Archives quotidiennes :

“Le budget de la défense ne saurait subir des rabots” : le ministre va-t-il démissionner ?

Lors de son audition à la commission Défense du Sénat le 3 juillet, le ministre des Armées Florence Parly mettait déjà en garde, avant l'annonce des coupes budgétaires, contre le projet gouvernemental :

Unknown-6«Comment négocier avec Bercy ? Je connais une seule méthode : ne rien lâcher ! Ce n'est pas facile, mais le budget de la défense n'est pas comme les autres, il ne saurait passer sous la toise et subir des rabots dans la situation particulière où nous sommes. La base budgétaire ne se limite pas aux moyens de fonctionnement des armées. Doivent être pris en compte non seulement les surcoûts des Opex, mais aussi les décisions des conseils de défense. S'il y a consensus national, gouvernemental autour d'une politique de défense, il faut ensuite s'en donner les moyens.

Sur la fausse monnaie, je veillerai au grain !». 

«La plupart des véhicules de combat datent des années 1970, et ont été mis à rude épreuve au cours des dernières décennies. La marine nationale et l'armée de l'air connaissent les mêmes tensions, caractérisées par un besoin fort de recrutement et de renouvellement du matériel. Aussi aurai-je à cœur, comme mes prédécesseurs, de poursuivre une politique ambitieuse soutenant nos personnels et améliorant nos équipements».

Pour le ministre, de ces «fortes contraintes budgétaires» résulte «une forme d'usure des hommes et des femmes, et de dégradation du matériel, qui dégrade [les] conditions d'intervention».

«Ma priorité à la tête du Ministère sera d'abord de dégager les moyens financiers nécessaires à l'accomplissement de

Lire la suite de l'article

Naufrage à l’assemblée

Vice-présidente de l'Assemblée nationale, la macroniste Carole Bureau-Bonnard était chargée mardi après-midi d'animer la séance d'examen du projet de loi «confiance dans l'action publique». On peut dire que la confiance n'était pas dans l'assemblée. Malgré l'aide d'un fonctionnaire de l'Assemblée nationale qui lui soufflait ce qu'elle devait faire, Carole Bureau-Bonnard a dû quitter le perchoir, le président François de Rugy ayant été rappelé en urgence

Le député Gosselin lui a donné un petit cours :

Mais l'amateurisme c'est le FN, bien évidemment…

Lire la suite de l'article

L’incompétence de Marlène Schiappa

La secrétaire d'État semble être plus compétente pour écrire des romans érotiques que pour s'occuper de médecine… Face à la délégation au droit des femmes jeudi dernier au Sénat, Marlène Schiappa avait affirmé que les trois quarts des femmes subit une épisiotomie dans le cadre de leur accouchement :

«En France, on a un taux d'épisiotomies à 75 %, alors que l'Organisation mondiale de la santé [OMS] préconise, je crois normalement, d'être autour de 20 %-25 %».

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a officiellement protesté pour dénoncer de «fausses informations».

Le professeur Israël Nisand a contesté :

«Non, madame la secrétaire d'État, les obstétriciens ne maltraitent pas leurs patientes et entendent à leur tour ne pas l'être par une secrétaire d'État mal informée».

«La dernière évaluation officielle et publique réalisée en 2010 rapportait 27 %, avec une réduction de moitié depuis le décompte précédent qui était de 55 % en 1998».

La secrétaire d'Etat avait fondé ses dires sur les données recueillies par l'association Maman Travaille, qu'elle a fondée en 2008. En 2013, un groupe de 983 mères avaient été interrogées et «75% d'entre elles disaient avoir subi une épisiotomie», assure Marlène Schiappa. Un sondage scientifique…

Par ailleurs, s'il n'y a pas de ministre de la famille dans ce gouvernement, il y a un secrétaire d'Etat aux LGBT. Elle déclare à Têtu :

"J’ai donc demandé au président de la République et au Premier ministre s’il était possible d’ajouter à mes attributions les questions

Lire la suite de l'article

Le Quai d’Orsay recrute un spécialiste du genre

Il y a là encore un moyen de faire des économies… non ?

Le/la rédacteur/-trice « genre et développement » est chargé(e), en lien avec les autres rédacteurs/-trices du pôle :
1. de la coordination et de la rédaction de la stratégie « genre et développement » ;
2. du suivi des opérateurs, en lien avec les services concernés du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (MEAE) ;
3. de la production et de la rédaction d'analyses sur les questions de genre et de développement ;
4. de la formation et de la sensibilisation en genre et développement et du suivi des prestataires de ces formations ;
5. de l'animation de la plate-forme « genre et développement » qui regroupe les acteurs et actrices impliqués sur les questions de genre et développement ;
6. de la coordination du Fonds de solidarité prioritaire « Femmes d'avenir en Méditerranée » ;
7. du suivi des travaux du GENDERNET de l'OCDE ;
8. de l'animation du réseau des correspondant(e)s « genre » interne au MEAE, du suivi et de l'appui méthodologique ;
9. du suivi des initiatives internationales relatives à l'autonomisation des femmes et à l'égalité femmes/hommes ;
10. de l'appropriation et de la transversalisation du genre en appui au sein du MEAE ;
11. du suivi des opérateurs en lien avec les services concernés du MEAE.

Lire la suite de l'article

Et l’islamophobie ?

La Licra se réjouit, sur son compte Twitter, d'une décision de l'Assemblée Nationale de rendre inéligible toute personne condamnée pour :

  • racisme
  • antisémitisme
  • négationnisme
  • homophobie

On s'étonne que rien ne soit prévu pour toutes les autres phobies à la mode…

Quoiqu'il en soit, nous pourrons voir siéger des pédophiles, des voleurs, des pervers,… Et ne me demandez pas pourquoi j'ai utilisé le futur…

Lire la suite de l'article

Un syndicat de police recherche une personne du showbiz pour être lui aussi reçu par Macron

Avec les réceptions de Bono et Rihanna, à l'Élysée, le VIGI (syndicat du ministère de l'Intérieur et de la police nationale qui défend les personnels de tous corps) a lancé hier un appel sur les réseaux sociaux pour trouver "une personne du showbiz", qui pourrait lui permettre d'attirer l'attention d'Emmanuel Macron :

Capture d’écran 2017-07-25 à 07.09.58"VIGI. recherche une personne du showbiz pour que notre Président de la République s’intéresse à la sécurité de la population et aux conditions de travail des policiers.

VIGI. a écrit une lettre ouverte, en date du 13 juillet 2017, pour demander une audience auprès de Monsieur le Président de la République concernant les conditions de travail des personnels du Ministère de l’Intérieur et de la Police Nationale, ainsi que pour l’alerter sur les conséquences qu’aura la coupe budgétaire de plus de 370 millions d’euros, sur la sécurité de la population.

La seule réponse de l’Elysée a été un silence, mais son ne sait pas s’il était poli, gêné ou méprisant. Dans tous les cas VIGI. n’a pas eu de réponse argumentée et logique. Mais c’est sûrement parce que nous ne maîtrisons pas encore les nouveaux codes du divin Jupiter, qui nous dirige. Nous ne savions pas que pour évoquer un sujet avec Monsieur le Président, il fallait avoir comme porte-parole une personne du showbiz. L’éduction a RIHANNA, les maladies évitables et la pauvreté ont BONO.

Nous pensions bêtement qu’en tant que syndicat nous pourrions accéder à l’Olympe, vu l’attachement que porte notre « chef des armées » au dialogue

Lire la suite de l'article

Les parents du petit Charlie Gard acceptent le transfert de leur fils en soins palliatifs

Les parents du petit Charlie Gard, bébé de 11 mois atteint d’une maladie génétique rare, ont annoncé lundi 24 juillet la fin de leur procédure judiciaire pour le maintien en vie de l’enfant. La Cour devait déterminer le 25 juillet si l’enfant pouvait recevoir un traitement expérimental aux Etats-Unis. Cette décision aurait confirmé ou infirmé les avis précédents des différentes institutions de justice interrogées sur l’affaire. La décision a été prise après qu’un médecin américain, venu examiner l’enfant quelque jours plus tôt ait dit aux parents qu’il était trop tard pour lui donner le traitement prévu. D’après leur avocat,

« il n'est plus dans l'intérêt de Charlie de poursuivre le traitement » car « Charlie a souffert d’atrophie musculaire grave » et « les dégâts pour ses muscles [sont] irréversibles ». « Charlie a patiemment attendu un traitement. En raison de ce délai, cette opportunité a été perdue ».

Les parents se sont dit prêts à accepter que Charlie soit transféré au service de soins palliatifs et qu'il soit « autorisé à mourir avec dignité ». Ils envisagent de fonder une association afin que la voix de Charlie « continue à être entendue ».

Lire la suite de l'article

APB et APL : c’est sur les familles que l’Etat se repose

Chronique de La Manif Pour Tous :

Unknown"Le logiciel informatique d’admission post bac (APB) est utilisé par le ministère de l’Education nationale pour affecter les 853 262 candidats au baccalauréat 2017 en classes prépas, universités, IUT, etc. Malheureusement, aujourd’hui, 65 000 jeunes sont toujours sans affectation, quand celle-ci ne s’est pas faite par tirage au sort. Parallèlement le gouvernement vient d’annoncer qu’il diminue de 60 euros par an le montant de l’aide au logement (APL). Dans le traitement des deux cas, APB, APL, quel message le gouvernement envoie-t-il aux Français dans sa manière d’agir, et plus particulièrement à l’adresse des familles ?

En effet, que ce soit APB ou l’APL, le gouvernement montre son impéritie dans la gestion à long terme. Pour APB, il y a eu 46 000 inscriptions supplémentaires par rapport à 2016. Est-ce à dire que personne au ministère de l’Education nationale ne le savait ? Nous ne pouvons le croire. Le gouvernement et celui qui l’a précédé pratiquent la politique de l’autruche. C’est inconséquent. Pour la baisse des APL, c’est envoyé le message que l’avenir n’appartient pas aux étudiants, débrouillez-vous leur dit le gouvernement. C’est tragique. Il s’agit ni plus ni moins que d’aider à se loger des hommes et des femmes qui sont le futur de notre pays, puisque sur 6,5 millions de bénéficiaires de cette aide, 800 000 sont des étudiants.

Par ailleurs, sur le plan politique, ces deux mesures mettent en exergue le manque de courage politique de ceux qui sont à la tête de l’Etat.

Lire la suite de l'article

Des sénateurs consternés par le nombre d’avortements en France

Le Sénat a présenté un document de travail « informatif », qui précise d’emblée qu’« il ne contient aucune prise de position susceptible d’engager le Sénat », sur les législations comparées de 8 pays concernant l'avortement : l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, la Suède, la Suisse, le Texas aux Etats-Unis, l'Irlande ou la Pologne. 

La sénatrice Françoise Laborde, qui est à l’origine de cette étude, a reconnu que les lois françaises, au coude à coude avec la Suède, étaient « en pointe ». En même temps, tout en déplorant les contraintes que certaines législations imposent aux femmes qui veulent avorter, elle s’est dite interrogée par l’exemple de l’Italie où le nombre d’IVG est passé de 234 801 avortements par an en 1983, à 87 639 en 2015. La France est toujours à 220 000 avortements par an.

Gilbert Barbier, chirurgien et sénateur du Jura, qui a installé le premier service d’orthogénie de France en 1976, s’est dit « consternée par le nombre d’avortements ». Il a ajouté qu’il apprécierait de le voir diminuer. 

Quand Françoise Laborde cherche à analyser la diminution du nombre d’avortements en Italie, elle l’explique par la « suppression, pour les majeures, de l’obligation de prescription médicale pour l’achat de la ‘pilule du lendemain’ ». De fait, le nombre de boites vendues a été quasiment multiplié par 10 entre 2012 et 2015. Cependant, la baisse du nombre d’IVG est antérieure à cette mesure : dans les années 1990, il n’est plus que de 160 000, 140 000 en 2004 et sa diminution est constante depuis cette

Lire la suite de l'article

LCI recycle les politiques de gauche

Unknown-3Julien Dray, ancien député PS de l'Essonne, actuel conseil régional PS d'Ile-de-France et cofondateur d'SOS Racisme serait en passe de rejoindre la chaîne d'information en continu LCI.  Il a été approché par Thierry Thuiller, le directeur général de LCI, afin d'intégrer la chaîne dès la rentrée prochaine. 

Ségolène Royal est elle aussi en train de discuter avec la chaîne info du groupe TF1. L'ex-ministre de l'Ecologie a été  approchée pour animer une émission hebdomadaire centrée sur les innovations écologiques et les débats environnementaux.

Roselyne Bachelot intégrera les équipes de LCI à la rentrée prochaine.

Lire la suite de l'article