Archives quotidiennes :

C’est arrivé un 16 avril…

“L’histoire ne nous dira sans doute pas ce qu’il faut faire, mais elle nous aidera peut être à le trouver. « Fustel de Coulanges »

Alors rappelons-nous :

  • le 16 avril 556 : élection du pape Pélage 1er.
  • le 16 avril 1055 : élection du pape Victor II.

C’est le dernier pape nommé par l’empereur et non élu.

  • le 16 avril 1542 : départ de Jean-François de La Roque de Roberval pour la Nouvelle-France.

Nommé le 15 janvier 1541 (cf. chronique du jour) « Lieutenant-général au pays de Canada », par François Ier, Jean-François de La Roque de Roberval quitte la France. Le Roi le charge de «répandre la sainte foi catholique, construire des églises, des villes fortifiées ».

Il reçoit pour cela 45.000 livres, avec lesquelles il a affrété trois navires : la Valentine, l’Anne et la Lèchefraye. Des gentilshommes l’accompagnent et le Roi lui donne le droit de tirer 200 criminels des prisons pour commencer sa colonie. La traversée dure du 16 avril au 8 juin 1542, date où Roberval rencontre Cartier à Terre-Neuve pour prendre sa place. Cette décision royale est une erreur, car Cartier est beaucoup plus expérimenté que la Roque de Roberval.

  • le 16 avril 1704 : les troupes royales de Montrevel infligent une sévère défaite aux Camisards de Cavalier à Nages près de Sommières.

Après la victoire de Cavalier à Martignargues, le 14 mars le Roi décide de remplacer Montrevel par Villars (cf. la chronique du 1er avril). Le premier remporte toutefois

Lire la suite de l'article

Des membres de Sens commun dans le gouvernement de François Fillon ?

Interrogé sur une participation de Sens commun à un gouvernement, François Fillon a répondu: « pourquoi pas ».

« Sens commun fait partie des hommes et des femmes qui sont fiers de leur pays, attachés à leurs traditions, pour lesquels j'ai beaucoup de respect». « Cette façon qu'ont une partie des commentateurs et des élites politiques de classer les Français et de jeter une forme de discrédit sur certains d'entre eux est insupportable ». 

Lire la suite de l'article

Macron lit des discours prémâchés qu’il reconnaît ne pas comprendre

Lire la suite de l'article

Scouts et guides genré-e-s

Capture d’écran 2017-04-15 à 18.28.58Dans la Plateforme de proposition et soutien des résolutions de l'AG 2017 des Scouts et Guides de France, on trouve celle-ci :

"Le mouvement des Scouts et Guides de France, dans la perspective de promouvoir l’approche genre, en cohérence avec son projet éducatif et le plan d’orientation « Grandir et servir ensemble », fait le choix de présenter dorénavant des textes selon les règles de l’écriture inclusive afin de permettre le respect de chacun-e dans son identité de genre."

Cette résolution sera-t-elle votée, pardon, voté-e ?  

Lire la suite de l'article

“Le sacro-saint devoir de réserve des armées doit être brisé”

Nous avions relaté la publication par le Général Martinez de son ouvrage "Quand la grande muette prendra la parole". Il détaille son propos et son raisonnement dans un entretien passionnant accordé à Sputnik France. On apprend notamment qu'en 2014, les chefs d'états-majors seraient entrés "en rébellion" contre le gouvernement. Extrait.

"Les forces armées ont été réduites de 54 000 hommes entre 2008 et 2015. Le gouvernement du Président actuel prévoyait de réduire encore de 34 000 hommes. Soit près de 90 000 hommes. Or les missions n'ont pas été modifiées et depuis la fin de la guerre froide, nos forces armées n'ont jamais autant été engagées à l'extérieur. Et nous sommes aujourd'hui, compte tenu de la menace islamiste, contraints de faire intervenir celles-ci sur notre territoire. Ça pose énormément de problèmes au niveau des relèves. Arrive cette opération Serval [au Mali] (…). Le chef d'Etat-major des armées et les chefs d'Etat-major des trois armées, devant cet obstacle majeur, ont rendu compte au Ministre de la défense, en disant qu'ils étaient prêts à démissionner. Peu de citoyens le savent : s'ils avaient déposé leur démission, il y avait une bonne vingtaine de généraux prêts à suivre leurs chefs. Un précédent a été créé. (…) Il faut briser le silence pour permettre un sursaut. Le politique hésite beaucoup : s'il n'est pas mis devant des situations dramatiques, les décisions ne se prennent pas. "

Lire la suite de l'article

Marine Le Pen évoque la persécution des chrétiens

Aujourd'hui à Perpignan :

Lire la suite de l'article

La quinzaine de la haine commence avant le 1er tour cette année

On retrouve Gérard Larcher et NKM, soutiens de François Fillon, aux côtés des LGBT Caroline Mécary et Caroline Fourest, de Jean-Christophe Cambadélis, soutien de Benoît Hamon, et l'inénarrable BHL, qui vient d'annoncer son soutien à Emmanuel Macron

CCx5CKgd

Lire la suite de l'article

Jean-Pax Méfret prépare un nouvel album

8843-p8-jean-pax-couvIl le révèle à l'occasion d'un entretien avec Anne le Pape dans Présent :

"Comptez-vous reprendre les concerts ?

Oui, les concerts vont reprendre et les disques se poursuivre. Les mois qui viennent vont être bien remplis, je nourris de nombreux projets, notamment un album avec une douzaine de nouvelles chansons.

Quels en seront les thèmes ?

J’évoquerai l’univers familial, les adolescents, les femmes seules… Un regard sur le monde actuel."

Lire la suite de l'article

Il y a beaucoup à faire qu’aucun parti au pouvoir ne fera jamais

Un PM 161 Site1L'analyse d'Hilaire de Crémiers dans le numéro d'avril de Politique Magazine.

Les sycophantes mènent leur ballet. Institution éminemment démocratique qui sévissait déjà dans l’Athènes décadente. La dénonciation sort des officines de la Hollandie, file vers les salles de rédaction, excite les magistrats, incendie les réseaux sociaux. Chacun se croit en droit de juger. Le parti socialiste, toute la gauche dite de gouvernement qui joue les offusqués, oublie aujourd’hui les scandales qui ont défrayé la chronique de la Mitterandie pendant plus d’une décennie, après les premières révélations de l’affaire Urba en 1991.

Le passé, le présent et le futur

Ils ont enterré Henri Emmanuelli samedi 25 mars en grande pompe républicaine à Mont-de-Marsan. Tous les caciques de la Gauche installée, prébendée, rémunérée et nourrie – que de pauvres gens ! – étaient là, alignés sur leurs chaises, à côté de François Hollande. À quoi pensaient-ils, tous, avec ces regards perdus, comme affaissés sur de douloureux abîmes intérieurs. Ces beaux messieurs qui affectent avec condescendance l’affranchissement de toute foi religieuse, songeaient peut-être que ce serait, comme dit le poète, bientôt leur tour. Finie la vie ! Les confortables prébendes et la jouissive fièvre de la politique politicienne ! Eux aussi, mais oui, tout comme lui, ils y passeront ! Hollande s’est voulu bravache, selon son habitude. Braver Dieu, en se croyant drôle, c’est son truc depuis ses 18 ans. Comme ses compères, à peu près tous à son image, sortis des bons collèges ! « Si Dieu existe, et que Henri

Lire la suite de l'article