Archives quotidiennes :

Comment croire élargir la droite en partant à gauche ?

Dans un entretien au Parisien, Valérie Pécresse, qui s'oppose à Laurent Wauquiez, déclare :

«Comme le disait lui-même Nicolas Sarkozy: ‘Quand la droite se rétrécit, elle perd. Quand elle s'élargit, elle gagne'». Elle préconise donc «d'élargir la droite, de l'oxygéner, d'ouvrir les portes et les fenêtres pour redonner une envie de droite aux Français»

Comment veut-elle élargir la droite si elle ne fait pas l'ouverture à droite ? À propos de la politique du chef de l'État, elle se montre plutôt bienveillante. Elle se déclare prête à voter la réforme du Code du Travail.

L'ouverture à droite, c'est ce qui a manqué à Nicolas Sarkozy durant son quinquennat et ce qui l'a fait perdre.

Par ailleurs, elle redoute un éclatement du parti LR en cas de victoire de Laurent Wauquiez. C'est pourtant indispensable, si ce parti veut retrouver sa droite. Laurent Wauquiez devrait d'ailleurs faire  campagne sur l'exclusion des gauchistes et autres "Constructifs" de LR, et non se poser en opposition alternative à … Mélenchon. Mais Laurent Wauquiez, que ses adversaires accusent d'être trop à droite, est également hostile à toute alliance avec le FN :

« J’ai été d’une très grande clarté là-dessus : personne au sein des Républicains ne veut d’alliance avec l’extrême droite. Arrêtons d’utiliser cet épouvantail totalement fictif »

"Personne" sauf… les électeurs…

Commentaires (2)

VP se dit prête à voter la réforme du Code du Travail.
Il y a cependant un gros bémol. Elle n'est plus parlementaire.
De même comment peut-elle affirmer péremptoirement que la loi Taubira est

Lire la suite de l'article

L’Europe : “Mort à crédit”

De l'abbé Michel Viot :

"Ce titre d’un roman de Céline s’impose de plus en plus à mon esprit quand je réfléchis au comportement de la plupart des européens et de leurs « clercs » (comme le comprenait Benda dans son livre de 1927, La trahison des clercs) devant le péril que leur fait courir l’islam. Ce livre paru en 1936, et qui fit scandale, faisait suite à Voyage au bout de la nuit qui en 1932 connut un immense succès. Ce ne fut pas le cas de Mort à crédit, qui bien que n’étant pas la suite du premier en constituait pourtant la clé d’interprétation. Les personnages sont à peu près tous de pauvres minables, s’étourdissant dans une vie médiocre pleine de ces illusions euphorisantes que distille toujours un temps qui semble faire crédit. Mais au bout du chemin, et quelquefois même en son cours, on trouve la mort ! Et chez Céline, elle n’apparaît jamais parée, son surgissement relève soit du sordide, soit du suicide ou de l’assassinat. En attendant, les protagonistes paient les intérêts du crédit que la mort offre généreusement aux sots qui sont ses clients… et ils sont légion !

Ce n’est pas la première fois depuis maintenant plusieurs années que l’Europe se trouve confrontée à une puissance de mort qui offre largement son crédit. L’exemple de ce qui n’était pas encore la France, mais la Gaule à la fin de l’empire romain est à cet égard bien parlant ! Quand on y

Lire la suite de l'article

“Comment les catholiques peuvent accueillir les croyants LGBT”

Cet article du cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation vaticane pour le culte divin, est paru le 31 août dans le « Wall Street Journal », dans la rubrique des éditos et des opinions. Le cardinal y critique les thèses du père James Martin, la plume vedette d’ « America », la revue des jésuites de New-York, également consultant au Secrétariat pour la Communication du Vatican et auteur cette année d’un livre qui bouleverse l’enseignement de l’Eglise en matière d’homosexualité en légitimant les rapports entre personnes de même sexe. Un livre qui a été rapidement dénoncé aux Etats-Unis par l’archevêque de Philadelphie Mgr Charles Chaput mais qui a aussi été publiquement apprécié par d’autres personnalités de l’Eglise américaine, dont les cardinaux – très chers au pape François – Kevin Farrell et Joseph Tobin :

Martin-300x227"L’Eglise catholique a souvent été critiquée, y compris par certains de ses propres membres, pour sa réponse pastorale à la communauté LGBT. […] Parmi les prêtres catholiques, le Père James Martin, un jésuite américain, est l’un des critiques les plus explicites du message de l’Eglise sur la sexualité.  Dans son livre « Building a Bridge » publié au début de cette année, il répète la sempiternelle critique selon laquelle les catholiques auraient été très critiques envers l’homosexualité tout en négligeant l’importance de l’intégrité sexuelle dans ses propres rangs.

Le Père Martin a raison d’affirmer qu’il ne devrait pas il y avoir deux poids deux mesures concernant la vertu de chasteté qui, bien qu’exigeante, fait partie intégrante de la bonne nouvelle de

Lire la suite de l'article

Si vous collaborez avec la police, vous assumerez…

Les dealers menacent publiquement les habitants :

Image

Ce message a été imprimé en plusieurs exemplaires et affiché dans les immeubles 19 et 20 de la place des Faons, dans le quartier des Izards, à Toulouse. Les trafiquants de stupéfiants ont pris le contrôle de deux bâtiments.

Lire la suite de l'article

Petites recettes pour être chrétien dans un monde qui ne l’est plus

Nous avons déjà évoqué l’ouvrage de Rod Dreher sur le Pari bénédictin. Voici quelques extraits, qui touchent à tous les moments de la vie quotidienne.

  • Comment-etre-chretien-dans-un-monde-qui-ne-lest-plus-Le-pari-benedictin-300x415L’Eglise et la liturgie :

La liturgie ne se contente pas de transmettre une information à propos de Dieu : elle forme notre imagination et notre coeur. […] Ce que beaucoup de protestants appellent de “vaines répétitions” et rejettent est au contraire ce que la liturgie propose de meilleur.”

  • La politique :

“Des décennies durant, les chrétiens conservateurs ont fait comme si la politique était le meilleur moyen de lutter contre les menaces pesant sur la famille. C’était une illusion, aujourd’hui évanouie. Pour une vraie renaissance, c’est de la famille et de la communauté paroissiale qu’il faut partir.”

  • La communauté paroissiale :

La géographie est le secret de la force et de la longévité des communautés juives orthodoxes. Leur foi exigeant d’eux qu’ils se rendent à pied à la synagogue pour le chabbat, ils ne peuvent en vivre trop éloignés. C’est un motif de rapprochement de la communauté.”

  • Les écoles :

“Plutôt que de laisser leurs enfants passer quarante heures par semaine à apprendre des “faits” et, de temps à autre, quelques principes moraux bien faibles, les parents doivent les retirer de l’enseignement public et leur donner une éducation plus solide, c’est-à-dire fondée sur l’idée centrale d’un univers créé et ordonné par Dieu, dont on peut découvrir la structure mystérieuse. Ils doivent leur enseigner les saintes Ecritures et l’histoire, et

Lire la suite de l'article

15-17 septembre : séminaire de formation de l’Institut de Formation Politique

Visuel SN 1 septembre 2017Créé en 2004, l’Institut de Formation Politique s’adresse aux jeunes de 18 à 30 ans attachés à la primauté de la personne humaine et aux valeurs de liberté et de responsabilité. L’Institut propose ainsi des formations (le week-end) qui permettent de renforcer les convictions de ses auditeurs, de leur faire acquérir les méthodes de base d’une action efficace, en vue de favoriser l’engagement et l’action dans la Cité.

Le prochain séminaire a lieu les 15, 16 et 17 septembre prochains, à Paris. Inscrivez-vous vite !

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 2 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 2 ou le 11 septembre 909 : fondation de l'abbaye de Cluny, en Bourgogne.

(Le 2 septembre, selon la date proposée par l'historien de Cluny Guy de Valous, dans: Le monachisme clunisien des origines au XVe siècle. D'autres historiens place la fondation le 11 septembre.)

Suite au Traité de Verdun de 843, les Abbayes bénédictines se voient placées sous la tutelle de princes, comtes et autres seigneurs des provinces de l'Empire.

Guillaume Ier le Pieux, comte de Mâcon, duc d'Aquitaine, consacre son domaine de Cluny aux Saints Pierre et Paul pour y faire bâtir une Abbaye selon la règle de Saint Benoît. Mais il souhaite que l'abbaye soit placée directement sous la tutelle pontificale. C'est donc une abbaye « immunitaire », c'est-à-dire indépendante à la fois de l'évêque et des seigneurs de la région, et ne doit obéissance qu'au pape. Cet élément joue un grand rôle dans le développement de l'abbaye.

Bernonest le premier Père Abbé de Cluny. Il reçoit le pouvoir de rendre justice sur son domaine ; Cluny prend de l'importance en France,car l'abbaye peut octroyer sa protection à d'autres abbayes. Un réseau puissant et quasi-indépendant du pouvoir des derniers carolingiens prend forme. Mais l'apogée de Cluny au XIe siècle est en grande partie l'œuvre de l'un de ses plus grands abbés : Odilon.

L'abbaye estun foyer intellectuel et culturel important tant au Xe

Lire la suite de l'article