Archives par étiquette : Lettre

Lettre à mes filles sur la boîte noire de l’économie 5/5

BN ouverte

(Suite de Partie 1/5, Marché, concurrence et morale, ici en lien, de la Partie 2/5, Hors de la com, l’économie réelle aurait du potentiel, ici en lien, de la Partie 3/5, L’eugénisme marchand concentrent les folies humaines, ici en lien et de la Partie 4/5, L’amnésie du réel et le «compromat» méthodologique, ici en lien

Partie 5/5 : Les drames des territoires, drames humains et folies de la prédation

L’économie dans le réel, n’est pas binaire, il ne sert à rien de critiquer en soi la recherche d’activités profitables, voire la maximisation de bénéfice, comme certains autres esprits provocateurs et captés aussi par l’idéologie le proposent. L’activité entrepreneuriale vraie n’est en aucun sens une condamnation des gens, des espaces et des pays. C’est seulement quand la mesure se perd dans l’incitation frauduleuse, qu’elle est capable de perdre tout lien avec le réel, en faisant table rase de ses expériences. Ces opérations de destruction cependant existent ; des mots ont été inventés à cet effet, des mots trop longtemps à la mode, mais des mots qui ratatinent : comme «recentrer sur le coeur de métier». Traduisons : recentrage pour rassembler ce qu’il reste comme profit dans un environnement de pénurie entretenue. Le résultat on le connaît aussi : virer les acteurs, dépecer l’entité pour concentrer les gains… En somme il s’agit bien de se nourrir sur la bête pour revenir à un vocabulaire zoologique.

Délocaliser, envoyer les métiers au loin, embaucher ailleurs pour baisser les couts,

Lire la suite de l'article

Elections : Lettre à mes filles sur la boite noire de l’économie 4/5

BN 4:5(Suite de Partie 1/5 : Marché, concurrence et morale, ici en lien), de la Partie 2/5 : Hors de la com, l’économie réelle aurait du potentiel, ici en lien, et de Partie 3/5 L’eugénisme marchand concentrent les folies humaines, ici en lien)

Partie 4/5 L’amnésie du réel et le «compromat» méthodologique

L’amnésie économique face au réel est profondément ancrée dans des fondements institutionnels dogmatiques, des habitudes et des positions acquises : une bonne quarantaine d’économistes médiatisés assurent chaque cinq ans, l’impossibilité de faire autrement l’économie. Les media les présentent comme des forces de loi, alors que ces spécialistes n’ont ni argument, ni penchant pour s’intéresser à l’activité économique réelle d’un pays.

Et même, par esprit de contradiction malvenu, s'ils voulaient s’intéresser au réel, ce ne serait pour eux, pas "porteur" professionnellement… L’activité économique réelle appartient à un étage de l’économie qui n’intéresse que quelques personnes… un espace de «has beens». C’est du moins ce que les media et leur sphère tentent de nous faire croire. 

A un moment de l’histoire économique, ces activités réelles de l’économie pouvaient être identifiées, à ce qu’on a appelé la «meso-économie», sorte d’entre-deux entre la micro-économie et la macro-économie. Ces dernières, considérées comme les plus nobles de la discipline ont eu la docilité, assez paradoxale, de se laisser rassembler pour former un corpus complet. Dans cette construction théorique de la convergence, -nommée approche standard de l’économie-, automatiquement «l’économie du milieu» a été oubliée, comme écrasée dans l’insignifiance…

Le réel

Lire la suite de l'article

Elections : Lettre à mes filles sur la boite noire de l’économie 3/5

BN 3:5(Suite de Partie 1/5 : Marché, concurrence et morale, ici en lien et de la Partie 2/5 : Hors de la com, l’économie réelle aurait du potentiel ici le lien)

Partie 3/5 : L’eugénisme marchand concentrent les folies humaines

C’est à partir de l’avènement du dogme de la fin de l’histoire que l’économie et les économistes ont été réduits à l’impuissance, et à l’erreur… La discipline s’est figée dans une idéologie inertielle, un système clos, développé à partir d’un modèle dit «d’équilibre général»… Un modèle qui pense avant tout l’inertie. En même temps, la discipline s’est pliée à une religion de l’argent roi omnipotente. Rien de nouveau finalement, l’éternel veau d’or qui revient quand les esprits faiblissent et que Satan s’y glisse.

Avec la symbolique de la fin, l’équilibre en point final devait rendre compte de la victoire d’un modèle économique sur un autre et cela universellement et jusqu’à la fin des temps. Ce fut une prétention hors de la science et du réel avec ses incertitudes. Elle a laissé hors de son champ d’analyse les effets dynamiques des mécanismes économiques. Il suffisait de rêver et de se laisser porter… et ce fut ainsi car l’âme est faible!

Il en résulta un beau «pot de glu» pour la profession des économistes, un immobilisme paisible pour ceux qui aiment reposer ainsi. L’économie est devenu «hors-sol», assignée à n’être qu’un dogme fixe, servi à toutes les sauces, de façon identique, dans chaque région et pays du monde avec détermination et

Lire la suite de l'article

Elections : Lettre à mes filles sur la boîte noire de l’économie 2/5

BN 2:5
(Suite de la partie 1/5 : Marché, concurrence et morale, ici en lien)

Partie 2/5 : Hors de la com, l’économie réelle aurait du potentiel

Il fut pourtant un temps où l’économie marchande et des stratégies d’aménagement (planification?) cohabitaient pour construire et reconstruire des pays… Notre pays en particulier. Des mots peuvent devenir progressivement ou brutalement de gros mots, comme nous l'avons vu avec «populisme», gros mot du présent ; «planification» en son temps a été aussi déconstruit de son sens. Il faut pourtant des plans et des projets globaux pour faire de l’aménagement du territoire. Se satisfaire de projets émiettés, privés de cohérence et de structure, faute d’infrastructures réfléchies, c’est accroître le coût des activités de tous les acteurs économiques, et en premier lieu, mettre en péril leur sécurité. Ce constat peut être fait dans bien des domaines et sur bien des territoires…  On apprend actuellement à se souvenir combien la sécurité est précieuse mais aussi bien fragile! L’économie d’un pays n’a jamais été un «bidon ville» de projets plus ou moins aboutis…  Elle ne trouve son sens que dans un panorama cohérent de réseaux d’échanges entre acteurs qui se respectent au sein d’infrastructures pensées. Cette cohérence ne résulte pas de la main invisible du marché (au-delà du symbole) qui l’instaurerait avec une baguette magique, elle se construit.

Notre cohérence des espaces de vie en France, est le fruit de tâtonnement millénaire, de chocs, de destructions et de reconstructions, d’apprentissages. Et parfois pour

Lire la suite de l'article

Elections : Lettre à mes filles sur la boîte noire de l’économie 1/5

Boite noire

Que les questions de sociétés sont très liées voire très imbriquées avec les questions économiques, telle est bien le message que je souhaite faire passer à mes filles alors qu’elles s’apprêtent à voter aux élections présidentielle pour la première fois.

Voici en 5 moments les réflexions économiques qui éclairent et démystifient la boite noire de l'économique.

Partie 1/5 : Marché, concurrence et morale

La rhétorique du marché a toujours une grande popularité auprès d’une bonne partie des candidats à la présidence, certainement un héritage des enseignements d’économie au sein de la prestigieuse Ecole Nationale d’Administration (ENA). Fruit des enseignements économiques depuis plus de 30 ans, cette rhétorique mérite ainsi une attention toute particulière dans le contexte présent. Il y est décrit des marchés tout-puissants qui assurent la liberté des transactions en gage d’efficacité…

La dureté de la crise économique réelle provoquée par des désastres financiers n’a en rien altéré ce récit. Il fut décidé que la politique économique et la finance devaient être exonérées et que ce sont les êtres humains, en tant qu’acteurs économiques, qui doivent s’adapter et souffrir… Paradoxalement cette décision fut prise au nom de la modernité, du progrès et de la concurrence nécessaire au sein du monde globalisé. Ce faisant, à ce principe de globalisation a été attribué la légitimité de trier les gagnants des perdants, sans compromis. Les droits de l’homme sont ainsi posés en termes bien particuliers aussi dans la sphère économique : encore un paradoxe.

Les marchés financiers dans l’ensemble des pays,

Lire la suite de l'article

L’hypocrite lettre du CFCM aux candidats

L’AGRIF a lu et analysé la lettre adressée aux candidats à l’élection présidentielle par le « Conseil français du culte musulman (CFCM) et les représentants du culte musulman en France ». Bernard Antony décrypte :

"La première des choses à observer, c’est que dans ce texte pourtant assez long ne se trouve qu’une fois le mot « islam ». Et on y cherchera en vain le mot « oumma ». La réalité de l’islam est ainsi ramenée à celle d’un « culte », mot qui ne figure pourtant ni dans le Coran ni dans les hadîths ! Comme si la réalité de l’islam partout dans le monde, et notamment, à l’exception du Liban, dans les 57 pays adhérents de l’OCI (Organisation de la Coopération Islamique, siège à la Mecque), n’était pas « à la fois religion et État, foi et loi, doctrine et mode de vie, principes de gouvernement et prescriptions de guerre ». Il n’est donc pas surprenant que le mot « charia » ne figure pas non plus dans cette lettre qui se veut comme l’expression d’une totale allégeance à la République et à ses valeurs, à la liberté, à l’égalité, à la fraternité, à la laïcité, à la liberté de conscience, à la citoyenneté, au « dialogue interreligieux et interconvictionnel » (sic !). Bref, on croirait lire un texte du Conseil de la Conférence des évêques de France !

Le plus suave réside sans doute dans le passage sur « l’égalité entre l’homme et la femme ». il y est écrit que « les musulmans de France reconnaissent pleinement l’égalité entre l’homme et la femme. Ils considèrent

Lire la suite de l'article

Lettre du désert : Quand même les chameaux meurent de soif

Lettre du père Christopher, de la mission de Gode en Ethiopie :

Chers Amis de la Mission,

1Depuis 18 mois, pas une goutte de pluie n’est tombée à Gode et dans la région somalienne de l'Ethiopie. Ici tout meurt.

C’est dramatique de voir des gens arriver à l'hôpital de Gode, par tout les moyens de transport possible, y compris des charrettes conduites par des ânes, portant malades et mourants. Les gens arrivent avec leur dernier souffle et parfois ils meurent dans les minutes qui suivent leur arrivée, dans les mains de médecins impuissants en raison de l'ampleur de la tragédie.

Il est si triste et déchirant de voir les champs dévastés par la sécheresse. Ici, rien ne pousse, ni maïs, ni soja, ni céréales, ici tout est balayé par des rafales de vent dans des nuages géants de poussière qui salissent et revêtent tout d’une couche de gris.

Chaque matin, quand je quitte la maison, avant l'aube, pour célébrer la Sainte Eucharistie, je vois les bêtes mortes sur le bord de la route… vaches, chèvres, moutons… La puanteur est affreuse et le spectacle si terriblement triste. En ce moment, tout ce que Gode respire, c'est la mort et la désolation.

Depuis quelques mois, nous avons un jeune médecin anglais qui travaille avec nous. Il passe les matins et les après-midi à l'hôpital public. Grâce à lui, nous recevons des informations de première main sur l'ampleur du drame que vivent ces gens. Le jeudi 2 mars dernier, il nous a averti qu'un nombre inhabituel

Lire la suite de l'article

Lettre ouverte à François Fillon

Monsieur le Premier ministre,

Pourquoi le cacher ? Vous n’étiez pas mon premier choix dans la primaire. Comme un certain nombre de catholiques de conviction, j’avais été davantage séduit par le programme cohérent de combat civilisationnel défendu par Jean-Frédéric Poisson. Mais, au deuxième tour, je vous ai bien volontiers rallié, pour battre Alain Juppé, qui me semblait le candidat du chiraquisme archaïque, c’est-à-dire, pour faire simple, du socialisme, du multiculturalisme et du mondialisme.

L’après-primaires ne m’a guère rassuré : à peine élu, vous n’avez rien eu de plus pressé que de glisser sous le tapis les encombrants soutiens de Sens commun ou du PCD et, plus grave, de gommer tout ce qui, dans votre programme, pouvait apparaître trop civilisationnel.

Etant chef d’entreprise, je suis autant que quiconque – et plus, sans doute, que la plupart des parlementaires LR que j’ai pu fréquenter – attaché aux libertés économiques. Votre programme de réduction des dépenses publiques et de libération de l’économie était donc de nature à me réjouir. Mais à la condition expresse que vous « marchiez sur vos deux jambes » et que vous ne laissiez pas penser, comme le fait trop souvent le Medef, que les « externalités négatives » sont pour le « populo » et les bénéfices pour les nantis. Car l’immigration, bien sûr, et quoi qu’en disent les médias mainstream, induit des externalités négatives : elle coûte à bien des points de vue – de la sécurité à l’éducation en passant par le logement et, surtout, par le « coût culturel », si difficile à chiffrer, mais

Lire la suite de l'article

Parrainage : Lettre ouverte à Jean-Jacques Barbau

Suite à la sanction du maire LR Pierre Bacqué, qui aurait franchi le rubicon en apportant son parrainage à Marine Le Pen, nous adressons une lettre ouverte à Jean-Jacques Barbau, président du Conseil départemental de Seine-et-Marne :

Lire la suite de l'article

Lettre ouverte de La Manif Pour Tous à Emmanuel Macron

Dans une lettre ouverte au candidat à l’élection présidentielle, Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, propose une rencontre à Emmanuel Macron pour lever les ambigüités. Puisque le dialogue est au cœur de la méthode de gouvernement souhaitée par l’ancien ministre de l’Economie, ce rendez-vous sera l’occasion de mieux se connaître et de mettre un terme à une polémique stérile :

"Monsieur le Ministre, 

En tant que Secrétaire général de l’Elysée, vous avez suivi au plus près les débats autour du projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux personnes de même sexe. Dans une interview accordée à L’Obs et publiée jeudi dernier, vous soulignez, à juste titre, que les opposants à ce « changement de civilisation », pour reprendre les mots de Christiane Taubira, ont été méprisés. « Il ne faut jamais humilier, il faut parler, il faut partager des désaccords » avez vous déclaré. Ce mépris a été effectivement ressenti fortement par un nombre immense de Français, mobilisés dans le calme, l’enthousiasme et la détermination tout au long de ce quinquennat pour défendre le mariage, la richesse de la complémentarité des sexes et la filiation père-mère-enfant. 

Vos propos ont provoqué une vive réaction d’une poignée de militants radicaux, témoignant une nouvelle fois de leurs difficultés à débattre et à faire vivre la démocratie. Ils vous ont accusé de mille maux, sans chercher à comprendre la nécessité de débattre de l’avenir de notre société, en refusant de s’interroger sur les droits et besoins de l’enfant. Vous avez voulu

Lire la suite de l'article

Lettre du pape aux jeunes pour préparer le synode sur «les jeunes, la foi et le discernement vocationnel»

Lettre du Pape aux jeunes, en vue du Synode des Evêques de 2018 : 

Chers jeunes,

Vj’ai la joie de vous annoncer qu’en octobre 2018 se célébrera le Synode des Évêques sur le thème  « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel  ». Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon cœur. Aujourd’hui même est présenté le Document Préparatoire, que je vous confie comme “boussole” tout au long de ce cheminement.

Me viennent à l’esprit les paroles que Dieu adressa à Abram :  « quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t'indiquerai  » (Gn 12, 1). Ces paroles s’adressent aujourd’hui aussi à vous: ce sont les paroles d’un Père qui vous invite à “sortir” pour vous lancer vers un futur non connu mais porteur de réalisations certaines, vers lequel Lui-même vous accompagne. Je vous invite à écouter la voix de Dieu qui résonne dans vos cœurs à travers le souffle de l’Esprit Saint.

Quand Dieu dit à Abram  « quitte!  » que voulait-il lui dire? Certainement pas de s’éloigner des siens ou du monde. Ce fut une forte invitation, une provocation, afin qu’il laisse tout et aille vers une nouvelle terre. Quelle est pour nous aujourd’hui cette nouvelle terre, si ce n’est une société plus juste et fraternelle que vous désirez profondément et que vous voulez construire jusqu’aux périphéries du monde?

Mais aujourd’hui, malheureusement,  « quitte!  » revêt aussi un

Lire la suite de l'article

Lettre Apostolique Misericordia et misera

La lettre du pape François est en ligne, en français. Extraits :

89259148_o"[…] Le sacrement de la Réconciliation doit retrouver sa place centrale dans la vie chrétienne. C’est pourquoi il exige des prêtres qu’ils mettent leur vie au service du « ministère de la réconciliation » (2 Co 5,18) de sorte qu’aucun pénitent sincère ne soit empêché d’accéder à l’amour du Père qui attend son retour, et que la possibilité de faire l’expérience de la force libératrice du pardon soit offerte à tous.

La célébration de l’initiative des 24 heures pour le Seigneur, en lien avec le IVème dimanche de Carême, peut être une occasion à saisir. Elle a déjà reçu un accueil favorable dans les diocèses et demeure un appel pastoral fort pour vivre intensément le sacrement de la Confession.

12. En fonction de cette exigence, et pour qu’aucun obstacle ne s’interpose entre la demande de réconciliation et le pardon de Dieu, je concède à tous les prêtres, à partir de maintenant, en vertu de leur ministère, la faculté d’absoudre le péché d’avortement. Ce que j’avais concédé pendant le temps limité du Jubilé est étendu désormais dans le temps, nonobstant toutes choses contraires. Je voudrais redire de toutes mes forces que l’avortement est un péché grave, parce qu’il met fin à une vie innocente. Cependant, je peux et je dois affirmer avec la même force qu’il n’existe aucun péché que ne puisse rejoindre et détruire la miséricorde de Dieu quand elle trouve un cœur contrit qui demande

Lire la suite de l'article