Archives quotidiennes :

L’ex directeur de la rédaction d’Europe 1 rejoint le ministère de l’Économie et des Finances

Ne cherchez plus pourquoi la presse a été si complaisante à l'égard d'Emmanuel Macron… Nicolas Escoulan, 42 ans, jusqu'ici directeur de la rédaction d’Europe 1, a été nommé conseiller en charge de la communication auprès du secrétaire d’Etat Benjamin Griveaux.

Lors de la rencontre annuelle de la French-American Foundation, il est nommé pour la promotion 2014 des « Young Leaders ». En 2011, il vaiat déjà fait la promotion de DSK avec le documentaire « Un an avec DSK ».

Lire la suite de l'article

Doit-on parler de couteau déséquilibré ?

Voici la vidéo réalisée par France Info pour s'alarmer du "fléau des couteaux à Londres"…

 

Après les déséquilibrés, les voitures et les camions fous… C'est au tour des couteaux d'être montré du doigt… On avance doucement, mais on avance. Peut-être un jour les journalistes de France Info ouvriront-ils les yeux ?

Commentaires (2)

On peut craindre aussi un jour le fléau des pierres.
Il faudra débarrasser la surface de toutes ces armes dangereuses.

Rédigé par : remy | 24 juil 2017 16:55:21
____________________________________

Avec ces journalistes, nous resterons toujours à couteaux tirés !!!

Rédigé par : jano | 24 juil 2017 17:35:05
____________________________________

Lire la suite de l'article

Le potentiel électoral du FN se situe clairement à droite de l’échiquier

Dans sa contribution accessible en ligne, Nicolas Bay conteste la stratégie de Florian Philippot. Extraits :

Capture d’écran 2017-07-24 à 22.03.05

Capture d’écran 2017-07-24 à 22.05.15Il rappelle notamment que la souveraineté n'est pas un absolu, mais un outil pour défendre ce qui est essentiel : l'identité.

Enfin, il n'oublie pas la famille :

Capture d’écran 2017-07-24 à 22.08.53

Lire la suite de l'article

Des riverains ont construit un mur pour condamner l’accès à un futur centre pour immigrés

La population s'organise :

Action-3185771"A Séméac dans les Hautes-Pyrénées, un collectif de riverains a construit un mur de 18 mètres de long et de 1,80 m de hauteur, dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 juillet, pour condamner l'accès à un futur centre d'accueil pour migrants. Objectif de cette opération coup de poing, menée par les membres du "collectif Séméac" : signifier leur mécontentement face à l'ouverture d'un centre qui doit accueillir, courant août, 85 migrants dans un ancien hôtel Formule 1 dans un quartier résidentiel dans la banlieue de Tarbes. Cet hôtel, appartenant au groupe AccorHotels, fait partie des 62 établissements premier prix de l'enseigne rachetés par la SNI (filiale de la Caisse des dépôts) pour devenir des structures d'hébergement et d'accueil, gérées par Adoma (ex-Sonacotra). Les membres du collectif dénoncent le choix de l'emplacement du centre, situé dans un quartier résidentiel, mais aussi le manque de concertation avec les collectivités locales pour la mise en place de la politique migratoire nationale.

Le collectif de riverains, tout comme la mairie, tiennent toutefois à préciser qu'ils ne sont pas opposés à l'accueil de migrants. "On est favorables à l'accueil de migrants sur notre commune, explique à franceinfo le premier adjoint au maire Philippe Baubay. Mais pas dans ces conditions." Il déplore que la mairie ait "été mise devant le fait accompli, sans aucune concertation". Il souligne que "la localisation est hors de toute structure, à plus d'un kilomètre du centre du bourg, sans aucun bus". Le député LREM Jean-Bernard Sempastous regrette aussi qu'il n'y ait aucune animation autour

Lire la suite de l'article

Aucune “obligation de quitter le territoire français” n’a pu leur être notifiée

Tout le monde est bienvenu :

"Ce dimanche, six jeunes hommes d'origines iranienne et afghane ont été interpellés à hauteur de La Salle, dans le Mâconnais, alors qu'ils voyageaient clandestinement à l'arrière d'un camion frigorifique. Parti de Grèce, ce dernier transportait une cargaison de pastèques à destination de l'Angleterre.

C'est lors d'une halte sur l'aire de repos de La Salle, le long de la RD 906, que le chauffeur a entendu des bruits provenant de sa remorque. Il a donc faire prévenir la gendarmerie. Une douzaine de gendarmes est venue interpeller les migrants.

Leurs signalements ont été enregistrés mais aucune " obligation de quitter le territoire français " n'a pu leur être notifiée. Comme le veut la loi, les personnes suspectées d'être en situation irrégulière ne peuvent être retenues plus de 16 heures par les forces de l'ordres, y compris les week-ends."

Quand un ministre montre ses muscles contre l'immigration illégale, ne le croyez pas…

Lire la suite de l'article

Bruno Nestor Azerot : “C’est très difficile d’être chrétien à l’Assemblée nationale”

Député de la Martinique depuis 2012, Bruno Nestor Azerot se revendique de gauche et catholique. Il est interrogé par Fabrice Madouas sur Aleteia. Extrait :

Unknown-21"Vous vous êtes distingué, à gauche, en vous opposant au « mariage pour tous ». Selon vous, beaucoup de députés y étaient hostiles mais n’ont pas voulu le dire. Pourquoi ?

Par discipline de groupe. Certains ont craint d’être sanctionnés, de ne pas conserver leur investiture aux prochaines élections. Moi, je ne fais partie d’aucune écurie politique, j’ai toujours été un homme libre, et un homme libre des outremers. J’ai porté la voix de celles et ceux qui m’ont confié des responsabilités politiques, mes concitoyens. La Martinique est un département qui est à 80 % croyant. J’ai moi-même été élevé dans la foi chrétienne, et c’est pourquoi j’ai tenu ce discours à l’Assemblée nationale, sans peur ni crainte. J’ajoute qu’il y avait à l’époque bien d’autres priorités (la lutte contre le chômage, contre le « mal-logement »…) et que ces priorités demeurent.

Vous aviez dit aussi qu’après le mariage se poserait la question du recours à la procréation médicalement assistée…

…et à la « gestation pour autrui ». À l’époque, beaucoup ont nié que tout était lié. Mais on voit bien aujourd’hui que j’avais raison, surtout après l’avis du Comité consultatif national d’éthique sur la PMA. Je le dis très nettement : s’il arrivait devant le Parlement un projet visant à étendre la PMA, je m’y opposerai. De même que je m’opposerai à la GPA. Parce qu’on ne peut pas disposer à sa guise

Lire la suite de l'article

La question principale consiste à savoir si l’Europe pourra rester le continent des Européens

Traduction de quelques extraits du compte rendu officiel du discours de Viktor Orban en clôture de l’université d’été et camp d’étudiants de Tusnádfürdő, le 21 juillet.

Tn496c0"(…) Pour illustrer l'ampleur du changement au cours de la dernière année, il a noté que si le premier discours majeur du président américain Barack Obama à l’étranger avait été au Caire en 2009, le premier discours important de Donald Trump à l'étranger a été à Varsovie, où il a demandé que « tous se battent comme les Polonais – pour la famille, pour la liberté, pour le pays et pour Dieu ». L'émergence de Trump, a-t-il ajouté, a rendu visible la lutte entre l’élite supranationale ou « globale » – et les dirigeants nationaux patriotes. Dans cette lutte, a déclaré M. Orbán, la Hongrie est du bon côté: celui des patriotes. (…)

Il a souligné qu'un pays pour être fort ne peut pas être en déclin démographique, car seuls les pays qui sont biologiquement capables de se maintenir survivront. Pour que la Hongrie devienne un tel pays, le nombre moyen d'enfants par famille devrait être de 2,1. L’Etat ne peut y aboutir qu’en créant un environnement familial, a-t-il expliqué. L'argent que la Hongrie consacre au soutien à la famille est pris de sociétés multinationales sous la forme d'un certain nombre de taxes, a-t-il souligné. (…) « Nous prenons une partie de leurs gros bénéfices pour le donner à ceux qui travaillent et élèvent des enfants, assurant ainsi l'avenir de la nation », a-t-il expliqué. (…)

En

Lire la suite de l'article

Les LGBT ne sont pas contents, Emmanuel Macron obéit

L'absence du président de la République, dimanche à Paris lors de l'ouverture d'une conférence internationale sur le sida, a été vertement critiquée par le lobby LGBT : Coalition Plus, Act-Up Paris et Aides. Pendant la séance d'ouverture de la conférence, quelques activistes ont manifesté au moment où la ministre de la Santé Agnès Buzyn allait prendre la parole, brandissant des pancartes et criant "Shame on Macron!" (Honte à Macron).

Devant la montée des critiques, une rencontre a été décidée in extremis. Elle a été annoncée dimanche par l'Elysée qui a publié un agenda rectifié du président de la République. Il s'entretiendra ce lundi avec Florence Thune, directrice générale de Sidaction, Linda-Gail Bekker, co-présidente de la conférence de Paris et présidente de l'International Aids Society, François Dabis, directeur de l'ANRS, et Yves Levy, directeur de l'Inserm.

Lire la suite de l'article

Le cardinal Barbarin à Mossoul

IMG_3831Le cardinal Barbarin a accepté l’invitation de Mgr Louis-Raphael Sako Ier d’entrer avec lui dans Mossoul libérée. Le Patriarche des chaldéens veut porter dans les prochaines heures 3000 paniers alimentaires dans la ville qui connut trois années de siège et de violence. Les églises y sont détruites et il n’y aurait sur place que 5 familles chrétiennes qui y seraient revenues.

C’est par ce voyage que s’accomplira la promesse que fit l’archevêque de Lyon en décembre 2014. Alors qu’il visitait les Chrétiens déplacés de Mossoul à Erbil, la délégation lyonnaise offrit une statue de Notre-Dame de Fourvière destinée à être installée, le jour venu, dans la ville de Mossoul libérée.

Ce 4e voyage du 23 au 25 juillet permet au cardinal de revenir à Erbil et Qaraqosh et de découvrir Mossoul, trois ans après son premier déplacement qui vit la naissance du jumelage Lyon-Mossoul, englobant dans son sillage les villes et villages de la plaine de Ninive et du Kurdistan. L’archevêque de Lyon est accompagné de plusieurs diacre, prêtres et évêques : Mgr Marc Stenger, Président de Pax Christi, Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry, le Père Eric Mouterde, vicaire général de Lyon. Mgr Pascal Gollnisch, de l’œuvre d’Orient, déjà sur place pour l’installation de quinze statues de la vierge de Lourdes en lien avec le Patriarche chaldéen et l’évêque syriaque, rejoindra ce voyage.

IMG_3832 (8)

IMG_3833

Lire la suite de l'article

Le gouvernement hongrois donne 1,7 million de $ pour la restauration des églises au Liban

Lu sur Orthodoxie :

"Cette donation ira au fond de restauration de 31 églises et constitue une partie des efforts du gouvernement hongrois pour soutenir la communauté chrétienne du Liban, afin qu’elle puisse continuer à vivre dans son propre pays et aide à préserver l’identité et la présence chrétiennes au Moyen Orient. Outre son apport au projet, la Hongrie sera également engagée dans la coordination de la restauration des églises. Selon le site Hungarian Free Press, le projet sera supervisé par l’ambassade de Hongrie à Beyrouth, ainsi que par des membres de l’Université catholique Pázmány Péter et des spécialistes de l’Université du Saint-Esprit de Kaslikot.

Le gouvernement hongrois donne également des fonds pour la restauration des lieux de culte en Hongrie. Un total de 100 millions de florints (environ 381.000 dollars US) ont été alloués à la restauration d’une église orthodoxe à Budapest et 2,4 milliards de florints (environ 9 millions de dollars US) ont été engagés pour le soutien aux édifices du Patriarcat de Moscou en Hongrie. Le journal conservateur « Magyar Nemzet » a suggéré que le soutien gouvernemental à l’Église orthodoxe russe provient de l’alliance politique avec le président russe Vladimir Poutine, lequel suit de près le sort des communautés orthodoxes hors de Russie.

La Hongrie a manifesté son désir de soutenir les chrétiens du Moyen Orient, et elle est le premier pays du monde à avoir créé un bureau gouvernemental destiné à soutenir les chrétiens persécutés de la région. En janvier, le gouvernement hongrois a

Lire la suite de l'article

11 vaccins obligatoires : Big Pharma exulte

Connu pour sa pétition au million de signatures pour le rétablissement du vaccin trivalent DTP sans aluminium, le Professeur Henri Joyeux, chirurgien cancérologue, est vent debout contre le projet du ministre de la santé. En effet, malgré la défiance grandissante des Français à l’égard de la vaccination obligatoire, Agnès Buzyn a décidé d’imposer non plus 3 mais 11 vaccins. Le professeur Joyeux alerte sur l’aberration que l’obligation vaccinale constitue pour un nouveau né. Il rappelle les fondamentaux : l’importance de l’avis des médecins et la nécessité d’adapter de telles prescriptions à tout un chacun. Le professeur Joyeux dénonce également le business des laboratoires pharmaceutiques, prêts à tout pour des millions.

Lire la suite de l'article