Archives par étiquette : plateaux

Quand un chef rougit de son camp sur les plateaux télé, son camp rougit de lui dans les urnes

La dernière mode est de se dire "Ni de droite, ni de gauche". Et pourtant, l'électeur continuera toujours à s'inscrire dans ce clivage soi-disant dépassé. On connaissait cette tendance au sein du FN, surtout marquée par la volonté de dissocier les souverainiste des mondialistes mais aussi et surtout pour courtiser l'électorat de gauche. Mais cela semble gagner tout le monde, même Macron, tandis que NKM se déclare quant à elle "à la fois  de droite et de gauche".

On s'y perd et c'est surtout symptomatique d'un manque évident de courage politique comme le souligne ce billet de Charles Rouvier sur Boulevard Voltaire :

Ni_droite_ni_gauche"Le 17 avril passaient Eugénie Bastié et Florian Philippot au « Supplément » de Canal+. « C’est la première fois, sur ce plateau, que j’ai autant de gens de droite », s’amuse ingénument le présentateur, qui enchaîne sur une autre phrase, sans plus y penser, quand Philippot l’interrompt d’un grincement : « Je ne suis pas de droite, je ne suis ni de droite ni de gauche. » Et Eugénie Bastié de rebondir : « Moi non plus. (…)

Arton1262Je ne dois pas être le seul à me demander comment la gauche, structurellement minoritaire dans l’opinion du pays depuis la Libération, et aujourd’hui plus que jamais, conserve un pouvoir quasi hégémonique dans la politique et les médias. Voici au moins une partie de réponse : ceux qui sont de gauche se disent fièrement de gauche, mais ceux qui sont de droite disent « ni droite ni gauche » ou bien

Lire la suite de l'article