Archives par étiquette : élus

Solère contraint par les élus à la démission de la présidence du groupe LR au conseil régional

A droite la recomposition se confirmerait :

Règlement de comptes chez les Républicains d'Île-de-France. Thierry Solère démissionne, sous la pression des membres du groupe LR qu'il présidait au Conseil régional. Ces derniers lui ont adressé une lettre dans laquelle ils lui reprochent son manque d'investissement. "Il apparaît que les responsabilités extérieures (présidence du comité d’organisation de la Primaire de la Droite et du Centre, porte-parolat de notre candidat aux Présidentielles) que tu as eues à exercer au cours de ton mandat de président ne t’ont pas permis de consacrer tout le temps nécessaire à l’exercice de ta fonction à la tête du groupe Les Républicains à la Région", ont-il adressé à Thierry Solère.

En coulisses, le motif n'est pas le même et Thierry Solère se voit reprocher un double jeu : il compte parmi les 24 personnalités Les Républicains qui ont rédigé de concert, lundi 15 mai, un communiqué de presse appelant la droite et le centre à "être à la hauteur de la situation de notre pays et de l'attente des Français" et à "répondre à la main tendue par le président de la République."

Mais ce n'est pas aussi simple. Alors que NKM a signé le même communiqué, LR a engagé une procédure contre Jean-Pierre Lecoq, candidat dissident face à NKM. Le maire LR du 6e arrondissement de la capitale expliquait :

"À l’allure où va la campagne des législatives, qui s’annonce aussi folle que celle de la présidentielle, rien ne dit que je ne vais pas, au final, finir par récupérer l’étiquette

Lire la suite de l'article

22 élus LR et UDI soutiennent désormais ouvertement Emmanuel Macron

C'est assez logique et prévisible avec la nomination d'Edouard Philippe (maire LR du Havre et juppéiste) comme premier ministre. La recomposition de la politique française a commencé…

C_4MgadWAAAuZbb

Et l retour d'un vrai courant de droite, c'est pour quand ?

Lire la suite de l'article

Etienne Chouard : « Les élus ne doivent rien aux électeurs »

Quel rapport entre ces deux tweets ?

 

Lire la suite de l'article

Deux élus LR rejoignent Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan doit annoncer les ralliements de deux élus venant du parti Les Républicains. Le premier est David-Xavier Weiss, maire-adjoint (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et secrétaire général délégué du Cnip (Conseil national des indépendants et paysans). Il s'était prononcé en faveur de la dénaturation du mariage et a le coeur qui penche à gauche

Le second, Christophe Beaupère, est conseiller national Les Républicains et secrétaire des comités Outre-Mer. Il avait été directeur de cabinet de Catherine Mégret à la mairie de Vitrolles entre 2001 et 2002. Il a été également «assistant accrédité» d’Aymeric Chauprade au Parlement européen.

Lire la suite de l'article

Législatives aux Pays-Bas : 3 élus pour le parti turc

À l'issue du scrutin législatif de jeudi, le parti du premier ministre (VVD) sortant rafle 33 sièges sur les 150, en baisse par rapport aux 41 sièges qu'il avait. Le parti anti-islam PVV gagne 20 sièges, soit 5 de plus qu'aujourd'hui. Le Parti pour la liberté de Geert Wilders devance le CDA (Appel chrétien-démocrate, qui passe de 13 à 19 sièges) et les progressistes de D66. Le taux de participation est estimé à 77,6 %, contre 74,6 % lors de la dernière élection en 2012. 

Geert Wilders avait été crédité depuis des mois d’un score largement supérieur : ces sondages faussés permettent à la presse de clamer aujourd'hui son échec, alors même qu'il est en progression. Geert Wilders a affirmé : 

« Si cela est possible, j’aimerais co-gouverner, mais si cela ne marche pas… nous soutiendrons le gouvernement où cela est nécessaire, sur les questions qui nous sont chères ».

1489634104675025

Concernant les autres partis, voici les résultats :

  • Le Parti du travail (PVDA, social-démocrate) n'a obtenu que 9 sièges sur les 38 de 2012; La formation était alliée au VVD, qui doit composer avec d'autres partis pour gouverner.
  • Les écologistes GroenLinks (GL) du jeune Jesse Klaver passent de 4 à 16 sièges !
  • L'extrême gauche, SP, perd un siège (14).
  • ChristenUnie, un parti social d’inspiration chrétienne réformée (6 sièges, + 1),
  • le Parti des animaux (5, + 3)
  • 50 Plus, le parti des retraités (4, + 2).

Deux partis font leur apparition :

  • le Forum pour la démocratie (conservateur eurosceptique), de l’intellectuel Thierry Baudet, avec 2 sièges
  • Denk-la-voix-des-neerlandais-issus-de-l-immigrationDenk, fondé par des dissidents d’origine turque

Lire la suite de l'article

Fillon vs Macron : divisions entre élus LR et UDI dans les régions

Pendant que LR s'échine à négocier des circonscriptions, voire un ministère, avec l'UDI, les majorité LR-UDI explosent dans les régions, comme le montre cet extrait d'un communiqué de Pascal Gannat, Président du groupe FN-RBM de la Région Pays de la Loire :

"François Bayrou vient d’annoncer son soutien à Emmanuel Macron. Un jeu d’alliance qui pourrait bouleverser la majorité régionale de Bruno Retailleau. Aujourd’hui à la Région, Les Républicains et l’UDI soutiennent François Fillon. Pourtant, certains élus UDI ont prouvé à plusieurs reprises qu’ils avaient plus de points communs avec le groupe d’opposition PS qu’avec Bruno Retailleau.

En outre, de nombreux élus UDI dans les Pays de la Loire, tel Jean Arthuis, soutiennent déjà Emmanuel Macron. Quant aux deux élus régionaux issus du MoDem, il y a fort à parier ils prêtent eux aussi allégeance à l’ex-salarié de la banque Rothschild. C’est le nivellement par la gauche et le délitement par le centre. L’exécutif régional devra faire voter les mesures de son projet à un groupe d’élus divisés entre un camp Fillon et un camp Macron. Idem pour les élections législatives, au cours desquelles des élus régionaux investis par LR affronteront dans leurs circonscriptions des élus investis par l’UDI.

Pour couronner le tout, il n’est pas exclu que certains élus régionaux LR, déjà divisés par la primaire, finissent par soutenir Emmanuel Macron, en cas de sondages favorables. Pour tenir sa majorité, Bruno Retailleau sera forcé de donner encore plus de gages aux élus centristes, signant ainsi son glissement

Lire la suite de l'article

La collusion républicaine : des élus présents à l’ouverture d’une nouvelle loge maçonnique

Au nom de quel principe républicain connu?

"L'ouverture d'une nouvelle loge maçonnique dénommée Gambetta a donné l'occasion, samedi à Cahors, aux francs-maçons du Grand Orient de France, de rendre un hommage au plus célèbre natif de la ville : Léon Gambetta. Le maire Jean-Marc Vayssouze et Maryse Maury, vice-présidente du conseil départemental du Lot, ont respectivement représenté la ville et le département lors de ce rendez-vous qui s'est tenu en présence d'une importante délégation du Grand Orient de France".

Lire la suite de l'article

Délit d’entrave : de nombreux électeurs de droite attendent autre chose de leurs élus

Le conseiller régional du Parti chrétien démocrate en Ile-de-France, Nicolas Tardy-Joubert, dénonce dans Valeurs Actuelles :

"Nous avons observé ces derniers jours des retournements assez inattendus sur le délit d’entrave numérique pour l’avortement. A l’Assemblée Nationale, le 1er décembre, seuls 16 députés « Les Républicains » et 3 « non-inscrits » se sont opposés courageusement à ce texte liberticide. 183 députés LR étaient absents lors du vote. Au Sénat le 7 décembre, avec une majorité de droite, et malgré une mobilisation beaucoup plus forte des parlementaires, le texte proposé par la gauche a été adopté (173 voix pour et 126 contre). La raison ?  Trop d'absents, d'abstentions, de trahisons, et une alliance défectueuse avec l’UDI.

Quelles leçons faut-il en tirer ? La droite humaniste et conservatrice fait-elle le lit de la gauche libérale et libertaire ? Chacun qualifie l’avortement de drame, et Simone Veil elle-même, disait qu’il fallait tout faire pour l’éviter. L’information gouvernementale est déséquilibrée et nie beaucoup d’évidences. Le « délit d’entrave numérique » ne vise qu’à museler les opposants au tout IVG. La France, pourtant, ne peut se satisfaire d’enregistrer sans sourciller un nombre deux fois plus élevé d’avortements, que ses voisins italiens et allemands.

Pourquoi alors nos politiques ne font-ils pas face comme ils le devraient? Il devient essentiel de mettre en place un grand plan de santé publique pour apporter l’éclairage nécessaire aux futurs parents (père et mère), et ne pas s’engouffrer dans le tout avortement. L’information sur la contraception doit aussi inclure le respect de la personne humaine ainsi qu’une réelle éducation affective

Lire la suite de l'article

Extension du délit d’entrave à l’IVG : Sens Commun 76 dénonce l’attitude des élus de l’UDI

Sens Commun de Seine-Maritime met notamment en cause l’attitude de Madame Morin-Desailly (photo), sénatrice UDI du département, laquelle n’a pas pris part au vote :

Unknown-4"Sens Commun Seine-Maritime, regrette le soutien tacite de la sénatrice Catherine MORIN-DESAILLY, à la proposition de loi liberticide du gouvernement, qui vise à restreindre la liberté d’expression.

Sens Commun Seine-Maritime, engagé au rassemblement de la droite et du centre derrière la candidature de François FILLON, s’inquiète du vote du Sénat ce mercredi 7 décembre allant dans le sens d’un élargissement de la loi condamnant le délit d’entrave sur l’IVG. Cette proposition de loi scandaleusement attentatoire à la liberté d’expression et à la liberté des femmes a été largement critiquée jusque dans les colonnes du Monde et de Charlie Hebdo.

Sens Commun refuse de fermer les yeux sur les conséquences éventuellement lourdes d’une IVG et rappelle son attachement à permettre aux femmes de poser un choix libre, notamment en rendant disponible une information non partisane mais aussi en leur permettant une démarche de réflexion, de recul et de discernement. Seuls 7 sénateurs du groupe UDI se sont opposés à ce texte (dont Hervé Maurey, sénateur de l’Eure), entraînant ainsi son adoption et ce malgré l’opposition du Président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau.

« La sénatrice de Seine-Maritime, Catherine Morin-Desailly n’a pas pris part au vote », s’étonne Philippe Guinet, responsable rouennais de Sens Commun, « alors que le rejet de ce texte portant atteinte à la liberté d’expression faisait visiblement partie de la nécessaire fermeté face à la gauche prônée par François FILLON lors de sa

Lire la suite de l'article

Deux élus LR refusent de voter un vœu sur le droit à l’avortement

Bravo à eux :

"Lors de la session du conseil départemental de la Haute-Garonne du mercredi 20 octobre, le vote d’un vœu sur le délit d’entrave sur internet autour du droit à l’avortement a accouché d’une situation très singulière.

À la demande de Serban Iclanzan, le binôme de Marion Lalanne de Laubadère, chef de file de l’opposition Les Républicains, le vote a été scindé en deux parties. Un premier scrutin portant sur le rappel de principe du droit à l’avortement et le second sur le délit d’entrave. C’est alors que deux élus de droite les Républicains se sont distingués en s’abstenant sur le droit à l’avortement. Jean-Baptiste De Scorraille, conseiller départemental du canton 10 et élu municipal de Toulouse, où il est délégué aux affaires militaires et André Ducap, conseiller départemental du canton 4 se sont abstenus (…) Les deux élus n'ont pas expliqué leur décision. Qui n’est pas non plus surprenante concernant Jean-Baptiste de Scorraille, très engagé dans le mouvement "La manif pour tous" et contre le mariage homosexuel, dont il a organisé des rassemblements à Toulouse."

Comme ils ne vont pas manquer de se faire harceler par les partisans de la culture de mort, il est possible de leur envoyer un mail de soutien : jean-baptiste.descorraille@elus.cd31 et andre.ducap@elus.cd31.fr

Lire la suite de l'article