Archives quotidiennes :

Benoît XVI : “Avec le cardinal Sarah, la liturgie est en bonnes mains.”

Le pape émérite Benoît XVI a rédigé une post-face pour la prochaine édition de "La Force du Silence" du cardinal Sarah. Traduction de Benoît-et-moi :

Benoit-sarah2"Déjà quand je lisais les lettres de saint Ignace d'Antioche dans les années 1950, un passage de sa lettre aux Ephésiens m'a particulièrement touché: «Il est préférable de garder le silence et d'être [chrétien] que de parler et de ne pas l'être. Enseigner est une excellente chose, pourvu que l'orateur pratique ce qu'il enseigne. Maintenant, il y a un Maître qui a parlé et c'est arrivé. Et même ce qu'il a fait en silence est digne du Père. Celui qui a vraiment fait sienne les paroles de Jésus peut également entendre son silence, afin qu'il soit parfait: afin qu'il puisse agir par son discours et être connu par son silence» (15, 1 s). Qu'est-ce que cela signifie: entendre le silence de Jésus et le connaître par son silence? Nous savons par les Évangiles que Jésus a fréquemment passé des nuits «sur la montagne» en prière, en conversation avec son Père. Nous savons que son discours, sa parole, viennent du silence et ne peuvent mûrir qu'en lui. Il est donc conforme à la raison que sa parole ne soit correctement comprise que si nous entrons aussi dans son silence, si nous apprenons à l'entendre par son silence.

Certes, pour interpréter les paroles de Jésus, la connaissance historique, qui nous enseigne à comprendre le temps et le langage à cette époque, est nécessaire. Mais cela seul n'est pas

Lire la suite de l'article

Quand les ministres de Macron fustigeaient Macron : de la valeur de la parole politique

Florilège éloquent.

591d812fd3f85dd9090000caEdouard Philippe - Chroniques publiées dans Libération.

  • 18 janvier : « Il serait le fils naturel de Kennedy et de Mendès-France. On peut en douter. Le premier avait plus de charisme; le second, plus de principes ».
  • 15 février : « Macron n'assume rien mais promet tout, avec la fougue d'un conquérant juvénile et le cynisme d'un vieux routier ».

Bruno Le Maire, Les Républicains (ministre de l’Économie)

  • 12 juillet 2016 : « Je ne crois pas du tout au positionnement transpartisan assumé par Emmanuel Macron et son mouvement. C’est de la soupe. Attention à cette façon de mélanger, de brouiller les lignes, de dire qu’on veut mettre avec soi tous les progressistes. Ça ne veut rien dire. »
  • 20 janvier 2017: « Emmanuel Macron, c’est une coquille vide, où chacun arrive avec des propositions qui peuvent être toutes aussi différentes les unes que les autres, mais on ne sait pas où l'on va et je pense que c’est dangereux pour le pays ».
  • 19 février : « Qui est le véritable Emmanuel Macron ? Celui qui ne se dit pas socialiste devant M. de Villiers ou celui qui se dit de gauche sur TF1? Celui qui s'est dit favorable à la légalisation du cannabis ou celui qui se dit contre ? Emmanuel Macron est le candidat sans projets car c’est le candidat sans convictions: il change de discours suivant l’auditoire ». Bruno Le Maire, lui, ne change pas…
  • 25 avril : « Je vais me

Lire la suite de l'article

Au coeur de Paris, des femmes chassées des rues

Capture d’écran 2017-05-18 à 21.48.08Ce sont des centaines de mètres carrés où les femmes n’ont plus droit de cité. Cafés, bars et restaurants leur sont interdits. Comme les trottoirs, la station de métro et les squares. Depuis plus d’un an, le quartier Chapelle-Pajol (Xe– XVIIIe), a totalement changé de physionomie : des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs, tiennent les rues, harcelant les femmes.

Les jeunes filles ne peuvent plus sortir seules, porter une jupe ou un pantalon trop près du corps sans recevoir une bordée d’injures : l’une d’elles raconte avoir subi un jet de cigarette allumée dans les cheveux.

Nathalie, 50 ans, trente années dans le quartier :

« Ce sont des injures, des réflexions incessantes. L’ambiance est angoissante, au point de devoir modifier notre itinéraire, notre tenue vestimentaire. Certaines ont même renoncé à sortir de chez elles ».

Une dame de 80 ans été agressée sexuellement alors qu’elle rentrait dans son immeuble. Elle est désormais retranchée dans son appartement. Aurélie, 38 ans, ne reconnaît pas le quartier où elle vit depuis 15 ans, rue Perdonnet (Xe) :

« Le simple fait de circuler est devenu problématique. Le café, en bas de chez moi, un bistrot autrefois sympa, s’est transformé en repaire exclusivement masculin et en permanence bondé : j’ai droit à mon lot de remarques lorsque je passe devant, d’autant plus qu’ils boivent énormément : il y a quelques jours, le simple fait de me mettre à ma fenêtre a

Lire la suite de l'article

Législatives – Marie-Laure Parcevaux (PCD) : “Ma candidature est un engagement à défendre la Famille”

Marie-Laure Parcevaux est candidate PCD dans la circonscription de Brest-Rural. Mariée, mère de quatre adolescents, ancienne infirmière et actuellement en école primaire depuis 2006, elle se lance en politique et a accepté de répondre à nos questions :

ML-de-Parcevaux-photo1. Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la circonscription de Brest rural sous les couleurs du PCD. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

On peut parler de « lancement » sur la forme mais, sur le fond, mon entrée dans cette campagne des législatives s'enracine dans 25 années d'engagements multiples : au service de la Jeunesse, au service de la Famille, auprès du Conseil Général du Finistère, pour la défense de la Vie et la protection des plus fragiles et, plus récemment, avec la création d'une école hors-contrat comme alternative à l'effondrement du système scolaire. A chaque fois, j'ai pu mesurer l'impact positif de ces initiatives, surtout si elles sont mues par le seul sens du service.

C'est en tant que femme, épouse et mère de famille que je poursuis mon travail dans la cité. La Doctrine Sociale de l’Église nous y engage : j'y réponds un peu plus aujourd'hui, consciente et persuadée que l'organisation de la vie publique n'est pas réservée au seul cercle des politiciens sortis de l'ENA !

2. Le PCD du Finistère a annoncé votre candidature, prenant ainsi de vitesse LR qui n'a pas encore désigné de candidat suite au renoncement inopiné de Marguerite Lamour. Cette dernière a été député de 2002 à 2012 et a été battue de peu en

Lire la suite de l'article

100 000 Ave pour l’Elysée

Brigitte Macron a instamment demandé aux autorités religieuses, en aparté de la cérémonie de passation de pouvoir, de prier pour son mari.

Nous, fidèles catholiques, répondons bien volontiers à cette demande: nous vous proposons donc, amis lecteurs, de réciter ensemble au moins 100 000 "Je vous salue Marie" d'ici la Pentecôte, pour la France et son nouveau président, afin de demander à l'Esprit-Saint et à la Vierge, Trône de la Sagesse, d'éclairer ce dernier pour qu'il serve au mieux le bien commun.

Inscrivez-vous vite ci-dessous, en vous engageant à réciter une dizaine ou un chapelet, éventuellement avec votre famille, à cette intention.

Et partagez largement: si nous sommes suffisamment nombreux, ces 100 000 Ave seront largement dépassés et répandront une pluie de grâces sur notre malheureux pays qui, malgré ses infidélités, ne cesse pas d'être la Fille aînée de l'Eglise et l'Educatrice des peuples, comme le disait naguère Jean-Paul II.

Lire la suite de l'article

Liberté de la presse

Le 27 avril dernier, les sociétés de journalistes de plusieurs medias ont signé le texte suivant :

"A l’occasion de la campagne pour le second tour de l’élection présidentielle, le Front national a décidé de choisir les médias qui sont autorisés à suivre Marine Le Pen. Plusieurs titres de presse ont ainsi vu leur représentant tenu à l’écart de toute information et de toute possibilité de suivi sur le terrain de la candidate du Front national. Ainsi, après Mediapart et Quotidien (et avant lui Le Petit Journal), l’AFP, Radio France, RFI, France 24, Le Monde , Libération et Marianne, notamment ont été à un moment ou à un autre victimes de ces exclusives ."

Aujourd'hui, nous attendons la réaction de ces mêmes journalistes. En effet, l'Élysée a contacté individuellement certains journalistes pour accompagner le déplacement du nouveau chef de l'État vendredi au Mali, sans laisser le choix aux rédactions.

La Lepénisation du chef de l'état serait-elle "En Marche" ?

Lire la suite de l'article

Marlène Schiappa : un discours inquiétant

Eugénie Bastié, journaliste au Figaro, analyse le discours du secrétaire d'État "chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes", Marlène Schiappa.

Entre féminisme et laïcisme… Consternisme !

 

Bastie schiappa

Commentaires (5)

"LES religions", un moyen d'éviter de parler d'une en particulier.

Rédigé par : gj | 18 mai 2017 17:21:50
____________________________________

Quelle gourde !!!
Prenez le temps d'écouter la vidéo.
Oui là on touche le fond.

Rédigé par : enguerrand | 18 mai 2017 17:38:55
____________________________________

Souhaitons que les 62% d'"idiots utiles" cathos (et plus particulièrement les 71% de pratiquants réguliers) qui ont mis un bulletin Macron dans l'urne au 2nd tour de la présidentielle, s'en mordront bien les doigts.
Que croyaient-ils ?
Ah oui, Macron est passé par un collège jésuite. Mais le petit père Combes était bien promis à une carrière ecclésiastique.

Rédigé par : n | 18 mai 2017 17:47:19
____________________________________

c'est une bébête. Et c'est secrétaire d'Etat ?

Pauvre dingo sous-douée et ignare…

Rédigé par : jejomau | 18 mai 2017 17:47:53
____________________________________

Il serait souhaitable sa savoir de quoi on parle.

La laïcité a le devoir de faire connaître toutes les religions
C est ce qui est proposé sur la chaîne publique….toutes les religions
Sont représentées sauf erreur.

Les femmes n'ont n'ont pas la moitié d un
cerveau en France et exigent qu 'on leur fiche la paix.
La sphére spirituelle

Lire la suite de l'article

20 mai : chapelet pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à un CHAPELET pour la FRANCE le Samedi 20 Mai 2017 de 14h30 à 15h30, en l'église Notre-Dame de La Dalbade de Toulouse.

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Lire la suite de l'article