Archives quotidiennes :

14 octobre : colloque du comité Soljénitsyne sur “Cent ans d’abominations communistes”

N'oubliez pas de vous inscrire au colloque du comité Soljénitsyne (avec le soutien du Salon beige), le 14 octobre prochain, sur "Cent ans d'abominations communistes".

C'est un devoir vis-à-vis des victimes passées et présentes de ce totalitarisme de ne pas les oublier et de commémorer à notre enfance le centenaire de la révolution d'octobre.

Voici le programme finalisé:

3 tables rondes

Introduction : Guillaume de Thieulloy

Les racines du communisme

  • La complaisance des intellectuels français pour le communisme : Stéphane Buffetaut
  • Nazisme et communisme : Didier Rochard

La terreur rouge

  • Terreur rouge et résistance : Bernard Antony
  • Résistance de la Pologne catholique : Marek Jurek
  • La terreur au Cambodge : Billon Ung Bun-Hor
  • Pourquoi j’ai quitté le Vietnam : Isabelle Thi Thuyet

Actualité du communisme

  • Le communisme tue toujours des chrétiens : Daniel Hamiche
  • Le « grand soir » par d’autres moyens : François Billot de Lochner
  • Le multiculturalisme, mutation du communisme : Jean-Pierre Maugendre

Un procès du communisme est toujours nécessaire : Bernard Antony

Et voici le lien pour vous inscrire: https://www.lesalonbeige.fr/colloque-communisme/

Lire la suite de l'article

Ils ont peur d’un bus

La mairie de Paris et la ville de Saint-Denis craignent le bus de CitizenGo. Pour ces gens-là, vous ne devez pas avoir le droit d'exprimer d'opinion contradictoire :

Capture d’écran 2017-10-06 à 22.49.51

CitizenGo sollicite notre aide :

  • Rendez-vous samedi 7 octobre à 11h00 devant le palais des congrès, pour prendre le bus. Destination : la fête à Neuneu (RDV à 12h00 pour ceux qui ne peuvent être à Porte Maillot avant). 
  • Rendez-vous dimanche 8 octobre à 15h00 Place Vendôme. 

DLSCrhtXUAAsJ2P-2-1170x781

Lire la suite de l'article

Le FN dénonce le démantèlement continu de la politique familiale par Macron

De Nicolas Bay, Vice-président du Front National, Député français au Parlement européen :

"Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et la majorité parlementaire LREM ont fait connaître leur volonté de mettre fin à l’universalité des allocations familiales, déjà mise à mal par la précédente modulation durant le quinquennat Hollande, en les supprimant pour une partie des familles.

On assiste au démantèlement continu de la politique familiale, alors que le concept de l’universalité des allocations familiales a toujours reposé sur le principe de cohésion nationale. Les allocations familiales visent à favoriser la natalité française, et ne doivent pas avoir pour but de combler le fossé entre aisés et moins aisés, d’où la distinction entre les prestations familiales et les prestations sociales.

Plutôt que de poursuivre dans la voie d’une politique anti-famille, le gouvernement devrait tout faire pour relancer la natalité française, condition indispensable à la prospérité et à l’avenir de notre nation."

Lire la suite de l'article

Découverte de la tombe de saint Nicolas ?

1003nicholasDes archéologues pensent avoir découvert en Turquie la tombe de Saint Nicolas. Le magazine Newsweek révèle ainsi qu’une tombe quasi-intacte a été découverte dans une crypte, jusque-là inaccessible, dans une église du district de Myre, au sud-ouest de la Turquie.

C’est dans la province d’Antalya que des archéologues ont accumulé des indices qui laissent penser qu’il s’agit bien de la tombe de ce saint du IVe siècle, emmurée sous une église. Grâce à des scanners, ils ont découvert une cavité, semblant indiquer la présence d’un mausolée souterrain. Cemil Karabayram, directeur des services de protection du patrimoine de la province d’Antalya, explique :

« Le tombeau sous l’église semble en bon état. Normalement, il n’a pas été endommagé par nos opérations. Il est difficile d’accès car de gros blocs de pierre et des mosaïques le recouvrent. On va devoir les extraire du sol ».« Nous allons creuser à cet endroit et peut-être allons-nous découvrir la dépouille intacte de Saint Nicolas ».

Lire la suite de l'article

Recours contre le décret liberticide du 3 août qui réprime les propos prétendument racistes et homophobes

Me Frédéric Pichon a déposé un recours pour excès de pouvoir au conseil d'état contre le décret liberticide du 3 août dernier qui réprime les propos prétendument racistes et homophobes et qui insère la notion de l'identité de genre pour la première fois dans l'arsenal répressif. Il estime notamment que

"Les notions d’identité de genre et d’orientation sexuelle sont floues, subjectives et de nature idéologiques. Si les notions de sexe et de handicap ne posent pas de difficulté particulière, il n’en va pas de même s’agissant de la notion d’orientation sexuelle et celle d’identité de genre. Il s’agit de constructions idéologiques qui ne relèvent pas de la science ou de la biologie mais correspondant à des échafaudages intellectuels particulièrement contestables. En sociologie, l'identité de genre se réfère au genre auquel une personne a le ressenti profond d'appartenir. Il s'agit à la fois du fait qu'une personne parle d'elle-même comme d'une femme ou d'un homme ou bien se décrit de façon moins conventionnelle et du fait que les autres personnes attribuent un genre à quelqu'un sur la base de ce qu'elles connaissent des indicateurs sociaux de genre (vêtements, coiffure, démarche, etc.). Dans ce dernier cas, on peut plus précisément parler du « genre social » de la personne. On peut aussi parler du genre « légal » (de l'état civil) lequel ne correspond pas forcément avec l'identité de genre en termes de vécu et de ressenti de la personne concernée.

Qu’est-ce qu’une orientation sexuelle ? Le Larousse indique que «

Lire la suite de l'article

Manifeste de Karim Ouchikh pour une Nouvelle France

Le président du Siel nous transmet son Manifeste :

Unknown-2La France est en proie à une crise existentielle inédite. Jamais sans doute notre pays ne s’est senti à ce point diminué mondialement, déclassé économiquement, tourmenté culturellement. Elu sur les décombres d’un paysage politique qu’il a largement contribué à atomiser, Emmanuel Macron s’active à appauvrir notre tissu industriel, à précariser nos populations les plus fragiles et à bouleverser, chaos migratoire aidant, les grands équilibres ethnico-culturels de notre pays. Plus grave encore : en accélérant l’intégration de notre pays dans une hypothétique ‘‘Europe souveraine’’, tout en affaiblissant méthodiquement l’autonomie de nos collectivités territoriales, le chef de l’Etat embarque la France dans une chimère post-nationale, avec la bénédiction des banques, des think-tanks américains et des forces communautaristes de tout poil.

Comptant sur la puissance d’un Système politico-médiatique voué à le servir, Emmanuel Macron entend appliquer une politique ouvertement marquée du sceau de l’idéologie libérale-libertaire qui le conduira progressivement à déréguler notre économie, à démanteler nos services publics et à anéantir les repères collectifs qui structurent notre inconscient collectif, de l’institution militaire aux communes, du modèle familial traditionnel aux ‘‘fondamentaux’’ de l’Histoire de France. Nombreux sont ceux qui, parmi nos compatriotes, ne se résignent pas à de si sombres perspectives : à ceux-là, je propose un chemin nouveau, celui du rassemblement sincère de tous les Français, par-delà les clivages partisans dépassés, pour œuvrer au redressement de la France et à la prospérité de notre peuple, autour de quelques priorités fortes.

Cette ambition pour la France repose

Lire la suite de l'article

Les bienfaits de l’école à la maison

25 000 élèves sont instruits en famille et parmi eux, près de 40 % ne sont pas inscrits au CNED (Centre national de l’enseignement à distance). Dans Présent, Anne Le Pape a interrogé une mère de famille qui a fait le choix de l'école à la maison. Extrait :

"[…] Ce fut un choix par défaut et un concours de circonstances. Mon aîné, à huit ans en CE1, était en échec scolaire avec une maîtresse assez déséquilibrée psychologiquement. J’avais dû intervenir auprès d’elle, car elle l’avait relégué au fond de la classe et ne s’en occupait plus, comme trois autres de ses camarades qu’elle ne savait comment aborder. Il faut dire que mon fils était très dans la lune. Intelligent, grand lecteur, il ne laissait pourtant paraître que rarement ses sentiments et, en fait, il était vraiment a-scolaire.

D’autre part, l’école dans laquelle se trouvaient mes deux aînés a été reprise par l’enseignement catholique des Yvelines, et mon mari et moi étions très méfiants sur les nouveautés qui risquaient d’y être introduites à la rentrée suivante. Bien nous en a pris, puisque des amis qui y avaient laissé leurs enfants les en ont retirés par la suite : les vieux manuels qui avaient fait leurs preuves avaient été jetés à la poubelle, les enfants de primaire devaient remplir des QCM…

Enfin, la seule école dans laquelle nous aurions souhaité mettre nos enfants se trouvait à 35 km de chez nous, ce qui ne nous semblait pas raisonnable, dans la mesure où les trajets en région

Lire la suite de l'article

L’ECLJ a remis au Comité des droits de l’homme son Mémoire en défense du respect de la vie

Ce Comité révise actuellement la définition internationale du « droit à la vie » et envisage d’imposer à tous les États la légalisation de l’avortement, du suicide assisté et de l’euthanasie au nom même du droit à la vie ! Pour contrer cette tentative, l’ECLJ a donné l’alerte, rédigé un Mémoire détaillé (consultable ici) et l’a remis au Comité en son nom et au nom des 132.710 personnes qui ont signé la pétition.

Dans son Mémoire, l’ECLJ alerte sur le fait que sous les apparences d’un progrès de l’autonomie individuelle, l’affirmation de la « liberté de mourir » et du « droit de tuer » est une régression des droits de l’homme portée par une conception inégalitaire de l’homme qui admet, voire encourage le sacrifice des plus faibles. Ce sont les femmes pauvres et isolées, les personnes âgées, malades, handicapées et les enfants à naître qui vont en être les victimes, comme en témoignent déjà les statistiques de l’avortement et de l’euthanasie. Si une telle interprétation devait prévaloir, le respect de la vie humaine ne serait plus garanti qu’aux seuls êtres nés et en bonne santé, abandonnant la vie des plus fragiles au pouvoir des plus forts et ouvrant la voie à l’eugénisme et au transhumanisme. Cette conception de l’humanité est précisément celle qui a été condamnée en 1948. Ce n’est pas un hasard si l’avortement et l’euthanasie ont d’abord été légalisés en U.R.S.S. et dans l’Allemagne nazie.

Le dépôt de ce Mémoire est une étape importante, mais la « bataille » continue !

Le Comité des droits

Lire la suite de l'article