Archives quotidiennes :

Emmanuel Macron vs général de Villiers : la fameuse allocution du 12 juillet est en ligne

Après une lecture intégrale de ce long texte, on note que si les députés de la commission ont beaucoup insisté sur la question des fameux 850 millions d'euros, le chef d'état-major des armées est resté très prudent. Exemple : 

"Je ne peux guère vous en dire davantage sur les conséquences qu’aurait l’annulation de 850 millions d’euros de crédits, non pas parce que je cherche à éviter le sujet, mais parce que la décision n’a pas encore été officiellement prise par le président de la République. Attendons qu’elle le soit ; en attendant, j’ignore si nous appliquerons la batterie de mesures possibles, car cela dépendra, encore une fois, du niveau de report de charges et de crédits, de la manière dont cette annulation s’articulera avec d’autres annulations et gages dans le cadre de la gestion budgétaire globale et du niveau des opérations extérieures. Je dirai ceci : à l’évidence, le budget ne correspond pas à ce que j’avais demandé, et je pense que vous l’avez compris, ni à ce qu’a demandé la ministre des Armées. Cela étant dit, je ne peux guère vous apporter davantage de précisions tant que la décision n’est pas officiellement prise ; lorsqu’elle le sera, si elle devait l’être, votre président sera informé des mesures concrètes de décalage qui seront prises – puisqu’il faudrait procéder à des décalages, étant donné que je ne vois pas d’autre solution que de faire porter de telles demandes d’économies sur l’équipement des forces".

Y avait-il réellement un "motif de condamnation"?

Lire la suite de l'article

L’Italie ose montrer la vérité sur l’arrivée des “migrants”

En France, il faut des prises de vue privées :

Lire la suite de l'article

Stratégie des “migrants” : après les hommes fuyant soi-disant leur pays en guerre, les femmes exigent le regroupement familial

Lire la suite de l'article

Avec l’Etat issu des Lumières et de la Révolution, on ne fera jamais rien

I-Grande-31109-les-deux-patries-essai-historique-sur-l-idee-de-patrie-en-france-poche.netLes éditions DMM ont réédité en version poche l'ouvrage de Jean de Viguerie, Les Deux patries, dont la première édition date de 1998. L'ouvrage n'a rien perdu de son actualité… Il existe deux patries. L'une est la terre des pères, le pays de naissance et de l'éducation. Celle-ci a toujours existé. L'autre est récente. Elle date des Lumières et de la Révolution. Elle représente l'idéologie révolutionnaire. Les paroles de la Marseillaise expriment son idéal. La première est la France. La seconde n'est pas la France, mais la France est son support et son instrument. A chacune son patriotisme : celui de la première est fait de gratitude et de piété ; celui de la seconde est marqué par la passion et la démesure. Le patriotisme traditionnel impose le devoir de reconnaissance. Le patriotisme révolutionnaire exige le sacrifice d'innombrables vies. Depuis 1789, les Français n'ont cessé de les associer, jusqu'à les confondre. Au point de voir la France dans la patrie révolutionnaire et de vouer à la douce terre natale la violente passion du patriotisme idéologique. La tromperie a culminé avec les guerres et surtout celle de 1914-1918. On sait que ce grand massacre a épuisé la substance de la France.

"Cet Etat qui "répond de la France", en réalité la détruit. N'est-ce pas la détruire que légaliser l'avortement, manipuler sans cesse les esprits, fomenter la haine civile et tenir pour négligeable la sécurité des personnes et des biens ? Mais l'Etat ne peut que détruire la France. C'est sa pente

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 7 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 7 août 1316 : le pape Jean XXII est élu à Lyon, son règne est l'un des plus longs à Avignon.

  • le 7 août 1461 : les obsèques du Roi Charles VII sont célébrées en la basilique de St-Denis.

Son fils Louis XI n'y assiste pas.

  • le 7 août 1620 : les partisans de Marie de Médicis sont défaits par les troupes royales de Louis XIII aux Ponts-de-Cé, près d'Angers.

En 1617, le jeune Roi Louis XIII a décidé de prendre en main le gouvernement du royaume. Devant les fortes oppositions, il fait exécuter Concini et assigner à résidence Marie de Médicis au château de Blois. Celle-ci s'échappe et rassemble une armée contre son fils. La coalition est vaincue par l'armée royale.

  • le 7 août 1640 : achat de l'île de Montréal par la Société Notre-Dame de Montréal.

Jérome le Royer

Pierre Chevrier

Père Jean-Jacques Olier

Fondateurs de Montréal

En 1639, est fondée la Société Notre-Dame de Montréal. Parmi les membres, on retrouve Jérome Le Royer, Sieur de La Dauversière (voir la chronique du 6 novembre), Pierre Chevrier, Baron de Fancamp et Père Jean-Jacques Olier.

La Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France achète l'île de Montréal à la Compagnie de la Nouvelle-France. Son objectif consiste à fonder une ville fortifiée en Nouvelle-France afin d'y instruire les colons français et les

Lire la suite de l'article