Archives quotidiennes :

En marche vers le collimateur : Macron avait décidé de virer le général de Villiers avant le « coup de gueule » du 12 juillet

PdvNarcissime, ego et despotisme

"Le jeu de bascule s’apparente aussi à la «revanche de Bercy», après trois années durant lesquelles la Défense a somme toute tenu la dragée haute aux argentiers de l’État. Il n’est guère étonnant que les questions de budget aient été au cœur du maelström des dernières semaines. À deux jours de la Fête nationale, «Bercy a joué ses cartes à toute vitesse, pour faire passer ce qui n’aurait pas été possible sous Le Drian», raconte une source gouvernementale. Un haut fonctionnaire a joué un rôle clé dans l’ombre du chef de l’État: celui qui fut son directeur de cabinet lorsqu’il était ministre des Finances, Alexis Kohler, actuellement secrétaire général de l’Élysée.

Une bonne source raconte ainsi comment se serait «noué le sort» du général de Villiers, ce 12 juillet au matin. Non pas lors de l’audition parlementaire à huis clos, tant commentée, qui se déroule en fin de matinée et à l’issue de laquelle le chef d’état-major des armées (CEMA) a fait part de son exaspération en des termes plutôt crus. Mais un peu plus tôt, lors du conseil restreint de défense qui se tient à 9 heures à l’Élysée. La veille, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, a évoqué les économies à réaliser dans une interview au Parisien, que nombreux au gouvernement, Défense en tête, jugent intempestive. Parce qu’il faut trouver 4,5 milliards d’euros au second semestre et qu’on veut baisser les prélèvements, il faut «taper tout de suite»

Lire la suite de l'article

La réalité face à l’idéologie : où sont passés les 66 soutiens aveugles des migrants?

Lire la suite de l'article

Guide complet des principaux pèlerinages catholiques en France

Pelerinages-de-franceGuy Barrey, diplômé de l’IEP de Paris et d’études supérieures de droit public, a été magistrat de chambre régionale des comptes, inspecteur général du tourisme, et inspecteur général à l’administration du développement durable, de 2009 à 2016. Directeur du site internet http://pelerinagesdefrance.fr et délégué pour l'Eure-et-Loir de l'association Lourdes cancer Espérance, il vient de publier Pèlerinages de France, guide complet des principaux pèlerinages catholiques en France. Chaque pèlerinage mentionné comporte un résumé historique et des données touchant à sa dimension spirituelle.

L’histoire des pèlerinages de France est indissociable de l’histoire du peuple français, des grands moments de l’histoire de France, des rois qui ont fait la France et de la République qui a suivi, indissociable de la construction même de notre pays. Les pèlerinages de France montrent combien le christianisme a façonné les territoires qui composent notre pays, entretenu la foi et imprégné les mentalités. Ils illustrent combien le catholicisme est consubstantiellement lié à la France. Ils manifestent combien la France ne serait pas la France sans le catholicisme. Ils expriment combien la France, constellée de lieux de pèlerinages dédiés à la Vierge Marie, est bien « le Royaume de Marie », combien le Sacré-Cœur de Jésus y est partout chez lui, rayonnant depuis ses messages de Paray-le-Monial.

Tous ces pèlerinages, des plus grands aux plus humbles, sont également indissociables d’un patrimoine religieux exceptionnel, qu’il importe d’entretenir et de préserver. Ce patrimoine religieux catholique explique pour partie que la France soit et demeure depuis de longues années la première destination touristique au

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 31 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 31 juillet : fête de saint Ignace de Loyola, fondateur de l'ordre des Jésuites.

Voir un peu plus bas les chroniques du 19 mai ; ainsi que les nombreuses chroniques sur la lutte entre « l'esprit des lumières » et la Compagnie de Jésus que les adversaires de l'Eglise Catholique ont longtemps considérée comme le dernier rempart protégeant l'Eglise.

  • le 31 juillet 432 : élection du pape Sixte III.

Sixte III est à l'origine de la construction de la basilique Sainte-Marie-Majeure sur l'emplacement de la basilique construite par le pape Libère, de la basilique de Saint-Laurent-la-Grande et du baptistère du Latran.

 

  • le 31 juillet 1009 : Serge IV est élu pape.
  • le 31 juillet 1097 : l'armée des croisés atteint Antioche de Pisidie au cours de la Première croisade.
  • le 31 juillet 1358 : assassinat par les Parisiens d'Etienne Marcel.

Après le meurtre des Maréchaux de Normandie et de Champagne, le 22 février 1358, qui entraîne la fuite du Dauphin Charles à Senlis, Paris est aux mains d'un Triumvirat constitué d'Étienne Marcel, Jehan de Picquigny et Robert Le Coq. Avec la Grand Ordonnance de 1357, Marcel a déjà réussi, lors des États Généraux, à limiter les pouvoirs du Roi, notamment en matière fiscale.

Sûr de sa force, il envoie des lettres aux « Bonnes Villes » dans lesquelles il recommande que Charles le Mauvais soit proclamé « Capitaine Universel

Lire la suite de l'article