouvelle fracture politique : un coup je vend tout, un coup, je rachète au prix fort. 

"Emmanuel Macron a des projets très coûteux pour la France. Le président de la République avait fait du service national universel (SNU) une promesse de campagne. Expérimenté en 2019, il devrait disposer d’un budget spécifique dans le projet de loi de finances. Selon un rapport sénatorial de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, le coût d’un tel dispositif promet d’être très élevé : 30 milliards d’euros sur cinq ans, indique Challenges ce vendredi.

Si le gouvernement a assuré que le financement de ce projet ne pèserait pas sur le budget de la Défense, il n’a pas évoqué son coût potentiel. “Le chef de l'État s'est engagé à ce qu'il y ait une ligne budgétaire bien identifiée. Il n'y a pas de somme qui a été mise en avant”, indique de son côté la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, lors d’un point presse. “Il n'y a pas de programmation bien précise, de structuration. Sur le budget 2018, il n'y a pas de somme. J'imagine […] qu'il y aura une ligne dans la loi de programmation des finances 2019”.

Le SNU, qui devrait, selon le vœu du chef de l’État, concerner entre 600.000 et 800.000 jeunes filles et garçons de 18 à 21 ans sur une période de un mois, demanderait selon le rapport “12 à 17 milliards d’investissement initial en infrastructures et acquisitions foncières, et

Lire la suite de l'article

Eric Dillies se déclare candidat à la présidence du FN

Eric Dillies, Conseiller régional des Hauts-de-France, Conseiller municipal de Lille et Conseiller communautaire de la Métropole Européenne de Lille, écrit dans un communiqué :

Eric Dillies"Élu de terrain et militant de notre mouvement depuis 30 ans, j’ai décidé de me présenter à la présidence du Front National. Il ne peut exister d’élection crédible sans choix. Or, nous sommes à quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures et il n’y a pas, pour le moment, d’autre candidat que la présidente sortante.

Je demande donc au Front National et à sa présidente, Marine Le Pen, de reporter l’échéance du dépôt de candidature et d’en changer son mode de parrainage. Ainsi, seront mises en place les conditions nécessaires au vrai débat démocratique dont notre mouvement a besoin pour accomplir sa refondation.

Nous ne pouvons plus écarter des débats les questions aussi essentielles et trop longtemps éclipsées que sont : 

  • la liberté, 
  • la famille, 
  • la défense des classes moyennes, 
  • l’hyperfiscalité, 
  • la préservation de notre vocation culturelle et spirituelle qui s’enracine dans notre histoire chrétienne et qui fait de la France une exception dans le monde.

Enfin, je vous demande à tous de réfléchir à la question suivante : alors que tout nous donne raison aujourd’hui, comment se fait-il que nous ne soyons pas majoritaires dans le pays ?"

Au second tour des législatives, Eric Dillies avait appelé à voter pour le candidat de la France insoumise contre celui de LREM.

Lire la suite de l'article

Pendant que les médias nous gavent d’islamophobie en France : 104 églises profanées en 4 mois.

Du boulevard Voltaire : 

"Le site lagauchematuer.fr a relevé que, du 1erjanvier au 15 février, 45 églises ont été visitées par des infidèles indélicats. Une par jour. Cela va du tabernacle vandalisé à l’église incendiée, en passant par des tags démoniaques défigurant chœur et autel. Le site propose « un panorama de cette christianophobie ordinaire ».

Mais il y a pire statistique encore. Sur un autre site spécialisé dans l’observation des actes de christianophobie, dirigé par Daniel Hamiche (www.christianophobie.fr), sont répertoriés l’ensemble des actes commis contre des églises, des lieux de culte, de dévotion, des écoles et des sites Internet chrétiens en France. La synthèse mensuelle de ces actes est tout simplement ahurissante ! Et totalement ignorée du gouvernement et de ses complices les médias. Pendant les quatre premiers mois de l’année, ce sont 170 actes qui ont été relevés par cet observatoire, dont 104 concernent des églises ! Une interruption de messe aux cris de Allahu Akbar, le caillassage de l’église de Lacanau, une sacristie incendiée, des tags anarchistes sur une église de Tours. Car ces actes christianophobes ne sont pas toujours le fait des adorateurs d’Allah mais souvent, aussi, celui de jeunes satanistes ou de cette secte des antifas, les milices armées de notre Premier ministre, qu’il ne veut surtout pas dissoudre pour entretenir un certain désordre sur notre sol. Et c’est peut-être bien là son seul bilan positif" (suite).

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron piétine de nouveau le Non au référendum de 2005

Unknown-11Emmanuel Macron a officiellement reconnu le drapeau européen, en marge du sommet européen à Bruxelles. Concrètement, il a signé la déclaration 52 annexée au Traité de Lisbonne sur les « symboles de l’appartenance commune des citoyens à l’Union ».

Si les symboles de l’Union avaient été relégués dans une déclaration annexe, c’est parce que les citoyens français avaient rejeté par référendum la Constitution européenne, qui proclamait ces symboles antinationaux dans son article IV-1.

Les citoyens ont dit non. Macron s'en moque, comme Nicolas Sarkozy avant lui avec son traité de Lisbonne.

Cela dit, les déclarations annexées aux traités n’ont (comme leur nom l’indique) aucune valeur juridique contraignante. La présence du drapeau européen au sein de l'Assemblée nationale est due à une décision du bureau de l’Assemblée en 2008 (sous la présidence de Bernard Accoyer). 

Autrement dit, et contrairement à ce que certains croient, cela n'est pas "imposé" de l'extérieur par l'UE.

Lire la suite de l'article

« Nous ne pouvons que nous réjouir de l’islamisation du pays des Francs, Allahu Akbar.»

C'est un commentaire postée sous cette vidéo. L'occasion d'écouter la dernière homélie du père Boulad, sj. Et d'agir ensuite : les bons mots ne doivent pas suffire.

"vous avez le droit d'annoncer Jésus-Christ, mais l'Eglise de France se tait! Pourquoi? Parce que les ordres viennent de très haut… alors que les musulmans attendent une parole!"

"Ensemble, la France doit redevenir chrétienne".

"Nous sommes en 44 aujourd'hui. c'est la même gravité de situation. Ce n'est pas le nazisme, c'est pire. un autre fachisme qui a décidé de conquérir l'Europe. En fait, il y a deux fachismes. Le fachisme de l'argent et le fachisme islamique".

Lire la suite de l'article

Islamo-gauchisme : de Weinstein à Tariq Ramadan

L’ex-salafiste repentie Henda Ayari accuse Tariq Ramadan de "viol" :

Unknown-12"Je vais vraiment avoir besoin de soutien mes ami(e)s, car en balançant le nom de mon agresseur, qui n'est autre que Tariq Ramadan, je sais les risques que j'encours…

J'ai gardé le silence depuis plusieurs années par peur des represailles car en le menaçant de porter plainte pour le viol dont j'ai été victime, il n'avait pas hésité à me menacer et à me dire également qu'on pourrait s’en prendre à mes enfants, j'ai eu peur et j'ai gardé le silence tout ce temps.

J'en ai tout de même parlé dans mon livre dans un chapitre entier en changeant son nom, pour ne pas être poursuivie en justice pour diffamation, mais aujourd'hui je ne peux plus garder ce secret trop lourd à porter, il est temps pour moi de dire la vérité.

C'est très dur mais je me sens soulagée, j'ai ressenti le besoin de parler aussi pour toutes les autres victimes, J'espère vraiment que d'autres femmes victimes, comme moi, oseront parler, et dénoncer ce gourou pervers qui utilise la religion pour manipuler les femmes !

Je sais qu'il me tombera dessus avec son équipe d'avocats et ces nombreux soutiens, c'est pour cela que je vais vraiment avoir besoin de vous pour me soutenir ! Car je m’apprête à traverser une grosse tempête mais je ne compte plus me taire ni faire marcher arrière au nom de toutes les femmes victimes !"

Lire la suite de l'article

35 ans après, les assassins de Bachir Gemayel condamnés à mort

Lu sur L'Orient Le Jour :

Unknown-13"Le verdict est tombé. La Cour de justice, présidée par Jean Fahd, a condamné vendredi à mort Habib Chartouni, militant du Parti syrien national social (PSNS, pro-Assad), et Nabil Alam, ancien haut responsable du PSNS, tous deux inculpés pour l'organisation et l'exécution de l'assassinat de l'ancien président de la République Bachir Gemayel. Chartouni et Alam ont également été déchus de leurs droits civiques. Ils sont également obligés de verser des dommages et intérêts à tous ceux qui ont porté plainte contre eux et d'assumer la moitié des frais de la procédure judiciaire.

Bachir Gemayel avait été assassiné le 14 septembre 1982, vingt deux jours après son élection à la présidence de la République, dans une explosion qui a détruit les locaux de la permanence du parti Kataëb dans le quartier beyrouthin d'Achrafieh. L'attentat avait coûté la vie au fondateur des Forces libanaises et à 32 autres personnes.

Réagissant au verdict, la veuve de Bachir Gemayel, Solange, qui a assisté à la séance, a estimé que "la justice a rendu son prestige à l'État et aux institutions". "Ce verdict nous donne espoir que justice sera rendue à tous les martyrs de la cause et aux martyrs de la Révolution du cèdre", a-t-elle poursuivi.

Le fils de Bachir, le député Nadim Gemayel, et son cousin, le député et chef des Kataëb Samy Gemayel, étaient aussi présents au Palais de justice. Ce dernier a salué un "jour historique".

Unknown-14Nadim Gemayel et les compagnons de Bachir Gemayel au sein

Lire la suite de l'article

Ancien otage, le père Uzhunnalil révèle qu’il a tenu grâce à la communion spirituelle

Le père Thomas Uzhunnalil avait été enlevé le 4 mars 2016 lors de l’attaque d’un hospice à Aden, au Yémen, qui avait coûté la vie à quatre Missionnaires de la Charité et à douze pensionnaires. Libéré le 11 septembre 2017, il s’est récemment confié au quotidien italien La Stampa.

Unknown-10« Toute cette période fut pour moi comme une longue retraite spirituelle ». « J’ai eu l’occasion de rentrer profondément en moi-même, de faire le point sur ma vie, ma vocation et la mission que le Seigneur m’avait confiée ».

« Le Seigneur m’a, dans sa bonté, permis de vivre une expérience pétrie d’insécurité, de souffrance, de privation, d’emprisonnement… Et puis, à l’issue, de redevenir un homme libre, prêt à remplir à nouveau sa mission de baptisé, de prêtre, de fils de saint Jean Bosco. Je rends grâces à Dieu pour la nouvelle possibilité qu’il m’a offerte ».

La force de tenir bon durant ces dix-huit mois d'emprisonnement, le salésien confie l’avoir trouvée dans la messe et la communion spirituelle :

« je m’unissais quotidiennement à la sainte messe, me rappelant de mémoire les lectures et les prières liturgiques ; j’étais moi-même le sacrifice eucharistique, mon propre corps étant un sacrifice d’agréable odeur à Dieu ».

Tout au long de sa captivité, le prêtre a vécu dans l'intimité de « l’Homme des douleurs, qui a connu l’angoisse, qui a été maltraité et rejeté : l’unique Christ de la Croix ». Tous les jours, explique-t-il, « j’ai senti Jésus à côté de

Lire la suite de l'article