Archives par étiquette : Philippe

Le Havre, dont Édouard Philippe est le maire, devrait accueillir la première école confessionnelle musulmane de Normandie

Lu dans Valeurs Actuelles :

4199 IMAM Aami Hassen"À la recherche d’un terrain où construire l’établissement, la communauté musulmane du département a multiplié les contacts avec les élus du Havre, pour finalement obtenir de s’installer en lieu et place du presbytère de l’église Saint-Jean-Baptiste, rue Théophile-Gautier. La croix ornant l’édifice a d’ores et déjà été retirée et les travaux viennent tout juste de démarrer.

Pour les financer, l’association en charge du projet peut compter sur l’appel aux dons des fidèles lancé par Aami Hassen (photo). Cet imam, dont la mosquée, à Aubervilliers, est connue pour être fréquentée par des groupes salafistes, a également créé la controverse pour ses positions à l’égard des mariages forcés. Menacé d’expulsion en 2013 par Manuel Valls pour avoir tenu des propos homophobes, il prêche toujours à Aubervilliers. Soutenu par la Mairie du Havre, son projet éducatif est d’offrir « le meilleur bagage, à travers une éducation complète alliant les apprentissages définis par le socle commun de compétences à ceux de l’islam »."

Qu'en dit Edouard Philippe, notre nouveau Premier ministre ?

Lire la suite de l'article

Non, Edouard Philippe n’est pas « de droite » !

Pierre Henri rappelle de manière opportune cette vérité qui, si elle n'est pas criée haut et fort, participe à l'effacement de l'existence d'une vraie différence entre droite et gauche au sens idéologique et philosophique :

"La nomination d’Edouard Philippe, maire LR du Havre, au poste de Premier Ministre a suscité une série de commentaires pavloviens de la part des journalistes : Emmanuel Macron a choisi un homme de droite pour diriger le gouvernement, disent-ils (…), il semble que la véritable question soulevée par ce choix soit celle de la définition d’un homme de droite.

Edouard Philippe est en effet membre du parti dit de droite, au même titre que Fillon, Wauquiez, Mariani, au même titre aussi que Jean-Pierre Raffarin, Nathalie Kosciusko-Morizet et Alain Juppé, son mentor qu’il avait secondé lors de la création de l’UMP en 2002. Or, la vie politique de M. Philippe a commencé à gauche, dans cette tendance que l’on appela un temps la « deuxième gauche », incarnée par Michel Rocard (…) Rocard influença fortement ce jeune militant et « conditionna son intérêt pour la vie politique ». De cette gauche à coloration « sociale-démocrate » à la « droite » d’Alain Juppé, il s’écoula moins d’une décennie durant laquelle Edouard Philippe acheva l’ENA dans la botte (après en avoir préparé le concours d’entrée en compagnie de Jérôme Guedj, actuellement député PS de l’Essonne, dans les bureaux du sénateur Jean-Luc Mélenchon…).

Est-ce donc que de jeune homme de gauche, Edouard Philippe soit devenu un homme de droite ? Ou est-ce alors

Lire la suite de l'article

Edouard Philippe était un des rares responsables politiques français invité par le groupe Bilderberg en 2016

Capture d’écran 2017-05-16 à 08.13.58Née après la Seconde Guerre mondiale, le groupe Bilderberg poursuit l'objectif de promouvoir le système capitaliste. Cette année, 130 personnes venant de 20 pays représentent les élites politiques, industrielles, financières, académiques et médiatiques.

Les invités du Bilderberg ont pour consigne de garder secrets les propos échangés lors des débats. L’édition 2016 a accueilli sous la présidence du Français Henri de Castries, PDG du groupe d’assurances AXA, un ancien chef des services secrets britanniques, Sir John Sawers et un ancien directeur de la CIA, le général David Petraeus. A noter que parmi les rares Français, on ne comptait que deux responsables politiques : le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius et le député-maire du Havre Edouard Philippe.

Le Bilderberg a la réputation d'apporter un sérieux coup de pouce aux carrières en pleine ascension… Christine Lagarde, Herman Van Rompuy, Manuel Valls ou Emmanuel Macron ont eu le privilège d'être sur la liste des invités des éditions précédentes.

Lire la suite de l'article

La nomination d’Edouard Philippe est-elle un retour d’ascenseur de Jacques Attali ?

Une ancienne collaboratrice de la mairie du Havre nous a fait parvenir cette tribune sur Edouard Philippe, Premier Ministre :

PEdouard Philippe Premier ministre de la République… ça alors, en voilà une surprise ! Visiblement nous n’en sommes pas à la 1ère surprise de la part du nouveau président, le plus jeune de la 5ème République !

Nous y voilà, Emmanuel Macron veut renouveler la classe politique. Pourquoi pas ? Avec Edouard Philippe, c’est raté ! Si celui-ci possède, il est vrai, à 47 ans l’atout de sa jeunesse, il n’en est pas moins un pur produit de cette classe politique qui dirige la France depuis plusieurs décennies.

Fils spirituel d’Antoine Ruffenacht qui lui cède la place en 2010 à la mairie du Havre, Edouard Philippe est élu député en 2012 dans la 7ème circonscription de Seine-Maritime, où l’opposition de cet ancien bastion communiste est totalement exsangue.

Juppéiste avant tout, Edouard Philippe est un homme politique qui a toujours voulu se montrer moderniste, en témoigne la dernière exposition du Musée Malraux du Havre consacrée à Pierre et Gilles, couple d’artistes homosexuels égérie des milieux gays. Toutefois sans courage politique et sans vision d’avenir : opposé aux conséquences du mariage pour tous que sont la PMA et la GPA, l’homme de conviction s’est finalement abstenu lors du vote de la loi Taubira aux côtés de Nathalie Koscisuko-Morizet.

Edouard Philippe a bien sûr profité de l’héritage de son prédécesseur à la mairie du Havre mais a été incapable de proposer, voire même de soutenir, certaines

Lire la suite de l'article

Si Edouard Philippe gère la France comme il gère Le Havre…

Image-3En 2001, Edouard Philippe rejoint l’équipe municipale d’Antoine Rufenacht, alors maire du Havre, dont il devient l'adjoint en charge des affaires juridiques. Le 24 octobre 2010 , le conseil municipal l'élit maire du Havre après la démission d'Antoine Rufenacht.

Or, d'après les chiffres de l'INSEE, Le Havre (175 000 habitants) est une ville qui décroche en terme de niveau de vie. Entre 2010 et 2013, la ville est passé de la 24 258ème place à la 25 791ème place. Autrement dit, depuis l'élection de Edouard Philippe comme maire, cette ville a perdu 1 533 places en 3 ans dans le classement par ville en niveau de vie. Soit un décrochage de 500 places par an !

La ville du Have est également très mal notée dans l'Argus des communes :

Image-4

A l'assemblée, son bilan est également décevant (sans parler de son abstention sur la loi Taubira, déjà évoquée).

Lire la suite de l'article

«Le totalitarisme sera toujours à vaincre» par Philippe Migault

5911da10c36188a2068b45ef

Le 9 mai 2017, la Russie a célébré la victoire sur le totalitarisme qui a coûté la vie à 27 millions de soldats. L'expert militaire Philippe Migault souligne dans un article publié sur RT, que la menace du totalitarisme n'est toujours pas éliminée, il a simplement de nouveaux visages !

Cliquez ici pour lire l'article en entier.

Lire la suite de l'article

La présence de Philippe de Villiers à Villepinte n’était pas forcément souhaitée…

9a24102a-06b6-11df-afc7-9cc69ccbdddbLes anecdotes de l'entre-deux tours n'ont pas fini de surprendre et surtout de décevoir comme on peut le lire dans le numéro de Minute du 3 mai, juste avant le deuxième tour :

"Certains l'attendaient au meeting de Villepinte : il n'est pas venu (…) Depuis le premier tour, donc, silence radio. Jusqu'à quand ? Nul ne le sait, et, à vrai dire, du côté de l'équipe de campagne de Marine le Pen, on n'est pas loin d'en avoir fait son deuil, voire pour certains, de se féliciter de sa discrétion.

"Pour mobiliser les mélenchonistes contre Marine Pen, il n'y a pas pire qu'un franc soutien de Philippe de Villiers, qui est pour eux un épouvantail avec sa manie de tout ramener à Dieu et à la France chrétienne", nous confiait-on après Villepinte, soulagé qu'il n'ait pas été présent.

Le même interlocuteur ajoutait : "Si Villiers s'affiche avec Marine dans cette dernière semaine, on gagne douze voix – et encore, avec les enfants ! -, on en perd 200 000 dès qu'ils auront fait la photo, et 200 000 de plus après sa tournée des télés!".

Au final, il n'y a pas (eu) photo, ni les mélenchonistes, ni les villieristes ne sont venus voter le 7 mai pour Marine Le Pen…

Lire la suite de l'article

Avec Macron, Philippe Meirieu à l’Education Nationale ?

C'est ce que déclare Jean-Paul Brighelli, qui votera Marine Le Pen :

"Les dernières rumeurs en provenance des états-majors font état de la nomination de Philippe Meirieu à l’Education. C’est comme si on avait nommé Landru secrétaire d’Etat aux veuves de guerre… Ou Benoist Apparu, qui a rédigé le livre de Juppé sur l’école. Nous voilà bien !

Oui, je vais céder à la vieille passion française, et voter contre. Ou plutôt, voter pour : pour l’Etat et pour la nation. Pour l’universalité de la langue française. Au moins, que je ne puisse pas me reprocher, pendant les cinq ans d’une présidence Macron qui mettra la France dans le même état que la Grèce, d’y être pour quelque chose."

Lire la suite de l'article

Robert Ménard souhaiterait voir Philippe de Villiers à la tête d’un ministère régalien

Lire la suite de l'article

Philippe Fontana : « Au deuxième tour, pas une voix ne doit se porter sur Emmanuel Macron ! »

Extrait de la tribune de l'avocat Philippe Fontana intitulée 'Pas une voix pour Emmanuel Macron' :

"(…) Jusqu’au bout, François Fillon a hésité entre adhérer au système et « renverser la table », selon sa promesse. La gestion tout en demi-mesure des iniques procédures lancées pour l’éliminer : dénonciation d’un assassinat politique tout en se rendant au cabinet du bourreau, en fut la meilleure illustration.

Pareil en matière de justice. A-t-on entendu François Fillon critiquer avec la plus grande vigueur le laxisme de la loi Taubira du 15 août 2014, permettant au juge de l’application des peines de laisser en liberté l’assassin du fonctionnaire de police sur les Champs-Elysées ? Cette dénonciation doublée d’une explication sur la permissivité de la justice, tout en exposant sa réforme immédiate l’aurait probablement qualifié pour le deuxième tour. A la place il a préféré « suspendre » sa campagne. Ainsi, un français de papier, obnubilé par la haine des fonctionnaires de police a réussi à conduire le champion de la droite à suspendre sa campagne. Quelle absurdité (…)

Il en va en amour comme en politique. A force d’hésiter, on perd tout. François Fillon a survécu grâce au rassemblement du Trocadéro, tout en prenant ses distances avec Sens commun, son organisateur, mais en songeant à les associer à son futur gouvernement… Quelle cohérence !

Même les gens de gauche ne comprenaient pas sa schizophrénie quant à l’avortement. Au Parlement, vote du « droit à l’avortement », mais en privé adhésion à la doctrine catholique le qualifiant de crime. Vae Victis.

Lire la suite de l'article