Archives mensuelles : septembre 2017

Politique familiale : le matraquage continue !

Communiqué des AFC :

Unknown-14"Le projet de loi de financement de la Sécurité de sociale pour 2018 présenté hier par Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, prévoit un nouveau coup de rabot sur la politique familiale. Il réduit les montants des prestations et remonte aussi les seuils, excluant toujours plus de familles des prestations familiales.

M. Olivier Véran, député de l’Isère et rapporteur général de la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, remet même en cause l’universalité des allocations familiales, déjà malmenée par la récente mise sous condition de ressources. Alors que la branche « famille » de la Sécurité Sociale est excédentaire, il est injuste de continuer à matraquer les familles !

Alors que le taux de fécondité diminue encore en 2016, à 1,93 enfants par femme (INSEE, août 2017), on constate une nouvelle fois le lien fort entre le manque d’ambition de la politique familiale et la démographie française ! Alors que le nombre idéal d’enfants souhaités s’établit à  2,39 (UNAF, février 2017), on constate que les Français n’ont pas autant d’enfants qu’ils le désirent ! La politique familiale exprime la solidarité par laquelle les familles sans enfant s’associent à l’effort consenti par les familles qui accueillent des enfants.

Ce n’est pas en prenant en otage des familles contre d’autres que l’on améliorera la situation des familles monoparentales. Rappelons à ce titre – pour prendre des analyses de terrain (UDAF 77 Observatoires de familles) – que « la rupture conjugale après

Lire la suite de l'article

10 mesures politiques simples pour aider les couples à rester ensemble

Photo-marriage-1200x67566 % de divorces en plus en 40 ans : c’est le constat du naufrage du mariage en France.

Et les conséquences sont lourdes pour la société et les familles : drames familiaux, précarisation des conditions de vie, insécurité émotionnelle, coût économique lourd à porter, hausse de l’échec scolaire, 1 million d’enfants « sans domicile fixe » …

La réponse de l’Etat ?

Fin du divorce pour faute, banalisation du divorce par consentement mutuel, divorce sans juge : sur le papier, il est désormais plus facile de divorcer que de résilier un abonnement téléphonique.

Face à ce constat, la majorité a déjà baissé les bras

Le divorce n’est plus remis en question. Le couple durable est relégué aux réalités d’une autre époque. L’amour dure trois ans et les couples se font et se défont.

Et vous, vous acceptez ça ?

Ce site en ligne veut prouver que le taux de divorce n’est pas une fatalité ! En prenant quelques décisions politiques essentielles, nous pouvons inverser la courbe des divorces et consolider les couples et la famille. Les AFC vous proposent de soutenir 10 mesures politiques simples et concrètes pour construire un environnement qui aide les couples à durer. Soutenez ces propositions  dès maintenant en les envoyant à votre député ! C’est maintenant ou jamais.

Voici une liste de mesures simples et concrètes pour soutenir ces couples. Choisissez celle que vous voulez envoyer à votre nouveau député pour l’interpeller sur la question :

1.) Mettre en place une préparation au mariage civile obligatoire pour tous les couples qui veulent se marier civilement.

Lire la suite de l'article

L’inversion des normes

Voici un article de la CFTC Métallurgie des Yvelines, d'octobre 2016 mais toujours actuel :

"Lors des débats sur la loi El Khomri, on a beaucoup entendu parler de l’inversion des normes : les accords d’entreprise pourraient, dans certains cas, être moins favorables aux salariés que les accords de branche (conventions collectives). Sans revenir sur ce point – la confédération a sorti une note à ce sujet – il me semble important de redire ici que l’inversion des normes existe bel et bien, mais elle est ailleurs.

Démonstration a été faite à tous nos députés, et ceux que nous avons rencontrés, de droite comme de gauche, ont été surpris de la pertinence de l’analyse : c’est pourquoi je la redonne ici, de façon augmentée par rapport à notre proposition d’amendement.

Quelle est donc cette inversion des normes ?

Elle réside dans le terme « droit à la déconnexion ».

Grand acquis social revendiqué par la CFDT, ce droit à la déconnexion est une victoire en trompe l’œil car, désormais inscrit dans la loi, il définit que l’état « par défaut » du travailleur est d’être connecté professionnellement, l’acte volontaire étant donc de se déconnecter. Jusqu’à présent, c’était le contraire : l’acte volontaire était d’aller travailler, d’aller se rendre disponible à son employeur. L’acte volontaire sera donc de dire « non, je ne suis plus disponible ». La cellule de base de la société n’est donc plus la famille, mais l’entreprise. Dit autrement, la famille est officiellement une prédatrice du temps professionnel.

Là aussi, nous avons une inversion des normes

Lire la suite de l'article

Europe : le discours anachronique de Macron

Guillaume Bigot, directeur général du groupe Ipag Business School, essayiste et membre du club souverainiste Les Orwéliens, déclare au Figarovox à propos du discours européiste de Macron à la Sorbonne :

"[…] il risque de rester comme le discours le plus anachronique jamais prononcé par un Président de la République. L'Europe recule partout et en particulier en Allemagne avec le scrutin de dimanche dernier qui a révélé la montée en puissance de l'extrême droite eurosceptique (AFD) et d'un parti libéral (FPD) qui refuse toute mutualisation des dettes européennes et tout nouveau transfert financier en direction de l'UE.

Le discours de la Sorbonne fait furieusement songer à la formule qu'employaient les détracteurs de Mao: «Nous sommes au pied du mur, au bord du gouffre, vive le grand bond en avant!» Macron à la Sorbonne a dépensé tant d'énergie, tant de fougue et tant de souffle sur son vélo d'appartement européiste, qu'il en deviendrait presque touchant.

Tout de même, à travers ce discours, on sent poindre une volonté farouche de relancer le moteur franco-allemand?

Le jour où Alstom est absorbé par une entreprise allemande, notre Président célèbre l'union toujours plus étroite de la France et de l'Allemagne. Macron aurait voulu incarner la soumission de Paris à Berlin et de la politique à l'économique, il ne s'y serait pas pris autrement. C'est étonnant cette incapacité à saisir le sens des symboles: Alstom incarne parfaitement la technologie française, Alstom, c'est le TGV. Airbus ne va pas tarder à suivre.

On célèbre aussi Macron le

Lire la suite de l'article

YouTube censure l’abbé Guy Pagès

L’abbé Guy Pagès, qui anime le blogue Islam & Vérité, a annoncé hier au soir que YouTube avait fermé sa chaîne de présentation de vidéos placées sur cette plateforme de partage. L’abbé avait reçu un avertissement de YouTube pour la mise en ligne d’une vidéo jugée inappropriée par la plateforme, et que vous pourrez découvrir ici. Il s'agit d'une séance durant laquelle de jeunes enfants musulmans apprennent à égorger un mouton…

Lire la suite de l'article

Le monde compte 55,7 millions d’avortements par an

Selon un nouveau rapport co-signé par l’OMS et l’Institut Guttmacher. L’Organisation mondiale de la santé est un institut d’études pro-avortement, jadis organiquement lié à la Fédération américaine du planning familial.

L’étude de l’OMS et de l’Institut Guttmacher porte sur les années 2010 à 2014 ; elle assure que 25,1 million d’avortements par an, soit 45,1 % de la totalité annoncée étaient « moins sûrs » ou « peu sûrs » que les interventions pratiquées dans les meilleures conditions, avec une proportion « significativement plus élevée » d’avortements peu sûrs dans les pays aux législations très restrictives, ainsi que dans les pays pauvres. Les chercheurs prônent donc un meilleur accès à l’avortement tout en souhaitant sa légalisation partout dans le monde. Et donc encore plus d'avortements.

L’étude a bénéficié du financement des organismes suivants :

  • le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement),
  • FNUAP (le Fonds des Nations unies pour la population – qu’il serait plus exacte de nommer Fonds des Nations unies contre la population),
  • l’UNICEF
  • l’OMS
  • le Programme spécial pour la recherche, le développement et la formation à la recherche pour la reproduction humaine de la Banque mondiale,
  • la fondation David et Lucille Packard,
  • le gouvernement du Royaume-Uni,
  • le ministère néerlandais des Affaires étrangères
  • l’Agence norvégienne pour la coopération et de développement.

Lire la suite de l'article

La petite Marwa va bientôt rentrer chez elle

C'est la fin d'une longue affaire juridique, au cours de laquelle les parents s'étaient opposés à l'arrêt des soins recommandé par l'équipe médicale de l'hôpital de la Timone à Marseille. La petite fille de bientôt deux ans, avait été victime en septembre 2016 d'une infection virale foudroyante ayant entraîné de graves lésions cérébrales, une paralysie des membres et une dépendance à une respiration et une alimentation artificielles. À l'issue d'une procédure collégiale, l'équipe médicale avait proposé d'arrêter l'appareil respiratoire, jugeant ses troubles neurologiques «sévères et irréversibles». Ce à quoi la famille s'était vivement opposée. 

  1. Les parents avaient saisi le tribunal de Marseille qui avait ordonné la poursuite des soins.
  2. En retour, l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM) avait fait appel au Conseil d'État.
  3. En mars 2017, la plus haute juridiction administrative française avait estimé que la poursuite des traitements ne relevait pas de l'obstination déraisonnable. 

Depuis, la fillette a changé d'hôpital et est suivie dans un centre spécialisé à Hyères. Ses parents se sont confiés sur l'état de santé de Marwa:

«Si on avait écouté l'hôpital, elle serait partie depuis longtemps. Mais Marwa va bien, son état est stable. Elle s'accroche, et nous avec, même si on doit sacrifier notre vie pour elle.» 

La fillette est néanmoins maintenue sous respiratoire artificiel. Si elle s'apprête à rentrer chez ses parents, sa chambre a dû être aménagée pour accueillir tous les soins médicalisés liés à sa trachéotomie. Ses parents ont également suivi une formation afin d'être bien préparés au retour de

Lire la suite de l'article

Des enseignants turcs dans les écoles communales

Voici la position de Philippe de Beauregard, maire (FN) de Camaret sur Aygues (84) et conseiller régional PACA, à propos du dispositif ELCO (enseignements des langues et civilisations étrangères) qu’impose l’Education nationale à certaines communes.

Courrier DASEN

Lire la suite de l'article

Hommage au sous-officier du 13e RDP

20170928_173008Jeudi 28 septembre à 17h30 avait lieu, sur le pont Alexandre III, un hommage au passage du convoi funèbre de l'adjudant du 13e RDP mort pour la France au Levant.

Cet hommage a été rendu sur le pont Alexandre III à Paris sur le modèle de la "route des héros" d'outre-atlantique.

Le cortège funèbre se dirigeait vers les Invalides pour remettre la dépouille à la famille. Nous confions Stéphane, sa compagne et sa petite fille à la protection de St Michel, saint patron des parachutistes.

Cette "route des héros" ressemble un peu à un chemin de traverse, la remontée des Champs-Elysés avant l'arrivée par le pont eut été plus appropriée, plus en rapport avec le sacrifice de notre soldat.

Les sapeurs-pompiers, comme à l'heure habitude, étaient représentés.

Il n'en était pas de même pour les parlementaires et les fonctionnaires de l'Assemblée qui n'étaient pas présents… L'Assemblée Nationale n'est pourtant qu'à 5 mn à pied, distante que de quelques centaines de mètres… Nos enfants meurent dans l'indifférence !

merci à LP

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 29 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 29 septembre : fête de Saint Michel Archange, Protecteur du Royaume de France.

Geneviève Esquier dans Ceux qui croyaient au Ciel (Ed. de l'Escalade, p 165 à 170), rappelle que plus de 500 communes françaises portent le nom du chef des Milices Célestes. Elle rappelle que, si Jésus Christ est le vrai Roi de la France, et que Marie depuis 1638 en est la Reine, suite au vœu du Roi Louis XIII, il est tout naturel que Saint Michel soit le protecteur du pays. C'est ainsi qu'il se présente lui-même à Sainte Jeanne d'Arc :

« Je suis Michel, le protecteur de la France. »

Elle rappelle que c'est lui qui marche au devant du Peuple Elu dans le désert ; lui qui est chargé de protéger l'Eglise naissante, après l'Ascension du Christ. Sa première intervention dans l'histoire de la France date du VIII siècle, quand en 708, il apparaît à Saint Aubert et lui demande que lui soit dédiée une église sur le mont Tombe, devenu depuis le Mont-Saint-Michel, où tous les Rois régnants sont venus en pèlerinage. Geneviève Esquier rappelle enfin que c'est en tant que pèlerin de Saint Michel que Charles Martel écrase les arabes à Poitier !

Le Roi Louis XI crée l'ordre de saint Michel ; tout le peuple de France se tourne vers lui et le prie, quand les lois fondamentales du Royaume désignent un

Lire la suite de l'article