Archives par étiquette : handicapés

Chartres : Le Chapitre Saint Gilles, un nouveau chapitre familial pour les handicapés

Saint-gilles_sLe Pèlerinage de Chartres accueille cette année un nouveau chapitre, le Chapitre Saint Gilles, dédié aux personnes handicapées mentales. L’objectif est de proposer une structure aux jeunes handicapées adapté avec un itinéraire, une logistique, et une spiritualité légèrement différente.

Les jeunes souhaitant marcher au sein du chapitre St Gilles seront accompagnés d’un membre de leur famille, leur « Berger » qui pourront les accompagner tout au long de la marche vers Chartres.

Intégré aux Chapitres Familles de la région Centre, voici l’itinéraire du chapitre pour les trois jours de marche :

  • Rdv Samedi 10h30 à Igny, prairie d’Amblainvilliers
  • Samedi après-midi : marche de 10km sans pause
  • Nuit sous la tente
  • Dimanche matin : marche de 18km entrecoupée de 2 pauses de 10 min chacune
  • Messe et pause déjeuner : 2h
  • Dimanche après-midi : marche de 6km sans pause
  • Nuit sous la tente
  • Lundi matin : marche de 4km, 1 pause de 10 min
  • Pause déjeuner 40 min
  • Lundi après-midi : marche de 8km sans pause

Une voiture balai sera dédiée au chapitre, disponible uniquement pour les pèlerins de Saint Gilles, dans les cas où ils souhaiteraient s’arrêter.

Concernant la spiritualité, les méditations reliées au thème de cette année seront adaptées aux handicapés mentaux. 

Le chapitre est limité cette année à une dizaine de couples « berger-brebis » et il reste encore quelques places.

Renseignements.

Lire la suite de l'article

Une nouvelle maison pour les handicapés

Don-SJDVLe projet, formé il y a 3 ans, de créer un lieu de vie pour personnes majeures handicapées près de Châteauroux, et dont nous avons plusieurs fois parlé aux lecteurs du Salon Beige, vient de trouver sa concrétisation.

Nous sommes très heureux d’apporter cette nouvelle contribution à la belle cause de l’accueil de la personne handicapée, si chère au Professeur Lejeune. Nous pensons en effet que c’est justice, alors que la société ne veut plus les accueillir, de tourner nos regards vers les plus faibles.

Le 8 mars 2017, la Maison Sainte-Jeanne-de-Valois a donc ouvert les portes à ses premiers résidents. Ils sont aujourd’hui 5 à y vivre en compagnie de 3 accompagnants. 5 autres personnes les rejoindront d’ici le mois de septembre. Que de chemin parcouru, que d’obstacles surmontés, mais l’enjeu en valait la peine comme le montre les images du site.

C’est grâce à vous, donateurs et bienfaiteurs, que cette « aventure » a pu voir le jour et vivre.

Une fondation a été créée pour soutenir l’œuvre naissante ainsi que les autres projets qui sont déjà en cours en France. En effet, seule la générosité des donateurs permet le développement d’une œuvre de ce type, qui veut donner aux personnes handicapées au sein d’un lieu de vie, une vie et une atmosphère catholiques, et qui leur permettent de prier en commun et de vivre selon la foi de leur enfance.

Hugues Revel 06 24 27 19 16, Isabelle Thisse 06 07 18 02 85

Lire la suite de l'article

Eugénisme : l’assurance maladie décide de ne plus rembourser des soins destinés aux enfants handicapés

Comment l'Etat incite à l'extermination des handicapés : vous avez voulu les avoir, vous assumerez seuls les dépenses afférentes ! Extrait d'un article du JDD :

"C'est une "maman courage" à la colère domptée, aussi souriante que résolue. Anne*, Parisienne de 35 ans qui élève seule son garçon de 3 ans, vient de saisir le défenseur des droits pour attirer son attention sur les difficultés de remboursement des frais de suivi de son fils. "Je me demande si on n'est pas en train de faire un plan d'économies sur le dos des enfants handicapés", soupire-t-elle.

Depuis plus d'un an, son fils est pris en charge par un centre d'action médico-sociale précoce (CAMSP). Pour la jeune femme, ce sigle barbare, qui désigne des structures le plus souvent associatives créées à partir de 1976 pour aider les enfants de 0 à 6 ans handicapés ou à risque de handicap, sonne comme un mot magique. "Mon fils, qui souffre notamment d'hypotonie musculaire, se traînait péniblement, allongé sur le sol de la crèche, sans même savoir se tenir assis. Aujourd'hui, grâce à un kiné formidable, il marche malgré un léger déséquilibre. C'est un miracle.

Pour préparer l'entrée du petit garçon à la maternelle en septembre, le médecin du CAMSP a prescrit 50 séances d'orthophonie. À cause de son manque de tonus musculaire, l'enfant bave sans arrêt et baragouine un français que seules ses oreilles de mère arrivent à décrypter. Or depuis quelques semaines, un nouveau petit miracle se produit : "Mon fils sent sa salive couler et

Lire la suite de l'article

L’avenir pour les jeunes handicapés malgaches est d’avoir un métier

Le Foyer de Tanjomoha accueille les personnes les plus démunies sans distinction de races, de sexes, de convictions religieuses ou idéologiques. Il est dirigé actuellement par un lazariste, le Père Emeric Amyot d'Invite, accompagné d'une équipe de deux Lazaristes, de quatre soeurs Filles de la Charité, assisté de deux coopérants Fidesco.

Le foyer des handicapés de Tanjomoha a pour objectifs :

  • Éduquer : trois centres à Tanjomoha même, plus des écoles à l'extérieur,
  • Soigner : trois centres à Tanjomoha,
  • Développer : de nombreux projets dans la région de Vohipeno.

Les handicapés ne peuvent pas travailler dans les rizières comme les autres jeunes de leur âge et trouver un métier rémunérateur implique donc de les former plus spécifiquement et selon leurs possibilités. C'est ainsi qu'a été créée une petite école technique où sont enseignées la menuiserie, la couture et la broderie. Ceux qui ont les capacités sont bien sûr accompagnés dans les études secondaires. En parallèle, Tanjomoha s'efforce d'améliorer leur motricité : séance de rééducation quotidienne obligatoire et opérations chirurgicales.

Quelles sont les priorités pour ces jeunes handicapés ?

Les jeunes du Foyer des handicapés doivent quitter Tanjomoha avec un métier. Certains d'entre eux ont besoin, avant d'intégrer un cursus de formation professionnelle, de suivre des cours d'alphabétisation. Ensuite, selon leurs capacités, tous suivent l'un des trois parcours suivants : l'Ecole Ménagère, l'Atelier Menuiserie ou les études secondaires et supérieures.

Tout commence par l'alphabétisation :

Les jeunes qui ne sont pas allés à l'école commencent par apprendre à lire et compter pendant un ou deux ans. Ils pourront ensuite

Lire la suite de l'article

La Pologne adopte une loi pour aider les futurs enfants handicapés ou condamnés

Lu ici :

"Le parlement polonais a voté une loi pour aider financièrement les femmes dont les bébés naissent avec de graves problèmes de santé parfois avec risque de décès.

Les organisations féministes ont contesté cette loi qui stipule que les femmes enceinte dont les bébés auraient reçu un diagnostic de "handicap grave et  irréversible ou une maladie incurable avec risque de décès" recevraient une aide de 925 € si elles décidaient de donner naissance au bébé plutôt que d'avorter (…) 

Jaroslaw Kaczynski (PIS) a déclaré : " Nous lutterons pour s'assurer que, même dans le cas de grossesses très difficiles, quand un enfant est certain de décéder, fortement handicapé, une femme puisse donner naissance afin que l'enfant puisse baptisé, enterré et porter un nom".

Commentaires (1)

Si l'être humain n'est qu'un animal intelligent, Jaroslaw Kaczynski a tort de donner cet argent. S'il est doté d'une âme, un enfant de Dieu, son geste est compréhensible et même plus que nécessaire.

Mais en ces temps d'effondrement de civilisation, sera-t-il compris, alors que l'on vend par morceaux les bébés avortés et on se permet de voler sur les prisonniers leurs organes ?

Une civilisation nait toujours en phase avec une religion. Ce n'est plus le cas de l'occident aujourd'hui. A part celle satanique, qui préconise l'exact inverse des autres religions.

Rédigé par : Eloïse | 6 nov 2016 12:58:42
____________________________________

Lire la suite de l'article

«Je veux me débarrasser des handicapés de ce monde»

Terrible assassinat au Japon : un homme s’est introduit dans la nuit de lundi à mardi dans un centre de suivi de personnes handicapées, au sud de Tokyo. Armé d’un couteau, il a tué 19 personnes et fait une vingtaine de blessés dont la plupart sont dans un état grave.

L’auteur du massacre serait un ancien employé du centre, âgé de 26 ans et dont le nom serait Satoshi Uematsu. Arrêté, il a dit à la police : 

« Je veux me débarrasser des handicapés de ce monde. »

En France, l'Etat essaie d'éliminer les handicapés avant leur naissance et c'est parfaitement légal (et remboursé).

Lire la suite de l'article

Handicapés : le pape dénonce le mythe du corps

Le pape François a dénoncé dimanche la dépression, «pathologie de la tristesse» de la société contemporaine, et la marginalisation des handicapés. Il s'exprimait devant 20 000 malades et handicapés réunis place Saint-Pierre à l'occasion du Jubilé des malades.

«Ces temps-ci, on considère qu'une personne malade ou portant un handicap ne peut pas être heureuse, parce qu'elle est incapable de mener le style de vie imposé par la culture du divertissement».

«A cette époque où un certain soin du corps est devenu un mythe de masse et donc une affaire économique, ce qui est imparfait doit être masqué, parce que cela porte atteinte à la sérénité des privilégiés et met en crise le modèle dominant».

Le souverain pontife a critiqué l'idée qu'

«il vaut mieux maintenir ces personnes séparées dans une «enceinte» – peut-être dorée – ou dans les «réserves» du piétisme et de l'assistantialisme (…) Dans certains cas, on soutient même qu'il vaut mieux s'en débarrasser, parce qu'elles deviennent un poids économique insoutenable en un temps de crise».

Lire la suite de l'article

Cette proposition de loi nous fait entrer de plein pied dans l’élimination de certains handicapés

Alors que le Parlement vient d’adopter la proposition de loi créant de nouveaux droits pour les personnes malades en fin de vie, Maître Paillot, l’avocat des parents de Vincent Lambert pose, pour Gènéthique, un regard critique sur le texte :

"Ce texte […] ouvre la porte aux euthanasies par omission, dès lors qu’il admet la légitimité d’un arrêt d’alimentation et d’hydratation artificielles d’une personne handicapée et incapable de donner elle-même son consentement, arrêt dont les conditions d’accès ne sont pas parfaitement précises et sont insuffisamment entourées de garanties. Ainsi en est-il du fait qu’un médecin seul est susceptible de prendre une telle décision, quoi que puisse en penser sa famille ou la personne de confiance pour lesquelles la seule obligation est d’être auditionnées. Dans ce domaine, j’aurais apprécié qu’au minimum, un consensus familial et médical soit acté. Mais la procédure de la loi Leonetti n’a pas été modifiée, alors que le champ d’action de cette loi l’est, lui et qu’il s’adresse non plus seulement aux personnes malades ou en fin de vie, mais aussi aux personnes handicapées.

La deuxième critique que je formule – et que je formule depuis 2005 en réalité – est que le législateur ne prend toujours pas la peine de définir ce qu’est un soin, ce qu’est un traitement, et quelle différence on fait entre ces deux notions. Or ces deux notions coexistent dans le code de la santé publique depuis 2005. Pourquoi l’alimentation artificielle est-elle considérée comme étant un traitement ? Ne faudrait-il pas

Lire la suite de l'article

Après le matraquage des familles, celui des handicapés

L’Association des Paralysés de France (APF) alerte sur l’impact des mesures du projet de loi de finances (PLF) pour 2016 sur les bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH) et de ses compléments :

"Les nouveaux modes de calcul de l’AAH et de l’APL proposés par le PLF 2016 vont avoir un effet désastreux sur le niveau de vie de plusieurs centaines de milliers de personnes en situation de handicap. Le PLF 2016 en prévoyant de prendre en compte dans le calcul de l’AAH les menus intérêts des livrets non soumis à l’imposition sur le revenu va faire perdre des sommes considérables à plus de 200 000 personnes, parmi les plus vulnérables, en les excluant de leurs droits connexes (complément de ressources et majoration pour la vie autonome). Et cela ne suffisant pas, le PLF prévoit également d’intégrer le patrimoine et le montant exorbitant de certains loyers dans les critères d’éligibilité de l’aide personnalisée au logement (APL) sans s’interroger sur l’impact de cette mesure sur les personnes en situation de handicap. Ces deux décisions vont venir aggraver considérablement les conditions de vie déjà précaires d’un grand nombre de citoyens qui vivent déjà sous le seuil de pauvreté. Pour une poignée d’euros, le gouvernement est prêt à sacrifier les personnes en situation de handicap. C’est pourquoi l’APF, révoltée par ces nouvelles mesures d’économie prises sur le dos des citoyens les plus pauvres, dit « Stop à l’indécence ! » et lance une pétition en ligne sur www.change.org/HandicapStopIndecence pour appeler

Lire la suite de l'article

L’oeuvre Sainte Jeanne de Valois pour handicapés

VC’est au début de l’année 2014 que le projet de création d’une maison pour handicapés légers est né et qu’une équipe s’est mobilisée pour en définir les contours. Que de chemin parcouru depuis 21 mois !

L’association Le Parasol Blanc, vient de recevoir du Conseil Départemental de l’Indre l’autorisation administrative d’ouverture d’un lieu de vie et d’accueil (LVA) de 10 places sur le site de la Martinerie, à Montierchaume, près de Châteauroux. Elle avait reçu quelques jours auparavant le permis de construire lui permettant l’aménagement nécessaire des locaux.

Cette maison appelée Sainte Jeanne de Valois comprendra 2 unités de vie destinées à accueillir des handicapés des deux sexes dans d’excellentes conditions de vie tant au plan architectural qu’organisationnel sans oublier la vie spirituelle assurée par les aumôniers de la Fraternité Saint Pie X.

Les travaux qui vont démarrer en décembre de cette année se poursuivront jusqu’en avril 2016. L’ouverture de la maison aura normalement lieu début juin. L’association a pu, grâce à la générosité de donateurs et amis de l’œuvre, réunir une somme de 107000€ sur les 230000€ nécessaires.  Plus que jamais, elle fait appel aux âmes généreuses pour boucler le premier budget d’investissement de l’œuvre.

L’association organise sur le site de la Martinerie le 17 octobre une journée portes ouvertes qui permettra aux familles intéressées de découvrir le projet de vie mais destinée également aux candidats à un emploi au sein du lieu de vie, ainsi qu’aux bienfaiteurs qui seront accueillis avec grand plaisir.

Le patronage de Sainte Jeanne de

Lire la suite de l'article

En plein scandale Vincent Lambert, empêchons l’euthanasie des handicapés

Campagne de la Fondation Lejeune :

"Le drame qui s’est noué autour de Vincent Lambert a révélé une faille majeure dans la législation actuelle : aujourd’hui en France des personnes qui ont une conscience altérée peuvent être à tort considérées comme des personnes en fin de vie. Avec le retour du débat sur la proposition de loi relative à la fin de vie, une opportunité se présente de demander aux responsables politiques de protéger la vie de tous les Vincent Lambert.

La proposition de loi sur la fin de vie des députés Jean Leonetti (LR) et Alain Claeys (PS) revient en 2ème lecture à l’Assemblée nationale : le 30 septembre en commission et le 5 octobre en séance. L’examen de ce texte offre l’occasion de modifier la législation actuelle qui a contribué au scandale de l’affaire Vincent Lambert.

C’est pourquoi la Fondation Jérôme Lejeune lance aujourd’hui, et jusqu’à la date limite de dépôt des amendements (30 septembre), une mobilisation virale « En plein scandale Vincent Lambert, empêchons l’euthanasie des handicapés ». Elle appelle les citoyens à interpeller leur député via une page mobilisation dédiée pour introduire dans la proposition de loi des amendements de nature à :

  • Préciser qu’une personne handicapée, parmi lesquelles les personnes cérébrolésées, ne peut pas faire l’objet d’un arrêt de traitements par le seul fait qu’elle est handicapée.
  • Modifier la procédure collégiale, actuellement appliquée dans le cas d’un arrêt de traitement d’une personne inconsciente, en disant que la décision d’arrêt de traitement ne relève

Lire la suite de l'article