Archives quotidiennes :

Maël de Calan, un candidat macroniste à la tête des Républicains ?

Maël de Calan, proche d'Alain Juppé, a annoncé sa candidature à la présidence des Républicains. Dans un entretien accordé ce mardi à Ouest France, il déclare :

"Sur le fond, il faut défendre une droite ouverte et équilibrée qui ne se reconnaît pas dans la ligne contestataire et clivante. […]

Vous parlez d’unir la droite et le centre, mais sur des sujets sociétaux majeurs, ça coince ? Quand on parle de droite chrétienne, ça crée des clivages…

Oui, il y a des sujets où la droite et le centre se retrouvent et d’autres où ils s’éloignent. Il y a au moins trois lignes de fracture : sur l’Europe, entre des eurosceptiques et une droite qui reste attachée à l’ambition européenne de la France dans laquelle je me reconnais ; sur des questions économiques, entre une droite qui relègue les questions économiques au second plan et une droite qui veut aller au bout des réformes ; sur la manière dont on voit la société française, entre une droite qui se referme sur elle-même et une droite ouverte.

Il y a des différences de sensibilité très fortes entre les amis de Sens commun qui soutiennent Laurent Wauquiez et la droite ouverte que je souhaite. Mais, ça ne vaut pas dire que l’union de la droite et du centre a perdu tout sens. […]

Que pensez-vous des « constructifs » qui travaillent avec le gouvernement ?

Ils ont fait le choix de se placer en dehors du parti. Si je me présente avec

Lire la suite de l'article

Vers la préférence nationale en Grande-Bretagne

Le Guardian publie un document de 82 pages fuité du ministère de l'intérieur britannique sur l'immigration post-Brexit. Le projet veut instaurer la "priorité nationale" à l'emploi et un système qui "bénéficie aux locaux avant de bénéficier aux migrants." Le regroupement familial "actuellement quasiment illimité", sera restreint au conjoint et ses enfants. Obligation pour les employeurs de vérifier la légalité à l'embauche; et aucun visa ne sera délivré sans promesse d'emploi ou ressources conséquentes. 

Les citoyens de pays de l'UE pourront rentrer et séjourner au Royaume-Uni sans visa pour une période de 3 à 6 mois (idem pour citoyens US). Les migrants de l'UE légaux recevront un titre de séjour biométrique d'une durée maximale de 2 ans pour des emplois non qualifiés et 5 ans pour des emplois qualifiés (A noter que la limite de 5 ans pour les emplois qualifiés est purement théorique, car 5 ans ouvrent le droit à un titre permanent). Les citoyens de pays de l'UE ne recevront pas de tampons sur leur passport pour une entrée de courte durée au Royaume-Uni. A noter aussi : les cartes d'identité de pays de l'UE ne seront plus des documents valides pour rentrer au Royaume-Uni.

En résumé : le Royaume-Uni devient un pays normal, qui contrôle ses frontières et décide de sa politique d'immigration selon ses besoins. Néanmoins, ce document prévoir une période d'adaptation de 2 ans minimum à partir de mars 2019. Et il ne s'agit que d'un document de travail. Mais explosif.

(via )

Lire la suite de l'article

Le véritable débat est de savoir s’il ne serait pas temps, pour l’Église, de sortir de l’idéologie du tout-migratoire

Sur Boulevard Voltaire, Laurent Dandrieu répond au père Stalla-Bourdillon

"Une Église qui prône la « culture de la rencontre » se doit, plus que toute autre institution, d’être ouverte au débat. Une Église disposée à aller vers les périphéries ne peut pas manquer de s’intéresser à cette périphérie particulière que sont ses propres fidèles, que certains aspects de son discours actuel met mal à l’aise. Aussi ne pouvait-on que se réjouir de voir le blog du père Laurent Stalla-Bourdillon, directeur du Service pastoral d’études politiques et aumônier des parlementaires, se pencher sur cette question éminemment politique de la position de l’Église sur l’immigration, et répondre aux nombreuses objections qui ont été soulevées ici ou là à l’encontre du récent message publié par le pape François à l’occasion de la prochaine Journée mondiale du migrant et du réfugié. Et c’est pourquoi, aussi, on ne pouvait qu’être déçu que ce billet, au lieu de répondre à des objections réelles, concentre ses attaques sur des objections fantasmées, ou peut-être glanées sur les réseaux sociaux, dont on sait qu’ils ne sont pas précisément le lieu idéal pour un débat intellectuel serein et approfondi.

Contrairement à ce qu’affirme le père Stalla-Bourdillon, personne – en tout cas, personne de sérieux – ne réclame du pape qu’il se fasse le « défenseur de la supériorité culturelle de l’Europe chrétienne » ; personne de sérieux ne désire que l’Église s’engage dans « une logique de domination territoriale », personne ne souhaite que le pape abdique la dimension universelle de

Lire la suite de l'article

La préfecture annonce qu’elle ne prolonge pas l’existence du camp de clandestins dans le 15e arrondissement de Paris

8905fc4b-40be-4ab6-adc3-cfe8856a7b35Communiqué de Génération Identitaire Paris :

"Après plusieurs jours d’hésitation, la préfecture a fini par annoncer qu’elle ne prolongerait pas l’existence du camp de clandestins dans le 15e arrondissement de Paris. Cette annonce fait suite à une forte opposition locale menée entre autre par les militants identitaires parisiens, qui ont notamment organisé un happening de protestation devant le campement.

Après la fermeture des camps de Louveciennes et de Rocquencourt dans les Yvelines, la préfecture d’Île-de-France est une nouvelle fois contrainte de faire marche arrière sous la pression populaire. Une nouvelle fois, les projets de répartition de migrants clandestins sont contrecarrés par l’action résolue des militants identitaires et de la population.

Mais fermer des centres d’accueil de migrants n’est que la première étape. Il est plus que temps que les pouvoirs publics prennent enfin la seule mesure susceptible de régler durablement la crise migratoire : l’expulsion systématique des clandestins !"

Lire la suite de l'article

Une fillette de quatre ans meurt de paludisme … en Italie

Le dernier cas autochtone a été diagnostiqué en 1962 en Sicile

Une petite Italienne âgée de quatre ans est morte à Trente d'un paludisme cérébral, une forme pernicieuse et grave de l'infection à Plasmodium falciparum. La famille n'aurait effectué récemment aucun déplacement dans les pays d'endémie. Elle avait au contraire passé ses vacances en Vénétie. 

Giovanni Rezza, épidémiologiste et médecin chef du département de maladies infectieuses de l'Institut supérieur de la santé, s'étonne :

« Il s'agit d'un cas extrêmement rare et étonnant car cette maladie est transmise par un type de moustique qui ne vit pas en Italie et nous ne savons rien sur le type de transmission du virus dans ce cas précis ».

L'hypothèse des changements climatiques et d'une sorte de mutation des moustiques est déjà envisagée…

Autre explication plus crédible : un moustique aurait été « importé » dans une valise par un passager en provenance d'une zone à risque. Un rapport annuel sur l’épidémiologie des maladies infectieuses, publié le 12 juillet 2017, dresse le bilan de plus de 50 maladies infectieuses recensées en Allemagne en 2016. Ce rapport montre une incidence accrue de la conjonctivite à adénovirus, du botulisme, de la varicelle, du choléra, de la cryptosporidiose, de la dengue, de l’échinococcose, de l’E. Coli entérohémorragique, de la giardiase, de l’infection à Haemophilus influenzae, du Hantavirus, de l’hépatite, de la fièvre hémorragique, du VIH / SIDA, de la lèpre, de la fièvre récurrente à poux, du paludisme, de la rougeole, de la

Lire la suite de l'article

Dieu existe-t-il vraiment ?

Affiche site internetLe professeur de philosophie Radisson, citant de nombreux grands auteurs, demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire à lui et à ses camarades. Un défi qui ne sera pas sans conséquences…

La question de l’existence de Dieu est souvent abordée lors de discussions ; de nombreuses fois nous pouvons nous retrouver face à plusieurs réflexions telle que :

« Avec toutes ces violences, comment pouvez-vous croire en un Dieu d’amour ; si votre Dieu existait il n’y aurait pas tant de malheurs dans le monde… ».

Nombreux sont ceux qui peuvent se retrouver démunis face à ces interrogations ou af rmations.

Dieu n'est pas mort est un film qui permet d’aborder chacune de ces questions et de trouver des clefs pour y répondre. Ce faisant, il permet à chacun d’enrichir sa propre foi et de mieux comprendre ce en quoi l’on croit.

Le film Dieu n'est pas mort sortira en salle le 20 septembre. Un grand nombre d’églises (protestantes et catholiques) ont d’ores et déjà prévu une soirée d’évangélisation autour du film avec leur cinéma de quartier.

Lire la suite de l'article

Dieu existe-t-il vraiment ?

Affiche site internetLe professeur de philosophie Radisson, citant de nombreux grands auteurs, demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire à lui et à ses camarades. Un défi qui ne sera pas sans conséquences…

La question de l’existence de Dieu est souvent abordée lors de discussions ; de nombreuses fois nous pouvons nous retrouver face à plusieurs réflexions telle que :

« Avec toutes ces violences, comment pouvez-vous croire en un Dieu d’amour ; si votre Dieu existait il n’y aurait pas tant de malheurs dans le monde… ».

Nombreux sont ceux qui peuvent se retrouver démunis face à ces interrogations ou af rmations.

Dieu n'est pas mort est un film qui permet d’aborder chacune de ces questions et de trouver des clefs pour y répondre. Ce faisant, il permet à chacun d’enrichir sa propre foi et de mieux comprendre ce en quoi l’on croit.

Le film Dieu n'est pas mort sortira en salle le 20 septembre. Un grand nombre d’églises (protestantes et catholiques) ont d’ores et déjà prévu une soirée d’évangélisation autour du film avec leur cinéma de quartier.

Lire la suite de l'article

Des Gambiens créent une association pour décourager les migrants de venir en Europe

Lu dans Le Monde :

"Après avoir été dépouillé de ses vêtements, battu, réduit en esclavage et finalement renvoyé en Gambie, Karamo Keïta est sûr d’une chose : aucun jeune ne devrait vivre l’enfer qu’il a connu en Libye lors de son voyage avorté vers l’Europe.

De retour à Banjul depuis quelques mois, Karamo Keïta, 27 ans, a fondé, avec d’autres migrants, victimes comme lui de terribles abus pendant leur périple à travers le Sahara, une association, Les Jeunes contre la migration illégale, pour réclamer aux nouvelles autorités la création d’emplois en Gambie. Surtout, ils veulent casser le mythe qu’une vie meilleure en Europe est facilement atteignable."

Lire la suite de l'article