Archives par étiquette : comme

Il emploie ses filles à l’âge de 15 ans comme assistantes parlementaires

Il ne s'agit pas de François Fillon mais de Bruno Le Roux (patron des députés PS) :

"Le talent n'attend pas le nombre des années, a-t-on coutume de dire. Mais dans le cas des enfants de Bruno Le Roux, le talent est précoce. Quotidien révèle ce lundi 20 mars que l'actuel ministre de l'Intérieur a fait embaucher ses deux filles comme assistantes parlementaires alors qu'elles étaient mineures lorsqu'il était député de Seine-Saint-Denis.

Les 24 contrats des deux filles cumulés correspondent à une somme totale d'environ 55 000 euros. Comme disait Bruno Le Roux au sujet de l'affaire Fillon : "C'est une accusation grave".

Lire la suite de l'article

Tout se passe comme si les sociétés occidentales ne pouvaient pas penser le djihadisme en dehors du registre de la psychiatrie

Frédéric Pichon, géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient (à ne pas confondre avec l'avocat), déclare au Figaro :

S"[…] La Syrie, jadis relativement épargnée par l'extrémisme sunnite, est devenu un de ses sanctuaires, le niveau de vie s'est effondré et la corruption s'est généralisée. Les politiques et les intellectuels qui s'étaient beaucoup investi (surtout verbalement il faut le dire) dans un conflit qui «fonctionnait» très bien pour leur univers mental post historique et droits-de-l'hommiste ont vu toutes leurs prévisions déjouées, leurs actions entravées. Tout ça pour ça… C'est-à-dire devoir se résoudre à admettre que la Russie faisait peut-être partie de la solution, que le départ d'Assad n'était peut-être pas un préalable réaliste (même Emmanuel Macron, véritable machine à recycler les néoconservateurs français l'a reconnu) et qu'enfin entre deux maux il faut choisir le moindre… Tout cela aurait pu être évité. Voilà où nous en sommes aujourd'hui . A Palmyre, des dizaines de frappes américaines ont précédé la reprise du site par les forces spéciales russes, les Syriens et même le Hezbollah. En prévision de l'assaut sur Raqqa, les Marines sont en train de se coordonner avec les Russes, tandis que les Kurdes entraînés par le Pentagone ont fait leur jonction avec l'armée syrienne.

Vous écrivez que le conflit syrien interroge les pays européens, et notamment la France, sur leur politique intérieure. Quel rapport peut-il y a-t-il entre cette lointaine guerre et ce qui ses passe sur notre sol?

En bon lecteur de Philippe Muray, découvert à la fin des années 1990, je me

Lire la suite de l'article

Elections : Bernard Antony considère Marine Le Pen comme le moindre mal

Communiqué de Bernard Antony :

"La vie de chacun est souvent remplie d’occurrences où s’impose le choix d’un « moindre mal ».

Ainsi jadis, pour éviter à la dernière seconde un camion fou qui allait nous écraser, ai-je, par un réflexe salvateur, mis ma voiture dans le fossé. Non sans dégâts. C’était le choix de ce qu’en langage commun on appelle en effet le « moindre mal ».

Cela arrive fréquemment en politique, et quelquefois douloureusement. Ainsi notre grand ami, Jean-Baptiste Biaggi, grand héros de la guerre de 1940 et de la résistance, disait-il : « Il y a des moments de l’histoire où le plus difficile n’est pas de faire son devoir mais de savoir où est son devoir ».

Il évoquait là les dilemnes terribles qui avaient assailli bien des patriotes en 1940 dont beaucoup optèrent pour ce qu’ils ne jugèrent pas toujours comme la voie la meilleure mais, tout au moins, la moins mauvaise.

Le choix du moindre mal en politique nécessite évidemment au préalable de savoir où est le plus grand mal, où est le pire pour notre pays, pour nos valeurs, pour les nôtres.

Ce que j’ai développé dans mon livre « Réflexions sur le monde actuel » m’amène à considérer deux très grandes menaces.

Le premier « pire ».

La plus facilement et immédiatement discernable est la menace de l’islam, théocratie totalitaire et même en quelque sorte quintessence du totalitarisme, tant, dès la création du concept de l’oumma par Mahomet, l’islam a réalisé une société où tous les domaines de la vie s’enchevêtrent.

Lire la suite de l'article

A Mossoul comme à Alep, la guerre fait des dégâts. Mais là, pas de bruit médiatique

Alors que les forces de la Coalition internationale s'attaque à l'Ouest de la ville de Mossoul, Frédéric Pichon note dans Le Figaro que le discours humanitaire en vigueur pour Alep se fait plus discret en Irak :

"[…]  La dissimulation des centres opérationnels ou de commandement dans le tissu urbain ne peut que donner les «dommages collatéraux» inévitables à ce type d'opération, mais qui sont devenus le principal problème des guerres modernes à l'heure de la société de l'information. Ajoutons que l'usage massif et très poussé de la communication informationnelle, à base d'intoxication ou d'images chocs, est une partition dont sait jouer à merveille l'organisation terroriste.

Mais bizarrement, personne n'a l'air de s'étonner ni de s'émouvoir que les frappes de la Coalition (essentiellement américaines) aient pu viser un hôpital dans la partie ouest de Mossoul le 18 février dernier: les djihadistes font état d'un bilan de 18 morts, principalement femmes et des enfants tandis que le Pentagone (et les médias occidentaux) parlent d'une «cible militaire importante», cet hôpital étant camouflé en centre de commandement. La dépêche Reuters précise même: «Les djihadistes se sont retranchés parmi les civils dans la partie occidentale de la ville, stockant des armes dans des hôpitaux, des écoles, des mosquées et des églises pour se protéger». Jamais personne n'avait osé admettre cela quand il s'est agi de la reprise des quartiers Est d'Alep en décembre dernier, où la même stratégie était pourtant à l'oeuvre.

Lire la suite de l'article

François Fillon considère la colonisation comme une abomination

Il va falloir qu'un jour les représentants de la droite dite "républicaine" arrêtent de dire tout et son contraire au gré du vent. Peut-être est-ce la rencontre avec Nicolas Sarkozy qui entraîne François Fillon vers cet effet girouette, qui devient insupportable lorsqu'il s'agit de repentance et d'histoire de France.

C'est le Lab politique d'Europe 1 qui révèle les incohérences de François Fillon à propos de son positionnement sur la colonisation. Condamner les propos "indignes" d'Emmanuel Macron est la moindre des choses lorsqu'on se dit de droite. Mais cela devient odieux lorsqu'on parle soi-même de "barbarie" et "d'abomination" à propos de cette même colonisation :

"En meeting à Compiègne mercredi, l'ancien Premier ministre a flingué celui qui le devance désormais dans les sondages (…) Le candidat LR a notamment déclaré :

"Cette détestation de notre histoire, cette repentance permanente est indigne d'un candidat à la présidence de la République"

(…) En novembre 2016, tout en critiquant la colonisation, l'ex-ministre de l'Économie reconnaissait que des "éléments de civilisation" l'avaient accompagnée. Il disait au Point :

"Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l’émergence d’un État, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie."

Pour autant, le candidat LR n'est lui-même pas exempt

Lire la suite de l'article

L’Espérance, une école qui pense comme vous !

EnteteEn marge du marasme éducatif dans lequel s'enfonce imperceptiblement notre pays, il existe des îlots de paix et de vérité où nos enfants trouvent ce qu'il leur faut : une instruction de qualité, un environnement catholique et fier de notre pays, une vraie camaraderie immergé dans une vie de foi épanouie. Au cœur de la Vendée, L'Espérance est une de ces écoles avec ses spécificités qui la placent parmi les meilleurs choix pour des parents soucieux du bien de leurs enfants. Il reste des places, alors, profitez-en sans plus attendre!

"L'Espérance est une école sous contrat. 150 élèves se répartissent du CP jusqu'à la Terminale. Notre école se veut en continuité avec l'éducation des parents. Les enfants ont besoin de cohérence : même discours à la maison, à l'école et dans les loisirs. Notre internat a plusieurs qualités : 
  • Une organisation différente proposée aux parents pour l'épanouissement de leurs enfants : des études surveillées, beaucoup de sport, de bons camarades, une ambiance propice au travail, des vertus de vie commune, des règles de vie strictes.
  • Un cadre de vie à la campagne, loin de l'agitation urbaine, du bruit, du tout numérique. La simplicité dans le matériel et dans les locaux fait partie de notre pédagogie. 
  • Une aumônerie catholique composée de trois prêtres à demeure toute la semaine. La messe est proposée tous les jours tout comme des rencontres personnelles avec l'aumônier. La pratique du chant choral est également possible sous forme d'ateliers durant la journée. 
L'Espérance a 50 ans d'existence

Lire la suite de l'article

Don d’organes : en médecine, consentir ne se résume pas à un « c’est comme vous voulez docteur », ou à un silence

Images-5À partir du 1er janvier 2017, chaque Français devient donneur d'organe et de tissus par défaut et dans le même temps, les personnes qui y sont opposées pourront le faire connaître plus facilement. Jusqu'à présent, la loi reposait sur le principe du consentement présumé. Pour exprimer son refus, il fallait s'inscrire sur le registre national des refus, en renvoyant un formulaire et la copie d'une pièce d'identité par voie postale. Seulement 150 000 personnes en avaient fait la démarche. Avec la nouvelle législation, chaque Français devient donneur par défaut. Dorénavant, il faut clairement exprimer son refus de son vivant si vous ne souhaitez pas être donneur. Vous pouvez vous inscrire en ligne sur le registre des refus, mais aussi exprimer cette volonté par un écrit confié à un proche, ou même de vive-voix. Attention, dans ce dernier cas, la famille doit retranscrire par écrit la conversation.

Le don d'organe doit être vraiment libre pour être réellement un don et, pour un prélèvement post-mortem, il est nécessaire d'être bien certain de la mort du patient, ce qui nous ramène au fameux débat sur la définition de la mort (voir cet entretien sur la mort cérébrale et le don d'organes). Sans parler des autres abus, comme le prélèvement d'organes après une euthanasie, comme aux Pays-Bas.

Pour l'Eglise catholique, le don d'organe est moralement acceptable à certaines conditions. Le Compendium du catéchisme indique :

"476. Le prélèvement d’organes est moralement acceptable avec le consentement du donneur et sans risques excessifs pour lui. Pour que soit

Lire la suite de l'article

Considérer l’existence du monstre « Sécu » comme un acquis intangible est suicidaire

Extrait de la chronique de Guillaume de Thieulloy dans les 4 Vérités :

"[…] la semaine dernière, j'ai trouvé assez inquiétante l'évolution de la campagne de François Fillon. Le candidat LR s'est fendu d'une tribune dans le « Figaro » pour dire qu'il n'était pas question, dans son programme, de privatiser la Sécurité sociale. Pourtant, il est urgent d'en finir avec les sacro-saints «acquis sociaux » et le « programme du Conseil national de la Résistance ». Bien que je sois un anti-communiste primaire, je veux bien, à la rigueur, considérer que le CNR a eu raison de présenter et d'appliquer ce programme, qui nous a – au moins partiellement – évité une guerre civile prévisible en 1944. Mais il ne faudrait pas oublier qu'il existait des mutuelles avant 1944 et que le gouvernement provisoire, sous l' influence des communistes, a spolié ces mutuelles pour constituer un monstre collectiviste – qui ruine la France et qui sert de pompe aspirante à l'immigration. Considérer l'existence de ce monstre comme un acquis intangible est suicidaire.

Lire la suite de l'article

François Fillon aurait du prendre Manuel Valls plutôt que Benoist Apparu comme porte-parole

L'un est plus à droite que l'autre :

Image-4

Image-3

En 2012, Patrick Buisson mettait en garde Nicolas Sarkozy sur sa porte-parole NKM : "chacune de ses sorties nous coûte 50 000 voix". Benoist Apparu sera la NKM de François Fillon.

Lire la suite de l'article

Incapable de gérer le duo infernal, Marine Le Pen apparaît de moins en moins comme une patronne

Extrait de l'analyse de David Desgouilles pour Causeur :

"La victoire de François Fillon a eu d’autres effets que de mettre à la retraite Nicolas Sarkozy et Alain Juppé et de précipiter le renoncement de François Hollande. Elle a aussi provoqué des effets collatéraux au Front national (…) Le conflit est désormais ouvert et on peut d’ores et déjà constater que personne n’y met du sien, bien au contraire, parmi les trois protagonistes, la députée Marion Maréchal Le Pen, le stratège Florian Philippot et la patronne Marine Le Pen (…)

Quel intérêt d’être discourtois et d’inventer un « isolement » de Marion Maréchal Le Pen, sur un sujet qu’il dit considérer comme secondaire par rapport aux enjeux économiques et sociaux ? Quel intérêt surtout alors qu’il sait que Marine Le Pen imposera ses vues sur cette question comme sur les autres ? Du point de vue de la candidate, il est même plutôt souhaitable que d’autres voix s’expriment afin de démontrer sa capacité de rassemblement. J’irai plus loin. L’intérêt de Philippot est même de chouchouter Maréchal Le Pen afin de la retenir et avec eux les électeurs traditionalistes du FN. Chercher à l’humilier, à la traiter moins que rien alors qu’elle lui a mis la pâtée lors du dernier congrès, confine à la sottise. De fait, la députée du Vaucluse a eu beau jeu de reprendre la main, dans le JDD et de déplorer à juste titre toutes ces mauvaises manières, tout en regrettant que la ligne du FN « se fasse

Lire la suite de l'article