Archives quotidiennes :

“Vous êtes bien sur la messagerie de l’ambassade de Russie […] pour une ingérence électorale, tapez 3”

Le 1er avril, l'ambassade de Russie aux Etats-Unis a mis en ligne cette messagerie vocale en guise de poisson :

«Vous êtes bien sur la messagerie de l'ambassade de Russie, votre appel est très important pour nous. Pour demander à ce qu'un diplomate russe contacte vos adversaires politiques, appuyez sur 1 […] pour bénéficier des services d'un hacker russe, tapez 2 […] pour une ingérence électorale, tapez 3 et attendez la prochaine campagne électorale. Veuillez noter qu'afin d'améliorer la qualité de nos services, tous les appels sont enregistrés». 

Lire la suite de l'article

Au nom du progrès, François Fillon accepte de tuer des embryons humains

Le mythe gauchiste du progrès, défendu par le candidat de la droite :

Alors même que la recherche destructrice d'embryons humains ne produit aucun résultat scientifique probant.

Lire la suite de l'article

Macron serait l’assassin possible de l’empereur Tibère

Il s'agit de Quintus Naevius Cordus Sutorius Macro, né vers 21 av. J.-C. et mort en 38, préfet du prétoire romain du 1er siècle :

"Les origines de ce Macron sont inconnues, mais elles doivent être modestes. En 31, il devient préfet du prétoire après avoir lu devant le Sénat une lettre de Tibère se concluant par la disgrâce de son prédécesseur Séjan, qu'il fait arrêter par les cohortes des vigiles commandées par le préfet Graecinus Laco, puis exécuter. Il prend ensuite une part active à l'élimination de sénateurs et de chevaliers.

Tacite, Suétone et Dion Cassius lui prêtent des intrigues pour plaire à Caius, héritier possible de Tibère vieillissant et futur Caligula, comme de pousser sa femme Ennia à sembler amoureuse de Caius. En mars 37, présent lorsque Tibère eut un malaise dans sa villa du cap Misène, Macron l’aurait fait étouffer sous un amas d’étoffes. Suétone pour sa part n’incrimine pas Macron et rapporte diverses versions de la mort de Tibère : mort naturelle ou par absence de soins, mais aussi, par empoisonnement ou étouffement sous un coussin par Caligula. Cette version est toutefois contestée par les historiens modernes, qui jugent plus vraisemblable une mort naturelle.

Caligula fit porter par Macron le testament de Tibère au Sénat, et fit casser la disposition qui léguait l'empire à son jeune petit-fils Gemellus Tibère. Macron avait toute l'estime de Caligula prétendant au pouvoir, mais une fois celui-ci parvenu à ses fins, et grâce à l'appui du préfet du prétoire, Caligula va prendre ses distances avec son ancien mentor, jusqu'à se moquer ouvertement

Lire la suite de l'article

Les autorités de l’université catholique de Louvain sont embarrassées d’avoir à s’exprimer sur l’avortement

Jeanne Smits a interrogé Stéphane Mercier, le professeur de philosophie qui s’est retrouvé au centre d’une polémique à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve (UCL) pour avoir invité ses étudiants à réfléchir sur un argumentaire philosophique contre l’avortement. Il vient d'être purement et simplement licencié. Extrait :

Stéphane Mercier, vous vous êtes montré très clairement provie. Aujourd’hui, cela vous vaut accusation. Assumez-vous cette qualité ?

A 100 %, et cela fait ma fierté : ma fierté à la fois comme être humain de prendre ainsi la défense, à ma modeste mesure, d’autres êtres humains, et ma fierté comme philosophe parce que j’ai l’impression que philosophiquement, le droit à la vie est indiscutable. Et plus profondément encore, comme catholique romain, parce que comme le disent les saints, la gloire de Dieu, c’est l’homme vivant.

Quel est votre âge ? Et quelle a été votre formation, puisque votre raisonnement ne ressemble pas beaucoup à celui de certains nouveaux philosophes ? Quels sont vos philosophes de prédilection ?

J’ai 34 ans. Ma formation, je l’ai faite tout entière ici à Louvain-la-Neuve, puisque, contrairement à ce que certains médias avaient suggéré, je ne suis pas un nouveau dans la maison. J’ai commencé mes études ici, en philosophie, en 2000. Quand j’ai eu ma licence – le Master d’aujourd’hui – en 2004, j’ai été nommé assistant à la faculté de philosophie pendant 10 ans. J’ai eu mon doctorat en 2010 et je suis devenu chargé de recherche à l’équivalent belge du CNRS en France pendant quatre ans. Depuis 2014, je suis de nouveau

Lire la suite de l'article

Trisomie : une maladie que l’Etat a abandonnée depuis longtemps

Alexandre Varaut, Président du Collectif contre l'Handiphobie et père d'un enfant porteur de trisomie 21, défend dans Le Figaro la Fondation Jérôme Lejeune :

François a dix-huit ans. Il est au Lycée Stanislas, il a des amis, il est heureux. Il est malade aussi, une trisomie 21 qui a blessé son intelligence et marqué son allure. Comme il avait curieusement échappé au radar de la détection in utero, l'accoucheur nous avait obligeamment proposé de ne pas le laisser vivre. Le décor était planté …

Il avance depuis dans sa vie avec le fardeau de son génome, l'insouciance de sa jeunesse et cette question qu'il me repose sans cesse: «Papa, quand est-ce que je ne serai plus handicapé?» Je ne sais pas répondre à cette question. Demain? Jamais? Quel savant trouvera la réponse? Les personnes porteuses de trisomie 21 n'appartiennent pas à une race à part pour l'éternité, ce sont des malades, il n'y pas de maladie que l'intelligence humaine ne puisse vaincre, un jour.

Le journal Le Monde a publié hier une tribune spectaculaire cosignée par cent quarante-six scientifiques qui demandent le retrait de la reconnaissance d'utilité publique de la Fondation Jérôme Lejeune. Ces savants sont contrariés par diverses actions judiciaires de cette Fondation contre les recherches qu'ils mènent sur des embryons. Nous avons grand besoin pour nos enfants de chercheurs, ils portent beaucoup de nos espoirs. Peut-être devraient-ils s'interroger aussi, sans répit, sur les moyens et les fins de leurs travaux ; il n'y a qu'un pas du

Lire la suite de l'article

Courage civique et force spirituelle, en 3 actes

Brise glace CdeM

Une image, une vidéo et un texte ; 3 témoignages de force qui peuvent toucher nos contemporains engagés dans une même prise de conscience et un même combat déterminant.

 

Acte 1 : Une image (ici à la une de cet article) représente le brise glace-méthanier russe qui a pour nom : Christophe de Margerie arrivant au port de Yamal dans le grand nord de la Russie (1). Même en sachant que l’histoire est riche en rencontres fraternelles entre la France et la Russie, on peut cependant se demander si un bateau russe a ainsi déjà porté le nom d’un français?
Sur l’épisode présent, qui constitue un symbole qui nous émeut, nos amis de Marine et Océans nous ont promis un papier, sachant bien que nos média traditionnels seront eux silencieux. Ce symbole n’est pas dans l’air du temps que l’UE veut que nous respirions.

Point de mystère trop long, je dois aux lecteurs une explication rapide :

Yamal, cinq lettres phares pour l’entreprise Total et son projet technologique pilote. Cinq lettres aussi que l’histoire financière retiendra comme le tournant d’une époque. Il s’agit du plus énorme financement de projet jamais entrepris dans le monde. Chose incroyable, il aura été réalisé sans un seul dollar de financement…du fait des sanctions antirusses US-UE (2). Un financement réalisé en Yuans, Roubles et quelques Euros italiens symboliques. Ces derniers rendent compte du courage de deux banques italiennes qui ont sur faire fi des interdits des maîtres de l’Europe, en prenant ainsi

Lire la suite de l'article

Encore un effet Trump : le retour des pro-vie à la Commission de l’ONU Femmes

Les partisans de la culture de mort se sentent dérangés :

"Le monde a assisté au retour des États-Unis vers la tendance pro-vie après des années de promotion de l’avortement par l’administration Obama au cours de la Commission de l’ONU sur le Statut des Femmes d’hier. Après le coup de marteau signalant l’adoption de l’accord annuel de la commission, connu sous le nom de Conclusions Concertées, la délégation des États-Unis a prononcé une poignante déclaration pro-vie.

Le consensus international sur le programme de l’ONU concernant “la santé sexuelle et procréative” est que “cela ne crée pas de nouveaux droits internationaux, incluant le droit à l’avortement” ainsi que l’ont déclaré les États-Unis.

Ce tournant a permis de revenir sur les acquis des supporters de l’avortement, comme les mentions explicites de l’avortement dépourvues de tous les restrictions qui donnaient une image faussée de l’avortement dans les accords précédents de l’ONU.

Cette année, l’accord non seulement ne mentionne pas l’avortement, mais indique que toute référence à “la santé sexuelle et procréative”, “les services de soins en santé sexuelle et procréative” et ” les droits en matière de procréation” doivent se faire en référence aux accords précédents de l’ONU selon lesquels l’avortement n’est pas un droit, engageant les nations à aider les femmes à éviter l’avortement, et les empêchant de le promouvoir comme méthode de planification des naissances.

Les États-Unis ont déclaré “qu’ils n’encouragent pas l’avortement comme aide sanitaire en matière de procréation” et ont souligné que “les USA sont le plus important

Lire la suite de l'article

Vous pouvez désormais changer de sexe à l’état civil

Le décret n° 2017-450 du 29 mars 2017, signé par Bernard Cazeneuve, Premier ministre, le garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas et le ministre des outre-mer Ericka Bareigts, relatif aux procédures de changement de prénom et de modification de la mention du sexe à l’état civil est entré an vigueur. Il fixe la procédure applicable à la modification de la mention du sexe à l’état civil devant le tribunal de grande instance. Enfin, il adapte le décret no 74-449 du 15 mai 1974 modifié relatif au livret de famille afin de définir les conditions de délivrance d’un nouveau livret à la suite du prononcé d’une décision de changement de sexe à l’état civil.

Mais sinon, l'idéologie du genre n'existe pas.

Lire la suite de l'article

Une centaine de bobos en quête de notoriété

Les temps changent vraiment. Une centaine de bobos en quête de notoriété viennent de signer une tribune contre le Front National. Pas très original comme initiative, cela sent un peu le réchauffé. En outre, le texte est très “macronien” et ne veut pas dire grand chose de profond.

En revanche, ce qui est vraiment nouveau, contrairement aux appels analogues des années 90, c’est que la majorité des noms des signataires sont parfaitement inconnus du grand public. Et ils osent s’auto-proclamer “Le monde de la culture”…

Lire la suite de l'article

Macron a gagné près de 2 500 € par jour pendant 3 ans mais déclare un patrimoine net de 156 160 €…

Lu sur Boulevard Voltaire :

"La presse a beau mener une campagne acharnée en faveur d’Emmanuel Macron, la question de son patrimoine et de la manière dont le candidat des milieux d’affaires et des banques gère son argent pourrait presque faire passer l’affaire Fillon pour une contravention de stationnement.

L’ancien ministre, né en 1978, a touché des revenus de fonctionnaire jusqu’à son embauche par la banque Rothschild en 2010. Il a donc nécessairement été contraint de mener un train de vie conforme à des revenus normaux. Cela ne l’a pas empêché d’acheter, en 2007, un appartement pour un million d’euros, totalement hors de proportion avec ses revenus, financés par l’emprunt auprès d’une banque (900.000 €) mais également auprès d’un ami suffisamment clairvoyant pour savoir qu’il serait embauché quatre ans plus tard dans une banque où il gagnerait plus d’un million d’euros par an… Selon l’IREF (Institut de recherches économiques et fiscales ), « monsieur Macron a gagné 2 748 065 € chez Rothschild entre 2010 et 2012. Lors de l’entrée en vigueur de la loi sur la transparence, il déclare, le 24 octobre 2014, à la Haute Autorité un patrimoine net de moins de 156.160 € ».

Explications embrouillées du candidat : « Comme banquier d’affaires, j’avais le statut d’indépendant. J’ai donc payé, sur le montant brut de ma rémunération, des cotisations sociales patronales, salariales, puis l’impôt sur le revenu. Ces cotisations ont augmenté et frappé mon dernier revenu de référence, au point que je ne gagnais plus

Lire la suite de l'article