Archives par étiquette : Emmanuel

Henri Guaino : « Jamais personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron »

Henri Guaino (LR) ce matin sur LCI :

2048x1536-fit_propos-henri-guaino-contre-gpa-gout-twitter"Jamais personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron. Je suis en désaccord avec tout, je me bats depuis des années en politique contre ce qu'il incarne, contre ce qu'il représente, contre ce qu'il fait (…)

Qui plus est, Emmanuel Macron est le candidat, ce n'est pas un hasard, de monsieur Hollande, il est le candidat de toute la classe politique qui a échoué (…) Il y a à peine quelques jours,  mes amis tapaient sur monsieur Macron à bras raccourcis, et, trois à quatre jours après, qu'ils disent 'il faut absolument voter pour M. Macron' ? (…)

Va-t-on encore passer toute l'élection du second tour dans la lutte contre le fascisme ? Vous avez vu des fascistes quelque part dans cette histoire ? Si on arrêtait de caricaturer ? Si on arrêtait d'éluder encore une fois tous les débats en dressant le monstre répulsif du fascisme sous les yeux des électeurs ? Si ça avait été Mélenchon, ça aurait été le bolchevisme ?"

Lire la suite de l'article

Philippe Fontana : « Au deuxième tour, pas une voix ne doit se porter sur Emmanuel Macron ! »

Extrait de la tribune de l'avocat Philippe Fontana intitulée 'Pas une voix pour Emmanuel Macron' :

"(…) Jusqu’au bout, François Fillon a hésité entre adhérer au système et « renverser la table », selon sa promesse. La gestion tout en demi-mesure des iniques procédures lancées pour l’éliminer : dénonciation d’un assassinat politique tout en se rendant au cabinet du bourreau, en fut la meilleure illustration.

Pareil en matière de justice. A-t-on entendu François Fillon critiquer avec la plus grande vigueur le laxisme de la loi Taubira du 15 août 2014, permettant au juge de l’application des peines de laisser en liberté l’assassin du fonctionnaire de police sur les Champs-Elysées ? Cette dénonciation doublée d’une explication sur la permissivité de la justice, tout en exposant sa réforme immédiate l’aurait probablement qualifié pour le deuxième tour. A la place il a préféré « suspendre » sa campagne. Ainsi, un français de papier, obnubilé par la haine des fonctionnaires de police a réussi à conduire le champion de la droite à suspendre sa campagne. Quelle absurdité (…)

Il en va en amour comme en politique. A force d’hésiter, on perd tout. François Fillon a survécu grâce au rassemblement du Trocadéro, tout en prenant ses distances avec Sens commun, son organisateur, mais en songeant à les associer à son futur gouvernement… Quelle cohérence !

Même les gens de gauche ne comprenaient pas sa schizophrénie quant à l’avortement. Au Parlement, vote du « droit à l’avortement », mais en privé adhésion à la doctrine catholique le qualifiant de crime. Vae Victis.

Lire la suite de l'article

Un 2e tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron

Emmanuel Macron (23%) et Marine Le Pen (22%) sont donc qualifiés pour le second tour.

François Fillon et Jean-Luc Mélenchon arrivent ensuite à 19,5%.

Nicolas Dupont-Aignan, avec 5%, prive François Fillon du second tour. Il faut souligner que ce dernier, en donnant une circonscription en or à NKM et en donnant 96 circonscriptions à l'UDI, a frustré un certain nombre de ses électeurs. Sa défaite signe sans aucun doute la recomposition de la droite en France. Appellera-t-il à voter contre Emmanuel Macron ? Que feront les élus LR ? La balle est entre leurs mains…

Christine Boutin annonce :

Sans surprise, François Baroin et Jean-Pierre Raffarin appellent à voter Macron… Ainsi que Christian Estrosi. Ce n'est pas dans leur intérêt : ils vont le payer très cher aux élections législatives.

Réaction de Robert Ménard :

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron s’engage formellement à faire avancer les revendications des LGBT

Emmanuel Macron s'engage de manière franche et directe dans une lettre ouverte publiée sur son site de campagne :

Image4

Image6

Image8

On comprend mieux le tweet enflammé de Pierre Bergé

Commentaires (4)

Oh la belle signature de Macron!!
Nous avons le 666!!!

Rédigé par : katia lanneau | 20 avr 2017 07:12:10
____________________________________

Qui pouvait en douter avec toutes les "rumeurs" qui circulent sur sa personnalité? Et nul n'ignore qu'il n'est qu'une créature du système créée uniquement pour le sauver et le perpétuer pour notre plus grand malheur.

Rédigé par : Stephe | 20 avr 2017 07:43:48
____________________________________

J'aimerais qu'un graphologue se penche sur la signature de Monsieur Macron…..

Rédigé par : zazie | 20 avr 2017 10:34:08
____________________________________

Les revendications des LGBT avanceront en France s'il n'y a pas un frexit. C'est aussi simple que cela. Car c'est l'Union Européenne qui les propage. Comme 10 candidats sur 11 ne demandent pas ce frexit, on a toutes les chances de voir les petits français se faire endoctriner par les associations LGBT. Après tout, les musulmans le faisaient déjà avec des chrétiens pour les enrôler dans leur armée : les Janissaires.

Rédigé par : Eloïse | 20 avr 2017 12:04:37
____________________________________

Lire la suite de l'article

Pour Emmanuel Macron, la France avant 1986 était une « vallée de larmes »

Adopté le par le Comité des ministres du Conseil de l'Europe, le drapeau européen est devenu, à partir du 1er janvier 1986, le symbole de toutes les institutions européennes, dont les Communautés européennes, puis de la Communauté européenne, à laquelle a succédé l'Union européenne.

 

Déjà que Macron ne reconnait l'existence ni de la culture française ni de l'art français, il montre là son ignorance et son mépris de l'Histoire de France en qualifiant la France de "vallée de larmes". En outre, depuis 1986 (ou 1955), aucun soldat français n'a jamais perdu la vie pour l'Union européenne, aucun d'entre eux n'a été déclaré "Mort pour l'Union européenne". Seule la mention "Mort pour la France" existe ! Et allez demander à un soldat français de mourir pour l'Union européenne….
Emmanuel Macron aurait tout intérêt à s'intéresser à l'Histoire de France et lire le discours prononcé par Lamartine le 25 février 1848 où il refusait de voir le drapeau rouge devenir le symbole de la France :

"Citoyens, vous pouvez faire violence au gouvernement, vous pouvez lui commander de changer le drapeau de la nation et le nom de la France. Si vous êtes assez mal inspirés et assez obstinés dans votre erreur pour lui imposer une République de parti et un

Lire la suite de l'article

Le soutien de Pierre Bergé à Emmanuel Macron = légalisation de la GPA

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron a beau avoir un visage de jeune premier, il incarne surtout des idées bien rancies

Une-1636Extrait de l'éditorial de Philippe Maxence dans le dernier numéro de L'Homme Nouveau :

"[…] Le nom de son mouvement (En marche !) est lui aussi très révélateur de la philosophie qui l’anime. Au fond quelle est sa finalité, sinon le mouvement permanent. Vers quoi et pourquoi ? Peu importe, dès lors que l’on est en marche ! Nous en sommes ramenés au vieil Héraclite, avec ce danger toujours actuel que nous courons droit dans la confusion. Aristote, évoquant le philosophe d’Éphèse, parlait déjà d’Emmanuel Macron : « Il est évidemment impossible, pour le même esprit, de concevoir en même temps, que la même chose est, et n’est pas. » Aristote se trompait. Tous les discours fumeux du candidat Macron prouvent qu’il tente en permanence ce grand écart, pourtant métaphysiquement impossible. Preuve que le candidat d’« En Marche ! » a beau avoir un visage de jeune premier, il incarne surtout des idées bien rancies. Nul besoin, à vrai dire, de mettre en garde contre Emmanuel Macron. Les lecteurs de L’Homme Nouveau ont depuis longtemps compris le personnage et l’aspect artificiel de sa démarche. Alors, pourquoi en parler ? Tout simplement parce qu’il est le point culminant de notre décomposition et qu’il révèle exactement où nous en sommes. […]

Lire la suite de l'article

Une faction LR menée par Estrosi est en négociation avec Emmanuel Macron

Lu sur Sud Radio :

"Voici une scène qui s'est déroulée dans le bar le Brazza, dans le quinzième arrondissement de Paris rue Vaugirard, à 200 mètres du siège du parti Les Républicains. Christian Estrosi et Jean-Paul Delevoye, le président de la commission d'investiture du mouvement En Marche, se sont rencontrés. Et la discussion ne se faisait pas avec un accueil de façade comme c'était le cas à Marseille, afin de masquer le fait qu'une négociation était en cours. Les termes de la négociation sont les suivants, Christian Estrosi prépare un appel d'élues dès le soir du premier tour, si Macron est en situation, afin de voter en sa faveur. En échange Les Républicains et les candidats En Marche vont s'aider dans la région PACA pour les élections."

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron ou quand les mots n’ont plus de sens

De François Bert sur Emmanuel Macron :

"[…] Ce qui frappe le plus quand on écoute Emmanuel Macron, c'est sa capacité à occuper l'espace sur l'ensemble des sujets sans que le propos puisse d'aucune façon être traductible dans l'action. Cette déconnexion profonde de l'intelligence du faire semble lui ouvrir un pass illimité dans le registre de l'audace: qu'importe le message pourvu qu'il soit bien dit, bien récité, bien ressenti, sûr de lui. C'est l'espérance folle de l'élève fainéant qui croit que la musique suffira à lui faire réciter ses tables de multiplication. C'est –pardon pour lui– Otis (Édouard Baer) décrivant son métier de scribe dans une tirade erratique devenue célèbre dans "Astérix et Obélix mission Cléopâtre". C'est enfin, pour les poètes, l' "aboli bibelot d'inanité sonore" de Mallarmé s'essayant à la politique.

Poésie criminelle

La référence poétique n'est pas vaine: Mallarmé, précurseur des Surréalistes, fut le premier à affranchir la poésie d'une exigence de sens. Le but était de parvenir à de la musique pure, quitte à ce que les mots assemblés n'aient plus rien à voir entre eux. Cette poésie, toutefois, bien loin des rythmes gorgés du son lumineux de Verlaine, n'avait pour seule victime que les mots, les feuilles sanglantes de ratures, les yeux et les oreilles de son auditoire. En politique la conséquence n'est pas la même et le prix à payer est bien cher en drames humains. Les cinq années de la non-présidence Hollande laissent aujourd'hui des stigmates qui donnent à la litanie anaphorique

Lire la suite de l'article