Archives par étiquette : plus

Pédophilie : selon un expert de gauche, le risque de récidive est plus fort si la personne est homosexuelle

Unknown-22Alain Christnacht est président de la commission d'expertise sur la pédophilie créée en 2016 par l'Église catholique en France. Auparavant, il a été fondateur et membre du think tank de gauche Terra Nova ainsi que directeur de cabinet de Christiane Taubira. 

Il est interrogé dans Le Figaro pour faire le bilan de son action. Or cet entretien comporte une assertion particulièrement intéressante :

« le risque de récidive est d’autant plus fort que la pédophilie était homosexuelle et non pas hétérosexuelle ».

Si même les experts socialistes le disent …

Lire la suite de l'article

Erdogan :  » demain, aucun Européen, aucun occidental, ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité, dans la rue »

Le chantage du meilleur ennemi de l'Europe aux racines chrétiennes est clair. Mais les pontes de l'UE se couchent et payent avec votre argent : 

"Le 22 mars, le président turc a fortement tancé l'Europe dans sa façon de traiter la Turquie, sur fond de crise aggravée entre Bruxelles et Ankara depuis l'expulsion de ministres turcs de meetings pro-Erdogan aux Pays-Bas et en Allemagne.

«Je m'adresse une nouvelle fois aux Européens […] La Turquie n'est pas un pays qu'on peut bousculer, dont on peut jouer avec l'honneur, dont on peut expulser les ministres», a martelé Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à Ankara. Le président turc a ainsi menacé l'Union européenne, qui, selon lui, maintient une attitude hostile envers Ankara. 

«Le monde entier suit ce qu'il se passe de très près. Si vous continuez de vous comporter de cette manière, demain, aucun Européen, aucun occidental, ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité, dans la rue, nulle part dans le monde», a-t-il ajouté.

«En tant que Turquie, nous appelons l'Europe à respecter les droits de l'homme et la démocratie», a lancé le chef de l'Etat turc. (…)

Le 16 mars, le ministre turc de l'Intérieur, Süleyman Soylu, avait déjà annoncé la couleur en déclarant  : «Je le dis à l'Europe, êtes-vous à la hauteur ? Si vous le souhaitez, nous pouvons ouvrir le passage aux 15 000 réfugiés que nous ne vous envoyons pas chaque mois et vous couper le souffle

En contrepartie de l'accord,

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron, jugé le plus convaincant… après Juppé et Montebourg

Un grand bravo à Emmanuel Macron qui a été jugé "le plus convaincant" après le débat d'hier soir sur TF1.

Il rejoint ainsi Alain Juppé, "jugé le plus convainquant" lors des débats à la primaire à droite.

Et Arnaud Montebourg, jugé "le plus convainquant" lors des débats à la primaire à gauche.

Lire la suite de l'article

Le général Soubelet n’est plus le bienvenu chez Emmanuel Macron

Le général Bertrand Soubelet, ancien n°3 de la gendarmerie, qui avait lancé un pavé dans la mare  après les propos tenus le 18 décembre 2014 devant la commission parlementaire dans le cadre de ses travaux sur la lutte contre l'insécurité, avait rejoint le candidat d'"En Marche !". 

Mais il s'est autoproclamé candidat aux législatives dans les Hauts-de-Seine, ce qui n'a pas plus aux équipes locales. Surtout, Jean-Yves Le Drian n'a pas apprécié les critiques très dures du général sur l'armée et Emmanuel Macron n'a pas l'intention de fâcher le ministre de la Défense

Lire la suite de l'article

Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes recommande… d’avoir plus d’argent

Créé en janvier 2013 par décret du Président de la République, le Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les hommes s’implique sur les questions de parité à l’échelle nationale comme européenne. Les travaux produits par le HCE, au cours de son premier mandat souhaitent mettre en lumière chiffres et diagnostics, proposer des analyses et formuler des recommandations. L’objectif est de pointer du doigt les inégalités actuelles qui subsistent entre les femmes et les hommes et de développer, améliorer, les politiques publiques suivant le prisme de la parité. 

Composée d’un secrétariat général, l’institution dispose à sa tête d’une Présidente, Danielle Bousquet. Les 72 membres et 30 membres associés du Conseil ont effectué, en 3 ans, 167 réunions de commission, 15 assemblées plénières – soit 500 heures de réunions réunissant ses membres.

Extrait du décryptage réalisé par France Renaissance du rapport d'activité 2013-2015 du HCE :

"Pour améliorer la situation et s’assurer que le travail mené depuis des années puisse se développer, le Haut Conseil recommande l’animation d’un réseau de référents égalité hommes-femmes dans chaque cabinet ministériel pour que les hauts fonctionnaires dans chacun des ministères puissent à leur tour s’appuyer sur un réseau de référents égalité dans chacune des directions. De plus, il serait selon le HCE nécessaire d’établir un tableau de bord interministériel de l’égalité fixant son horizon à partir d’objectifs précis, d’échéanciers et d’indicateurs de suivi chiffrés. Enfin, le HCE souhaiterait voir les allocations budgétaires fournies par le ministère en charge des droits de femmes, sensiblement augmenter

Lire la suite de l'article

« Chère madame, les Français n’ont plus aucune confiance dans les médias. Vous en êtes consciente ou pas ? »

Lire la suite de l'article

Pourquoi un tel spectacle auquel participent plus ou moins tous les prétendants à la Présidence de la République ?

De Philippe Maxence dans L'Homme nouveau :

Capture d’écran 2017-03-07 à 07.23.27"[…] Aujourd’hui, il apparaît que la politique, qui a normalement pour objet le bien commun, n’est pas seulement « dégradée et avilie », mais qu’elle se soit entièrement dissoute, disparue corps et biens dans un univers d’insignifiance, de règlements techniques et d’arrêtés internationaux. Il ne semble rien en rester, sinon une sorte d’écume qui tente de lui ressembler et qui, parfois, comme pour accroître la confusion, en affiche une partie du visage et des réflexes.

La situation dans laquelle se trouve la France à quelques semaines des élections présidentielles illustre parfaitement ce constat. Loin de nous conduire à une réelle réflexion sur la réforme nécessaire au pays, elle nous oblige constamment à assister, comme pour une série télévisée, aux épisodes d’un feuilleton politico-judiciaire, avec son lot de rebondisse­ments et de retournements de situation nécessaires au mouvement des passions tout en rendant l’intelligence incapable de discerner le vrai du faux.

Dans le même temps, nous sommes sommés de nous enthousiasmer pour la montée en puissance d’un ancien ministre qui, après avoir fait l’ENA, débuté sa carrière comme inspecteur des finances avant de se reconvertir en banquier d’affaires, prétend incarner le soulèvement anti-système. Ceux qui ont dénoncé, non sans raison souvent, l’installation dans la politique de la « télé-réalité » avec l’arrivée de Donald Trump à la présidence des États-Unis, n’ont pas pris garde que celle-ci campait déjà dans l’univers mental des Français.

L’impossible renouveau ?

Pourquoi un tel spectacle ? Pourquoi une telle situation, à laquelle

Lire la suite de l'article

Le système oligarchique n’a plus qu’un objectif : laminer Fillon

De François Marcilhac dans l'Action française :

Capture d’écran 2017-03-03 à 07.19.13"[…] Tous ceux qui, appartenant aux média, au système judiciaire, au monde politique, jouent les vierges outragées en entendant les accusations portées à leur encontre par Fillon nous feraient sourire si l’avenir du pays n’était en cause. Fillon, en tant que collaborateur de Sarkozy durant cinq ans, a d’ailleurs participé au renforcement de cette symbiose malsaine entre les quatre pouvoirs qui tendent à monopoliser la chose publique depuis Giscard assurément, mais surtout depuis Mitterrand : les institutions proprement dites constituées du pouvoir politique, exécutif et législatif mêlés, et du pouvoir judiciaire, ainsi que le pouvoir médiatique et le pouvoir financier. Symbiose qui s’est aggravée à proportion que l’État a perdu de son indépendance vis-à-vis d’institutions européennes qui n’ont en vue que d’assurer les conditions d’une globalisation toujours plus effrénée. Cette symbiose a un autre nom : le système oligarchique, dont le propre est de soumettre les élites relevant des trois premiers pouvoirs aux intérêts du quatrième. Le tort de Fillon, c’est son conservatisme apparent, dont on craint qu’il ne l’oblige auprès d’une large frange de son électorat, contrairement à un Alain Juppé totalement oligarcho-compatible. La victoire de Fillon le soir de la primaire fut une victoire à la Pyrrhus, car son arrêt de mort fut signé aussitôt. Macron a le double avantage d’être tout aussi oligarcho-compatible que Juppé, avec trente ans de moins. Le système oligarchique n’a plus qu’un objectif : laminer Fillon pour que le duel du second tour oppose la candidate patriote au

Lire la suite de l'article

Un président de la Ve République a plus de pouvoirs que Louis XIV

Il-y-a-quelque-chose-de-pourri-au-royaume-de-france-michel-viotL'abbé Viot, ancien évêque luthérien et dignitaire franc-maçon, n’a jamais idolâtré les “Lumières” et il regarde la Révolution française comme la pire catastrophe arrivée à notre pays. Son cri d’alarme en cette année 2017 qui voit se succéder élection présidentielle et jubilé des apparitions de Fatima identifie clairement les maux qui tuent la France et que cristallise l’idéologie de François Hollande, dont l’apostasie lui apparaît comme beaucoup plus grave que celle du célèbre empereur Julien.

Montrant dans Il y a quelque chose de pourri au royaume de France que le pacte républicain est fondé contre le christianisme, la République poursuit une œuvre continue de destruction spirituelle et politique en substituant à l’âme catholique française un universalisme contre nature. Son ouvrage est ainsi un plaidoyer pour la monarchie :

"Nos rois ne furent jamais des autocrates, tant les pouvoirs intermédiaires étaient nombreux dans l'ancienne France. Chaque édit du roi devait être vérifié par le parlement qui avait droit de remontrance. Et tout nouvel impôt nécessitait l'assentiment des Etats généraux. En fait, à y regarder de près, et j'ai eu l'occasion de le faire plusieurs fois avec des juristes, un président de la Ve République ayant une majorité parlementaire pour le soutenir a plus de pouvoirs que Louis XIV. Mais il n'aura jamais sa légitimité ! Il ne doit en effet sa place qu'à une faible majorité de voix qui s'est manifestée à l'issue d'une campagne électorale. Pendant celle-ci, avec des alliances pas toujours très claires et des moyens financiers encore plus opaques, on aura dressé

Lire la suite de l'article

«Humour» raciste : un ex-journaliste du BondyBlog supprime plus de 50 000 tweets

Lu sur RT :

Capture d’écran 2017-02-19 à 17.04.15Dans son numéro du 1er février, Les Inrocks allaient à la rencontre de Christiane Taubira, mais aussi de «Mehdi et Badrou, 24 ans chacun, [qui] ont été chroniqueurs à France Inter [et] journalistes au Bondy Blog». Ce dernier est un média hébergé par Libération et partenaire des chaînes publiques LCP et France Ô, qui se donne pour objectif de «raconter les quartiers populaires». Le magazine de la gauche branchée décrit alors les deux jeunes hommes comme «l’avant-garde d’une nouvelle génération venue de banlieue qui compte bien faire entendre sa voix»…

Deux semaines plus tard, une multitude d'anciens tweets écrits par l'un de ces deux représentants de «l'avant-garde» des banlieues – Mehdi Meklat – étaient déterrés par des internautes, provoquant l'indignation de nombre d'entre eux. Le contenu politiquement incorrect (c'est le moins que l'on puisse dire) de certains de ces tweets, en effet, a de quoi faire défriser plus d'un lecteur des Inrocks. «Pourquoi les juifs ont le droit de prendre le métro [?]», s'interrogeait ainsi Mehdi Meklat dans un tweet d'avril 2014."

Cela ne gêne pas Christiane Taubira de poser à ses côtés.

58a98a26c461881b038b47b5 58a98a3bc4618868308b4783

Lire la suite de l'article

On est d’autant plus favorable à l’abolition des frontières extérieures qu’on a la ressource de s’abriter derrière des frontières intérieures

Extrait du livre de Patrick Buisson, « La Cause du peuple » sur la notion de frontière.

41qQeP1KvvL._SX318_BO1,204,203,200_« Les partisans de la suppression des frontières se recrutaient quasi exclusivement dans les catégories dont la caractéristique commune était d’avoir les moyens financiers nécessaires pour se prémunir contre les effets délétères du libre-échange et de la libre circulation. On était d’autant plus favorable à l’abolition des frontières extérieures qu’on avait la ressource de s’abriter derrière des frontières intérieures. Frontières spatiales : les privilégiés qui habitaient les centres urbains ne connaissaient de l’immigration que la main-d’œuvre à bon marché des clandestins dont ils s’attachaient les services à vil prix. Frontières sécuritaires : la célébration du métissage se faisait à l’abri du double digicode et, dans les quartiers résidentiels, sous la surveillance de vigiles et d’agents de sécurité, dont le nombre avait plus que doublé en vingt ans ; au reste, le prix du foncier protégeait des réalités les plus déplaisantes de la mixité sociale plus sûrement que les barrières élevées entre les États-Unis et le Mexique ou Israël et les Territoires palestiniens. Frontières culturelles et scolaires : là encore le discours moralisateur dissimulait un féroce égoïsme de classe qui conduisait la nouvelle bourgeoisie urbaine à accaparer le système méritocratique au bénéfice de sa progéniture scolarisée dans les meilleurs établissements. Frontières économiques, enfin : par leur intégration à l’économie-monde, les classes dominantes se trouvaient en situation d’en confisquer la plupart des bénéfices selon le schéma parfaitement décrit par Louis Schweitzer, l’ancien président de Renault, devenu dans l’intervalle une

Lire la suite de l'article