Archives par étiquette : l’Inserm

Le mari de la nouvelle ministre de la Santé dirige l’Inserm

C'était bien la peine de prendre 24h pour vérifier les éventuels conflits d'intérêt :

"La nomination du tout premier gouvernement Philippe devait avoir lieu mardi 16 mai. Ce fut finalement fait le lendemain. Le nouveau président de la République voulait donner plus de temps à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique afin de vérifier les déclarations fiscales des futurs ministres et anticiper tout conflit d’intérêt. Raté. Comme le souligne Le Monde, Agnès Buzyn, nouvelle ministre de la Santé [favorable à l'euthanasie], est mariée à Yves Lévy, directeur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Or, le ministère de la Santé exerce une cotutelle sur cet organisme public. […]"

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (ou Inserm) est un établissement public à caractère scientifique et technologique français spécialisé dans la recherche médicale, placé sous la double tutelle du Ministère de la recherche et du Ministère de la santé.

Lire la suite de l'article

L’Inserm travaille sur des foetus humains !

Abominable :

"Les chercheurs de l'Inserm travaillant au sein  de l'Institut de recherche en santé, environnement et travail (IRSET) ont, avec des collègues écossais et danois, entrepris d'étudier les effets de l'ibuprofène sur des testicules de foetus humain, "récupérés sur des produits  d'avortement", avec l'accord des femmes concernées.

Dans une première étude, les testicules ont été mis en culture et dans une  seconde, ils ont été greffés sur des souris. Les chercheurs ont découvert que l'ibuprofène entraînait des perturbations  du système hormonal dans le testicule foetal humain, en supprimant la  production de diverses hormones testiculaires dont la testostérone "qui  contrôle les caractères sexuels primaires et secondaires et la descente des  testicules"."

Lire la suite de l'article

Trisomie 21, la Fondation Lejeune répond au comité d’éthique de l’Inserm

Dans La Croix suite à un avis du Comité d'éthique de l'Inserm qui minimise le rôle du Pr. Lejeune :

"Comme en témoignent les écrits et prises de parole publiques de l’époque, Jérôme Lejeune a toujours reconnu et salué le rôle de Mme Gautier dans la découverte de la trisomie 21 qui est celui de l’apport d’une technique américaine de culture de tissus cellulaires. En oubliant cet hommage, qui ne s’est jamais démenti, Mme Gautier fait preuve de manque de mémoire ou d’ingratitude. Mais l’apport de la technique de culture cellulaire ne constitue pas l’essence de la découverte. Le découvreur est celui qui est parti d’une hypothèse, l’a vérifiée, y a cru et a porté le projet.

Des contre-vérités

Contrairement à ce que soutient aussi Mme Gautier, Jérôme Lejeune ne s’est jamais attribué la découverte lui-même. C’est le Professeur Raymond Turpin, chef du service dans lequel travaillait Gautier et Lejeune, qui a reconnu Jérôme Lejeune comme le découvreur de la trisomie 21 et lui a demandé de signer en tête l’article princeps. En effet, comme le montre son carnet d’analyse de laboratoire, à la date du 22 mai 1958, Jérôme Lejeune a été le premier à décompter les 47 chromosomes et établir scientifiquement, pour la 1re fois, un lien entre une anomalie chromosomique et un retard mental. Mme Gautier qui n’était pas généticienne, ne s’intéressait pas au mongolisme et n’avait rien publié sur le sujet, ne pouvait pas établir ce rapprochement. Au contraire, Lejeune, en charge de la consultation

Lire la suite de l'article