Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

10e du Nord : un test pour le lobby gay

Le résultat national des prochaines législatives ne fait pas l’objet d’un suspense important. De même que la gauche avait gagné 5 points entre la présidentielle et les législatives de 1981, le nouveau président devrait assurer a son parti une prime importante. Certains socialistes en viennent à n’espérer qu’une défaite "pas trop cuisante".

Mais certaines circonscriptions présentent un enjeu d’un point de vue pro-famille et souverainiste – votre blog en passera quelques-unes en revue d’ici le premier tour, en commençant aujourd’hui par celle dont le sortant est Christian Vanneste.

Cv A première vue, la réélection de Christian Vanneste ne ferait pratiquement aucun doute dans une circonscription (10e du Nord, Tourcoing) qu’il a remportée avec 56% au second tour de 2002 et où Nicolas Sarkozy a obtenu 57,5% des voix au second tour.

Mais deux éléments pourraient perturber cette réélection :

  • S’étant attiré une haine tenace du lobby gay en s’opposant a la loi sur "l’homophobie", il n’est pas officiellement investi par l’UMP, dont il est issu. Il a le soutien de l’UMP locale, et n’a pas d’opposant UMP, mais cette absence d’investiture et la campagne médiatique dont il a été victime pourraient effaroucher une partie de l’électorat UMP. Certains pourraient au premier tour se reporter sur la candidate du MoDem, Marie-Paule Heiblé, bien que l’UDF ait traditionnellement fait des scores assez modestes dans la circonscription (moinBaecks de 7% aux législatives de 2002, 15%  pour M. Bayrou le 22 avril dernier.)
  • Christian Baeckeroot – l’un des dirigeants du FN les plus fidèlement pro-famille et pro-vie – pourrait se qualifier pour le second tour. Il avait obtenu 19,7% au premier tour de 2002 – mais, contrairement à 1997, n’avait pas accédé au second tour faute d’avoir réuni 12,5% des inscrits. La participation pourrait cette fois être plus élevée, et M. Baeckeroot, très bien implanté localement, pourrait contrer une possible érosion des voix FN au niveau national.

Une triangulaire, voire une quadrangulaire, paraissent possibles – au détriment sans doute du député sortant. Nul doute que son éventuelle defaite serait revendiquée, à tort ou à raison, par le lobby gay.

Henri Vedas

Partager cet article