Archives par étiquette : République

Législatives – Brieuc Quil (PCD) : « le projet des Républicains pour les législatives est similaire au projet de La République en Marche »

Brieuc Quil, 22 ans, est candidat PCD sur la 7e circonscription d’Ille et Vilaine, avec comme suppléant, Charles Vaury. Il a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative dans la 7e circonscription d’Ille et Vilaine. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

BEyMvssZJe suis engagé depuis longtemps, d’abord chef scout, puis responsable de groupes de jeunes et enfin au Conseil d’administration de mon Université – Rennes 1. Je pense que l’engagement n’est pas un « métier » mais bien un service, et je veux aujourd’hui mettre ma jeunesse, mon énergie et mes idées au service de mes concitoyens.

Lors de la primaire de la droite, j’ai ressenti en profondeur le besoin de défendre mes valeurs en politique. J’ai soutenu Jean-Frédéric Poisson, le président du PCD, qui me soutient aujourd’hui entièrement.

Je veux faire gagner la Bretagne, la France, réelles. Je veux pour mon pays un avenir autre que le tout économique !

C'est le sens de ma candidature. 

Mon suppléant, Charles VAURY, est père de famille et travaille dans le secteur agricole. Nous sommes très complémentaires et nous voulons mener ensemble cette bataille des idées.

Vous vous opposez au député sortant Gilles Lurton (LR). N'êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

LR ou LREM ? Les députés de LR ont pour la plupart appelés à voter Emmanuel Macron tout de suite après le premier tour, rendant ensuite une opposition impossible. Mais plus profondément que cela,

Lire la suite de l'article

Les nouvelles vaches sacrées de la République : les LGBT

Quand Hanouna se moque de Gilbert Collard, député, tout le monde rigole.

Mais quand Hanouna fait un canular téléphonique en passant une annonce LGBT, des marques protestent. A l'approche de la Fête des Mères et de la Fêtes des Pères, on n'est pas obligé d'acheter des produits Chanel ou Bosch…

Lire la suite de l'article

Najat Vallaud-Belkacem : « Totalement incompétente […] La pire ministre de toute l’histoire de la République »

C'est ce que pense Luc Ferry

Lire la suite de l'article

L’influence de la franc-maçonnerie sur l’élaboration de la norme sous la Vème République

C'est une thèse de droit de plus de 400 pages accessible en ligne, soutenue le 7 décembre 2016 à l'Université Paris II par Diane-Marie Palacio-Russo. Dans son résumé, elle écrit :

"Les lois relatives à la contraception, à l’interruption volontaire de grossesse ou encore, plus récemment, à la bioéthique ou à l’interdiction du voile intégral sont pourtant toutes réputées avoir reçu le soutien de la franc-maçonnerie. De la pure et simple rédaction dans des loges d’un texte voté ultérieurement, à la fameuse coalition parlementaire, sans oublier les innombrables ministres réputés maçons, l’influence des obédiences prendrait des formes diverses.

Ce travail a pour objet de démontrer la réalité de cette influence tout en en déterminant les spécificités : son identité, son fonctionnement, mais aussi son but et certaines de ses techniques la distinguent des autres auteurs d’influence. Ensuite, cette recherche s’attache à vérifier l’adéquation de la qualification de groupe d’intérêt que revendique la maçonnerie. La démarche adoptée emprunte aux outils proposés par la sociologie juridique, l’influence de la maçonnerie apparaissant comme un phénomène social, comptant parmi les causes de ces lois. En outre, le recours aux données statistiques, comparatives, historiques, à l’entretien, ainsi qu’à la légistique a permis de pallier les lacunes qu’auraient laissées les seules recherches bibliographiques."

Et en voici la conclusion :

Capture d’écran 2017-05-18 à 08.37.26"La première question à laquelle notre étude nous imposait de répondre était celle de la réalité de l’influence maçonnique. Ainsi, après avoir identifié la maçonnerie comme un véritable auteur de pressions, disposant d’outils uniques

Lire la suite de l'article

L’Eglise de la République donne sa consigne de vote

Philippe Charuel, Grand Maître de la Grande Loge de France, appelle évidemment à rejoindre le successeur de François Hollande, Emmanuel Macron, avec des arguments (repli, refus…) que certains évêques (mai pas beaucoup) ont repris (triste convergence) :

Capture d’écran 2017-04-29 à 18.00.32"Obédience Maçonnique multiséculaire, la Grande Loge de France a fait sienne la devise républicaine Liberté, Egalité, Fraternité. A la veille du second tour de l’élection présidentielle, elle considère de son devoir de s’adresser à toutes celles et à tous ceux qui, par leurs votes, vont devoir faire un choix décisif. Patrie des Droits de l’Homme, la France doit rester une référence et un exemple dans notre monde. Une extrême vigilance s’impose face à la séduction trompeuse du populisme. L’histoire bégayant lorsque les nationalismes refont surface, les valeurs de notre République ne sauraient permettre de tolérer, même sous le couvert d’une communication plus policée, des idées prônant le refus de l’Autre, le repli sur soi et l’exploitation d’un contexte économique pour justifier un refus d’ouverture à notre monde. Témoignage de notre passé, sur les murs de notre Grande Loge de France sont gravés les noms des Frères victimes des pelotons d’exécution et des camps d’extermination. En 2014, nous avons donné à notre Grand Temple le nom de notre Frère Pierre Brossolette qui, pour sauver ses frères d’armes, a fait le sacrifice de sa vie. Puissent ces tragédies de l’histoire rappeler l’exigence d’une lutte permanente pour la Liberté, le Respect et la Dignité des femmes et des hommes qui vivent dans notre République. En certaines

Lire la suite de l'article

Les « affaires » : une maladie congénitale de la république dite française

C'est la substance du remarquable éditorial du numéro d'avril de "Politique Magazine".

Jamais campagne électorale pour l’élection présidentielle n’aura plongé la France aussi bas. Les Français ont de quoi être écœurés. Il est vrai que la République a toujours fait bon ménage avec les scandales : son histoire depuis l’origine en est jalonnée.

Aussi nombreux que vite oubliés ! Qui se souvient encore du 6 février 1934 ? Le gouvernement de la République n’hésitait pas à faire tirer sur la foule qui s’était massée place de la Concorde en criant « à bas les voleurs » ! Aujourd’hui, dans ce qui reste du récit après la réécriture de l’histoire officielle, il n’est question que d’une tentative des « ligues » – factieuses et donc fascistes – de prendre le pouvoir. Prétexte en fut pris pour les dissoudre. La République était sauvée, l’histoire magnifiée ! Plus de « chéquards » comme au bon vieux temps de Panama, effacées les magouilles crapuleuses, « suicidé » l’escroc corrupteur Stavisky ; quant au conseiller Prince, fort proprement écrasé par un train, il ne parlerait plus.

Modèle de toutes les « affaires » de la République, chef-d’œuvre d’exécution où les services de l’inspecteur Bonny, barbouze de la République et futur agent de la Gestapo, en connivence avec le Parquet, furent au niveau de l’exigence républicaine. Dame, on ne badine pas avec la vertu ! Comme chacun l’a appris avec Montesquieu, elle est le ressort essentiel de la République. La République,

Lire la suite de l'article

La vie au sein de la République Populaire de Donetsk

Unknown-3Entretien avec Alexander, habitant de Donetsk :

A quoi ressemble la vie quotidienne dans la République Populaire de Donetsk aujourd'hui ?

La vie est dure. Nous rentrons dans notre troisième année de guerre qui a connu 10 000 morts, 20 000 blessés et 1 000 000 de réfugiés et nous voulons la paix. Nous avons l’avantage moral sur l’armée de Kiev. Nous, nous nous sommes chez nous, nous défendons nos familles, nos maisons, nos villages. L’armée de Kiev ce sont de jeunes conscrits appelés de force de toute l’Ukraine. Ils n’ont pas envie de se battre et n’aiment pas les chefs issus des groupuscules de nazillons que Kiev a intégrer dans son armée.

Y a-t-il encore des bombardements ?

IMG_9042Malgré le cessez-le-feu il y a toujours des bombardements sur la ligne de front. L’armée de Kiev nous pilonne régulièrement et de nombreux habitants du Donbass doivent encore vivre dans leurs caves pour se protéger.

De quoi avez-vous besoin ?

Nous nous débrouillons avec ce que nous avons pour survivre mais il nous manque des médicaments et du matériel pour les tout-petits. Certaines personnes n’ont plus de quoi s’acheter à manger.

Recevez-vous encore de l'aide d'Ukraine ?

Non c’est le paradoxe. Kiev veut que nous retournions vivre avec eux mais elle nous bombarde et nous a supprimé toutes nos allocations. Ceux qui ont travaillé toute leur vie ici ne reçoivent pas une seule Hryvnia pour leur retraite. Nous recevons de l’aide humanitaire de Russie, d’Italie, de Suisse ou de France par exemple

Lire la suite de l'article

Embrasser Sens Commun c’est tourner le dos à la République

Selon Emmanuel Macron, critiquant François Fillon :

"Ils ont décidé de tourner le dos à la République pour embrasser Sens commun. Eh bien, honte à eux !". "Qu'ils suivent cette route poursuivant le Front national. Nous, nous sommes là et nous allons gagner!"

C'est avec des arguments comme celui-là que François Fillon va lui passer devant.

Commentaires (2)

Ne rions pas trop. Le ralliement d'Estrosi préfigure celui de Fillon à Macron entre les deux tours. Ou celui de Macron à Fillon, allez donc savoir…

Rédigé par : Marcos | 2 avr 2017 15:41:26
____________________________________

C'est vraiment du grand n'importe quoi. Comme quoi, c'est un bien un combat pour les traditions… Elles dérangent… C'est bon signe. Alors activons nous pour les proteger.

Rédigé par : Jim | 2 avr 2017 15:43:37
____________________________________

Lire la suite de l'article

Quand de hauts fonctionnaires bafouent les valeurs de la république…

Jean Messiah, coordinateur du projet présidentiel de Marine Le Pen et ancien élève de l’ENA leur rappelle leurs devoirs dans une tribune libre. Extraits :

"Anciens élèves de l’ENA et hauts fonctionnaires comme vous, nous avons lu avec stupéfaction vos réactions à une possible victoire de Marine Le Pen. Ainsi les principes du devoir de réserve et de la neutralité de l’administration, qu’on nous avait enseignés, ainsi qu’à voussans doute, ne s’appliqueraient pas selon vous lorsqu’il est question de l’une des candidats à l’élection présidentielle.

Si Marine Le Pen est élue Présidente de la République, à l’issue d’un scrutin parfaitement démocratique et dont la régularité ne pourra être contestée par personne, vous dites dès maintenant que vous déciderez de refuser « simplement de (la) servir ». Quelle arrogance, quel mépris pour les positions d’une candidate et le suffrage universel!  Vous faites sans doute partie de ceux qui jugent que les Britanniques ont voté pour la sortie de leur pays de l’Union Européenne par inculture et stupidité, tandis que les Américains ont élu un président régulièrement désigné par son parti, pour les mêmes raisons.

Pour notre part, nous avons servi avec loyauté et conscience des gouvernements différents, des présidents différents, Hollande ou Sarkozy, Chirac ou Mitterrand pour les plus anciens d’entre nous, même lorsque les choix politiques décidés ne nous convainquaient pas à titre personnel. C’est l’honneur de la fonction publique française d’apporter sa compétence et son sens de l’intérêt général au service des gouvernants démocratiquement élus pour les assister et mettre

Lire la suite de l'article

Pourquoi un tel spectacle auquel participent plus ou moins tous les prétendants à la Présidence de la République ?

De Philippe Maxence dans L'Homme nouveau :

Capture d’écran 2017-03-07 à 07.23.27"[…] Aujourd’hui, il apparaît que la politique, qui a normalement pour objet le bien commun, n’est pas seulement « dégradée et avilie », mais qu’elle se soit entièrement dissoute, disparue corps et biens dans un univers d’insignifiance, de règlements techniques et d’arrêtés internationaux. Il ne semble rien en rester, sinon une sorte d’écume qui tente de lui ressembler et qui, parfois, comme pour accroître la confusion, en affiche une partie du visage et des réflexes.

La situation dans laquelle se trouve la France à quelques semaines des élections présidentielles illustre parfaitement ce constat. Loin de nous conduire à une réelle réflexion sur la réforme nécessaire au pays, elle nous oblige constamment à assister, comme pour une série télévisée, aux épisodes d’un feuilleton politico-judiciaire, avec son lot de rebondisse­ments et de retournements de situation nécessaires au mouvement des passions tout en rendant l’intelligence incapable de discerner le vrai du faux.

Dans le même temps, nous sommes sommés de nous enthousiasmer pour la montée en puissance d’un ancien ministre qui, après avoir fait l’ENA, débuté sa carrière comme inspecteur des finances avant de se reconvertir en banquier d’affaires, prétend incarner le soulèvement anti-système. Ceux qui ont dénoncé, non sans raison souvent, l’installation dans la politique de la « télé-réalité » avec l’arrivée de Donald Trump à la présidence des États-Unis, n’ont pas pris garde que celle-ci campait déjà dans l’univers mental des Français.

L’impossible renouveau ?

Pourquoi un tel spectacle ? Pourquoi une telle situation, à laquelle

Lire la suite de l'article