Archives quotidiennes :

Bien sûr que l’ouverture à gauche de Nicolas Sarkozy avait choqué

Interrogé dans Le Figaro sur la polémique autour de Sens Commun, François Fillon répond :

"C'est une forme d'intolérance que je trouve regrettable, et c'est l'expression de ce politiquement correct que je combats par ailleurs. Je me souviens du gouvernement que j'avais composé avec Nicolas Sarkozy. Il y avait Alain Juppé, mais il y avait aussi Christine Boutin et Bernard Kouchner! Je n'ai pas le souvenir que cela ait choqué qui que ce soit. Je n'adhère pas à toutes les positions de Sens commun, mais ils le savent et me soutiennent parce qu'ils pensent que j'ai le meilleur projet, ce qui prouve qu'ils ne sont pas sectaires. Ils ont leur place dans une majorité et ils ont fait preuve d'une très grande solidité dans cette campagne. Ce qui n'a pas été le cas de tout le monde. Pour construire, il faut rassembler. En excluant certains au motif qu'ils ne seraient pas dans «le sens de l'histoire», on contribue à créer les conditions de tensions, d'affrontements et de communautarisme."

Le gouvernement hétéroclite de Nicolas Sarkozy avait choqué beaucoup d'électeurs de droite, qui avaient cru dans ses discours en 2007, et c'est une des causes de l'échec de Nicolas Sarkozy en 2012. L'oublier ou le nier c'est foncer dans le mur en klaxonnant.

Autre extrait de cet entretien :

Capture d’écran 2017-04-20 à 06.59.33

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron s’engage formellement à faire avancer les revendications des LGBT

Emmanuel Macron s'engage de manière franche et directe dans une lettre ouverte publiée sur son site de campagne :

Image4

Image6

Image8

On comprend mieux le tweet enflammé de Pierre Bergé

Commentaires (4)

Oh la belle signature de Macron!!
Nous avons le 666!!!

Rédigé par : katia lanneau | 20 avr 2017 07:12:10
____________________________________

Qui pouvait en douter avec toutes les "rumeurs" qui circulent sur sa personnalité? Et nul n'ignore qu'il n'est qu'une créature du système créée uniquement pour le sauver et le perpétuer pour notre plus grand malheur.

Rédigé par : Stephe | 20 avr 2017 07:43:48
____________________________________

J'aimerais qu'un graphologue se penche sur la signature de Monsieur Macron…..

Rédigé par : zazie | 20 avr 2017 10:34:08
____________________________________

Les revendications des LGBT avanceront en France s'il n'y a pas un frexit. C'est aussi simple que cela. Car c'est l'Union Européenne qui les propage. Comme 10 candidats sur 11 ne demandent pas ce frexit, on a toutes les chances de voir les petits français se faire endoctriner par les associations LGBT. Après tout, les musulmans le faisaient déjà avec des chrétiens pour les enrôler dans leur armée : les Janissaires.

Rédigé par : Eloïse | 20 avr 2017 12:04:37
____________________________________

Lire la suite de l'article

Marine Le Pen veut être présidente de la France pas de la commission européenne


Marine Le Pen exige le retrait du drapeau de l… by LePoint

TF1 a d'ailleurs très bien compris la demande de Marine Le Pen :

"Enlever ce drapeau était une condition fixée par Marine Le Pen pour participer à cette interview, indique le service de communication de TF1. C'était d'ailleurs la seule condition, puisqu'elle n'a rien demandé d'autre. Nous, ce qui nous a semblé important, ce n'est pas le drapeau en lui-même, qui est un élément de décor. Il était avant tout nécessaire d'être transparent avec les téléspectateurs et de leur expliquer. C'est ce qu'a fait Gilles Bouleau." 

Commentaires (3)

Asselineau refusait le drapeau européen. Il est bien que Marine Le Pen commence à en faire autant, même si elle n'est pas pour un frexit le plus rapidement possible.

Rédigé par : Atlas | 20 avr 2017 11:54:02
____________________________________

Comment l’Union Européenne a imposé les maïs OGM à la France ou le fonctionnement de l’Union Européenne.

Tout commence à la commission européenne. Celle-ci, pour des raisons qu’on ignore mais derrière lesquelles de mauvaises langues ont vu un soupçon de lobbying, décide d’autoriser la commercialisation du maïs OGM (Organisme Génétiquement Modifié) Monsanto.

Pour cela, elle doit obtenir l’aval du conseil des ministres de l’agriculture des 28 pays membres. Elle réunit donc ce conseil et présente son projet. Rendons hommage à la France qui s’est bien battue pour rejeter cette proposition. S’en suivit un vote des ministres qui a dégagée une majorité de votes contre.

Oui mais, le vote

Lire la suite de l'article

Des fonctionnaires français refusent par idéologie de délivrer des visas aux chrétiens d’Orient persécutés

Jean-Jacques Brot, préfet hors-cadre, a été nommé le 9 mars 2015, coordinateur de l’accueil d’une partie des réfugiés syriens et irakiens. Il s’occupe de deux catégories de réfugiés. L’une concerne des familles qui sont sous la protection de l’ONU et du Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) dans des camps en Jordanie, au Liban et en Turquie. L’autre est celle de familles, irakiennes uniquement, persécutées pour leurs confessions religieuses: les chrétiens et les yézidis. Lors de l’invasion de la plaine de Ninive par DAECH à l’été 2014, le gouvernement français avait choisi le système de visas pour asile. Selon Jean-Jacques Brot, c’est un procédé qui a fonctionné "cahin-caha" car il a pu constater une baisse de 40% par rapport à l'année précédente, de visas de réfugiés délivrés à ces minorités religieuses persécutées.

La réalité est que, contrairement à ce que l’on peut entendre depuis des mois, l’accueil des chrétiens d’orient est faible. L'ancien préfet de Vendée a constaté un "enchainement d’empêchements bureaucratiques ou idéologiques".

"Il y a objectivement  un certain nombre de fonctionnaires, dont je ne citerais pas les noms qui, par leurs écrits, leurs actes ou leur lenteur, expriment leurs convictions". 

Certains patriarches appellent les chrétiens d’orient à ne pas fuir leur pays.

"Cela peut se comprendre pour ceux qui n’ont pas été torturés et violés mais le discours de ces patriarches est catastrophique. Ils alimentent ceux des fonctionnaires qui, en France en particulier, font passer leurs convictions avant le sauvetage de ces familles vulnérables. Ils se

Lire la suite de l'article

Yves Daoudal votera Fillon mais à contrecoeur

Il le dit sur son blog :

"Si on m’avait dit qu’un jour je voterais Fillon, j’aurais rigolé.

Mais là on ne rigole plus. Même si l’élection présidentielle est incroyablement surévaluée. En fait elle n’a pas grande importance, et l’élection législative non plus, puisque en gros les trois quarts des lois votées en France sont des transcriptions de textes de l’Union européenne. Ce qu’on appelle élection présidentielle est l’élection du gouverneur français de l’UE. On lui laisse les questions « sociétales », mais il ne reste plus grand-chose à inventer de ce côté-là.

L’enjeu est toutefois de tenter d’éviter le pire déshonneur pour la France. Car l'élu, qu'on le veuille ou non, représentera la France. La pire honte serait d’avoir comme représentant de la France la serpillière de l’euromondialisme Emmanuel Macron, paillasson de la finance, de l’immigration, de l’invasion islamique et de la culture de mort : la totale. Dans un monde où il y a Trump et Poutine…

Puisqu’il y aura manifestement au second tour Marine Le Pen et un autre candidat, et que cet autre candidat, quel qu'il soit, sera vraisemblablement élu, il faut tout faire pour que cet autre candidat ne soit pas Macron (ou, pire encore, Mélenchon). Donc voter et faire voter Fillon. Sans rire (d’autant que ce n’est vraiment pas drôle)…"

Commentaires (27)

Toujours le billard a 5 bandes : je ne vote pas pour mes convictions mais pour celui qui gagnera face à mon candidat préféré ….
Daoudal est comme tous les catholiques qui

Lire la suite de l'article

Et deux membres du gouvernement de François Hollande de plus en faveur de Macron

Cela faisait 5 hier. Nous en sommes désormais à 7 membres du gouvernement de François Hollande qui s'engagent pour Emmanuelle Macron. Un vrai recyclage :

Ouillard"La ministre de la fonction publique Annick Girardin, ancienne députée du parti radical de gauche de Saint-Pierre et Miquelon où elle est en déplacement, a appelé à voter "utile" en faveur d'Emmanuel Macron au 1er tour de l'élection présidentielle, a annoncé son ministère". [Source]

8340936lpw-8341560-article-meadel-macron-elections-presidentielle-jpg_4236378_660x281"Après Jean-Michel Baylet, ministre de l'Aménagement du territoire, un autre membre du gouvernement a choisi de soutenir Emmanuel Macron à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle. Juliette Méadel, secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes, annonce, dans un entretien au Parisien ce jeudi 20 avril, qu'elle votera pour le candidat du mouvement En marche ! pour tenter d'éviter un second tour Le Pen-Fillon".[Source]

Commentaires (1)

Macron c'est Hollande !!! En plus machiavélique …….

Rédigé par : GJV | 20 avr 2017 14:50:00
____________________________________

Lire la suite de l'article

Fusillade sur les Champs Élysées : un homme avec une kalachnikov abattu, un policier tué

C94TyYGWsAEwPI_Deux policiers sont à terre, dont un mort, un assaillant aurait été abattu et un autre serait potentiellement dans la nature.

Les tirs auraient eu lieu à l’angle de la célèbre brasserie parisienne du Fouquet's, devant le magasin Yves Rocher.

La police recherche Youssouf El Osri arrivé depuis la Belgique par le Thalys :

C94SLMAXcAAF2qH

Lire la suite de l'article

Elections : Lettre à mes filles sur la boite noire de l’économie 3/5

BN 3:5(Suite de Partie 1/5 : Marché, concurrence et morale, ici en lien et de la Partie 2/5 : Hors de la com, l’économie réelle aurait du potentiel ici le lien)

Partie 3/5 : L’eugénisme marchand concentrent les folies humaines

C’est à partir de l’avènement du dogme de la fin de l’histoire que l’économie et les économistes ont été réduits à l’impuissance, et à l’erreur… La discipline s’est figée dans une idéologie inertielle, un système clos, développé à partir d’un modèle dit «d’équilibre général»… Un modèle qui pense avant tout l’inertie. En même temps, la discipline s’est pliée à une religion de l’argent roi omnipotente. Rien de nouveau finalement, l’éternel veau d’or qui revient quand les esprits faiblissent et que Satan s’y glisse.

Avec la symbolique de la fin, l’équilibre en point final devait rendre compte de la victoire d’un modèle économique sur un autre et cela universellement et jusqu’à la fin des temps. Ce fut une prétention hors de la science et du réel avec ses incertitudes. Elle a laissé hors de son champ d’analyse les effets dynamiques des mécanismes économiques. Il suffisait de rêver et de se laisser porter… et ce fut ainsi car l’âme est faible!

Il en résulta un beau «pot de glu» pour la profession des économistes, un immobilisme paisible pour ceux qui aiment reposer ainsi. L’économie est devenu «hors-sol», assignée à n’être qu’un dogme fixe, servi à toutes les sauces, de façon identique, dans chaque région et pays du monde avec détermination et

Lire la suite de l'article

“Il faut que tout change pour que rien ne change”

Texte proposé par S. de Lorette pour les lecteurs du Salon Beige :

Hier, j'ai fait un rêve. François Fillon avait gagné l'élection présidentielle à l'issue d'une "remontada" que Jean-Michel Apathie lui-même avait salué sur les ondes de France Info. Lors de la passation des pouvoirs, le nouveau président de la République avait raccompagné son prédécesseur fort courtoisement, selon l'usage républicain. Après tout, François Hollande l'avait soutenu contre Marine Le Pen au second tour de cette curieuse élection…

Grâce aux "désistements républicains", la coalition LR-UDI-En marche avait ensuite gagné les élections législatives et, au moment où commençait ce rêve, François Baroin, de retour de Bruxelles, achevait son discours de politique générale, consacré surtout à l'économie. Fin des 35 heures, suppression de l'ISF, réduction de la dette, augmentation de la TVA, ouverture au privé de la Sécurité sociale… Euphoriques depuis l'élection de François Fillon, les marchés appréciaient aussi le premier ministre, qui conjuguait le sérieux d'Alain Juppé et la rigueur d'Angela Merkel.

Fidèle à ses convictions, François Baroin avait multiplié tout au long de son discours les références à la laïcité, "ce bouclier contre tous les intégrismes religieux" – formule dont la plume de François Fillon, Joseph Macé-Scaron, revendiquait fièrement la paternité. Oui, il fallait "combattre sans merci les dérives radicales". Oui, il fallait "bannir tous les signes religieux de l'espace public" en donnant force de loi aux recommandations de l'Association des maires de France, dont François Baroin avait laissé la présidence à Jean-Paul Delevoye qui, face au péril lepéniste,

Lire la suite de l'article

Les raisons doivent dominer les passions pour que le bien commun l’emporte sur les intérêts individuels dans la détermination de son vote

Guillaume Bernard éclaire sur Infocatho les enjeux de l’élection de dimanche, revenant sur les notions de « moindre mal », de « meilleur possible », et évoquant la place des principes non négociables définis par Benoit XVI dans la recherche du Bien commun :

"Puisqu’aucun programme politique n’est pleinement satisfaisant pour eux – et, ce, quel que soit le domaine, tant celui de l’économie (principe de subsidiarité) que du « sociétal » (défense de la vie) –, comment les catholiques peuvent-ils faire un choix électoral sain ? Comment faire pour que leur vote ne soit pas seulement celui de catholiques déterminés par leurs caractéristiques économico-sociales (jeunes ou vieux, urbains ou ruraux, actifs ou retraités, etc.) mais soit intrinsèquement catho ?

Il est certain que la première obligation sociale d’un catholique est de remplir son devoir d’état : faire ses études quand il est étudiant, travailler quand il est actif, élever ses enfants quand il est parent, etc. Participer aux consultations électorales n’est qu’un acte subsidiaire. Pour autant, s’en détourner relèverait soit d’un repli puriste (pouvant être de type communautariste voire sectaire), soit d’une négation nominaliste du bien commun (réduction de ce dernier à la somme d’intérêts particuliers). Dans les deux cas, cela reviendrait à se désintéresser d’autrui en l’abandonnant à son (triste) sort sous prétexte que, pour l’heure, il a été possible, pour soi et les siens, d’y échapper.

Il est cependant certain qu’il ne faille pas tout attendre de la politique. Car, d’une part, la vie sociale ne se réduit pas à la politique et, d’autre part, celle-ci

Lire la suite de l'article

Ne pas avoir pu tuer son bébé vaut donc une indemnité de 80 000 €

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le CHU de Limoges a été condamné hier par le tribunal administratif de la ville a verser respectivement 50.000 € et 30.000 € à la mère et au père d’une petite fille pour une « erreur de diagnostic » qui a empêché son avortement il y a 7 ans.

Le CHU n’ayant pas détecté la trisomie du futur bébé, la mère « n’a pas eu la possibilité d’exercer son choix de recourir à une interruption médicale de grossesse ». Choix qui est celui de 95 à 99% des parents, souligne le tribunal. Ne pas avoir pu tuer son bébé vaut donc une indemnité de 80.000 €. Le père et la mère de ce pauvre enfant espéraient gagner encore davantage en demandant réparation aussi pour leurs deux autres enfants traumatisés eux aussi de ne pas voir disparaître leur petite sœur dans une poubelle. Mais la loi ne prévoit de donner de l’argent qu’aux « parents »…"

Lire la suite de l'article