Archives par étiquette : débat

Débat télévisé : l’avortement est-il un crime ?

Il s'agit de la télévision belge, qui a organisé ce débat suite à la polémique provoquée par la défense de la loi naturelle par un professeur de philosophie au sein d'une université catholique. Mais un tel débat pourrait-il avoir lieu sur la télévision française ?

Parmi les invités, outre un représentant de l'épiscopat belge, la porte-parole de la Marche pour la vie. A voir ici.

Lire la suite de l'article

NKM ne veut pas rouvrir le débat sur le délit d’entrave à l’avortement

Nathalie Kosciusko-Morizet, chargée de la riposte républicaine du candidat Fillon, s’oppose à François Fillon sur le délit d’entrave à l’avortement, sur lequel elle ne souhaite pas revenir, alors que ce dernier a promis, dans Famille chrétienne, d'abroger cette loi contre laquelle il n'avait pas voté.

Lire la suite de l'article

Sortir de l’euro ? Le débat doit s’ouvrir

De François Billot de Lochner :

"La question de l’euro est devenue dogmatique : y rester est une saine évidence qui ne se discute pas, en sortir est une aberration traduisant une déficience mentale, voire des tendances fascisantes. Les élites politico-médiatiques ferment ainsi la porte à toute discussion sereine sur le sujet. À l’exception de Marine Le Pen, tous les leaders des grands partis politiques affichent leur détermination sans faille : l’euro est un acquis définitif. Et pourtant…

Si l’euro était la huitième merveille du monde, pourquoi tant de grands économistes, à peu près ignorés par le Système, démontrent-ils implacablement que la mise en place de l’euro fut une aberration économique, et que son maintien ne pourra durer ? Stiglitz, prix Nobel d’économie, économiste mondialement reconnu ; Sapir, grand économiste de gauche, unanimement respecté ; Gave, grand économiste de droite, non moins respecté ; Lauzun, économiste de renom, ex-Délégué général de l’Autorité des marchés financiers ; et tant d’autres…Ces économistes, qui savent de quoi ils parlent, sont formels : l’euro finira mal.

Si l’euro était la huitième merveille de la France, pourquoi la totalité des indicateurs économiques de notre pays se sont-ils effondrés à partir du début du siècle, date de sa mise en place ? La croissance, la dette publique, le budget de l’état, le chômage, le commerce extérieur, l’industrie, l’agriculture : tout s’est écroulé à une vitesse inédite. Les journalistes économiques, qui sont souvent à l’économie ce que Macron est à la culture, ne voient aucun rapport entre cette situation calamiteuse et l’euro. L’idéologie, sur ce sujet comme

Lire la suite de l'article

Mgr Di Falco organise un débat politique mais exclut le FN

Affiche-du-débat--566x800Le diocèse de Gap et d'Embrun organise un débat autour du texte du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France : Retrouver le sens du politique. Le représentant du FN 05, Patrick Deroin, aurait aimé y participer et a demandé cette possibilité à Mgr Di Falco qui lui a catégoriquement refusé cette possibilité :

"Dans sa réponse faite à Patrick Deroin, Mgr di Falco, actuellement au Bénin, indique qu’avec cette conférence : “Il ne s’agit pas d’un débat électoral, de représenter tel ou tel parti politique.” Pierre Bernard-Reymond et Joël Giraud, écrit-il, ont également été invités en raison de “leur amitié pour le diocèse de Gap et d’Embrun.” L’évêque conclut en précisant que tout le monde est invité à assister à cette conférence."

Il faut néanmoins préciser que les deux principaux invités, présentés comme des "amis du diocèse", sont Pierre Bernard-Reymond, membre de l'UDF puis UMP puis LR, ancien sénateur, député européen et maire de Gap, et Joël Giraud, membre du PRG (Parti Radical de Gauche), parti bien connu pour son intolérance religieuse, député et maire.

Un débat entre soi, c'est tellement plus confortable…

Ce débat se déroulera au Centre diocésain pape François à Gap, dans l’hémicycle Cardinal Coffy vendredi 17 février à 19h00.

Commentaires (5)

Confirmation du fait que les évêques travaillent à l'islamisation de la France. S'ils ne s'en rendent pas compte… chacun les qualifiera du mot qu'il veut.S'ils le font sciemment… idem.
Ils se f… de l'avenir du pays et du

Lire la suite de l'article

La « réinfosphère » : mythe ou réalité ? Débat entre Bruno Larebière et Jean-Yves Le Gallou

Après la parution du livre La Fachosphère, de David Doucet et Dominique Albertini, respectivement journalistes aux Inrocks et à Libération, Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polemia et Bruno Larebière, journaliste indépendant, débattent autour du terme de “réinfosphère”.

Si pour Jean-Yves Le Gallou, la réinformation est devenue un contre-pouvoir, Bruno Larebière considère que ce concept n’existe pas… et qu’il s’agit finalement que de journalisme d’opinion, sans investigation.

Lire la suite de l'article

Noël est-il halal ? Débat entre l’abbé de Tanoüarn et Tareq Oubrou

Les débats « Des Agoras Nouvelles » sont un espace de rencontres libres, d'échanges fraternels permettant à des personnes de bonne volonté de dialoguer avec intelligence. Au programme, la question de la place de la fête de Noël en France. Autant de questions auxquelles tenteront de répondre de nombreux invités dont : l'abbé G. de Tanoüarn et l'imam de Bordeaux Tareq Oubrou :

Lire la suite de l'article

Bernard Antony : « Le débat sur le remboursement illimité de l’IVG a été tranché…comme à la guillotine »

Lu sur le blog de Bernard Antony :

"Avec toute la charge de mépris dont elle est capable, Marine Le Pen ce dimanche a qualifié de « bisbilles lunaires » le débat sur le remboursement illimité de l’IVG. Elle a rappelé que cette question avait été « tranchée » – verbe qu’elle affectionne définitivement très jacobinement – au Front National depuis longtemps. Ainsi, sa nièce, Marion Maréchal Le Pen, ne s’était pas avisée de cela ! Donc, toute réflexion pour limiter ce qui demeurera, quelles qu’en soient les raisons, un choix tragique de suppression de vie, est-elle férocement prohibée au Front National : « tranchée », comme à la guillotine.

Pas question, définitivement, d’envisager quelque proposition que ce soit, comme celle de Marion, pour limiter le nombre d’actes de mort contraires au Serment d’Hippocrate, un des grands textes fondateurs de notre civilisation gréco-latine qui prohibait l’avortement avant même la christianisation. 

Mais il n’y a pas que Marine Le Pen à porter en cette question une grave responsabilité. Autant au moins que la sienne est celle des catholiques de son bureau politique qui ont souvent défilé dans les Marches pour la vie, quelquefois très proches de nous : à ce jour, tristement muets sur cette question. Demeureront-ils dans cette objective contradiction ? On aimerait au moins de leur part ne serait-ce que quelques mots de soutien à Marion : un élémentaire petit acte de non-soumission totale, inconditionnelle, au tabou idolâtrique de l’interruption volontaire de vie.

(…) Je découvre dans la presse de ce jour le stupéfiant propos

Lire la suite de l'article

Robert Ménard : « La comparaison du débat sur le mariage pour tous avec la culture du bonzaï, ça a laissé des traces »

Bien que largement surinterprétés et déformés par les médias, les propos de Robert Ménard à propos de François Fillon restent néanmoins intéressants pour comprendre ce que peuvent ressentir les électeurs de la droite hors les murs, qui se considèrent actuellement orphelins.

Marianne parle de la "tentation Fillon pour Robert Ménard" :

"Robert Ménard l’avoue, il est séduit par le discours de l’ancien Premier ministre. « Je suis d’accord avec presque 100% de ce que dit Fillon », a-t-il lâché à quelques interlocuteurs peu après le second tour de la primaire. Il est vrai que la ligne libérale-conservatrice du candidat adoubé par la droite recoupe en de nombreux points les opinions de Robert Ménard et, plus généralement, celle de la droite dite « hors les murs », qui se situe quelque part entre Les Républicains et le FN (…)

Robert Ménard, qui ne connaît pas personnellement François Fillon, juge qu’il « doit être quelqu’un de très bien ». Seul bémol, mais de taille : « Je ne crois pas une seconde qu’il fera ce qu’il dit », assène l’ancien patron de Reporters sans frontières, pas tendre sur le parcours du candidat de la droite : « Qu’a-t-il déjà fait dans sa carrière ? »

Il n’empêche, le maire de Béziers rêverait de voir Marine Le Pen s’éloigner de son discours « ni droite ni gauche » pour aller chercher les électeurs de droite déçus par Nicolas Sarkozy, mais rassurés par François Fillon. Robert Ménard a eu la présidente du FN au téléphone à deux reprises dans l’entre-deux-tours

Lire la suite de l'article