Archives par étiquette : premier

Le 29 mars, le Premier ministre respectera le vote britannique

Le gouvernement britannique de Theresa May activera l'article 50 du traité de Lisbonne le 29 mars, lançant officiellement la sortie de l'UE.

Cette notification déclenchera un compte à rebours de deux ans pour trouver un accord sur ce Brexit. Après avoir reçu la lettre de Theresa May, le président du Conseil européen Donald Tusk devrait distribuer aux gouvernements des 27 pays membres restants un document exposant les grandes lignes directrices des négociations. Donald Tusk convoquera également les 27 dirigeants des pays membres pour un sommet, probablement début mai, destiné à entériner ces lignes directrices. Une fois celles-ci validées, et donnant ainsi mandat à la Commission européenne pour conduire les négociations, le négociateur européen chargé du Brexit, le Français Michel Barnier, devrait pouvoir entamer les discussions avec son homologue britannique, David Davis.

Lire la suite de l'article

Gérard Larcher pousse François Baroin pour être Premier ministre de Fillon

Le président du Sénat Gérard Larcher souhaite que celui qui était choisi par Nicolas Sarkozy pour être son Premier ministre en cas de victoire, le laïciste François Baroin, soit le Premier ministre de François Fillon.

Après le parachutage de NKM dans une circonscription dorée, les coups bas à l'encontre du PCD et les négociations avec l'UDI, ça commence à faire beaucoup. Et sur ces affaires, Sens Commun reste bien silencieux.

C5V8DdqXUAEWR_J

Source : Le Point

Lire la suite de l'article

« Ils se sont bagarrés entre eux pour savoir qui allait les violer en premier »

Capture d’écran 2017-01-26 à 21.23.52Un chauffeur de bus témoigne :

"Un soir, une dizaine de jeunes est montée dans le bus, vers la Place d’Italie, dans le XIIIe arrondissement. Deux jeunes filles étaient assises à l’avant, elles allaient en boîte de nuit et s’étaient fait belles. Les jeunes ont commencé à les aborder, à devenir de plus en plus pressants. Après des attouchements, ils se sont bagarrés entre eux pour savoir qui allait les violer en premier."

"Pendant ce temps, les autres voyageurs présents dans le bus baissaient la tête ou levaient leur journal pour ne pas voir la scène”.

Après avoir déclenché une “alarme discrète” pour prévenir la police sans alerter les voyous, le chauffeur s’interpose pour défendre les jeunes filles. La police arrive à temps pour l’empêcher de subir les foudres des individus. Il raconte la réaction de sa hiérarchie :

“L’un des directeurs m’a dit: 'Bon là, ça s’est bien terminé mais vous savez, il ne faut pas s’interposer. S’il était arrivé quelque chose, on se serait retournés contre vous'.

Lire la suite de l'article

Le premier acte de Donald Trump est contre l’ObamaCare

C2p8UOkXUAMWRwXA peine avait-il pris possession de la Maison Blanche que le nouveau président des Etats-Unis a signé son premier décret. Ce texte demande aux services gouvernementaux de «lever, reporter, décaler l'application ou octroyer des exemptions» pour les dispositions de l'Affordable Care Act. L'abrogation et le remplacement de ce texte est l'une des promesses de campagne de Trump. Le décret demande aussi aux agences d'accorder plus de flexibilité aux États dans la mise en œuvre des programmes d'assurance santé en développant «un marché libre et ouvert dans le cadre d'un commerce inter-États pour offrir des services de santé et d'assurance santé».

Par ailleurs, la page web dédiée aux droits LGBT a aussitôt été supprimée du site internet de la Maison-Blanche.

Lire la suite de l'article

Le Premier ministre fête Noël avec des chrétiens d’Orient

Hier, Bernard Cazeneuve a fêté Noël à Matignon avec des chrétiens d'Orient réfugiés en France :

C0OUWqUWQAE-4HP

Quelques jours avant, le 12 décembre, Bernard Cazeneuve s’est exprimé en ouverture de la 3e instance de dialogue avec "l’islam de France". Il a notamment déclaré :

"Dans votre diversité, dans la pluralité qui vous caractérise, (…) vous incarnez cet islam citoyen, profondément attaché aux valeurs de la République"…

Il a rappelé néanmoins que certaines mosquées et sites internet contribuent à diffuser

"un discours sectaire, un discours d’enfermement, un discours d’intimidation qui inquiète à juste titre les Français (…) et fait beaucoup de mal à l’islam républicain et paisible que plusieurs millions de nos concitoyens pratiquent". 

Cet islam "paisible" qui s'installe petit à petit en France, en attendant de devenir majoritaire…

"Il n’y a pas de salafisme anodin, il n’y a pas d’intégrisme modéré. Dès lors que l’on professe le rejet de la République, on prépare les esprits à ce qui vient ensuite : l’apologie de la violence et de la haine".

La nouvelle Fondation de l’islam de France présidée par Jean-Pierre Chevènement disposera "de moyens importants" et aura pour but de soutenir la mise en valeur du patrimoine musulman de France via des projets culturels, sociaux ou éducatifs, et de renforcer la formation des imams de France. Il contribuera ainsi à montrer à nos concitoyens "combien l’islam est riche, combien il est complexe, combien il a contribué au progrès de l’humanité". Sic.

Bernard Cazeneuve s'est félicité :

"En deux ans, le nombre d’établissements

Lire la suite de l'article

Trois remarques de Liberté Politique sur le premier tour

De François Billot de Lochner, Président de la Fondation de Service politique, de Liberté politique et de France Audace :

François Fillon a donc emporté par KO le premier tour de la primaire des Républicains et du Centre. Dans notre notation des candidats, il figurait en deuxième position, derrière Jean-Frédéric Poisson. Quels premiers enseignements tirer de cette élection ?

  • Les scores d’Alain Juppé et de Nicolas Sarkozy sont d’une grande faiblesse : les électeurs de droite ont exprimé sans appel leur refus de remettre en selle des personnalités politiques dévaluées et usées en ce qui concerne Nicolas Sarkozy, de centre-gauche ou de gauche tout court en ce qui concerne Alain Juppé. Pour la droite de conviction, cela est une bonne nouvelle.
  • Le monde de la droite attachée aux valeurs traditionnelles s’est ralliée avec enthousiasme à un candidat dont les valeurs sociétales sont à peu près les mêmes que celles de Sarkozy, Juppé, Le Maire ou Copé, c’est-à-dire désastreuses. Poisson a été balayé, ou même ignoré, par des électeurs qui auraient pu ou dû le soutenir. Peut-être avons-nous assisté en direct à l’organisation d’un enterrement, par la droite de conviction elle-même, des valeurs fondamentales qui sont les siennes, et que seul Poisson essayait de défendre. L’avenir nous éclairera sur ce sujet.
  • Le système politico-médiatique se fera un plaisir, dans les mois à venir, de rappeler le score catastrophique de Poisson, pour démontrer que le monde qui le soutient n’existe plus : pour la future campagne électorale et pour les élections de 2017, cela risque d’être

Lire la suite de l'article

Pourquoi voterai-je Poisson au premier tour de la primaire

Unknown-33A priori, je suis très réservé sur le principe même de la primaire. Tout a été dit sur le fait que ce système, importé des Etats-Unis où la vie politique est si profondément différente de la nôtre, était contraire à notre logique institutionnelle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la gauche, allergique depuis toujours à la constitution de 1958, a été la première à organiser des primaires. Il faut aussi dire que les primaires aggravent les vices du « régime des partis », puisque l’élection ne vise plus à la rencontre d’un homme, d’un programme et d’un peuple, mais à l’organisation des courants au sein des partis. J’ajoute que je ne peux pas, pour ma part, respecter la règle du jeu qu’ont adoptée les candidats, à savoir soutenir le vainqueur, quel qu’il soit et quel que soit son programme. Je trouve d’ailleurs absurde cet engagement. Beaucoup font aujourd’hui un procès d’intention à Jean-Frédéric Poisson, parce qu’il a manifesté peu d’enthousiasme à l’idée de voter Juppé si celui-ci emportait la primaire. Mais peu semblent s’interroger sur la « logique » qui consiste à dire que, si un candidat de gauche gagne la primaire de droite, tous les électeurs de droite doivent voter pour lui. Pour ma part, j’ai toujours voté soit pour faire battre le plus nuisible (le plus souvent), soit pour soutenir le plus proche de mes convictions. Et, selon toute vraisemblance, il y aura au premier tour de la présidentielle des candidats plus proches de mes convictions que le vainqueur annoncé, Alain

Lire la suite de l'article

La Seine-Saint-Denis, premier département musulman de France

De Yves Chiron :

"[…] Une indiscrétion relayée par la presse a fait connaître un point saillant du dialogue entre le cardinal Vingt-Trois et le président Hollande :

– Vous savez par qui vous avez été élu, Mr le Président ?, a demandé le cardinal.

– Certainement pas par tous les catholiques, mais par beaucoup d’entre eux, aurait répondu le Président de la République.

– Non, monsieur le Président, vous avez été élu par les musulmans. Et vous savez, les musulmans ne sont pas en faveur du mariage gay. 

Cette remarque, un peu goguenarde comme sait l’être le cardinal archevêque de Paris, résumait une réalité bien attestée par les analystes politiques.

D’après une étude statistique réalisée par l’IFOP au lendemain de l’élection présidentielle de 2012, il y a eu « un très fort sur-vote à gauche » de l’électorat musulman (c’est-à-dire, par définition, français de confession musulmane). Au 1er tour des élections présidentielles de 2012, 57 % des Français de confession musulmane ont voté pour le candidat socialiste Hollande ; au 2e tour, 86 %.

Le cardinal Vingt-Trois, par sa remarque ironique au président Hollande, voulait faire comprendre l’importance qu’avaient prise politiquement les citoyens de confession musulmane. Ils représentaient 0,7% du corps électoral en 1997, 2 % en 2002, 5 % en 2007. Combien dix ans plus tard ? On ne s’interrogera pas ici sur un éventuel glissement de cet électorat vers la droite, du moins d’une partie de cet électorat, car il est évident qu’il n’y a

Lire la suite de l'article

JF Poisson : Sens commun confond le premier tour des primaires avec le second tour de l’élection présidentielle

Jean-Frédéric Poisson a été interrogé dans Politique Magazine. Extraits sur La Manif Pour Tous puis Sens Commun :

PoissonSite-600x338"Quel bilan faites-vous de la Manif pour tous dont vous êtes, comme homme politique, une des figures de proue ?

Vous connaissez ma passion pour le rugby. En tant que pilier gauche du quinze parlementaire, je dirai que l’essai a été aplati mais qu’il n’a pas été transformé. Grâce à la mobilisation, toute une France a acquis une certaine forme de conscience politique. Des gens, qui, sans doute, ne s’étaient jamais posé la question, ont compris qu’en se mobilisant, il était possible d’engager un débat public et de créer un rapport de force en manifestant une volonté collective. En revanche, peu des participants ont compris que le prolongement naturel de la mobilisation était d’investir massivement les partis politiques qui, malgré tous leurs défauts, demeurent le seul moyen d’expression des opinions publiques dans le cadre institutionnel français. Il y a eu Sens commun. Mais la moitié de ses adhérents était déjà encarté dans un parti. Cela ne constitue pas, à proprement parler, un renouvellement de l’engagement militant.

D’autant plus qu’après leur soutien à François Fillon, on peut se poser des questions sur l’efficacité de leur stratégie d’entrisme…

Sens Commun a eu une première déconvenue avec Nicolas Sarkozy. J’ai beaucoup de respect pour eux, mais il était naïf de croire à une quelconque forme d’engagement de sa part quand il a prononcé le mot « abrogation ». En fait, si certains ont voulu l’entendre

Lire la suite de l'article

La pilule abortive RU-486 est le premier pesticide anti-humain

Extrait d’un débat télévisé (Duel sur la Cinq) de 1988 entre le Professeur Etienne Beaulieu, promoteur du RU-486 et le Professeur Jérôme Lejeune, défenseur de la Vie :


Prof Jérome Lejeune à propos de la Pilule RU486… by fautpaspousser-malo17

Lire la suite de l'article

Jean-Frédéric Poisson a su profiter du premier débat

Lu sur Le Figaro :

P"Inconnu avant la soirée de jeudi, le président du Parti chrétien démocrate a bénéficié de l'«effet nouveauté» et s'est attiré les faveurs des téléspectateurs. Il est en tête des recherches Google et Twitter.

Pari réussi. Venu avec la seule ambition de sortir de l'anonymat, Jean-Frédéric Poisson a su profiter du premier débat de la primaire à droite, organisé jeudi soir par RTL, Le Figaro et LCI, pour se faire connaître. Fort d'un «effet nouveauté», le candidat issu du Parti chrétien démocrate a en effet montré un visage sérieux et décontracté, et paru au point sur l'ensemble de ses dossiers. Une prestation sans pression, contrairement à ses adversaires, qui semble avoir convaincu les téléspectateurs et internautes.

Selon notre sondage Kantar Sofres pour Le Figaro, LCI et Public Sénat, réalisé avant et après l'émission et publié ce vendredi, le député des Yvelines obtient 37% d'opinions favorables, soit un bond de +29% en une soirée. Idem sur Le Figaro.fr, où il vient fermer le podium des candidats jugés les plus convaincants avec 17% des voix exprimées par les quelque 30.300 votants recensés vendredi matin. S'il devance la plupart de ses adversaires, il reste toutefois distancé par Alain Juppé (24%) et Nicolas Sarkozy (26%).

Favorable à des passerelles avec le FN et critique sur l'avortement

Autre terrain où le parlementaire a su se démarquer: internet. Selon des statistiques publiées cette nuit par Google et Le Figaro, son nom a été le plus recherché (21%) durant

Lire la suite de l'article

Le premier acte de charité ne serait-il pas d’aider ces personnes à rester chez elles ?

Nicolas Tardy-Joubert, conseiller régional du Parti chrétien démocrate (PCD) en Île-de-France, écrit dans le Figarovox, à propos de la crise migratoire :

0"[…] L'État faillit dans ses responsabilités car l'arrivée massive et incontrôlée de migrants sur notre territoire traduit une politique inconséquente et insensée de gestion de ces flux, sans aucune préparation.

Ils voient l'Europe et la France comme un eldorado, mais nous savons pertinemment que nous n'avons pas la capacité de tous les accueillir et de les intégrer convenablement.

Le premier acte de charité ne serait-il pas d'aider ces personnes à rester chez elles, à y vivre en paix, et à pouvoir y travailler? Que faisons-nous pour aider les pays d'émigration sur un plan économique? Pourquoi n'avons-nous pas un grand plan Marshall pour les pays déstabilisés, ou en sous-développement?

Quel réel travail faisons-nous avec les pays, tels que la Libye, pour stopper ces flux? Pourquoi nos consulats ne sont- ils pas les portes d'entrée exclusives pour le traitement des demandes d'immigration? Que deviennent les mères, femmes, sœurs et filles de ces hommes dans leur pays d'origine? Pourquoi les ont-ils abandonnées?

La France a toujours été ouverte et généreuse, et doit le rester. Il faut néanmoins avoir un programme d'accueil réfléchi, pour les seuls réfugiés politiques, et interdire l'accès des migrants économiques. La France avec 8 millions de chômeurs et de personnes sous-employées ne peut accepter une politique d'accueil irresponsable. Les riches pays du Golfe Persique doivent prendre toute leur part pour accueillir leurs frères musulmans.

L'État dirigé par

Lire la suite de l'article