Archives quotidiennes :

Le lobby pharmaceutique a gagné : 11 vaccins obligatoires en 2018

Le Premier ministre Édouard Philippe vient d'annoncer que l'ensemble des vaccins pédiatriques actuellement seulement recommandés par les autorités de santé deviendraient obligatoires dès l'an prochain.

Aux trois vaccins infantiles obligatoires (diphtérie, tétanos et poliomyélite) s'ajoutent les huit autres recommandés (coqueluche, Hæmophilus influenzae type b, hépatite B, pneumocoque, méningocoque C, rougeole, oreillons, rubéole).

Lire la suite de l'article

Marine Le Pen s’oppose à la “Panthéonisation” immédiate de Simone Veil et dénonce le non-respect de l’esprit de sa loi sur l’avortement

Lire la suite de l'article

Juncker : “Le Parlement européen est ridicule”

Dispute entre le président italien du Parlement européen Tajani et le président de la Commission européenne Juncker, sous l'oeil amusé des quelques députés présents :

Jean-Claude Jucker : « Le Parlement européen est ridicule, très ridicule. Je salue ceux qui se sont donné la peine d’être là. Mais le fait qu’une trentaine de députés seulement assiste à ce débat démontre que le Parlement n’est pas sérieux ». « Si Monsieur Muscat, le Premier ministre de Malte, était Mme Merkel ou M. Macron, nous aurions une salle pleine. Le Parlement est totalement ridicule ».

Antonio Tajani : « M. Le président, faites preuve d’un peu plus de respect. Ce n’est pas la Commission qui doit contrôler le Parlement, c’est le Parlement qui doit contrôler la Commission ».

Jean-Claude Jucker : « Mais iI n’y a que quelques membres, ici, vous êtes ridicules ».

Antonio Tajani : « Veuillez utiliser un langage différent. Nous ne sommes pas ridicules. Je vous en prie s’il vous plait ».

Jean-Claude Jucker : «  La Commission est soumise au contrôle du Parlement, mais le Parlement doit respecter la présidence, même si celle-ci vient de petits pays, ce que le Parlement ne fait pas. Je souhaitais rendre hommage pour ma part au gouvernement maltais et au Premier ministre. Notamment au travail de la présidence maltaise, par les ministres et les fonctionnaires ».

Lire la suite de l'article

Lille : un foetus sauve la vie de sa mère et la sienne

Histoire incroyable parue dans la revue European Journal of Obstetrics, Gynecology and Reproductive Biology :

"Enceinte de huit mois, une jeune femme de 31 ans s'est présentée aux urgences du CHU de Lille car elle souffrait de violentes douleurs au ventre. Les médecins ne vont rien découvrir d'anormal lors de l'examen, mais la jeune femme se plaint de douleurs si violentes qu'ils décident de faire un angioscanner. Le résultat est sans appel : rupture utérine, une grave complication pour elle et son bébé.

Opérée d'urgence, les chirurgien découvrent que le muscle utérin est rompu sur dix centimètres au niveau d'une cicatrice laissée par la césarienne qu'elle a subi en 2013. Mais les médecins découvrent autre chose, de bien plus incroyable : le fœtus a le dos plaqué contre la zone rompue, si bien qu'il a en quelques sortes colmaté la rupture. « Il se produit alors un effet de succion : le dos du bébé est aspiré par la brèche utérine qu'il va complètement colmater. Tout se passe donc comme si le dos du bébé faisait ventouse », écrit Le Monde. « Le dos du fœtus a fait office de bouchon hermétique, d'autant que l'utérus s'est rétracté également autour de lui ». Le bébé a également empêché que le cordon ombilical ne passe a travers la rupture utérine, mais également que la mère ne fasse une hémorragie utérine, explique le Dr Charles Garabedian.

Il a fallu pratiquer de toute urgence une césarienne pour sauver le bébé. Le petit garçon est en pleine

Lire la suite de l'article

Le droit du sol arrive en Italie

Lu sur Boulevard Voltaire :

"Après avoir été votée par les députés, l’introduction du « droit du sol » dans la législation italienne est actuellement débattue au Sénat, alors que l’Italie subit une vague migratoire sans précédent depuis déjà plusieurs années, le chaos libyen ayant entraîné une transhumance massive d’individus subsahariens vers l’autre rive de la Méditerranée, via notamment Lampedusa. Chauffés à blanc, les élus de la Ligue du Nord ont déployé des banderoles « Stop à l’invasion » au Sénat, renforcés par une opinion publique semblant ne pas vouloir de cette réforme du Code de la nationalité.


Bagarre au sénat italien

Deux camps se sont formés : la droite s’oppose à la réforme, la gauche y est favorable et le Mouvement 5 étoiles prévoit de s’abstenir, ce qui équivaudrait presque à un rejet, eu égard aux équilibres électoraux que connaît la chambre basse transalpine. Depuis le 25 juin dernier, date du second tour des élections municipales partielles, la droite italienne semble ragaillardie. L’alliance entre Forza Italia et la Ligue du Nord, prometteuse sur le papier, se sera révélée concluante, permettant à la droite de remporter la victoire dans treize chefs-lieux, sur fond de lutte contre l’accueil des « migrants » qui est devenue le cheval de bataille du gouvernement de gauche au pouvoir.

Gênes, ville de gauche par excellence, a ainsi basculé, de même que Livourne, ancien bastion communiste.

C’est dans ce contexte politique tendu que Matteo Renzi essaye d’introduire le principe du « droit du sol », clairement étranger à l’habitus italien. Il faut dire que

Lire la suite de l'article

75 députés LR (sur 100) se sont abstenus sur la confiance au gouvernement, seulement 23 “contre”

DD6BuhMXgAAgonH

Le député LR qui a voté la confiance est Mansour Kamardine (Mayotte). Ne sont pas pris en compte dans cette liste les élus LR dissidents qui siègent au sein des "Constructifs" : 12 ont voté pour la confiance au gouvernement (dont Solère et Riester) et 23 se sont abstenus.

Lire la suite de l'article

Réouverture de de l’Angélus sous un nouveau nom, avec le soutien renouvelé des parents d’élèves

Communiqué de Maître Varaut, avocat de l'institution l'Angélus :

"L’Ecole « l’Angelus » fondée par l’Abbé Spinoza s’est trouvée au centre d’un tsunami judiciaire et médiatique tout à fait déconcertant. Les accusations les plus fantaisistes ont circulé, notamment celles d’agressions sexuelles, de conditions d’hébergement contraires à la dignité, de flux financiers insolites ou de nourritures périmées…

Rien de tout cela n’a résisté à l’enquête des gendarmes.

L’Abbé Spinoza reste mis en examen pour avoir donné quelques gifles à des élèves difficiles et pour avoir employé des bénévoles dans des fonctions qui auraient dû être dévolues à des salariés selon l’accusation.

A l’évidence, ce qui reste de l’accusation ne justifiait pas ce tumulte et la fermeture d’un établissement recevant cent dix élèves en pleine année scolaire, sans aucun égard pour les enfants et les familles. Il est certain que s’il s’était agi d’une école ordinaire, l’agitation n’eût pas été la même.

Depuis la première perquisition, il apparaît que le fait d’être une école privée hors contrat, respectueuse de la tradition catholique, est aux yeux de certains un motif légitime de suspicion ou même une circonstance aggravante.

L’Abbé Spinoza a choisi de prendre du recul pour permettre la réouverture de l’école à la rentrée prochaine sous un nouveau nom, mais avec le soutien renouvelé des parents d’élèves. Il reste à espérer que les autorités administratives et judiciaires ne trouveront pas de raison de s’opposer à ce projet soutenu par les élèves, les familles et les enseignants.

Lire la suite de l'article

Scrogneugneu : le lobby LGBT se plaint encore

Finalement ils n'ont pas apprécié l'avis du CCNE sur la PMA :

"La joie aura été de courte durée. Le Comité Consultatif National d'Etique (CCNE) a rendu hier le 27 juin son avis sur la PMA. Si l'on ne regarde que la conclusion, l'avis recommande l'ouverture de la PMA. C'est donc positif, non? Mais quand on lit l'avis en détail, les choses se gâtent…

Le Pr Jean-François Delfraissy, président du CCNE, et deux des rapporteurs du texte avaient invité hier quelques associations après la publication de l'avis, parmi lesquelles Act Up-Paris, Fières, les Enfants d'Arc en ciel, le Planning Familial ou l'APGL. Celles-ci ont fait part de leur mécontentement.

"On a d'abord commenté la méthode, rapporte Veronica Noseda du Planning Familial. Le comité n'a pas consulté d'association lesbienne pour rendre un avis sur la PMA. " En effet, une seule lesbienne a été auditionnée. Il s'agit de la très réactionnaire historienne Marie-Jo Bonnet, qui est opposée à la PMA, comme elle l'affirmait en 2016 au Figaro. En revanche, feue Colette Chiland, honnie par les militant.e.s trans (Lire Décès de la très controversée Colette Chiland, la «psychiatre la plus transphobe de France»), ou les psys homophobes Jean-Pierre Winter ou Pierre-Levy Soussan ont pu s'exprimer sur le sujet. Si des personnalités ou associations favorables à la PMA ont bel et bien été auditionnées, aucune n'est à notre connaissance lesbienne.

"J'ai dit au Pr Delfraissy que c'était comme si on rendait un avis sur le VIH sans avoir consulté les associations de séropositifs.  Il a

Lire la suite de l'article

Cardinal Sgreccia : 10 points critiques concernant le cas du petit Charlie Gard

Analyse du Cardinal Elio Sgreccia, publiée en italien sur http://www.ildonodellavita.it et traduite en français par Aude Dugast :

Alors que le dernier recours en justice, auprès de la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) des parents de Charlie Gard vient de donner raison aux différentes cours britanniques qui ont décidé de suspendre la vie de leur enfant, le Cardinal Elio Sgreccia, ancien président de l’Académie pontificale pour la vie, publie une analyse soulignant les points d’interrogations qui demeurent dans cette affaire. Gènéthique en publie l’intégralité. Dans le même temps, la présidente de l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù (Enfant Jésus) qui dépend du Vatican, Mme Mariella Enoc, s'est déclarée prête à « accueillir Charlie Gard à Rome, si ses parents le souhaitent et si son état le permet ».

En ces heures dramatiques nous assistons, avec douleur et impuissance, aux derniers développements et aux funestes contours de l’affaire du petit Charlie Gard, ce nouveau-né de 10 mois, affecté par le syndrome de l’encéphalopathie mitochondriale de forme infantile, lequel, sur la base de différentes décisions judiciaires émises par trois différentes Cours anglaises, de degré divers, et finalement par la Cour européenne des Droits de l’Homme elle-même, devrait être accompagné à la mort par le débranchement de la machine qui assure sa ventilation mécanique et par l’interruption de l’alimentation et l’hydratation artificielles, après lui avoir administré une sédation profonde.

Dans les décisions judiciaires des différents degrés, les Cours anglaises ont répété (souligné) que le processus de dégradation générale des conditions cliniques de Charlie, et

Lire la suite de l'article