Archives par étiquette : dirige

Le mari de la nouvelle ministre de la Santé dirige l’Inserm

C'était bien la peine de prendre 24h pour vérifier les éventuels conflits d'intérêt :

"La nomination du tout premier gouvernement Philippe devait avoir lieu mardi 16 mai. Ce fut finalement fait le lendemain. Le nouveau président de la République voulait donner plus de temps à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique afin de vérifier les déclarations fiscales des futurs ministres et anticiper tout conflit d’intérêt. Raté. Comme le souligne Le Monde, Agnès Buzyn, nouvelle ministre de la Santé [favorable à l'euthanasie], est mariée à Yves Lévy, directeur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Or, le ministère de la Santé exerce une cotutelle sur cet organisme public. […]"

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (ou Inserm) est un établissement public à caractère scientifique et technologique français spécialisé dans la recherche médicale, placé sous la double tutelle du Ministère de la recherche et du Ministère de la santé.

Lire la suite de l'article

L’Etat islamique dirige en grande partie la projection des migrants

D'Olivier Bault dans Présent :

"Le ministre de la Justice italien, Andrea Orlando, l’a déclaré officiellement le 3 août devant les parlementaires de la commission Schengen, avec l’assentiment du procureur national chargé de la lutte contre la mafia et le terrorisme : non seulement l’Etat islamique se finance par l’émigration illégale, mais c’est lui qui dirige en grande partie la projection des migrants depuis les côtes libyennes et égyptiennes et leur distribution sur notre continent. Le ministre n’a pas voulu donner de détails car une enquête est en cours sur l’organisation de ces filières. […]"

Lire la suite de l'article

« Je suis de droite, je ne veux pas que la gauche dirige le département »

Unknown-5Dans le Vaucluse, le maire de Pertuis, candidat dans le canton du même nom, ne compte pas suivre les consignes des bobos parisiens. Soutenu par l’UMP, arrivé en deuxième position au premier tour des élections départementales avec 28,59% des suffrages exprimés, le candidat annonce qu’il soutiendra lors du 3e tour (élection du président du département)« toute majorité qui pourrait empêcher les socialistes de gagner ». Il se dit prêt à

« soutenir tout candidat de droite qui pourrait faire battre la gauche à la présidence du département, même si ce candidat est Front national ».

Il précise qu’il a pris sa décision « dans l’intérêt général pour l’avenir du Vaucluse ». A la question du respect des consignes de vote, Roger Pellenc répond qu’il « ne fera rien pour aider les socialistes »

« je les combats au quotidien depuis que je suis élu, ils m’en font voir des toutes les couleurs, il n’est pas question que je les soutienne ». « Il faut être réaliste, je suis de droite, je ne veux pas que la gauche dirige le département. Les clivages politiques, les Français n’en veulent plus. Cela ne veut pas dire que je serai inféodé au FN, au contraire ! Mais s’il font du bon boulot, je les soutiendrai ».

Dans ce canton, le PS Jean-François Lovisolo est arrivé en tête (33, 05%) suivi de l'UMP Roger Pellenc (28, 52%) et du FN Frédéric Difraja (26,07%).

Commentaires (2)

"Je suis de droite" voilà un homme politique courageux avec une colonne vertébrale, Sarkozy

Lire la suite de l'article

Le triumvirat qui dirige l’UMP est trop éloigné des militants et des sympathisants

Quatre personnalités de l'UMP, refusant une droite centriste mais au contraire veulent "une droite qui assume son identité", lancent un appel pour "une révolution des valeurs", dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles. Rachida Dati, Laurent Wauquiez, Henri Guaino et Guillaume Peltier estiment qu'il y a "urgence à sauver la droite" et dénoncent "la démission idéologique de l'UMP".

"La droite de demain, l'UMP de demain, cela doit être à la fois 'des racines et des ailes'. Des racines, avec la fierté de notre identité, de notre culture (…) et, en même temps, des ailes, parce qu'il n'est pas question d'être enfermés sur nous-mêmes".

M. Wauquiez dénonce le "gloubi-boulga" dans lequel s'enfonce selon lui "toute une partie de la classe politique qui n'ose plus assumer et défendre ce que nous sommes".

"Nous refusons la voie portée par certains d'une fusion avec le MoDem et l'UDI avant même d'avoir réfléchi à nos idées. C'est une fuite en avant vers une sorte de radical-socialisme où nous achèverions de nous renier."

"Je regrette que le triumvirat qui dirige aujourd'hui l'UMP soit trop éloigné des militants et des sympathisants".

Lire la suite de l'article

Le Royaume-Uni se dirige vers une sortie de l’UE en 2017

Jocelyn Evans, spécialiste de la vie politique britannique, analyse la percée de l'Ukip, en tête avec 29% :

"Ce n’est même pas un parti eurosceptique, mais vraiment europhobe qui prône la suppression de l’UE, l’isolation du pays. De leur côté, travaillistes et conservateurs sont plutôt d’accord sur la question européenne. Il n’y a pas de débat là-dessus. Pour une partie de l’électorat, ils ignorent le problème.

L’impact est-il aussi grand en Angleterre qu’en France avec la percée du FN?

Il est même plus profond. L’essor de Ukip est plus rapide que le FN. En Angleterre, c’est plus frappant de voir un parti aussi jeune émerger si vite. Par contre, c’était attendu après les élections locales et les résultats de jeudi. […]

Que peut-on attendre du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE en 2017 désormais?

Avant, on envisageait un résultat serré, plutôt favorable à un maintien du pays dans l’Europe. Après la victoire de Ukip, on peut s’attendre à ce que cette marge soit réduite. On se dirige vers une sortie de l’Europe lors de ce référendum. […]

Pourquoi aucune alliance n’est possible avec le FN français?

D’abord, c’est une question stratégique. Nigel Farage ne veut pas s’allier avec un parti dans un groupe parlementaire. Il n’en a pas besoin. Deuxièmement, il sait que, pour les Anglais, l’image du FN est radicale, extrême. S’allier avec le FN n’est donc pas bon en termes d’image. […]"

Commentaires (5)

Nigel Farage est un financier et

Lire la suite de l'article

Qui dirige Présent ?

PDans le numéro du 5 mars de Présent, nous apprenions que les associés réunis en assemblée générale extraordinaire avaient nommé deux nouveaux gérants, Zita de Lussy et Jean-Pierre Blanchard, en remplacement de Jeanne Smits. Si Zita de Lussy est dans l’équipe de direction administrative de Présent depuis le début, Jean-Pierre Blanchard est un inconnu. Ce communiqué était signé de Raphaël Dubrule, autre inconnu, mais qui est président de PRESENT Militants. L’essentiel des parts de la SARL de gestion du quotidien est détenue par cette structure, appelée « Présent militants ».

Cette assemblée générale a mis en place d’un comité de pilotage de la rédaction, sous la responsabilité de Francis Bergeron, journaliste à Présent depuis l'origine. Dans le numéro du 8 mars, il écrit :

"Bien évidemment rien ne doit changer de ce qui fait l’ADN du journal, son inspiration chrétienne, son orientation politique dans le camp national, son engagement dans les combats sociétaux. Et sans jamais cacher son drapeau. Mais nous devons avant tout retrouver l’esprit de conquête qui a fait la réussite de ce journal."

Selon Yves Daoudal :

"L’un des principes fondateurs de Présent était qu’il s’agissait d’un journal appartenant à ceux qui le font, un journal appartenant à ses journalistes. Je découvre que ce n’est plus le cas. Je ne sais pas depuis combien de temps. Peut-être était-ce inéluctable, je n’en sais rien. On a vu le même phénomène avec Libération. Mais le fait est là : ce ne sont plus les journalistes qui dirigent. Le communiqué signé Raphaël Dubrule

Lire la suite de l'article