Archives quotidiennes :

Le Cours du Sacré-Cœur recherche des professeurs pour enseigner à distance

Le Cours du Sacré-Cœur propose, à distance, un enseignement catholique et traditionnel.

Pour répondre à l’augmentation constante de son effectif, le Cours du Sacré-Cœur recrute régulièrement de nouveaux professeurs.

L'établissement recherche notamment :

  • son deuxième professeur d’histoire-géographie,
  • son quatrième professeur de français,
  • sa quatrième institutrice,
  • son premier professeur de philosophie (thomiste).

Les candidats doivent posséder :

  • au moins une licence pour le primaire et le collège,
  • de préférence un master pour le lycée.

Les professeurs ont notamment la responsabilité d’évaluer les élèves, soit par écrit soit par visioconférence. Ils peuvent être amenés à rédiger certains cours et éventuellement à assurer du soutien scolaire.

Les candidatures peuvent être déposées directement sur le site, en cliquant ici et en allant sur l'onglet "emploi".

Veuillez cliquer ici pour visiter le site du Cours du Sacré-Cœur.

Lire la suite de l'article

Le père Tom libéré

Le Père Tom Uzhunnali, prêtre syro-malabar qui avait été enlevé en 2016 à Aden (Yémen), a été libéré. Il était imberbe, on le retrouve avec une grande barbe blanche…

758dc7ab63677117467388c3b99fce90_XL

21728188_1979835395585589_7245005742076118747_n

Le Père Tom, salésien, était aumônier d’un orphelinat de la congrégation de Mère Teresa, qui avait été attaqué le 4 mars 2006. Quatre religieuses et douze autres personnes avaient été tuées. Selon les déclarations de Mgr Paul Hinder, vicaire apostolique d’Arabie du Sud, cette libération a été principalement obtenue par le sultan d’Oman, qui a déjà réussi à faire libérer d’autres otages d’al-Qaida.

Lire la suite de l'article

PMA : Nous sommes tous prêts à descendre dans la rue

De Tugdual Derville :

« Nous en appelons au président de la République. A lui de dire quelles sont ses priorités pour la France. Le gouvernement ne peut ignorer l’immense risque d’ouvrir une nouvelle bataille sociétale qui diviserait en profondeur les Français, alors qu’il faut plus que jamais les rassembler et apaiser les tensions. Si Emmanuel Macron lance ce rideau de fumée sociétal, nous devrons dénoncer dans la rue l’injustice faite aux enfants. La résistance à la PMA sans père, au nom du « droit de l’enfant » qui s’oppose au « droit à l’enfant », nous mobilise fortement, ainsi que de nombreux autres mouvements de toutes les sensibilités politiques et philosophiques. Il s’agit de prévenir ensemble ce basculement décisif vers le grand marché globalisé de la procréation. L’ultra-libéralisme ignore le droit des plus faibles, car il conçoit l’être humain comme un produit qu’on peut acquérir. Nous sommes tous prêts à descendre dans la rue sur la base d’un collectif le plus large possible. C’est l’honneur de la France, pays des droits universels de l’Homme, que de résister à la marchandisation du corps. »

 👉 Signer la pétition : “Mobilisons-nous, préparons la prochaine loi de bioéthique 📝…

Lire la suite de l'article

Extension de la PMA : où est le débat apaisé ?

Les AFC s’étonnent des propos de Marlène Schiappa de ce matin :

“[…] Ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, c’est délibérément priver de père un enfant, alors même que de plus en plus de professionnels de l’enfance (pédopsychiatres, services d’adoption…) soulignent l’importance de la place du père et de l’accès aux origines dans la construction de l’enfant.

Les AFC attendent du Président de la République et du Gouvernement qu’ils ne rouvrent pas inutilement des débats de société, à plus forte raison si les conditions d’une concertation apaisée ne sont pas réunies.”

 👉 Signer la pétition : “Mobilisons-nous, préparons la prochaine loi de bioéthique 📝

Lire la suite de l'article

Victoire de l’alliance entre la droite et les populistes en Norvège

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Au début de l’année on donnait comme acquise la victoire de la gauche aux législatives norvégiennes. Les travaillistes étaient crédités de 36% des voix. Les élections ont eu lieu hier. Les travaillistes ont obtenu 27,4% des voix, leur deuxième plus mauvais score depuis 1924.

L’alliance des conservateurs (25,1%) et des « populistes » (le parti du progrès, 15,3%) garde donc le pouvoir. Pour faire en sorte que la Norvège reste un pays florissant, en dehors de l’Union européenne, et en dehors de la tsunamigration (grâce aux « populistes »). Et les Verts sont en dessous des 5%, ce qui permet de continuer tranquillement l’exploitation du pétrole. La Norvège a le fonds souverain (abondé par les revenus du pétrole et les gains des placements) le plus important du monde. On disait qu’il allait peut-être dépasser le montant historique de mille milliards de dollars à la fin de cette année. Il a atteint les mille milliards de dollars ce mardi. Au premier semestre il a connu un rendement record de 6,5%, soit un gain de 499 millions de couronnes (63,7 millions de dollars). Le gouvernement puise un peu dans le fonds pour assurer le bien-être général. Il a toutefois abaissé de 4 à 3% le plafond autorisé. Mais 3% de 1000 milliards, ça fait quand même 30 milliards…"

Lire la suite de l'article

Le député non inscrit est un parlementaire de seconde zone

D'Authueil :

"Le député LRM, M'Jid El Guerrab a choisi de quitter son groupe parlementaire, et de siéger parmi les non inscrits, après sa mise en examen pour violences aggravées. Cela entraine plusieurs conséquences, à commencer par un changement de commission. Alors qu'il était aux Finances, voilà qu'il se retrouve à la Défense.

Les places en commission sont attribuées aux groupes parlementaires, qui les répartissent entre leurs membres. Quitter son groupe revient à perdre sa place en commission. Mais comme tout député doit obligatoirement être membre d'une commission permanente (il y en a 8), les services de l'Assemblée lui attribuent une autre commission. Cette réattribution est une loterie, qui repose sur des clés de répartition très compliquées, car jouant sur les équilibres numériques entre les groupes, afin de permettre une répartition équitable. Les députés non-inscrits se retrouvent avec les restes, et prennent ce qu'on leur donne. Ni Richard Ferrand, président du groupe LREM, et encore moins le gouvernement, n'ont eu un quelconque pouvoir de décision sur l'attribution d'une place en commission de la Défense à M'jid El Guerrab.

C'est clairement moins avantageux pour lui. La commission des Finances est sans doute la plus intéressante pour un député, car tous les projets, à un moment donné, passent par la case "budget". Cette commission voit donc tout passer. Elle est dotée d'importants moyens de contrôle (que les députés sous-utilisent, mais c'est un autre problème). Tous les ans, elle a un gros boulot à la rentrée avec le budget. A l'inverse, la

Lire la suite de l'article

Plan social à l’UDI

Le parti présidé par Jean-Christophe Lagarde connait une grave crise financière, au point de songer à céder son siège de trois étages dans le 15e arrondissement de Paris.

Au-delà du seuil de 50 candidats à plus de 1 % dans 30 départements, chaque formation reçoit 1,42 euro par voix recueillie au premier tour. Avec ses 687 225 votes aux dernières législatives, l'UDI devrait donc toucher 976 000 euros par an. À cette somme s'ajoutent les 37 000 euros perçus pour chacun de ses 18 députés élus. Au total, l'UDI recevra une enveloppe annuelle de 1 650 000 euros (sans compter l'argent rapporté par les sénateurs). Bien moins que les 2 680 000 euros (toujours sans compter les sénateurs) dont bénéficiait la confédération centriste lors de la précédente législature. 

Pour combler ce manque, un plan social serait en cours de préparation.

L'UDI étant en partie responsable de la défaite de François Fillon, pour l'avoir incité à gauchiser son discours (lire ici, ici, ici et ), LR ferait mieux de rompre avec cette machine à perdre.

Lire la suite de l'article

Belgique : les Frères de la Charité se mettent en marge de l’Eglise

L’organisation des Frères de la Charité en Belgique ne reviendra pas sur sa décision, prise en mars dernier, d’autoriser la pratique de l’euthanasie au sein de la quinzaine d’établissements psychiatriques placés sous sa responsabilité. Cette prise de position a été prise la veille lors d’une réunion exceptionnelle du conseil d’administration. L’organisation belge a donc choisi de ne pas suivre les recommandations de Rome et du supérieur général de l’ordre lui demandant de revenir sur sa décision, jugée contraire à l’enseignement de l’Église catholique.

« Cet avis d’éthique a été rédigé de manière conforme à la pensée chrétienne que nous appliquons dans notre organisation. Nous tenons à cet effet toujours compte des changements et des évolutions de notre société ». « Nous cherchons à protéger la vie et assurons que l’euthanasie n’est pratiquée que lorsqu’il n’y a pas d’autre solution et ce, dans le but d’offrir au patient un traitement raisonnable ».

Début août, Rome avait donné suffisamment de temps à l’organisation pour réviser sa position. Dans le cas contraire, elle risquait l’exclusion de l’ordre comme l’a répété à plusieurs reprises le frère Stockman, le supérieur des Frères de la Charité.

Lire la suite de l'article

Marlène Schiappa annonce une mesure qui profitera au business de la procréation et coûtera aux travailleurs

Communiqué de La Manif Pour Tous :

“Sur RMC ce matin, la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa a déclaré que l’extension de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes, c’est-à-dire sans père, serait légalisée en 2018 avec la révision de la loi de bioéthique. Son argument de justice sociale, particulièrement mal venu de la part d’une secrétaire d’Etat, omet complètement l’enfant et le père, pourtant au centre de la question. Quant à l’engagement prétendument pris par Emmanuel Macron à ce sujet, La Manif Pour Tous appelle la Secrétaire d’Etat à relire précisément les propos du Président à ce sujet : il avait, au contraire, prudemment posé des conditions et s’était bien gardé d’un engagement ferme.

Par sa déclaration matinale, Marlène Schiappa instrumentalise l’enfant et la famille en espérant calmer la fronde sociale. En réalité, la PMA sans père coûterait très cher aux travailleurs et aux contribuables, tout en rapportant à tous les profiteurs du business de la procréation. Contrairement à ce que croit manifestement Marlène Schiappa, la PMA sans père est une mesure de logique ultra-libérale : elle serait du plus grand profit du lobby médical et pharmaceutique !

Contrairement à ce que Marlène Schiappa semble imaginer, les Français sont largement opposés à la PMA sans père : pour 77% d’entre eux, « l’Etat doit garantir aux enfants conçus par PMA d’avoir un père et une mère » ! Alors que l’un des premiers engagements d’Emmanuel Macron a été d’agir pour rassembler les Français, la méthode de

Lire la suite de l'article

Les chefs de parti de droite peuvent-ils rester enfermés dans leur silo ?

Dans Valeurs Actuelles, Nicolas Tardy-Joubert (PCD) s'interroge sur la refondation de la droite :

"[…] Nicolas Sarkozy a été battu en 2012 pour n’être pas resté sur la ligne politique pour laquelle il avait été élu en 2007. Une des conséquences a été un très mauvais report des voix d’électeurs du FN qui à un moment avaient pu voter pour lui. Ceux-ci se sont sentis trahis par un manque de constance et de cohérence dans la politique menée. De son style est né l’anti-sarkozysme. Résultat : 5 ans de Hollande et la France dans la rue sur des sujets majeurs de société, à l’instar des centaines de milliers de militants de la Manif Pour Tous.

En 2017, la Droite devait gagner et remettre le pays sur des rails. Du coté des LR, le manque de clarté de la ligne politique a éclaté au grand jour avec les primaires (communautarisme, sujets de société….). François Fillon s’est empêtré dans les affaires, avec une communication affligeante, et un manque de combativité sur les sujets qui avaient fait descendre les français dans la rue. Sa qualification pour le deuxième tour a aussi été impossible avec Nicolas Dupont-Aignan faisant cavalier seul ; les 5% d’insatisfaits qui ont voté pour lui le sont probablement d’autant plus avec l’élection d’Emmanuel Macron.

Les Républicains peuvent-ils continuer à dériver toujours plus en abandonnant régulièrement les combats qu’ils avaient choisi de mener il y a encore peu ? Ne devraient-ils pas déployer un programme économique et social au service

Lire la suite de l'article