Archives par étiquette : comme

Législatives – Pierre Lareigne (PCD) : « En s’éloignant des valeurs comme la vie ou la famille, un fossé s’est creusé entre Les Républicains-UDI et le PCD »

Pierre Lareigne est candidat PCD dans la 1ère circonscription de Gironde. Il a accepté de répondre à nos questions.

1. Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 1ère circonscription de Gironde sous les couleurs du PCD. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

33-01-Pierre-Lareigne-A-OKDéjà fortement engagé dans le domaine associatif (manécanterie des petits chanteurs de Bordeaux, Association sportive des Coqs Rouges de Bordeaux, association des parents d’élèves d’un lycée de Bordeaux), il m’a paru évident de poursuivre ces engagements en politique. Il me semble essentiel de défendre les valeurs de la vie. C’est pourquoi, le respect de la dignité de la personne humaine est au cœur de mon projet, de sa conception à sa mort naturelle avec une attention particulière portée aux plus fragiles et aux plus démunis. Pour cela, il faut replacer l’être humain au centre de la société. Il est donc nécessaire que l’économie soit au service de la personne et non le contraire. Ardent défenseur de la famille, je me battrai pour revenir sur la politique familiale du dernier quinquennat, notamment la « loi Taubira ». Je refuserai évidemment la PMA et la GPA qui n’est autre que la marchandisation du corps, un esclavage moderne. N’oublions pas que la femme est source de vie et non un objet de procréation.

D’autre part, je suis extrêmement déçu de la façon dont la politique est menée actuellement. Pour moi, la politique est un service. La vérité doit y avoir toute sa place. Le candidat doit être au service

Lire la suite de l'article

En Marche lance ses candidats sans reproche,… s’il en reste, comme Alain Tourret

P1D3208393G_px_640_En novembre 2012, le député (PRG) Alain Tourret avait eu des propos méprisants envers le Cardinal Vingt-Trois lors d'une audition sur la loi Taubira :

"Je vois que, actuellement, vous lancez vos troupes, vous lancez vos Évêques, vous allez lancer vos catholiques… s'il en reste !"

Les courriels dévoilés par les Macron-leaks mettent en cause le député de Vire, Alain Tourret, candidat de La République en Marche aux législatives, et soutien de la première d’Emmanuel Macron. Il aurait ainsi utilisé son indemnité de frais de parlementaire à des fins personnelles : achat d’une télévision, places de cinéma, greenfees pour jouer au golf… Le site Médiapart aurait découvert 11 mois de relevés bancaires d’Alain Tourret. Des dépenses difficiles à justifier dans le cadre de son activité de parlementaire.

Lire la suite de l'article

Salon Najat Vallaud-Belkacem-Belkacem, la réforme de l’orthographe c’est comme le gender : ça n’existe pas

Au cours de l'émission "On n'est pas couché" (ONPC) du 20 mai 2017, l'ex-ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, interrogée sur la réforme de l'orthographe dans les nouveaux programmes, l'a assuré : "Je n'ai jamais mené de réforme de l'orthographe : c'est une fake news !" Nouvel enfumage :

"Bien sûr, le Ministère de l'Éducation nationale n'est pas l'auteur des rectifications orthographiques proposées par l'Académie française en 1990, rectifications qui ne sont, pour la plupart d'ailleurs, jamais entrées dans le mœurs depuis un quart de siècle : dans son autobiographie parue récemment, l'ex-ministre de l’Éducation nationale ne les applique pas elle-même !

Mais ce qui importe pour les élèves, c'est bien l'application soudaine de ces rectifications dans leur classe ou dans leurs manuels en 2016.

En 2008, sous un ministère de droite donc, les nouveaux programmes faisaient de l'orthographe révisée "la référence" en primaire et demandaient aux professeurs, pour l’enseignement de la langue française, d'en tenir compte (seulement). Mais, de fait, les programmes eux-mêmes ne respectaient pas les rectifications de 1990 : on y trouve 238 fois le mot "maître" (et apparentés) avec l'accent circonflexe qui devait pourtant disparaître ! Et, de fait encore, les éditeurs scolaires n'ont pas appliqué ces rectifications.

Mais en 2016 et pour la première fois, les rectifications orthographiques sont appliquées par les programmes eux-mêmes et la consigne devient la même en primaire et au collège ("L'enseignement de l'orthographe a pour référence les rectifications orthographiques publiées par le Journal officiel de la République

Lire la suite de l'article

Si Edouard Philippe gère la France comme il gère Le Havre…

Image-3En 2001, Edouard Philippe rejoint l’équipe municipale d’Antoine Rufenacht, alors maire du Havre, dont il devient l'adjoint en charge des affaires juridiques. Le 24 octobre 2010 , le conseil municipal l'élit maire du Havre après la démission d'Antoine Rufenacht.

Or, d'après les chiffres de l'INSEE, Le Havre (175 000 habitants) est une ville qui décroche en terme de niveau de vie. Entre 2010 et 2013, la ville est passé de la 24 258ème place à la 25 791ème place. Autrement dit, depuis l'élection de Edouard Philippe comme maire, cette ville a perdu 1 533 places en 3 ans dans le classement par ville en niveau de vie. Soit un décrochage de 500 places par an !

La ville du Have est également très mal notée dans l'Argus des communes :

Image-4

A l'assemblée, son bilan est également décevant (sans parler de son abstention sur la loi Taubira, déjà évoquée).

Lire la suite de l'article

Débat : Marine Le Pen a-t-elle voulu faire comme Donald Trump ?

A propos du débat présidentiel d'hier soir, David Desgouilles déclare au Figaro :

"Marine Le Pen a en effet raté complètement son débat, ce qui tranchait avec la bonne campagne de second tour entamée dès le lundi 24 avril. En fait, c'est davantage son comportement qui est en cause. Ces derniers mois, on avait pu constater que Marine Le Pen pouvait se montrer convaincante en matière économique devant des journalistes. Mais elle le faisait avec le ton adéquat. Ces sujets pointus nécessitent précisément du calme et de la pédagogie."

Unknown-15Mais d'adressait-elle aux journalistes, ou même, à son adversaire ? Il faut en effet prendre en compte le fait que bon nombre de Français ne comprennent rien en économie, sinon que la vie devient plus dure au quotidien, notamment au sein de ce que Christophe Guilluy appelle la France périphérique, et ces Français ne jugent pas un candidat sur l'équilibre du budget décrit dans le programme (et d'ailleurs ce n'est pas le sujet : on juge surtout sur la capacité d'un chef à prendre la bonne décision au bon moment).

Les médias, qu'ils soient français ou américains, fustigaient l'an passé les écarts de langage de Donald Trump face à Hillary Clinton, la candidate -là aussi- du système. Or, il s'agissait d'une véritable stratégie, gagnante aux Etats-Unis : Donald Trump n'a pas cherché à convaincre les businessmen de Wall Street, mais il a réussi à mobiliser des électeurs qui avaient voté pour le candidat d'extrême-gauche Bernie Sanders lors de la primaire démocrate perdue face à Clinton, ainsi que

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron s’affirme comme le candidat du lobby LGBT

Images-2Hier, lors de son meeting à Villepinte, Emmanuel Macron a déclaré :

"il y a en France plein de familles: il y a des couples de même sexe et des couples de sexe différent, il y a des filiations différentes, et il y a beaucoup d'amour".

Il a affirmé qu'il "défendrai(t) ce qui a été fait durant ce quinquennat", contrairement à Marine Le Pen qui promet d'abroger la loi Taubira. Mais cela ne semble pas choquer certains petits bourgeois qui ont manifesté en 2013 et qui préfèrent aujourd'hui défendre leurs ambitions politiciennes plutôt que leurs idées. Alors que le ralliement de LR à Emmanuel Macron signe la défaite prochaine des candidats LR aux législatives. Ces gens n'ont pas compris que, s'ils souhaitent avoir une chance d'empêcher Macron d'avoir une majorité à l'assemblée, il faut que ce dernier réaliser le score le plus bas dimanche prochain. Car de ce score dépend la dynamique des élections législatives.

Macron a poursuivi hier:

"Deux hommes qui s'aiment et ont des enfants, c'est aussi une famille, deux femmes qui s'aiment et ont des enfants, c'est aussi une famille et (…) leur reconnaître ce droit n'enlève rien à ceux et celles qui n'aiment pas cette idée. C'est leur droit enfin reconnu".

Il a aussi tenu à souligner qu'il n'était "pas favorable à la gestation pour autrui", alors même que figure dans son projet la reconnaissance des enfants nés par GPA à l'étranger, ce qui est singulièrement contradictoire.

Lire la suite de l'article

L’aveu de Roland Dumas : en 2002 comme en 2017, Le Pen n’est pas une menace !

Lire la suite de l'article

« Je ne me résous pas à un gouvernement avec comme Premier ministre, le frère maçon anti-crèches Baroin »

Tribune de Frédéric Pichon (SIEL) sur Boulevard Voltaire :

"Un vent de panique semble souffler chez les électeurs conservateurs, à quelques jours des élections présidentielles. Et comme par réflexe pavlovien, ils reprennent à leur compte ce petit missile culpabilisateur envoyé par Fillon il y a deux jours : voter Marine, c’est faire élire Macron.

L’argument semble faire mouche chez certains, au point que certains électeurs historiques du Front national en arrivent à s’approprier ce slogan.
 
C’est oublier que l’ancien Premier ministre avait déclaré, dans un entretien au Point le 19 février 2015, qu’en cas de duel FN-PS à la présidentielle, Fillon voterait PS sans hésiter, tout comme ses principaux ténors

On a beau leur expliquer que, face à Macron, Marine Le Pen fait un meilleur score que Fillon car l’électorat populaire ne votera jamais pour l’homme en loden, le petit notaire de province qui reversait à son épouse l’équivalent de trois fois le salaire moyen d’un Français et quatre fois celui d’un compatriote de la France périphérique. Rien n’y fait. 

Les voilà pris d’une panique de la même nature que celle qui les avait amenés à trahir Jean-Frédéric Poisson aux primaires.
 
L’avance de Marine Le Pen étant, pensent-ils, acquise, les voilà à jouer aux apprentis sorciers en s’érigeant faiseurs de rois pour souhaiter un second tour Marine-Fillon. Sauf qu’à ce petit jeu, l’écart de voix étant plus que réduit, Marine pourrait bien se retrouver éliminée dès le premier tour. Nous aurions donc un second tour Macron Fillon

Lire la suite de l'article

« Si c’est Fillon-Le Pen au 2ème tour, je ne ferai pas barrage au FN comme en 2002 »

Les temps changent :

Va"Luc a 42 ans, il travaille dans le marketing à Paris. Il a toujours voté à gauche lors des précédentes présidentielles (…), sauf en 2002, où il avait voté pour Jacques Chirac au second tour de la présidentielle de 2002, pour faire barrage à Jean-Marie Le Pen.

"J'ai une crainte: que François Fillon et Marine Le Pen s'affrontent au second tour de la présidentielle. Je crains que l'attaque terroriste (jeudi soir) sur les Champs-Elysées ne fasse émerger ce scénario que je redoute. Avec notamment des électeurs de droite, qui ne pensaient pas voter pour Fillon, et qui finalement, devant cette situation, se disent: 'je rentre au bercail'.

Dans ce cas, je ne participerai pas au front républicain, je m'abstiendrai."

Lire la suite de l'article

Comme la sédation jusqu’à la mort n’est pas « officiellement » de l’euthanasie, les soignants ne peuvent pas invoquer l’objection de conscience

Confrontée comme infirmière à la sédation terminale, paravent législatif de l’euthanasie, Odile Guinnepain a fondé « Nos mains ne tueront pas ».  Cette antenne d’écoute et de formation au sein de « Choisir la vie » est une réponse pour soutenir les soignants qui veulent soulager et non pas achever le malade. Elle explique dans L'Homme Nouveau :

"[…] La loi Claeys-Leonetti a provoqué le déclic. Cette loi « créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie » (dont il est intéressant de souligner qu'elle ne concerne pas que les malades en fin de vie !) propose, dans son article 3, la sédation jusqu’à la mort sous certaines conditions. Par expérience, je pressentais alors que cela aboutirait à de nombreuses euthanasies déguisées. Mais comme, justement, il ne s’agit pas « officiellement » d’euthanasie, les soignants ne peuvent invoquer l’objection de conscience. Ce sont ces deux réalités qui ont généré l'idée de dire « non » et de le manifester. […]

Au début de ma carrière, j’ai moi-même été témoins d'actes d'avortement et d’euthanasie, j'ai donc quitté le lieu où je travaillais. Aujourd’hui, j’ai la chance d’être responsable de l’organisation des soins palliatifs là où ou j’exerce. J’aide donc à développer des démarches palliatives dans le respect des personnes et nous n’avons pas à pratiquer de sédation terminale désordonnée car nous anticipons les problèmes, nous cherchons toujours à comprendre nos patients. J’ajoute que nous leur proposons le sacrement des malades qui les apaise d’une manière incroyable. En fait, comme le préconisent les soins palliatifs, nous avons

Lire la suite de l'article

Des Africains vendus comme esclaves en Libye

Les Africains qui tentent d'atteindre l'Europe sont vendus par des milices dans des marchés d'esclaves en Libye, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les migrants ayant des compétences comme la peinture ou le carrelage sont les plus chers.

La Libye est tombé dans le chaos depuis la chute de Kadhafi en 2011, provoquée par l'équipe Sarkozy-Fillon.

Des centaines de jeunes hommes africains subsahariens ont été vendus dans les marchés aux esclaves. Un migrant sénégalais a déclaré qu'il avait été vendu dans un marché dans la ville de Sabha, au sud de la Libye, avant d'être emmené dans une prison improvisée où résidaient plus de 100 migrants. Ils devaient appeler leurs familles pour qu'elles envoient de l'argent pour payer leur libération, et certains ont été battus au téléphone pour permettre aux proches de les entendre torturés.

Lire la suite de l'article

Partis politiques : Jean Lassalle ne peut plus supporter de mentir comme un arracheur de dents

Jean Lassalle a répondu aux question de Marie de l’Isle et Louis Lorphelin pour Présent. Extrait :

Capture d’écran 2017-04-04 à 19.49.06"[…] J’ai quitté le Modem, comme j’aurais quitté le PS ou LR si j’y avais été. Je ne peux plus supporter ce que nous étions obligés de faire, à savoir mentir comme un arracheur de dents en permanence. Aujourd’hui, je suis dans le mouvement Résistants ! créé de toutes pièces pendant la marche [ndlr : le tour de France du candidat en 2013] avec un groupe d’amis. Nous sommes aujourd’hui près de 15 000 adhérents. Parmi eux, beaucoup sont des abstentionnistes. Ils sont encore plus remontés que les électeurs du FN. Ils viennent de toutes les sensibilités, de l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par les centristes. Personnellement, j’ai parrainé Philippe Poutou. Je me sens candidat du peuple, par le peuple et pour le peuple. Celui-ci est supposé souverain : c’est donc lui qui décide. Et pour qu’il reprenne conscience de sa force, nous devons renouer avec la notion de citoyen. Or aujourd’hui, tout le monde en parle mais plus personne ne sait à quoi cela correspond. Lorsque j’ai voulu publier mon ouvrage Le Retour du citoyen (éd. Cherche Midi), mon éditeur m’a d’abord refusé le titre. Mais aujourd’hui il n’y a pas un mouvement qui ne commence par Marche ou par Citoyen. J’ai en quelque sorte influencé mes collègues candidats. Je crois donc être dans une démarche profondément républicaine et populaire. […]

Je suis favorable à une Europe des nations, telle que l’imaginait le général de Gaulle. Nous payons aujourd’hui trente années

Lire la suite de l'article