Archives quotidiennes :

Selon HRA pharma (Norlevo), la “contraception d’urgence”… “ne provoque pas d’avortement”

Selon leur publicité mensongère :

IMG_0739

IMG_0740

La pilule du lendemain ou Norlevo est une pilule contenant une dose élevée de progestatif. Une administration de NORLEVO équivaut à la dose additionnée du progestatif de cinquante pilules contraceptives “MINIDRIL” (Lévonorgestrel). Cette grosse quantité d’hormones pourrait bloquer l’ovulation ou provoquer un avortement par le même mécanisme que le stérilet si elle est donnée à l’époque de l’ovulation. Dans les autres cas elle est inefficace, dès lors que le processus d’implantation a commencé selon le libellé même des “propriétés pharmaco-dynamiques” de l’A.M.M. (autorisation de mise sur le marché).

Concernant le Norlevo, la Food and Drug Administration (FDA) – Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux – prévient que sa molécule peut causer des modifications de l’endomètre et pourrait empêcher la nidation dans l’utérus s’il y a eu conception.

Lire la suite de l'article

Le cardinal Médina dénonce la légalisation de l’avortement au Chili

Alors que le projet de dépénalisation de l’avortement a obtenu la majorité du congrès du Chili, et que le tribunal constitutionnel chilien vient d’accepter d’examiner le recours formé par l’opposition de droite, le cardinal Jorge Medina Estevez a publié une lettre dans le journal El Mercurio où il accuse clairement les politiques d’avoir légalisé l’avortement.

« Je dis légalisé parce que la dépénalisation est un euphémisme qui vise à déguiser, avec l’aval de l’Etat, cette réalité crue – l’autorisation que l’on octroie, en négation du plus fondamental des droits humains, d’enlever la vie à un être humain innocent, c’est-à-dire pour l’assassiner, pour utiliser la claire terminologie du Pape François ».

Le cardinal a rappelé à cette occasion l’aphorisme juridique que lui enseignait jadis son « remarquable professeur de droit civil don Victor Delpiano » : « Les choses sont ce qu’elles sont, et non ce que l’on dit qu’elles sont. »

Il a ajouté que « ceux qui se font complices d’une telle atrocité  » ne doivent recevoir la voix d’aucun chrétien aux élections, ajoutant que ce péché quand il est public doit être rétracté publiquement.

« Ces personnes, si elles se disent catholiques (…) ne sont pas en état de recevoir les sacrements de l’Eglise tant qu’elles ne se seront pas repenties et qu’elles n’auront pas publiquement manifesté ce repentir ».

Lire la suite de l'article

18-19 août : projections de La Rébellion cachée à Pornic

La Rébellion cachée sera projetée à Pornic les 18 et 19 août, à 15h30 et 20h30 chaque jour. Venez nombreux pour ce cinéma d'été ! Pour organiser une projection de ce « docufilm que les catholiques attendaient » dans votre paroisse, contactez rebellion.rabourdin@ gmail.com

Capture d’écran 2017-08-16 à 18.23.34

Lire la suite de l'article

Les dépenses des candidats à la présidentielle

La publication des comptes de campagne des candidats à l'élection présidentielle a été publiée au JO le 3 août par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Extraits :

Pour Nicolas Dupont-Aignan :

Capture d’écran 2017-08-16 à 17.57.47Marine Le Pen :

Capture d’écran 2017-08-16 à 17.58.45Emmanuel Macron :

Capture d’écran 2017-08-16 à 17.59.32Benoît Hamon :

Capture d’écran 2017-08-16 à 18.00.53

Jean-Luc Mélenchon :

Capture d’écran 2017-08-16 à 18.02.26

François Fillon :

Capture d’écran 2017-08-16 à 18.03.56

Lire la suite de l'article

Ars Artium : pour la direction spirituelle

Ars-artiumLa direction spirituelle est un sujet à la mode dans le monde catholique. C’est, au fond, une très bonne chose. Ce petit ouvrage se veut une introduction très concrète à la tradition sur cette question. Il apporte quelques réponses à des questions de base pour permettre à chacun de mieux s’y retrouver. Une petite bibliographie permettra d’élargir la lecture.

L'auteur, l’abbé Benoît, né en 1960, est prêtre du diocèse de Bourges et canoniste. il a publié quelques traductions et présentations de textes spirituels (Dom John Chapman, Lettres spirituelles) et une biographie (Le Chouan du Tanganyika).

Présentation par Guillaume de Thieulloy :

Ars artium

Lire la suite de l'article

L’idéologie antiraciste, à la source des violences à Charlottesville

Benoît-et-moi a traduit un article éclairant de La Bussola sur les événements à Charlottesville. Extraits :

Images"Les faits en bref: à Charlottesville, dans une manifestation d'extrême droite, commencée vendredi soir, et qui incluait aussi le Ku Klux Klan, les anti-fascistes américains ont réagi avec des contre-manifestations. Samedi matin il y a eu une escalade. Le cortège antifasciste s'est heurté à des militants de droite, malgré les efforts de la police (qui a dû annuler les permis de manifester). En fin de compte, on a enregistré 15 blessés des deux côtés. Mais à 2 heures de l'après-midi, heure locale, une voiture conduite par un jeune de vingt ans, un certain James Fields, s'est lancée à toute vitesse contre la marche antifasciste, avec l'intention claire de provoquer un massacre. C'est un acte de terrorisme intérieur. Une femme de 32 ans, Heather Heyer est la victime. 19 autres manifestants ont été blessés. Les médias pointent du doigt Trump. Ils l'accusent explicitement de ne pas avoir condamné sans équivoque l'extrême-droite. Considérant que la victime était dans un cortège de gauche, cette accusation des médias contre Trump est pertinente. La presse accuse également Trump d'avoir dédouané l'extrême droite et donc d'être implicitement responsable de l'affrontement mortel de samedi. Mais c'est hors-sujet. La cause de la violence est antérieure à l'administration Trump.

L'origine du conflit est un monument. A Charlottesville, on a proposé d'enlever la statue équestre du général Robert E. Lee, commandant en chef l'armée du Sud dans la guerre de Sécession (1861-1865). C'est depuis

Lire la suite de l'article

Donald Trump rappelle à la presse les violences de la gauche alternative

Lire la suite de l'article

Le président met un photographe en garde à vue

Il ne s'agit ni de Vladimir Poutine, ni de Donald Trump… Mais d'Emmanuel Macron.

Le président de la République a porté plainte pour « harcèlement et tentative d'atteinte à la vie privée » contre le photographe qui les suivait à la trace, lui et son épouse Brigitte, sur leur lieu de vacances marseillais. Le photographe a été retenu environ six heures en garde à vue dimanche 13 août dans un commissariat de Marseille.

Pourtant, durant sa campagne, Emmanuel Macron était bien plus tolérant… :

RTS13FZ5-Macron-copie-600x410

Lire la suite de l'article