Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

19 mars : une autre loi pour diviser les Français

Un débat se déroulera au sénat le jeudi 8 novembre à partir de 9h30 sur la proposition de loi, adoptée
par l'Assemblée nationale, relative à la reconnaissance
du 19 mars
comme journée nationale du souvenir et du
recueillement
à la mémoire des victimes civiles et
militaires de la guerre d'Algérie et des combats en
Tunisie et au Maroc. Le Général de corps d’armée (2S) Dominique Delort, président du Comité d’Entente
Président de la Saint-Cyrienne, communique :

9"Le Comité d’Entente, représentant plus 1.200.000 adhérents, a pris acte du
report au 8 novembre 2012 (au lieu du 20 novembre initialement annoncé) de la
discussion en cours, au Sénat, visant à faire du 19 mars une journée nationale à la
mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des évènements
en Tunisie et au Maroc.
Il souhaite que les dernières heures à venir contribuent à approfondir toute
réflexion individuelle ou collective sur les risques de division que générerait une telle
loi. En effet le début de la discussion, le 25 octobre, a confirmé la profonde
divergence entre parlementaires et aussi entre anciens combattants sur le choix de
cette date de commémoration. Cette proposition de loi, exhumée 10 ans après son
vote à l’Assemblée, n’est ni opportune ni utile sinon pour satisfaire deux associations
minoritaires au détriment de l’ensemble des combattants d’Afrique du Nord et des
Français en général
.
Le Ministre délégué aux Anciens combattants, M. Kader ARIF, n’a d’ailleurs
pas souhaité s’engager et s’en remet à la sagesse du Parlement.
Le 19 mars ne peut pas être une date de recueillement car il rappelle, hélas,
pour trop de Français, le deuil et l’exode. S’en tenir au 19 mars serait bafouer la
mémoire des dizaines de milliers de harkis massacrés après cette date, comme celle
du million de nos compatriotes victimes d’une véritable épuration ethnique
. […]

Lorsque la Nation a voulu honorer ceux qui ont donné leur vie pour la France
dans tous les conflits, le Parlement, à sa très grande majorité, a voté le 28 février
dernier une loi que l’on peut qualifier de « mémorielle », retenant le 11 novembre
comme journée de commémoration pour tous les morts pour la France
. Cette loi
exclut la suppression de commémorations existantes, officielles comme associatives.
Une nouvelle loi serait superfétatoire venant notamment de sénateurs qui
avaient voté la loi du 28 février dernier. […] Toutes les associations signataires du monde combattant et du monde civil,
représentant plus de 1.200.000 adhérents, mettent à nouveau en garde les
représentants de la Nation sur le risque grave de division au moment où l’unité
nationale n’a pas besoin d’épreuves supplémentaires.

Une quarantaine d'associations ont rejoint cette Entente.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]