Archives par étiquette : Theresa

Pour mieux négocier le Brexit, Theresa May dissout le Parlement britannique

D'Olivier Bault dans Présent :

Unknown-5"Le Premier ministre britannique, Theresa May, a créé la surprise mardi en annonçant la convocation d’élections anticipées pour le 8 juin prochain, et donc avec trois ans d’avance sur le calendrier électoral. Selon une loi votée en 2011, la date des élections est en effet désormais fixe et ne dépend plus du bon vouloir du Premier ministre, sauf si celui-ci obtient le soutien d’au moins les deux tiers des députés à la Chambre des communes. C’était chose faite mercredi avec une motion adoptée à 522 voix contre 13. Pourquoi avoir avancé la date des élections et lancé une campagne électorale qui durera sept semaines ? Selon le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKiP), la vraie motivation de Theresa May, qui dispose actuellement d’une majorité de seulement 12 voix à la Chambre des communes, ce sont des enquêtes de police pour des allégations de dépassement du plafond des dépenses par 20 députés Tories lors des élections de 2015. Si ces allégations venaient à être confirmées, il faudrait convoquer des élections partielles dans ces circonscriptions.

Mais Theresa May avait aussi une autre raison de convoquer des élections anticipées : les sondages lui permettent d’espérer accroître fortement sa majorité face aux Travaillistes, aux Libéraux-démocrates et aux indépendantistes écossais. Dotée d’une confortable majorité, le Premier ministre n’aurait plus à craindre les pressions des différentes tendances de son parti concernant les conditions de la sortie de l’Union européenne et elle sera en meilleure position pour négocier avec l’UE. […]

Lire la suite de l'article

Theresa May annonce que le Royaume-Uni ne tentera pas de rester dans le marché commun. Brexit complet

Theresa May fait taire les débats sur le type de relation que la Grande-Bretagne ambitionne de conserver avec l'Union européenne après sa sortie. Il ne s'agira «pas d'une appartenance partielle, associée ou quoi que ce soit qui nous laisse un pied dedans, un pied dehors». Il s'agit bien d'un «hard Brexit», un Brexit dur.

«Nous recherchons un partenariat nouveau d'égalité entre une Grande-Bretagne mondiale, indépendante, autonome et nos amis et alliés de l'UE». «Nous ne souhaitons pas adopter un modèle déjà existant pour d'autres pays». «Nous ne cherchons pas à conserver certains éléments de notre appartenance en partant.»

Donc pas de solution intermédiaire, à la norvégienne ou à la suisse.

Devant un parterre d'ambassadeurs de pays de l'Union européenne, Theresa May doit énumérer ses douze priorités et principes pour le Brexit. 

Lire la suite de l'article

Pour Theresa May, sa foi chrétienne se reflète dans ses actes

MayContrairement à François Fillon, Theresa May ne dissocie pas sa foi personnelle de ses actes publics :

"Interrogée ce dimanche 27 novembre par le Sunday Times sur sa manière de diriger le Royaume-Uni et sur la difficulté de prendre de bonnes décisions, Theresa May a répondu que ses responsabilités se posaient parfois «en termes de foi».

«Je suis un membre pratiquant de l'Eglise d'Angleterre, et par conséquent, cela se reflète dans les choses que je fais», a-t-elle précisé. «Nous sommes dans une ère de changement, une époque qui nous pose d'énormes défis, et j'en suis parfaitement consciente», a-t-elle ajouté pour expliquer son besoin de repères.

Arrivée au pouvoir suite au référendum sur le Brexit et confrontée à des négociations pour le moins tendues avec l'Union européenne, Theresa May a confié que son poste «ne lui laisse que très peu de temps pour dormir», mais qu'elle ne se laissait pas déborder pour autant. «Ce n'est pas comme si je décidais de faire quelque chose de manière bornée. Je prends toujours le temps d'y réfléchir, de sonder mes intuitions, de regarder les faits, de peser les arguments, parce qu'il faut toujours réfléchir aux conséquences imprévues.»

Par conséquent, Theresa May n'hésite pas à défendre les valeurs chrétiennes et l'héritage culturelle qui en découle :

"Le Premier ministre madame Theresa May a défendu âprement les valeurs chrétiennes du Royaume-Uni quand une députée Conservateur a déploré certaines craintes éprouvées par les chrétiens d’Angleterre d’oser parler de leur religion à l’approche des fêtes de Noël.

Theresa May qui est

Lire la suite de l'article

Theresa May : « Les parlementaires doivent accepter ce que le peuple a décidé »

C'est la moindre des choses mais cela va mieux en le disant :

"La première ministre britannique Theresa May a mis en garde les parlementaires de son pays contre un blocage du Brexit, dans des déclarations publiées dimanche 6 novembre, après que la Haute Cour de Londres a jugé qu’ils devaient être consultés.

Après cette décision rendue jeudi, le gouvernement conservateur a annoncé qu’il ferait appel devant la Cour suprême, et Mme May a affirmé maintenir son calendrier « inchangé ».

« Le résultat a été clair. Il est légitime. Les parlementaires qui regrettent les résultats du référendum doivent accepter ce que le peuple a décidé », a déclaré Mme May, avant une visite en Inde.

Impensable en France où Nicolas Sarkozy s'est assis sur le résultat du référendum de 2005 !

Lire la suite de l'article

Theresa May deviendra Premier ministre de Grande-Bretagne

Le ministre de l'Intérieur britannique Theresa May, qui prendra les rênes du gouvernement britannique mercredi, est une eurosceptique dans l'âme qui va négocier la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. 

Fidèle au Premier ministre David Cameron, elle avait toutefois défendu le maintien dans l'UE.

Fille d'un pasteur anglican, elle est née le 1er octobre 1956 à Eastbourne, ville côtière du sud-est de l'Angleterre. Après des études de géographie à Oxford et un bref passage à la Banque d'Angleterre, elle entame sa carrière politique en 1986. 

En 2013, elle était favorable au retrait de la Grande-Bretagne de la Convention européenne des droits de l'homme.

Lire la suite de l'article