Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

“100 jours pour redresser la France !…”Crédible?

C'est le projet économique que nous propose aujourd'hui, Charles Sannat dans le cadre des articles quotidiens de son site politico-économique. Au terme de l'énoncé clair et rapide des propositions qu'il avance, sa conclusion est la suivante.

"En moins de 10 ans nous aurons remboursé 100 % de notre dette

Cela nous fera économiser, au terme de ces 10 années d’efforts, 50 milliards d’euros de charge pour le paiement des intérêts de la dette. La France sera riche, nous pourrons financer tous les projets ou presque que nous souhaitons. L’endettement sera tout simplement interdit car rien ne justifie, hormis la guerre, que nous ayons recours à la dette. Comme toutes les familles, nous devrons fonctionner en lignes créditrices.

L’activité économique ne sera pas étouffée par un État obèse et pourtant, nous aurons préservé l’essentiel de notre modèle social grâce à un budget excédentaire de 100 milliards d’euros dès la première année. En moins de 100 jours, notre pays peut se redresser de façon spectaculaires sans que les efforts soient incommensurables, mais pour cela il faut changer toute notre façon de faire et disons-le, à peu près sur tous les sujets.

Il y a encore de très nombreux points sur lesquels nous pouvons agir et les marges de manœuvres financières sont en réalité considérables. Nous sommes nous-mêmes prisonniers d’une idéologie et d’un fonctionnement, quant à nos mamamouchis, je suis persuadé qu’ils n’ont véritablement rien compris. Ils sont à l’économie ce que les bâtisseurs du Titanic étaient à ce navire… des gens sûrs d’eux, suffisants, persuadés d’avoir construit le navire le plus sûr et totalement insubmersible,conduisant les passagers à la catastrophe avec leur arrogance de professionnels. Noé, lui, était un amateur. Son navire flotta et sauva la vie sur Terre.

Le débat sur notre budget doit être ouvert ainsi que celui sur la compétence de nos « zélites » !"

Les commentaires de nos lecteurs ayant de réelles compétences sur ces sujets sont les bienvenus.

Partager cet article

20 commentaires

  1. hmmm… cela me laisse perplexe.
    Les lendemains qui chantent , on a déjà entendu …
    Rembourser la dette, pourquoi pas (ce serait mieux de la désavouer).
    Mais en tout cas ce serait pour repartir sur un nouvel endettement, sauf à changer le système :
    http://fortune.fdesouche.com/329415-la-plus-grande-escroquerie-de-tous-les-temps
    Mais peut-être n’aurons-nous pas le choix: il s’écroulera sous son propre poids.

  2. Article intéressant. Pas utopique, chose tout à fait réalisable.
    A noter le projet de monsieur Xavier Gerlin (pardon pour l’orthographe mal mémorisée). Ce monsieur est surtout connu pour sa plainte contre la première concubine de France, celle qui, non élue, bénéficie des largesses des contribuables.
    Au passage, je suggère au Salon Beige, de parler plus souvent et systématiquement de ce monsieur. Il a un projet politique, un programme, et il a exprimé le souhait d’être candidat à la prochaine présidentielle. A l’heure actuelle, c’est le seul français, je dis bien le seul, qui soit capable de nous sortir du bourbier où nous sommes. Or, il n’est probablement connu que de moins de 10% de la population, il est donc temps que tout le monde s’y mette pour que sa notoriété soit clairement établie pour les prochaines présidentielles

  3. Toutes les propositions de ce projet de sont pas stupides, loin de là, mais les principes qui le sous-tendent sont plus discutables.
    Par exemple la volonté d’interdire l’endettement n’est pas intelligente, sur un strict plan comptable. Si on exclut la dette de fonctionnement (qui est effectivement non productive), il faut tout de même noter des avantages à une dette d’investissement : j’emprunte pour construire une infrastructure aidera l’économie, tant par sa construction que par son usage. Il faut donc calculer le coût global avant de juger au cas par cas. En gros, si les taux d’intérêts sont inférieurs à l’inflation, on a intérêt à emprunter. Et quand les taux sont négatifs, n’en parlons pas !
    Par ailleurs, l’article oublie à mon sens un élément capital du redressement, à savoir la compétitivité hors coût, c’est à dire les barrières réglementaires. Rien qu’un mettant en place des exigences de qualité (technique et environnementale) on aurait des relocalisations massives. De même pour refuser le boeuf aux hormones américain sans pour autant augmenter les taxes aux frontières.
    La remarque sur les autoroutes n’est pas pertinente car il faut aussi les entretenir, et mettre en place les services associés, dont les stations services. L’auteur ne doit pas souvent prendre les autoroutes entretenues par l’Etat…
    Quant à la remarque sur l’Allemagne, c’est du grand n’importe quoi. L’Allemagne a un excédent commercial principalement parce qu’elle a sacrifié sa politique sociale, ce qui la rend plus compétitive : ce pays vole ses citoyens et ses voisins afin de rembourser sa dette. Si l’Allemagne avait gardé une monnaie différente, cette monnaie s’apprécierait, ce qui diminuerait sa compétitivité. Bref, l’Allemagne profite de l’Euro à nos dépends, par conséquent il est normal de réaliser artificiellement ce rééquilibrage.
    Pour conclure cette article a quelques bonnes idées, mais manque de précision dans le chiffrage, tout en s’appuyant sur quelques hypothèses plus que douteuses.

  4. Bonjour,
    Je travaille dans le secteur financier. Si ce programme est appliquée, la dette sera surtout doublée en 10 ans.
    Ce programme relève de l’incompétence crasse.

  5. Extrait de la 7ème mesure : « 7/ Ne pas affoler nos partenaires ni le monde en ne sortant pas de l’Europe » !
    Encore un qui n’a rien compris, qui ne connaît pas le sens des mots et la déformation de ceux-ci, la manipulation à laquelle contribue l’oligarchie mondialisée et nos journaleux, en particulier dans l’UE. Ce qui m’affole, moi, c’est qu’on puisse écrire ce genre de phrase ! La Norvège, la Suisse ou la Russie ne seraient-elles donc plus en Europe ?
    La France ne peut pas sortir de l’EUROPE car la France est en EUROPE ! Elle y est géographiquement, historiquement, culturellement, avec son peuple, ses racines, sa langue, ses tripes, son drapeau, son hymne, … ses paysages, châteaux, cathédrales, … ses inventeurs, artistes, écrivains, religieux, hommes politiques, … qui ont tous disparu de nos billets de banque austères, j’espère que vous l’aurez noté !
    Il est donc impossible pour la France de sortir de « l’Europe » mais elle peut très bien envisagée de sortir de l’UE (Union Européenne bureaucratique et anti démocratique qui s’est faite sans les peuples et contre les peuples) !
    Ne prêtez pas le flan aux techniques de la dialectique de gauche qui, consiste à changer le sens des mots ; cela vous fait écrire des contre-vérités sans même que vous ne vous en rendiez compte.
    Un mariage ne serait plus un mariage, un homme serait une femme et réciproquement, il y aurait de la christianophobie comme il y aurait de l’homophobie alors qu’il n’y a ni l’un ni l’autre, et maintenant, la France ne doit pas sortir de l’Europe, … STOP !
    Non, rassurez-vous, nous n’allons pas scier les frontières des Pyrénées, des Alpes et du Rhin puis larguer les amarres. Mais nous allons tout faire pour retrouver notre souveraineté et notre liberté et continuer à appeler un chat, un chat, n’en déplaise aux femens déguisées en, Marianne sur nos timbres-poste.

  6. La dette n’est pas remboursable,sauf à la répudier
    Elle est illégitime du fait que l’argent des prêteurs est fabriqué ex nihilo
    Il serait immoral de rembourser de l’argent fabriqué à partir de rien ,avec nos richesses réelles
    Monsieur Sannat roule pour la finance apatride ,il n’osera sans doute jamais vous parler des lois qui ont été votées en toute discrétion cet été qui font que les déposants ne sont plus considérés comme propriétaires de leurs fonds dans les banques ,mais comme des créanciers qui devront participer au sauvetage de celles ci quand elles feront faillite
    Les banques sont des sociétés privées qui appartiennent à leurs propriétaires / actionnaires qui ne redistribuent pas leurs bénéfices aux déposants
    En quel honneur les déposants devraient ils prendre part au sauvetage d’une banque
    Nous assisterions alors à la mutualisation des pertes et à la privatisation des bénéfices
    Est il un bon Catho ce monsieur Sannat ???

  7. Dans le même ordre d’idées, Le Gallou a ecrit un article sur la dynastie des “endettors”, dynastie qui a debuté en mai 1981 avec “qui vous savez”, R.Barre ayant remis les clés du pays libre de dettes.

  8. “Ce qui ne veut pas dire”…Un peu floue son programme. C’est comme l’image du “pistolero” de 30 à 45 ans (c’est selon le media)mesurant de 1,70 à 1,80.
    Avec un peu plus de précisions il serait plus crédible.

  9. Une remarque préalable : la sixième proposition (‘faire baisser le prix de l’immobilier’) me semble exemplaire et me plaît d’autant plus qu’elle m’a paru absurde à première vue.
    Exemplaire parce que permettant un véritable choc (celui de la simplification n’a choqué personne, que je sache), avec de vrais risques (quels seraient les impacts d’un ralentissement fort et brutal du secteur immobilier ?) mais aussi de vrais gains.
    Exemplaire parce qu’elle ne se propose pas de couper le robinet de l’assistanat, mais plutôt de concilier les besoins des personnes avec les capacités de la collectivité.
    Exemplaire aussi parce qu’elle ne
    Ma proposition préférée concerne l’écotaxe : s’il est avéré qu’une imposition au prorata du kilomètre parcouru (à condition de ne pas avoir de conditionnement de dernière minute dans le pays cible, comme on le voit pour l’agneau néo-zélandais par exemple) ne va pas à l’encontre des règles du commerce international, c’est vraiment une bonne idée. A condition d’avoir les moyens de mécontenter Chinois et autres gros producteurs. Les prix n’augmenteront pas tant que ça, sauf pour la banane, et cela fera peut-être baisser le racisme.
    J’aime bien aussi la suppression des subventions aux associations. Le faire brutalement, ce serait du gâchis. Le faire avec une année de préparation au moins me semblerait préférable, afin de pouvoir réorienter sans trop de casse les personnes et les biens, même si le risque de grogne est important.
    J’ai en effet l’impression que mes concitoyens sont d’accord pour des efforts tant qu’ils ne seront pas cocnernés. Le président Sarkozy a buté sur cet obstacle moral : appeler à la conscience de chacun ne suffit pas si chacun attend, pour bouger, que son voisin bouge d’abord.
    Pour en revenir aux mesures, elles sont séduisantes, mais conduiraient à la ruine sans préparation – le temps qui sépare une élection présidentielle d’une rentrée scolaire suffirait à peine, mais l’échéance serait lisible par tous.

  10. Sur l’immobilier que je connais je suis en accord avec lui.
    Néanmoins il n’y a pas que des conséquences heureuses. Il faut tenir compte de l’impact à court terme de la mesure, notamment sur les revenus locatifs et le logement des familles modestes.
    Une suppression des aides au logement entraînera à court terme une difficulté pour se loger de nombreuses personnes. Il serait nécessaire d’y ajouter un plafonnement temporaire des loyers ou une diminution progressive des aides.
    Sur le moyen terme le prix des loyers baissera. Mais c’est alors la retraite de nombreuses personnes pour qui la location est un moyen de complément de retraite indispensable qui sera affectée.
    Sur les niches fiscales pour l’achat il a en revanche entièrement raison. Le système d’aide est une incitation non seulement à la bulle immobilière haussière mais à des investissement hasardeux de la part de particuliers.
    Là également il faut néanmoins bien voir que cela produira à court terme des difficultés dans le secteur de la construction même si à moyen et long terme c’est plus sain et profitable grâce aux diminution des prix.

  11. Il suffit de rétablir la banque de France. Avant Pompidou, elle prêtait à la France sans intérêt. En 1973, un bébé naissait avec une dette de 808€. Aujourd’hui, depuis que l’état emprunte auprès des banques privées, un bébé a sur le dos une dette de 30.000€.
    La création monétaire se fait aujourd’hui à partir de rien. Quand un billet de 10€ est donné, on l’accepte car il est garanti par l’état, c’est à dire le contribuable.
    Si un privé fabrique un billet sans cette garantie étatique, il ne sera pas accepté. C’est donc l’état qui donne de la valeur au billet. Pourquoi donc une banque privée se permet-elle de fabriquer de l’argent avec la garantie de l’état, tout en lui faisant payer un intérêt ? Cela n’a aucun sens. Pourtant c’est de cette manière que les pays ont été endettés. C’est une dette totalement malhonnête et artificielle ! Une arnaque de grande envergure !
    De plus, les banques privées créent de l’argent à partir de rien. Si l’état a besoin d’un million d’€, elles les fabriquent en 5 minutes. Ils seront détruits quand ils auront été remboursés. Mais l’état devra payer des intérêts. Des intérêts pendant 20 ans, pour 5 minutes de travail ! Mais qui a créé l’argent qui permet de payer ces intérêts ? Personne.
    Cela explique que tous nos hommes politiques sont des corrompus, vendus aux banques privées. Si personne ne dévoile cette truanderie, c’est tout simplement parce que les médias appartiennent aux banques privées.
    L’endettement des états a un but précis : les supprimer pour mettre en place un gouvernement mondial. La mise en esclavage des peuples n’est donc pas un hasard mais un plan qui a débuté à la Révolution française. En supprimant les commandements de Dieu pour les remplacer par les droits de l’homme, on a permis la propagation de l’usure ! Sans l’usure, le Nouvel Ordre Mondial ne pourrait pas s’approprier de toutes les richesses des pays.

  12. Le premier lien de l’article ne fonctionne pas…

  13. Primo : cesser de bétonner inutilement (“Artificialiser” comme ils disent) les plus belles terres agricoles et maraîchères de France en les classant à l’instar des zones sensibles, ce qui aurait pour effet de nous rendre une certaine indépendance alimentaire.
    La destruction des terres périurbaines est, au rythme actuel, un suicide collectif ! Interdisons toute extension urbaine non indispensable à l’économie.

  14. Je n’ai pas de compétence particulière en la matière, mais il me semble qu’il y a des mesures simplement de bon sens, comme réduire le budget de l’audio-visuel, les subventions et aides en tous genres, supprimer moultes commissions parasites et la fabrique des “ânes” qui nous gouvernent !

  15. Dans les impératifs fixés, certains méritent réflexion :
    2/ Ne pas baisser les aides et prestations sociales (ce qui ne veut pas dire qu’il ne doit pas y avoir une participation à l’effort collectif).
    3/ Ne pas toucher à la santé et aux soins médicaux (ce qui ne veut pas dire qu’il ne doit pas y avoir une participation à l’effort collectif).
    4/ Ne pas toucher aux salaires de nos fonctionnaires ni à leur nombre (ce qui ne veut pas dire qu’il ne doit pas y avoir une participation à l’effort collectif).
    Mais pourtant :
    3/ La participation des dépenses de sécurité sociale à la dette était supérieure à 210 milliards d’euros en 2012. Il me semble nécessaire de réfléchir sur une privatisation de l’assurance médicale : qu’il y ait une assurance publique minimale (soins d’urgences), pourquoi pas ? Mais que les français soient libre de choisir leur assurance médicale, en établissant certains principes de base. Par exemple le prix de l’assurance doit être fixé par foyer quelque soit le nombre d’enfants, il ne doit pas y avoir de refus pour cause médicale, mais seulement en raison de risques choisis (pratique de sports extrêmes, alcoolisme, tabagisme, risques sexuels). Bien sûr, l’assurance est libre de ne pas rembourser ce qui n’est pas strictement médical : chirurgie de changement de sexe, procréation artificielle.
    4/ Nombre de fonctionnaires: quelques exemples : en 2013, 10111 nouveaux emplois rien que pour l’enseignement, 480 rien que pour le ministère de la justice. Ces nouveaux emplois impliquent des dépenses à très long terme puisqu’il faut compter une rémunération pendant toute la durée active plus le paiement des pensions surévaluées ensuite.

  16. Plein de bonnes idées! Je n’ai pas les compétences pour juger si utopique où pas, mais ça m’intéresse!
    Et je rajouterai bien: diminution importante de la rémunération des politiques, afin que cela ne puisse pas être une carrière en tant que telle: que nos politiques soient issus de la société civile, et aient connu la vraie vie des français avant de décider n’importe quoi! Et qu’il soient moins financièrement dépendant de leur réélection…

  17. J’ai laissé un commentaire, en fin d’après-midi, qui ne m’apparaît pas vraiment pertinent avec le recul. Je crois avoir fini par comprendre que la question était plutôt “est-ce crédible ?” que “qu’en pensez-vous ?” et vous pouvez donc considérer que ma réaction, hâtive de surcroît (bien que non publiée à cette heure) perd à peu près tout son intérêt.
    Merci encore pour les informations que vous diffusez.

  18. “L’endettement sera tout simplement interdit car rien ne justifie, hormis la guerre, que nous ayons recours à la dette. Comme toutes les familles, nous devrons fonctionner en lignes créditrices.”
    Si nous évoquons les entreprises plutôt que les famille (ce qui me semble plus réaliste) je ferais humblement remarquer que les entreprises financent leurs investissements PRODUCTIF avec du crédit ou des apports en capital. Mais ce sont des investissements productifs. Il faut autoriser l’Etat à investir (si le secteur privé ne le fait pas) dans des moyens soit qui améliorent la productivité nationale soit qui produisent de l’emploi et avec un ROI de moins de 10 ans.
    Le pb actuel c’est que l’Etat emprunte pour donner à manger aux indigents car la balance du commerce ext. est gravement déficitaire. Ce faisant on augmente le pouvoir d’acheter dans les pays low-cost et on alourdit par l’impôt le coût du travail, ce qui délocalise l’emploi, fait baisser les exportations, etc. etc.
    La cause première est l’arrivée en France d’environ 220’000 personnes (les autorisés et les régularisés) qui bénéficient d’un système social pas prévu pour ça.
    La cause seconde est l’incapacité à intégrer ces personnes par une formation et un travail (et un logement).
    De plus, cet afflux est non seulement un lent empoisonnement actuel mais prépare une bombe atomique économique le jour où ces gens sous- payés et qui débutent leur carrière à 25-30 ans vont arriver à l’âge de la retraite : plusieurs millions de personnes devront être payées au minimum vieillesse ! (pour la CMU et l’AME ils en bénéficient tous déjà).
    Si nous ne sommes pas morts avant nous exploserons d’ici 10 ans.

  19. Bonjour,
    Voici un commentaire que j’ai reçu et mis en ligne concernant cet article des Contrariens. Certaines choses me semblent pertinentes donc je vous en fait part: http://humeur.politique.over-blog.fr/article-les-contrariens-font-une-proposition-pour-sauver-la-france-121202247.html

  20. Des choses intelligentes et d’autres pas.
    – Ne prend pas en compte la Sécu qui est la deuxième cause de déficit. Il faut donc la privatiser.
    – Ne prévoit pas de mesures de transition. Par exemple pour les aides au logement il faudrait un mécanisme de lissage de trésorerie pour les locataires ou bien une renégociation automatique du bail. Pour les propriétaires il y a déjà le déficit foncier, ils pourraient donc temporairement baisser les loyers.
    – Les bonnes mesures :
    * supprimer toutes les aides(immobilier, associations, entreprises, formation professionnelle)
    * l’éco-participation pour les produits industriels en la faisant équivaloir aux coûts de recyclage. Elle devrait pouvoir être récupérée par l’industriel ou l’importateur au moment où le produit est recyclé, charge à lui de s’en débrouiller
    * La baisse massive des impôts désincitatifs : sur le revenu et sur les bénéfices
    * Le statut auto-entrepreneur pour tous. Mais le libre choix de l’assurance sociale est encore meilleur
    – Les mauvaises mesures :
    * nationaliser les péages. L’état est très mauvais exploitant et investisseur. S’il ont rapporté autant c’est précisément parce que gérés par le privé les coûts sont tenus. Par contre il faut plus de concurrence sur le secteur en autorisant des nouvelles autoroutes.
    * Ne pas supprimer l’éducation nationale
    * La TVA à 30%. Si elle touche les produits importés elle touche aussi les services, c’est à dire le travail.
    * La TVA à 0 %. Cela crée une niche fiscale. Une TVA à 5 ou 7 % c’est très bien.
    En prenant un calcul réaliste on arrive à 109,5 milliard d’économies, c’est à dire 20 à 40 milliard d’excédent net (le déficit annuel varie entre 70 et 90 €) pour rembourser la dette. Par ailleurs avec un taux d’imposition sur les bénéfices de 10 % nous deviendrions un paradis fiscal et les entreprises françaises et étrangères viendraient payer leurs impôts chez nous.
    Donc dans l’ensemble plutôt réaliste, mais il faudrait penser un peu mieux les mesures transitoires.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services