Archives par étiquette : inciter

Macron veut inciter les hôpitaux à faciliter l’avortement

Emmanuel Macron déclare dans Elle :

"Je m’inquiète que, ces dernières semaines, certains aient à nouveau attaqué ce droit. Il ne faut pas banaliser l’IVG – y recourir n’est jamais anodin –, mais, pour que ce soit un droit réel, il faut en faciliter l’accès tout en assurant l’encadrement psychologique et le suivi. La solution n’est pas de contraindre les hôpitaux, déjà dans une grande difficulté organisationnelle ou financière. Plutôt que d’imposer une contrainte supplémentaire, je suis pour une politique d’incitation. Cela fait partie de la réforme de l’hôpital que je veux porter et qui vise à sortir de la logique de tarification à l’activité pour redonner à l’hôpital les moyens d’être un acteur de santé publique. Cependant, l’IVG ne se réduit pas un acte médical, il suppose un accompagnement dans la durée. C’est pourquoi l’accent, et les moyens, doivent être mis sur le planning familial

Lire la suite de l'article

Ce que peut un quarteron d’idéologues (Tera Nova – LGBT) devrait nous inciter à donner la priorité à la formation d’acteurs ardents pour revitaliser les corps intermédiaires de l’intérieur

OJean Ousset  dans son livre l'Action, explique combien d’entreprises, combien de mouvements, après un magnifique essor quantitatif, échouèrent, par manque de cadres. Parce qu’ils ne disposèrent pas d’un nombre suffisant de ces « acteurs » indispensables, pour assurer sécurité et avenir. Et combien de « systèmes », par contre, détestés par la majorité d’une nation parviennent à se maintenir, ou à refaire surface promptement, parce que ledit système, lui, a ses « acteurs ardents »… Pendant qu’il n’est, de notre côté, qu’une foule de braves gens. Pleins de bonnes intentions, mais d’intentions vagues. Troupe souvent plus nombreuse, mais peu disposée à se dévouer à la chose publique. Toujours pressée de revenir à ses pantoufles…

Sans [une équipe de « leaders »] formée et agissante… (Sans les « acteurs ardents »…) les meilleures institutions risquent d’être balayées, comme château de sable, par le flux de [l’esprit mondain]

Ce n’est pas, en effet, un mince étonnement de voir à quel point des hommes d’expérience, chefs d’entreprises, techniciens avertis, peuvent être « manœuvrés » par un quarteron d’idéologues. Exemples innombrables d’organismes syndicaux, agricoles, professionnels, familiaux, scolaires, culturels… pratiquement orientés par des éléments branchés sur tout autre chose que l’expérience, la compétence, les responsabilités, la science que ces éléments disent représenter.

Pour peu qu’on s’en donne la peine, on a tôt fait de découvrir le rôle des foyers de pensée cryptogames très différents des institutions fondamentales : familles, syndicats, professions, corps intermédiaires… Foyers qui jouent les relais, les stations services, les centres de pressions idéologiques. Colloques, tables rondes, « séminaires », cellules de

Lire la suite de l'article

Voilà une histoire pour nous inciter à lire la Bible

BUn chauffeur de bus américain a vu sa vie sauvée grâce à la Bible qu'il portait dans sa poche de chemise et qui l'a empêché d'être mortellement touché par les balles de ses agresseurs.

"Il y a certainement eu une sorte d'intervention (divine) car le chauffeur ne devrait plus être parmi nous à l'heure où je vous parle".

Rickey Wagoner, 49 ans, s'est fait accoster lundi matin par 3 adolescents après avoir arrêté son bus sur le bord de la route pour régler un problème. Le chauffeur a entendu l'un des suspects dire qu'il était temps de tuer un ours polaire pour faire partie du club. Rickey Wagoner a été touché par deux fois à la poitrine mais il a réussi à tenir bon et essayé de saisir l'arme des mains de ses agresseurs.

"J'avais un livre dans ma poche". "J'ai d'abord cru que (les balles) l'avaient traversé. J'ai juste eu l'impression d'avoir été heurté par une énorme masse à la poitrine".

L'un des adolescents lui a asséné un coup de couteau au bras tandis qu'il luttait pour attraper le revolver, l'arme est tombée par terre et un coup de feu est parti dans les airs, l'atteignant à la jambe. Mais le chauffeur a réussi à écarter les deux armes.

"J'ai poignardé l'un d'entre eux à la jambe avec mon stylo". "Il a crié et c'est alors qu'ils se sont tous enfuis".

Lire la suite de l'article