Archives du mot-clé président

« Les pédés au bûcher » : grosse intox du président de la LICRA

Alain Jakubowicz, président de la LICRA, nage en plein délire. Suite à l'affaire Théo, il écrit :

"[…] Chacun, enfin, garde en mémoire ces panneaux qui promettaient d’envoyer « les pédés au bûcher » lors des manifestations contre le mariage pour tous. […]

N'ayant jamais aperçu ces panneaux, il serait utile qu'Alain Jakubowicz donne précisément les éléments de cette accusation. Sinon, il sera loisible à La Manif Pour Tous de le traîner en justice. Ce sont les millions de Français, qui ont défilé contre la loi Taubira, qui sont ici insultés.

Lire la suite de l'article

C’est aujourd’hui l’élection du nouveau président

du Parlement européen. Et ce n'est pas moins important que les élections prochaines. 

Les 751 eurodéputés sont réunis à Strasbourg pour élire le successeur du sectaire Martin Schulz. L'élection se déroulera en trois tours. Pour être élu, un candidat doit obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés à l'issue des trois premiers tours. Si aucun n'obtient plus de 50% du scrutin, alors les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix participeront à un quatrième tour. Le président sera alors élu à la majorité simple. Le vainqueur sera élu pour un mandat de deux ans et demi, renouvelable. 

7 candidats ont officiellement déclaré leur candidature :

  • l'Italien Antonio Tajani du Parti populaire européen, ancien porte-parole de Silvio Berlusconi et également fondateur du mouvement Forza Italia
  • l'Italien Gianni Pittella, candidat des socialistes et des sociaux-démocrates
  • la Belge Helga Stevens (conservateurs et réformistes),
  • le Belge Guy Verhofstadt (Libéraux),
  • l'Italienne Elenora Forenza (Gauche unie),
  • la Britannique Jean Lambert (Verts)
  • le Roumain Laurentiu Rebega (Europe des Nations et des Libertés). 

PJvw36-EP-Race-Round-I-draft59Jan2016C'est la première élection au suffrage universel du Parlement européen depuis 1979. Depuis une dizaine d'années, le PPE, les sociaux-démocrates et les libéraux parvenaient à se partager la présidence. Aujourd'hui, les partis semblent plus divisés que jamais et aucune alliance n'est rendue possible

En 2014, le PPE est sorti vainqueur des élections européennes et avait soutenu la reconduction du social-démocrate Martin Schulz à la présidence du Parlement. En contrepartie, les sociaux-démocrates s'étaient engagés à soutenir à leur tour le candidat PPE pour les élections

Lire la suite de l'article

Grâce totale à Jacqueline Sauvage : le Président a « cédé à l’ignorance et à une caste médiatico-mondaine »

Philippe Bilger est une des rares voix à dénoncer courageusement la décision de François Hollande d’accorder une grâce totale à Jacqueline Sauvage. D’une part c’est « une prime donnée à la médiocrité du barreau » car l’accusée a été mal défendue. D’autre part, le président de la République a « préféré une justice privée », en bafouant les jugements rendus, à deux reprises, par deux cours d’assises : on n’a jamais connu cela ! Le Président a « cédé à l’ignorance et à une caste médiatico-mondaine ». Il répond à Charlotte d'Ornellas :

Lire la suite de l'article

Donald Trump 45e président des Etats-Unis

Certains gauchistes pensaient que des grands électeurs trahiraient leur mandat, mais cela n'a pas été le cas : le collège électoral a, sans surprise, confirmé lundi l'élection de Donald Trump pour succéder à Barack Obama à la Maison Blanche.

Certains militants démocrates avaient lancé une campagne pour convaincre 37 grands électeurs du Grand Old Party d'abandonner leur candidat.

Ironie cruelle: les rares défections de lundi étaient plus nombreuses dans le camp démocrate que dans le camp républicain. Dans l'Etat de Washington (ouest), qu'Hillary Clinton avait emporté haut la main, un tiers des 12 grands électeurs n'ont pas voté en sa faveur. Et un électeur à Hawaï a voté pour Bernie Sanders.

Donald Trump a obtenu 304 voix contre seulement 227 pour Hillary Clinton.

Lire la suite de l'article

Le Président de la République inaugure une exposition de crèches de Noël

En Italie (pas en Normalie) : l'exposition "Crèche: religiosité et tradition populaire" organisée à l'intérieur du Palazzo del Quirinale (résidence officielle du président de la République italienne) a été inaugurée par le président Sergio Mattarella.

Capture d’écran 2016-12-15 à 08.33.38

Lire la suite de l'article

Le pape écrit au président Assad

President-al-Assad-Zenari-660x330Le nonce apostolique en Syrie, le nouveau cardinal Mario Zenari, a remis au président Assad une lettre du pape, le 12 décembre. 

Le pape a exprimé sa sympathie pour la Syrie et son peuple à la lumière des circonstances difficiles que le pays traverse, et a affirmé la condamnation du Vatican de toutes les formes d'extrémisme et de terrorisme.

Le Pape appelle à unir tous les efforts pour mettre un terme à la guerre en Syrie et y rétablir la paix afin qu'elle puisse rester un modèle pour la coexistence entre les cultures et les religions.

Pour sa part, le président al-Assad a félicité Mgr Zenari d'avoir été nommé cardinal, notant que le maintien de son poste à la nonciature apostolique en Syrie après avoir été cardinal – seul cas dans le monde – montre le grand soin de François pour la Syrie et son peuple.

Pour sa part, le cardinal Zenari a déclaré qu'il était heureux de rester nonce apostolique en Syrie après avoir été ordonné cardinal, soulignant que la Syrie, berceau du christianisme et des religions, est un Etat très important qui joue un rôle central dans la région et doit Surmonter l'épreuve qu'il traverse et devenir mieux qu'avant.

Lire la suite de l'article

Un nouveau président pour le CCNE avec 2 sujets majeurs : PMA et fin de vie

Lu sur Infocatho :

Unknown-3"Mercredi 7 décembre, la Commission des affaires sociales du Sénat a auditionné le professeur François Delfraissy, proposé par le Président de la République, en vue d’une nomination comme Président du CCNE [Conseil consultatif national d’éthique]. Il devrait remplacer Jean-Claude Ameisen, qui, à l’issue de 2 mandats, n’a pas souhaité être reconduit dans ses fonctions.

François Delfraissy est professeur d’immunologie clinique, et actuellement directeur de l’Agence nationale de recherches sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS) et directeur de l’Institut Microbiologie et maladies infectieuses. Il est spécialisé dans les virus et les crises sanitaires. Il précise, qu’il n’est pas « un bioéthicien professionnel ». Son parcours est davantage celui d’un grand médecin qui a été marqué et façonné par la lutte contre le sida, et un souci de préserver la place nouvelle prise par les patients.

Il estime que le CCNE, qu’il voudrait être à la fois un lieu d’éclairage et de discussion, doit pouvoir « se mouiller » à travers des recommandations un peu plus nombreuses que celles produites par cette instance ces dernières années.

La place du citoyen au sein du CCNE, des personnes, pas des patients, lui semble essentielle. Il regrette qu’ils soient assez peu représentés : « Le CCNE est une élite intellectuelle », aussi il souhaite « faire entrer au sein de cette structure une vision citoyenne. Je considère qu’il est essentiel de donner une visibilité de la société civile plus grande au sein du CCNE ».

Le CCNE s’est emparé de 3 grands sujets qui tournent

Lire la suite de l'article

Entretien avec Charles de Meyer, président et co-fondateur de SOS Chrétiens d’Orient

Comment l'association SOS Chrétiens d’Orient s’est-elle impliquée en Jordanie ? et pour quelles raisons ?

15319293_10211728648071199_3224078290907906334_nLa mission Jordanie est ouverte depuis août 2015 pour deux raisons principales. Il y a une forte implantation chrétienne en Jordanie, notamment latine, depuis des centaines d’années. Le pays est touché par un léger abandon de la communauté internationale dans sa gestion du cas des réfugiés irakiens ou syriens.

Médiatiquement, la Jordanie est connue comme le pays où les réfugiés viennent essayer de fuir le martyr qu’ils subissent chez eux. Pays dans lequel ils sont confrontés à une situation difficile, notamment à cause de l’interdiction de travail qui les frappe, et en même temps par le fait que la communauté internationale donne peu d’agent pour traiter du cas des réfugiés chrétiens.

C’est donc une double blessure que nous avons à traiter ici : la blessure de l’abandon de la communauté internationale, qui est un cas important pour l’ensemble des chrétiens d’Orient, et en même temps la question de la souffrance liée à l’émigration.

« SOS Chrétiens d’Orient » fait tout pour que les chrétiens puissent rester et vivre chez eux. On voit bien que, même dans ces pays de transit, l’adaptation de cette communauté chrétienne est difficile : explosion de la cellule familiale, désertion du rôle du père car il ne ramène plus d’argent au foyer… et puis des problèmes qui commencent à venir, des problèmes de prostitution notamment.

Aujourd’hui, nous voyons que l’abandon et la participation de pays occidentaux à une politique qui a déraciné les chrétiens d’Orient, créent non

Lire la suite de l'article

Hollande renonce : c’est pas facile d’être président

Dimanche dernier dans le JDD, Manuel Valls laissait entendre qu'il pourrait être candidat contre François Hollande à la primaire du PS.

Lundi les deux hommes déjeunaient ensemble.

Jeudi soir, François Hollande a annoncé qu'il ne serait pas candidat à sa succession en 2017.

Lire la suite de l'article

Bruno Gollnsich : « Martin Schultz s’est montré un président du Parlement européen assez sectaire »

Bruno Gollnsich commente le départ de Martin Schultz de la présidence du parlement européen :

Cl_OeqfXIAA1N8c"Il est le produit d’un accord immoral entre les prétendus démocrates-chrétiens, dont les racines chrétiennes ne sont pas véritablement apparentes, et les socialistes. Or ces gens-là sont théoriquement rivaux au cours des élections et font semblant d’afficher des différences. Et sitôt les élections terminées, ils s’entendent pour se répartir les postes. C’est dans ce cadre-là que Martin Schulz est devenu président du Parlement européen : il  était le président du groupe socialiste, mais les chrétiens-démocrates ne lui ont opposé personne de crédible et cela a résulté en un accord moyennant quoi les socialistes acceptaient de ne pas trop ennuyer Jean-Claude Juncker en tant que président de la Commission européenne.

Ces accords se font sur le dos des citoyens à qui on fait croire que ces gens-là ont des visions de l’Europe opposées, alors qu’ils sont parfaitement solidaires dans une vision unique de l’euromondialisme, de l’ouverture des frontières européennes à tous les flux de marchandises, de capitaux et de personnes, y compris à l’échelle du monde entier, ce qui a des effets dévastateurs sur nos nations.

Martin Schultz s’est montré un président du Parlement assez sectaire, très germanique dans sa façon de procéder, punissant les députés qui tenaient des propos qu’il estimait injustifiables. Mais il est un instrument, il a accompagné la dérive de cette institution qui se croit autorisée, au lieu de gérer des problèmes très difficiles de l’Union européenne, à donner

Lire la suite de l'article