Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Histoire du christianisme

1880 : Jules Ferry fait expulser les congrégations enseignantes

JLes éditions DMM viennent de rééditer Jules l'imposteur, écrit par François Brigneau en 1981, sur Jules Ferry, le père de l'école laïque. Cette réédition tombe à pic, après l'hommage de François Hollande à cet anticlérical. Jules Ferry, ministre de l’instruction publique, s'était donné pour mission de « changer le coeur de ce vieux peuple monarchiste et chrétien. » Pour parvenir à ce but, il a voulu : la dissolution des congrégations, la laïcisation de l’enseignement et la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Le 15 Mars 1879 Ferry dépose une proposition sur l’enseignement, dont l’article 7 stipule que nul n’est admis à diriger un établissement public ou privé, de quelque ordre qu’il soit ni à donner l’enseignement, s’il appartient à une congrégation non autorisée. Or l’enseignement privé était essentiellement dirigé par des congrégations que la Révolution avaient mises hors la loi, et qui étaient revenues sans avoir jamais été officiellement reconnues.

Le gouvernement publie un décret d’expulsion et ces dernières commencent le 29 Juin 1880 par La Compagnie de Jésus rue de Sèvres avant de se généraliser :

"Les serrures des portes de chaque cellule sont crochetées. Quand les serrures résistent on enfonce les portes. Les religieux sont agrippés, tirés, poussés dehors. Ce sont des vieillards très souvent. L'un d'eux, le Père Hus montre ses jambes déformées.

– J'ai 78 ans, dit-il. Je suis asthmatique et impotent. Il m'est impossible de marcher. C'est dans les établissements de Cayenne, au service de la France, que j'ai contracté ces douleurs.

On l'emporte. Ce sont les ordres. […] On entraîne un autre vieillard. Celui-là proteste. C'est le Père Lefebvre. Il crie :

– Vous n'avez pas honte ! Les hommes de la Commune m'avaient laissé ici. Et vous, vous me chassez !

Dehors, la foule gronde et prie. Dix mille chrétiens, agenouillés, dans les fleurs coupées, chantent leurs cantiques, à voix basse. […]"

Le 31 décembre, Jules Ferry se satisfait : 261 couvents ont été vidés et 5641 religieux expulsés. Comme on le voit, la défense de la liberté scolaire est une vieille affaire.

Partager cet article