Archives quotidiennes :

La forme terrifiante de l’ouragan Maria

Les images de l'ouragan Maria, de catégorie 4 après avoir atteint la catégorie maximale 5 lundi 18 septembre dans la soirée, font le tour des télévisions et des réseaux sociaux. Elles laissent apparaître une forme effrayante. L'ouragan doit atteindre la Guadeloupe mardi après avoir touché la Martinique et fait des ravages en Dominique.

B9713229013Z.1_20170919120541_000+GHC9QF79M.2-0

Lire la suite de l'article

Motu proprio Summa familiae cura

Le service de presse du Vatican vient de rendre public un Motu proprio intitulé Summa familiae cura, daté du 8 septembre, soit deux jours après la mort du Cardinal Caffara, par lequel le souverain pontife met pratiquement fin à l’Institut Jean-Paul II sur le mariage et la famille que saint Jean-Paul II avait créé pour répondre à la crise morale traversée par tant de sociétés contemporaines au cœur de leurs cellules vivantes que sont les familles. Présenté comme « un nouveau pas sur le chemin synodal » ouvert par Jean-Paul II en 1980 et qui avait donné lieu à l’exhortation apostolique Familiaris consortio, Summa familiae cura présente « la nouvelle étape synodale » comme un événement qui a « conduit l’Eglise à une conscience renouvelée de l’Evangile de la famille et des nouveaux défis pastoraux auquel la communauté chrétienne est appelée à répondre ». Jeanne Smits analyse :

Capture d’écran 2017-09-19 à 19.07.02"Le nouveau Motu proprio repose sur ce principe d’attention aux situations concrètes ; il cite largement Amoris laetitia et insiste sur « le changement anthropologique et culturel » actuel qui requiert de nouvelles réponses. On veut regarder « la réalité de la famille aujourd’hui, dans toute sa complexité, dans ses lumières et ses ombres ». Fort de tout cela, le pape François a décidé de son propre mouvement de modifier les attributions de l’Institut Jean-Paul II sur le mariage et la famille, notamment en modifiant son titre : l’Institut théologique Jean-Paul II pour les sciences du mariage de la famille aura un champ d’intérêt plus large avec « le développement des sciences humaines et de la culture

Lire la suite de l'article

Et maintenant, le patriarcat canin

Les négationnistes de la loi naturelle sont vraiment des déséquilibrés (eux). Ainsi, Carola Kastman, artiste suédoise, idéologue du gender et de la non-discrimination, a découvert que la société bourgeoise a réussi à imposer aux animaux la « discrimination genrée » qui fait que les mâles se croient tout permis avec les femelles :

« C’est très intéressant et très effrayant que les rôles genrés de la société se reflètent dans le monde culturel animal. Il est temps que les choses changent, écrit-elle dans un journal local. Jamais je n’aurais pu croire que le patriarcat ait pénétré les parcs canins. C’est une question politique majeure. Je ne serai pas satisfaite tant qu’il n’y aura pas au moins un parcours pour chiens réservé aux femelles dans chaque quartier. »

Il y a un moment, où il faudra les enfermer (je ne parle pas des chiens).

Commentaires (4)

Satan-Jupiter rendra fou ceux qu'il veut perdre.
Nous y sommes, n'est-ce pas?

Rédigé par : Tonton Jean | 19 sep 2017 16:42:03
____________________________________

Encore une andouille patentée (pour rester poli) qui veut absolument se faire remarquer avec des inepties.
Remarquez que ces âneries viennent toujours de Suède, pays de donneurs universels de leçons.

Rédigé par : Florian78 | 19 sep 2017 16:51:31
____________________________________

chez nous on dit "tous les fous ne sont pas à Cayssiols (c'est le nom de l'hôpital psychiatrique aveyronnais)"

Rédigé par : gaudete | 19 sep 2017 16:58:35
____________________________________

Euh…a-t-elle son bon sens?

Rédigé par : Melby | 19 sep 2017

Lire la suite de l'article

«A chaque fois que le vrai socialisme a été appliqué, il n’a semé qu’angoisse, dévastation et échec.»

Lire la suite de l'article

“Les principes et convictions de gauche explosent quand l’enfant entre en sixième”

Les journalistes de Libération sont confrontés au principe de réalité… Michel Becquembois, rédacteur en chef adjoint à «Libération», écrit à ses "amis qui trichent avec la carte scolaire" :

"[…] Nous sommes globalement blancs, favorisés, progressistes, tolérants, votons à gauche malgré nos déceptions. Nous avons 40 ans maintenant, et nos enfants entrent en sixième. Vous représentez toutes les strates de ma vie : amitiés lycéennes, étudiantes, professionnelles, parents d’élèves devenus proches… Et vous avez craqué. Presque tous. Les uns après les autres. Vous avez fait «un autre choix que le collège de secteur».

Pourtant, pour être honnête, ils étaient rarement problématiques, vos collèges de secteur. Mais vous aviez tous une bonne raison. Et individuellement, elles s’entendent : Juniorette est très sensible, et le collège où elle est affectée est un très gros bahut où elle risque d’être perdue, Junior préfère être scolarisé avec son cousin, ça sera plus simple pour les trajets… Mais, par-dessus tout, il y a l’excuse massue : l’établissement où Junior doit être affecté, «on n’en dit pas que du bien», et puis «il y a un problème de niveau, les bons ne sont pas assez stimulés».

Parce que la mixité scolaire, ça va bien à la maternelle et à la primaire. Mais au collège, fini de rigoler, on retrouve ses semblables. Les populations «défavorisées» «tirent la classe vers le bas». Alors que Juniorette, elle, elle est limite surdouée. La réversibilité de l’argument (et si c’était plutôt Juniorette et ses potes qui allaient tirer la classe vers le

Lire la suite de l'article

Pour Florian Philippot, la PMA est une diversion

Le vrai sujet, en effet, c'est de savoir si l'on va acheter nos bébés conçus par GPA en franc ou en euros…

Lire la suite de l'article

Un candidat LR à la présidence Front national et un candidat FN à la présidence de LR ?

Ce serait amusant selon Guillaume Bernard :

"[…] Que l’on veuille tenter une alliance des différents partis politiques qui sont à droite, c’est effectivement une illusion. En revanche, que des personnalités, et des électeurs surtout, se répartissent dans les partis à droite, mais qui sont tous de droite, cela est une véritable réalité. La recomposition pourrait se faire sur cette base-là.

Une clarification doctrinale permettrait à toutes les personnes véritablement de droite – et en particulier les électeurs – mais qui sont réparties dans différents partis pour différentes raisons personnelles, locales, de sensibilité, de se rassembler dans un véritable mouvement. Ce courant politique de droite ne pourra véritablement se réaliser qu’à la condition qu’il réunisse des personnes des deux rives du fleuve. […]

Le peuple de droite aspire à autre chose que de simplement rassembler des personnes d’organisations qui existent aujourd’hui. Regardez comment Emmanuel Macron a réussi à réaliser la grande coalition de la droite libérale et de la gauche sociale-libérale. Il l’a fait en se passant des partis politiques et non pas en essayant de rassembler de vieilles structures où l’atavisme ou la force d’inertie sont encore très grandes. Je crois que, pour éviter les suspicions, la recomposition de la droite doit se faire en se passant des forces politiques ou en allant au-delà des forces politiques telles qu’elles existent aujourd’hui. Tant qu’on résonnera en termes d’appareils actuels LR, FN, DLF, sans aucun doute, la recomposition ne verra pas le jour.

Très prochainement, il y a aura l’élection du

Lire la suite de l'article

LREM et la moralisation de la vie politique

Des subventions dans les poches LREM :

Unknown-2"Une amende de 15 000 euros a été requise contre une ancienne candidate LREM et ancienne adjointe à la mairie de Montpellier, Stéphanie Jannin, qui comparaissait lundi pour prise illégale d'intérêt devant le tribunal correctionnel de la ville, a-t-on appris auprès de son avocat.

Stéphanie Jannin, battue aux élections législatives dans la deuxième circonscription de l'Hérault en juin, comparaissait pour avoir voté, en tant qu'élue à Montpellier, des subventions – dont les montants n'ont pas été précisés – en faveur d'une association présidée par son compagnon.

La justice lui reproche en outre d'avoir voté un avenant à un marché de construction de logements sociaux, d'un montant de 70 000 euros, obtenu par une société dont elle avait été salariée précédemment.

 

[…] Stéphanie Jannin avait maintenu sa candidature aux élections législatives malgré sa convocation devant le tribunal correctionnel intervenue deux jours avant le premier tour. […]"

Lire la suite de l'article

Certifié Halal

ProductionHalal_agroalimentaireL'Afnor, organisme associatif rattaché au ministère de l'Industrie, a rendu publique le 15 septembre la première norme française sur le marché halal, en l'occurrence un «guide de bonnes pratiques de fabrication de denrées alimentaires transformées». L'Afnor souligne le caractère «expérimental» -pendant trois ans- et «volontaire» -non obligatoire- de cette norme, élaborée à la demande d'industriels français de l'agroalimentaire en vue de faciliter l'exportation de certains produits.

La norme ne couvre pas le sujet de l'abattage des animaux. Elle ne concerne que la partie aval de la filière: de la matière brute au produit transformé, incluant conserves, plats préparés, charcuterie, confiserie, boulangerie. Ainsi, un industriel qui fabriquerait des saucisses de volaille halal un jour par semaine doit pouvoir garantir qu'il a nettoyé ses outils pour éviter les contaminations croisées s'il produit des saucisses de porc sur les mêmes chaînes de fabrication les autres jours.

Selon l'Afnor, le nouvelle norme a été préparée en lien avec le Conseil français du culte musulman (CFCM), et avec les organismes de certification liés aux mosquées de Paris, Lyon et Evry, qui ont le monopole de l'habilitation des sacrificateurs halal. Faux, affirme le CFCM, qui «tient à rappeler qu'il a annoncé publiquement en avril 2015 son retrait des travaux». Le CFCM dénonce aujourd'hui une «manoeuvre d'ingérence par l'Afnor dans la définition du halal, qui est du ressort exclusif des instances religieuses musulmanes». Dalil Boubakeur critique la «prétention» de l'Afnor à «se parer des attributs de délivrance de licéité cultuelle». 

L'enjeu est de taille alors que

Lire la suite de l'article