Un échec de Benoît Hamon et François Fillon permettrait de rebattre les clivages

D'Ambroise Savatier (FN) sur Boulevard Voltaire :

Th-2"Imaginons le scénario idéal de la non-qualification de Fillon au second tour. Une telle déconvenue provoquerait de toute évidence l’explosion du parti Les Républicains, ce dernier étant depuis bien trop longtemps déjà un cartel électoral sans cohérence idéologique. À l’autre bord, l’échec de Benoît Hamon, dû à son absence de charisme, la campagne réussie de Mélenchon couplée au phénomène Macron porteraient le coup de grâce au Parti socialiste. Ce serait la dissolution de l’UMPS et la ruine du front républicain. Dans ces conditions, il serait possible d’envisager une recomposition quasi intégrale du clivage politique, autour de trois grands pôles :

L’aile gauchisante des Républicains – Juppé, Chatel, Baroin, Le Maire, NKM et leurs alliés de l’UDI – irait chez Macron ; qui aurait déjà récupéré les sociaux-libéraux du Parti socialiste, Valls, Hollande, Christophe Masse, etc., ainsi que les quelques cadres clairsemés du MoDem. Ensemble, ils formeraient un consensus du centre droit et du centre gauche, progressiste, européiste et libéral, sur le modèle du SPD allemand.

L’aile gauche de l’ex-Parti socialiste – Hamon, Aubry, Cambadélis, etc. – aurait le choix entre migrer chez Mélenchon ou former un nouveau parti radical-social, allié au Front de gauche ainsi qu’aux écologistes. Cette nouvelle alliance de gauche radicale se déchirerait avec Mélenchon sur la question de l’Union européenne, mais parviendrait néanmoins à faire entendre sa petite comptine multiculturaliste, socialiste et libertaire.

C’est à droite que ce sera le plus intéressant. Le soutien probable de Philippe de Villiers à Marine durant la présidentielle provoquant la bascule, l’aile droitière des Républicains – Guaino, Dhuicq, Mariani, Myard, Carayon, etc. – aurait le choix entre recréer un mouvement allié au FN contre la gauche ou rejoindre carrément Marine. Mais encore faudrait-il, pour oser s’allier avec une Le Pen, qu’ils accomplissent un monumental saut psychologique ; et, pour l’heure, grande est leur frilosité. Cette alliance formerait un nouveau bloc patriotique, social, conservateur et identitaire ; bientôt rejoint par Dupont-Aignan, Poisson, Beigbeder, Karim Ouchikh, François-Xavier Bellamy et d’autres encore.

Cette recomposition du clivage politique se réaliserait à partir d’options doctrinales claires :

Le consensus du centre dirigé par l’ex-banquier de Rothschild serait le parti de la mondialisation tous azimuts, du sans-frontiérisme, de l’homme interchangeable, de l’ubérisation et de l’argent comme valeur suprême. En somme, l’aboutissement de la logique libérale retrouvant son unité idéologique en la personne de Macron, qui articule à merveille l’ultralibéralisme économique de Madelin avec l’idéologie libertaire de Cohn-Bendit. Son message s’adresserait à un électorat de privilégiés : employés du tertiaire, étudiants, retraités et résidents des grandes métropoles globalisées.

L’apparition d’un bloc patriotique signerait le retour d’une droite nationale, inscrite dans la filiation du légitimisme, du catholicisme social, du bonapartisme plébiscitaire (démocratie directe) et du combat souverainiste. Cette droite pourrait aussi bien s’adresser à la « France périphérique » des déclassés de la mondialisation qu’à la « France bien élevée » des conservateurs inquiets des réformes sociétales. Ces deux France, bien que sociologiquement distinctes, partagent un même amour charnel pour leur patrie, une même angoisse de l’insécurité culturelle et les mêmes réserves quant à l’idéologie libérale. Sans oublier l’essentiel : ensemble, elles peuvent représenter une majorité de l’électorat.

Seule la nouvelle gauche radicale resterait coincée dans ses contradictions : entre défense de l’industrie française et mondialisme à tout va, préservation des acquis sociaux et accommodement avec l’islam, sans oublier la fuite en avant progressiste qui ne parle qu’à certaines petites minorités. Ce cocktail absurde finirait bien vite par lasser le peu d’électeurs populaires qu’il leur reste. Ils se retrouveraient ainsi dotés d’un électorat de petits bourgeois citadins, d’intellos, de syndiqués et probablement de migrants, à condition de reconduire la stratégie Terra Nova.

Bien entendu, ce scénario optimiste ne tient pas compte de l’hypothèse d’une victoire de François Fillon."

Laisser un commentaire