Archives mensuelles : juin 2017

Marine Le Pen : un coup à droite, un coup à gauche

Marine Le Pen a lancé une procédure pour retirer la présidence de groupe à deux responsables régionaux du Front national :

  • Sophie Montel, en Bourgogne-Franche-Comté et bruyant alliée de Florian Philippot. Membre du bureau politique du FN, elle a exaspéré Marine Le Pen par des interventions publiques vues comme des «provocations», notamment sur les réseaux sociaux. Elle avait jugé «anxiogène» la ligne du FN en matière d’immigration. Sous pseudo, Marine Le Pen l'avait déjà recardée sur Twitter, alors que Sophie Montel militait pour que le FN amoindrisse son discours sur l'immigration :

Capture d’écran 2017-06-30 à 17.09.58

  • Pascal Gannat, en Pays-de-la-Loire et partisan d'une ligne plus conservatrice. Ce dernier avait annoncé dès hier sa démission de son poste de Secrétaire départemental :

Capture d’écran 2017-06-30 à 17.15.29

Le débat interne sur la refondation du parti voulue par Marine Le Pen "n'autorise pas les uns et les autres à avoir des propos très agressifs ou vindicatifs", a justifié une source frontiste.

En s’en prenant à des figures de chaque camp, Marine Le Pen ne résout pas le problème de ligne politique interne au FN. Pire, elle risque de mécontenter tout le monde. 

Mais pour le moment, c'est du côté de la complice de Florian Philippot que ça chauffe. Pascal Gannat, ancien directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen, est moins un excité des réseaux sociaux que la bande à Philippot, qui sait que la politique est une question de rapport de force et non de diplomatie (à ceci près que le rapport de force n'a jamais réussi aux adversaires

Lire la suite de l'article

Gilles Richard : “l’avenir du FN me semble beaucoup moins compromis que celui de LR”

Gilles Richard, historien et spécialiste des droites, vient de publier Histoire des droites en France (1815-2017). Il répond au Figaro :

"[…] Nous vivons un moment historique troublant (il y en a eu d'autres!) parce que le clivage droite(s)-gauche(s), qui a structuré la vie politique française depuis le début du XXe siècle et qui influence encore notre vocabulaire, s'est peu à peu effacé depuis 1984 (le «tournant de la rigueur»). Faute de forces politiques à gauche capables d'imposer ce que l'on appelait la question sociale (et sans doute aussi à cause de la fin de la Guerre froide par liquéfaction de l'URSS), l'acceptation ou le rejet du capitalisme n'est plus la question centrale du débat public. Aujourd'hui, France insoumise et PCF additionnés n'ont qu'une trentaine de députés, soit bien moins encore que les gauches en 1958, année où elles atteignirent pourtant leur plus bas niveau au XXe siècle. C'est cela qui a permis en trois décennies l'émergence d'un nouveau clivage autour de la question nationale, devenue aujourd'hui la question centrale du débat public. En 1997, lors du congrès du FN à Strasbourg, Bruno Mégret l'avait déjà prédit en affirmant que désormais, la France se divisait entre «mondialistes et nationalistes». Si l'on suit mon analyse, on voit donc que la place est par définition fort réduite entre ces deux grandes familles politiques que sont les néolibéraux, thuriféraires de «la mondialisation» par nature heureuse, et les nationalistes. Sauf à vouloir à nouveau tenter de les

Lire la suite de l'article

90 000 euros de subventions pour des djihadistes

Comment est-ce possible ? Il serait temps que l'Etat cesse ses distributions de subventions.

L'association Syrie Prévention Familles, qui regroupait plusieurs familles de jeunes partis faire le jihad, a reçu 90 000 euros de subventions publiques. Trois de ses membres sont mis en examen, soupçonnés d'avoir envoyé de l'argent à leurs enfants en zone irako-syrienne.

Les soupçons de malversations sont apparus dès la naissance de Syrie Prévention Familles, en novembre 2015. Un ex-membre avoue :

"On a senti dès le début que cette association, c’était une coquille vide. J’ai le sentiment que les intérêts personnels prévalaient sur l’intérêt collectif".

Une autre :

"Il n’y avait aucune transparence. Valérie et Anne ne voulaient pas qu’on accède à la comptabilité. Elles ne faisaient absolument rien. Sur le terrain, c’était seulement nous. Elles nous ont seulement remboursées nos frais à hauteur de 2000 euros."

A partir du printemps 2016, des membres de l’association les dénoncent à plusieurs reprises auprès du secrétariat d’Etat à la Famille de Laurence Rossignol, qui subventionne alors, en partie, Syrie Prévention Familles. Ils finissent, le 23 janvier 2017, par lui adresser un courrier accusateur, dont ils envoient une copie au Premier ministre Bernard Cazeneuve.

"La légitimité administrative et financière de cette association est opérée par le soutien du ministère de la Famille, de I'Enfance et des Droits des femmes, qui engage sa responsabilité à travers vous. Nous regrettons I'absence de transparence, de vérification en matière d'organisation et de fonctionnement de cette assistance, aux parents

Lire la suite de l'article

La Rome d’aujourd’hui est-elle tombée plus bas que la Rome des Borgia ?

Cet article de Riposte catholique fait froid dans le dos :

"Après la lamentable affaire Krzysztof Charamsa, ce Monsignore polonais, secrétaire adjoint de la Commission théologique internationale, qui annonça publiquement son homosexualité, en 2015, à la veille du Synode sur la Famille, la Curie croyait avoir bu le calice de fiel jusqu’à la lie. Que nenni !

Orgie dans les palais apostoliques…

Voici que Monsignore Luigi Capozzi, du diocèse de Palestrina, secrétaire du cardinal Francesco Coccopalmerio, président du Conseil pour les textes législatifs, soutien fervent du pape François, a été arrêté en flagrant délit, lors d’une opération éclair de la gendarmerie vaticane qui est “tombée” sur une orgie homosexuelle. C’était il y a deux mois environ, mais l’affaire fut tenue très secrète. Et cela se passa dans l’austère palais du Saint-Office ! Car c’est là que se trouvait l’appartement de fonction de don Luigi, qui lui servait à organiser des soirées gays à base de drogue. Cependant qu’il utilisait sa BMW, préservée des contrôles policiers par son immatriculation SCV de l’État du Vatican, pour transporter de la poudre blanche. Et pour faire bonne mesure, on apprend que ce Monsignore, fort bien en cour à Santa Marta, était à la veille d’être nommé évêque sur la recommandation de Coccopalmerio. Du coup, les déclarations de Coccopalmerio, à propos des « aspects positifs » de couples homosexuels (site Rossoporpora, 23 octobre 2014) acquièrent aujourd’hui une étrange résonnance. On croit rêver : en plus minable, la Rome d’aujourd’hui semble être tombée plus bas que

Lire la suite de l'article

Les militants pro-vie sont invités sur France Culture

Suite à l'invitation de Renaud Camus sur France Culture, quelques gauchistes se sont émus. Radio France a donc répondu, par la voix de son médiateur :

“Réclamer la censure m’étonne toujours dans une démocratie. D’accord ou pas d’accord avec certaines opinions, toutes doivent pouvoir s’exprimer dès l’instant qu’elles ne contreviennent pas à la loi et à la dignité humaine. Il faut d’ailleurs les connaitre si on veut les combattre”.

“La liberté d’expression reste certainement la plus belle des libertés sur France Culture.”

France Culture est en train de flirter avec le délit d'entrave…

Lire la suite de l'article

Il est aujourd’hui de bon ton, pour pouvoir avancer en politique sans totalement renier ses convictions, de réclamer au nom du respect de la vie, le « retour à la loi Veil »

Réflexion de Jeanne Smits suite au décès de Simone Veil :

"Son nom restera pour toujours lié à la loi dépénalisant l'avortement sous l'euphémisme ravageur, « Interruption volontaire de grossesse ». Simone Veil n'était certes pas seule dans cette entreprise de mort dont les loges – Pierre Simon en tête – ont revendiqué la paternité, et il peut sembler de mauvais goût de n'évoquer que cela dans cette petite « nécro » très parcellaire.

Mais enfin, c'est un aspect de sa vie que la presse dans son ensemble juge déterminant pour lui « tresser des couronnes » aujourd'hui (l'expression franc-maçonne convient bien, je pense…) et elle-même n'a jamais exprimé de regrets. Au contraire, elle a avec quelque mépris souligné dans son autobiographie que les évêques de France étaient probablement plus soucieux de leur sécurité sociale à l'époque, en 1974, que d'une mobilisation générale contre une loi qui, parmi les premières en Occident, a donné une justification légale à l'assassinat des enfants dans le ventre de leur mère, moyennant force conditions qui ont été mollement appliquées, voire pas du tout.

A raison de quelque 200.000 victimes par an, mal an mal an, on arrive à près de 8,5 millions de petites vies supprimées avec la bénédiction du législateur, et donc de la législatrice, sans compter les effets épouvantables sur les femmes qui ont cru qu'avorter, cela ne se faisait sans doute pas « de gaieté de cœur » mais que c'était une sorte de droit.

Peut-être Simone Veil a-t-elle, au fil

Lire la suite de l'article

La Roche-sur-Yon impose l’ouverture le dimanche. Les boulangers partent

La mairie prévoit de contraindre les commerçants du marché des Halles à ouvrir le dimanche. Un couple gérant une boulangerie aux Halles met la clef sous la porte. Avant de s'installer en Vendée, Thierry et Isabelle Ray géraient une boulangerie dans une station de ski, en Savoie. Ils avaient onze salariés et ouvraient 365 jours par an. :

« Nous n'avons pas hésité. Nous travaillions sans interruption en Savoie, on sait ce que ça représente. Aujourd'hui, nous avons plus de cinquante ans, mon mari travaille six jours sur sept, et il ne compte pas ses heures. Le dimanche, c'est son seul jour de repos ».

« J'ai suivi l'affaire de près et assisté à toutes les réunions concernant ce projet. L'adjoint en charge du dossier avait déclaré qu'une majorité souhaitait cette ouverture. Or, sur les documents de l'enquête réalisée, j'ai constaté qu'ils étaient seulement cinq sur 56. »

« D'autres commerçants nous suivent. Ils viennent tout juste d'informer la mairie de leur départ. Je tire mon chapeau à ceux qui restent. »

Lire la suite de l'article

Photo officielle : Les personnalités narcissiques sont les meilleurs ennemis des leaders

C'est l'analyse de François Bert. Extrait :

DDe0CkVXoAAH5LE"Révélée en avant-première par les réseaux sociaux, comme une marque assumée de comportement adolescent, la photo officielle du président Macron vient de sortir. La pose est martiale et la mise en scène étudiée – fenêtre ouverte sur le monde, livres, smartphones et drapeaux – mais ce qui saisit d’emblée c’est le regard. Les projecteurs ont mis le paquet sur les yeux, forçant le trait de la séduction, et davantage que le bleu, c’est une expression profonde de comportement qu’ils ont révélée. Ce portrait est un lapsus de personnalité, tant on y voit une froideur métallique et l’absence pathologique d’empathie qui sied si bien aux narcissiques. « Fariboles ! » diront certains : voilà tout simplement un président déterminé, qui ne s’en laisse pas compter. Un chef, enfin ? C’est là qu’il convient d’apporter une grille de lecture utile des personnalités.

[…] Les personnalités narcissiques sont les meilleurs ennemis des leaders : leur détermination, leur volonté d’aboutir, leur disposition innée à la délégation les désignent d’apparence aux places de direction. Seul hic : leur incapacité à écouter à la réalité. Le refus de la frustration (la connait-on quand on passe de parents-gâteaux à une mère-épouse ?) a provoqué chez eux le déni de tout ce qui existe en dehors de leurs besoins ; ils se rêvent parfaits et ont le besoin pathologique de se le prouver, quitte à occulter ce qui le contredit. L’image, plus que les faits, leur en donne le terrain. Ils font mine d’entendre, de comprendre et de

Lire la suite de l'article

Simone Veil a rejoint les millions de bébés morts par avortement

Dans le concert de louanges qui entoure le décès de l'ancienne ministre de la Santé, disons-le tout net : Simone Veil n'est pas notre égérie.

Néanmoins, gageons que la gauche et la droite libertaires ne rappellent pas certaines vérités qui seraient aujourd'hui proches du délit d'entrave, comme lorsqu'elle déclarait, pour mieux faire adopter la loi sur l'avortement :

"L'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue."

Pour elle, sa loi n'est pas "un droit à l’avortement. »

« Si elle n’interdit plus, elle ne crée aucun droit à l’avortement. »

Plus récemment, lors de la remise de la Légion d'Honneur à Christine Boutin, Simone Veil aurait dit à cette dernière sa désapprobation de la banalisation de l'avortement.

Par ailleurs, elle a manifesté contre la loi Taubira. 

Veil mraiage pour tousd

RIP

Lire la suite de l'article

“Quel avenir pour les droits de l’homme s’il n’y a plus de nature humaine ?”

Voici la vidéo d'un séminaire de Rémi Brague organisé par la Mission permanente du Saint-Siège auprès du Conseil de l'Europe et le Centre européen pour le droit et la justice le 17 juin 2017, avec pour thème : "Quel avenir pour les droits de l'homme s'il n'y a plus de nature humaine ?

Alors que la culture occidentale est en profonde transformation, il convient de se demander quel peut être l’avenir des droits de l’homme à l’époque du post-humanisme et du transhumanisme qui nient toute nature humaine et réduisent la dignité à la volonté individuelle.

Le Professeur Rémi Brague est un philosophe français, membre de l’institut de France et Professeur émérite des universités Paris I et Munich. Il s’est distingué par sa réflexion sur l’humanisme, la loi et la culture européenne. Il a notamment publié Europe, la voie romaine (1992), La Loi de Dieu : Histoire philosophique d'une alliance (2008) ; Le Propre de l'homme : Sur une légitimité menacée (2013) ; Le Règne de l'homme : Genèse et échec du projet moderne (2015). Il a reçu le Prix Ratzinger pour la théologie en 2012.

Lire la suite de l'article