Archives par étiquette : Nicolas

Législatives – Nicolas Tardy-Joubert (PCD) : « Une grande partie de la droite a perdu ses repères et ses valeurs »

Nicolas Tardy-Joubert est candidat à l'élection législative pour la 3e circonscription des Yvelines. Il a accepté de répondre à nos questions.

Capture d’écran 2017-05-10 à 19.10.51Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 3e circonscription des Yvelines. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Une grande partie de la droite a perdu ses repères et ses valeurs, à tel point que beaucoup de ténors ont appelé à soutenir Emmanuel Macron, ce que 56% des Français ont refusé. Il faut poursuivre notre engagement dans la vie de la cité, pour porter une parole sans compromission, c’est la raison de mon engagement. L’héritier de François Hollande, élu par défaut, doit avoir en face de lui une majorité de droite pour stopper la casse.

Je suis engagé dans la vie publique depuis 2012 puisque j’ai fondé le réseau de La Manif pour Tous dans les Yvelines, avant de prendre la responsabilité de la mobilisation au niveau régional, puis national. J’ai été élu conseiller régional en 2015,  sur la liste conduite par les Républicains, et je suis prêt à servir d’avantage les valeurs qui nous sont chères ; la défense de la vie, de la famille, l’unité de la Nation! J’ai aussi eu l’honneur de faire partie de l’équipe de Jean-Frédéric Poisson pendant sa campagne pour la primaire, seul candidat clairement attaché à la défense de la vie et de la famille.

J’ai pensé assez vite qu’Henri Guaino, notre député sortant, n’aurait pas l’investiture des Républicains, ce que je regrette d’ailleurs; celle-ci vient  de lui être retirée. C’est

Lire la suite de l'article

Ils accusent Nicolas Dupont-Aignan de trahison alors qu’eux-mêmes ont tout trahi

Coup de gueule de Benoît Rayski sur Atlantico :

"(…) L'establishment, la nomenclature de ce qui fut le plus grand parti de la droite française se rallie à Macron sans pudeur et sans états d'âmes. Ils auraient pu y aller doucement, timidement, en catimini, sur la pointe des pieds. Non. Ils y vont avec leur gros sabots qui à la façon des claquettes font entendre des "Ma-cron, Ma-cron".

Vous voulez la liste ? Elle s'enrichit tous les jours. Juppé, Raffarin, Pécresse, Le Maire, Bertrand… Mais pas Fillon : abasourdi par sa défaite il a lâché un "Macron" le soir de son échec et, depuis, se fait heureusement silencieux. Il y en a même qui font des offres de service on ne peut plus obséquieuses : Bruno Le Maire se voit bien ministre d'Emmanuel Macron… Même Jean-François Copé, que la décence aurait dû amener à se faire oublier a susurré quelques mots d'amour pour le patron d'"En Marche !". 

Tous aussi ont trouvé des intonations outragées pour dénoncer la "trahison" de Nicolas Dupont-Aignan qui a rallié Marine Le Pen (…) Nicolas Dupont-Aignan est un traitre" s'étrangle Alain Juppé… "Nicolas Dupont-Aignan est un traitre" s'indigne Valérie Pécresse… Les autres s'offusquent à l'unisson. Et si on ne donne pas leur liste au complet c'est de crainte de lasser les lecteurs.Dans le Crime de l'Orient Express les assassins étaient au nombre de 12. Chez les Républicains ce record est largement battu.

Mais si Nicolas Dupont-Aignan est un traitre il

Lire la suite de l'article

Nicolas Dupont-Aignan : « L’enjeu est de mettre fin au piège mitterrandien »

Extrait de l'interview accordé par Nicolas Dupont-Aignan à Atlantico :

7788338624_nicolas-dupont-aignan-et-marine-le-pen-le-29-avril-2017Qu'est ce qui, chez Emmanuel Macron, vous paraît dangereux au point d'assumer une alliance qui vous vaut une condamnation quasi unanime de la classe politique et le départ de cadres majeurs de votre parti ?

Être attaqué par ceux qui ont ruiné le pays depuis trente ans est un honneur. Quant à nos cadres, très peu d’entre eux ont quitté Debout la France. Plus de mille personnes ont adhéré à notre mouvement, principalement de chez les Républicains, qui sont indignés du soutien de leurs dirigeants à Emmanuel Macron, marionnette de François Hollande, depuis vendredi. C’est un succès indéniable. Jamais depuis la fondation de la Vème République un 2nd tour n’aura été aussi décisif pour notre pays. Face à Emmanuel Macron, un Hollande junior, marionnette des banques, j’ai pris mes responsabilités

L'intérêt de la nation exige qu'on choisisse au 2nd tour. Nous ne pouvons pas laisser la France à M. Macron (…)

Quel regard avez-vous sur la responsabilité historique que vous portez en sortant le FN de son isolement républicain ?

Depuis vingt ans, une minorité socialiste impose aux Français sa politique au mépris de la majorité du peuple. L'enjeu est de mettre fin au piège mitterrandien. L’Histoire est en marche. J’ai pris mes responsabilités, et je les assume. Je ne renie en rien mes valeurs. Je serai, en tant que Premier ministre, garant du respect de ces valeurs gaullistes et humanistes que je porte. La droite française

Lire la suite de l'article

Elue, Marine Le Pen nommera Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre

Emmanuel Macron donnera-t-il le nom de son potentiel Premier ministre ?

Lire la suite de l'article

Nicolas Dupont-Aignan soutient Marine Le Pen

Sur France 2, il déclare avoir signé avec Marine Le Pen un accord de gouvernement.

"La France est à la croisée des chemins. Je pense que Macron est un Hollande puissance 10".

"Marine Le Pen n'est pas d'extrême-droite, elle est gaulliste et je pense que des Républicains vont nous rejoindre."

C-hNMY5XcAAjc8X

Lire la suite de l'article

Nicolas Tardy-Joubert (PCD : voter Emmanuel Macron ne peut pas être une option

VALEURS4196_001Conseiller régional PCD en Île-de-France et candidat aux élections législatives 2017, Nicolas Tardy-Joubert explique pourquoi voter Emmanuel Macron ne doit pas être une option :

"[…] Pour ceux qui combattent le programme sociétal d’une gauche libertaire, donner son vote à Emmanuel Macron, successeur idéologique de M. Hollande et représentant de cette caste est impossible. Par son approche multi-culturaliste et mondialiste, son incompréhension de ce qui fait la culture française, il poursuivra la “déconstruction” systématique et progressive de ce qui a fait notre pays notre nation, notre civilisation. Il promouvra une politique immigrationniste à l’allemande ; son ultra-libéralisme, y compris sur le plan sociétal (GPA, PMA sans père, gender…), son allégeance au changement de civilisation voulu et annoncé par Mme Taubira et consorts, sont des éléments déterminants pour lui faire un barrage total. […]"

Lire la suite de l'article

Nicolas Dupont-Aignan ne soutiendra pas Macron

Alors que la prise de position officielle de Nicolas Dupont-Aignan se fait attendre, Eric Anceau (DLF) responsable du projet présidentiel de Nicolas Dupont-Aignan donne quelques éléments de réponse :

Nicolas-Dupont-Aignan-Je-ne-me-prends-pas-pour-Jesus.-Rassurez-vousLes résultats du premier tour, étaient-ils prévisibles selon vous ?

Totalement. C’est ce que nous disons depuis le début. Le système nous a vendu Emmanuel Macron qui est le candidat absolu du système, contre Marine Le Pen. Et le système – vous l’avez vu ce soir, la plupart des candidats ont appelé à voter Emmanuel Macron contre Marine Le Pen – nous nous dirigeons malheureusement (ce n’est pas faute d’avoir averti les Français) vers un succès d’Emmanuel Macron qui va être catastrophique pour le pays (…)

Que disent du système politique français ces résultats du premier tour ?

Le système politique français est à reconstruire. C’est ce qu’a proposé aujourd’hui Nicolas Dupont-Aignan dans un contrat de confiance avec les Français dans l’allocution solennelle historique qu’il a prononcée. Je ne peux pas savoir ce qu’il décidera, puisque dépend des instances de son parti. Il réunit demain un bureau national et le conseil national qui est le parlement de son parti, et après les avoir consultés, il prendra la décision qui sera la meilleure, à mon avis, à la fois pour son parti, pour lui et bien évidemment pour l’intérêt national, puisque, en tant que gaullistes, nous n'avons en ligne de mire qu’une chose : l’intérêt national.

Croyez-vous que Nicolas Dupont-Aignan pourrait soutenir Emmanuel Macron ?

C’est la seule éventualité qui est hors de question. Pour le reste, tout est ouvert

Lire la suite de l'article

Nicolas Sarkozy trahit à son tour les électeurs de François Fillon en appelant à voter Macron

Nicolas Sarkozy lance cet appel sur son compte facebook. Mais on ne sait pas encore si il a demandé à Emmanuel Macron d'être son ami…

"Le premier tour de l’élection présidentielle a conduit à la qualification de la candidate du Front national et à l’élimination du candidat de la droite républicaine et du centre, une première depuis l’élection du Président de la République au suffrage universel direct. C’est un séisme politique. Je regrette profondément ce résultat mais le choix des Français est souverain et doit être accepté comme tel.

Je considère que l'élection de Marine Le Pen et la mise en œuvre de son projet entraîneraient des conséquences très graves pour notre pays et pour les Français.

Je voterai donc au second tour de l’élection présidentielle pour Emmanuel Macron. C’est un choix de responsabilité qui ne vaut en aucun cas un soutien à son projet. Je veux d’ailleurs rappeler qu’au mois de juin prochain, à l’occasion des législatives, les Français auront à nouveau la possibilité de faire le choix d'une alternance véritable en portant leurs suffrages sur les candidats investis par la droite et le centre.

J'ai décidé il y a quelques mois de me retirer de la vie politique active. Je n'ai pas l'intention de revenir sur ce choix mais, au regard de la situation exceptionnelle à laquelle nous devons faire face, j’appelle tous les responsables de la droite et du centre au rassemblement des énergies, des talents et des compétences (…)"

Vous aurez noté

Lire la suite de l'article

Bien sûr que l’ouverture à gauche de Nicolas Sarkozy avait choqué

Interrogé dans Le Figaro sur la polémique autour de Sens Commun, François Fillon répond :

"C'est une forme d'intolérance que je trouve regrettable, et c'est l'expression de ce politiquement correct que je combats par ailleurs. Je me souviens du gouvernement que j'avais composé avec Nicolas Sarkozy. Il y avait Alain Juppé, mais il y avait aussi Christine Boutin et Bernard Kouchner! Je n'ai pas le souvenir que cela ait choqué qui que ce soit. Je n'adhère pas à toutes les positions de Sens commun, mais ils le savent et me soutiennent parce qu'ils pensent que j'ai le meilleur projet, ce qui prouve qu'ils ne sont pas sectaires. Ils ont leur place dans une majorité et ils ont fait preuve d'une très grande solidité dans cette campagne. Ce qui n'a pas été le cas de tout le monde. Pour construire, il faut rassembler. En excluant certains au motif qu'ils ne seraient pas dans «le sens de l'histoire», on contribue à créer les conditions de tensions, d'affrontements et de communautarisme."

Le gouvernement hétéroclite de Nicolas Sarkozy avait choqué beaucoup d'électeurs de droite, qui avaient cru dans ses discours en 2007, et c'est une des causes de l'échec de Nicolas Sarkozy en 2012. L'oublier ou le nier c'est foncer dans le mur en klaxonnant.

Autre extrait de cet entretien :

Capture d’écran 2017-04-20 à 06.59.33

Lire la suite de l'article

Deux élus LR rejoignent Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan doit annoncer les ralliements de deux élus venant du parti Les Républicains. Le premier est David-Xavier Weiss, maire-adjoint (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et secrétaire général délégué du Cnip (Conseil national des indépendants et paysans). Il s'était prononcé en faveur de la dénaturation du mariage et a le coeur qui penche à gauche

Le second, Christophe Beaupère, est conseiller national Les Républicains et secrétaire des comités Outre-Mer. Il avait été directeur de cabinet de Catherine Mégret à la mairie de Vitrolles entre 2001 et 2002. Il a été également «assistant accrédité» d’Aymeric Chauprade au Parlement européen.

Lire la suite de l'article