Archives par étiquette : Bernard

Bernard Accoyer (LR) veut exclure une candidate PCD qui n’est pas adhérente du parti LR

Blandine Krysmann, conseillère municipale à Nantes, se présente à l'élection législative dans la 1ère circonscription (Nantes, Orvault, Sautron), ce qui lui vaut ce courrier de Bernard Accoyer :

18423881_10207392387368035_5104863620890452928_n

Elle écrit sur Facebook :

"J'ai reçu ce jour une lettre A/R de Bernard Accoyer concernant une procédure disciplinaire suite à ma candidature aux législatives. Le candidat LR de ma circonscription m'avait effectivement dit qu'il la demanderait. N'étant plus adhérente l'exclusion va être difficile!

Sur le fond, il n'y a pas eu de volonté nationale des LR de rassembler à droite pour les législatives puisqu'il n'y a pas eu d'accord avec le PCD, parti indépendant, qu'on ne me parle donc pas de "division". N'ayant jamais porté l'étiquette LR je n'entretiens pas la confusion.

Je suis candidate aux législatives (élections à 2 tours) pour porter des propositions et donner le choix aux électeurs. C'est un exercice démocratique et je suis fière d'y contribuer!!!"

Bernard Accoyer est amusant : s'il y en a qui entretiennent la confusion auprès des électeurs, ce sont bien les LR, qui ont appelé à voter Emmanuel Macron ou qui se renient sur la loi Taubira. Néanmoins, il serait intéressant de savoir si les LR qui font des appels du pied à Emmanuel Macron ont également reçu ce courrier…

Lire la suite de l'article

Manuel Valls, Jean-Pierre Raffarin, Christian Estrosi, Ségolène Royal, Bernard Kouchner en meeting commun

Quelle belle affiche républicaine avec également Bernard-Henri Lévy, Dominique Sopo, Pierre Moscovici, Yann Moix, Audrey Pulvar… On se demande ce que font Alain Juppé et NKM ?

Image1

Lire la suite de l'article

Guillaume Bernard s’interroge sur l’efficacité réelle du vote utile qui est plutôt un vote panique

Commentaires (4)

L'attentat de hier nous montre encore une fois qu'il est primordial de sortir de l'Union Européenne et de l'Otan.

Faut-il rappeler que c'est aux ordres de Washington que des militaires français ont été "foutre le bordel" en Libye et en Syrie. Pourquoi en Syrie ? Pour punir Assad de ne pas avoir choisi le plan pipeline du Qatar et de l'Arabie saoudite. Mitterrand avant de mourir ne disait-il pas que les USA voulaient un pouvoir sans partage sur le monde ?

Alors ici le vote utile ne serait-il pas le frexit ?

Rédigé par : Yann | 21 avr 2017 09:46:52
____________________________________

Effectivement voter Fillion si en fait on préfère Marine, ce n'est pas très cohérent. Mais par contre on peut se poser la question pour les petits candidats, ceux qui sont donnés à moins de 10%, Asselineau, Dupont Aignan et autre. Leur total pèse 5 points. Cela fait 5 points qui risquent de manquer aux candidats de droite. Cela serait bête d'être obligé de choisir entre Mélanchon et Macron. Car personne n'est assuré d'aller au second tour.

Rédigé par : Frégate | 21 avr 2017 13:18:09
____________________________________

Le vote utile se base sur les sondages. Mais voilà, comme l'explique très bien Philippe de Villiers et Etienne Chouard, il y a un problème. Qui payent pour les sondages sinon les partis politiques aux caisses pleines.
https://www.youtube.com/watch?v=XNSPEAKD6K8

Lors de ces élections, 4 instituts de sondage ont même été jusqu'à sonder les gens sans utiliser la liste de tous les

Lire la suite de l'article

Bernard Antony votera Marine Le Pen mais pointe les erreurs du FN

Bernard Antony communique :

Maxresdefault"Je pense, et je m’en réjouis, que Marine Le Pen sera ce dimanche soir qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle où, comme je l’ai écrit depuis longtemps, je voterai pour elle, même si, en raison des aspects décevants de son programme sur le respect de la vie innocente et sur sa ligne encore trop étatiste, ce ne sera que le choix du « moindre mal ».

Je ne me hasarde pas à pronostiquer qui, de Macron, Mélenchon ou Fillon sera son adversaire. Mais j’ai écrit suffisamment (…) combien je considère que Macron ou Mélenchon seraient les élus du pire. Que ce soit Macron ou Mélenchon qui devrait être présent et élu au second tour, ce serait évidemment le choix du pire par l’électorat. Si c’est Fillon qui, finalement, était désigné au premier tour et pourrait alors l’emporter au second, ce serait en quelque sorte l’élu du « moindre pire ». « Du moindre pire », car je n’attends rien de bon de son entourage plus maçonnique et plus gauchi que celui de Marine Le Pen.

Je sais bien que Fillon a reçu aussi l’appui de « Sens Commun ». Mais c’est un véritable gag de la désinformation médiatique que d’être arrivé à positionner Sens commun comme si c’était une ligue d’extrême-droite ! Il faut aussi toute l’ignominie d’un François Bayrou pour avoir émis une aussi abominable ineptie. Car Sens Commun n’a même pas la position de remise en cause de la loi Veil qu’implique une adhésion aux commandements du Décalogue,

Lire la suite de l'article

Bernard Lugan : «100 millions d’Africains veulent arriver en Europe»

En perdition depuis l’intervention de l’OTAN, la Libye pourrait retrouver son unité et cesser d'être le point de passage obligé des réfugiés en partance pour l'Europe, avec un retour à la realpolitik, selon le spécialiste de l’Afrique Bernard Lugan.

Lire la suite de l'article

7 avril : séance dédicace de Guillaume Bernard à Angers

Le 7 avril, à l'occasion de la prochaine conférence du Cercle Anjou Conférences, à 20h30 salle du Doyenné (56 boulevard du Doyenné à ANGERS), Guillaume Bernard viendra dédicacer son livre. Guillaume Bernard est politologue, maître de conférences à l’Institut catholique d’études supérieures (ICES-La Roche-sur-Yon), Guillaume Bernard est auteur de LA Guerre à Droite aura bien lieu, Le mouvement dextrogyre (Desclée de Brouwer, 2016) coauteur d’un Dictionnaire de la politique et de l’administration (PUF, 2011) et d’un essai sur les Forces politiques françaises (PUF, 2007).

Raw-2

Lire la suite de l'article

Elections : Bernard Antony considère Marine Le Pen comme le moindre mal

Communiqué de Bernard Antony :

"La vie de chacun est souvent remplie d’occurrences où s’impose le choix d’un « moindre mal ».

Ainsi jadis, pour éviter à la dernière seconde un camion fou qui allait nous écraser, ai-je, par un réflexe salvateur, mis ma voiture dans le fossé. Non sans dégâts. C’était le choix de ce qu’en langage commun on appelle en effet le « moindre mal ».

Cela arrive fréquemment en politique, et quelquefois douloureusement. Ainsi notre grand ami, Jean-Baptiste Biaggi, grand héros de la guerre de 1940 et de la résistance, disait-il : « Il y a des moments de l’histoire où le plus difficile n’est pas de faire son devoir mais de savoir où est son devoir ».

Il évoquait là les dilemnes terribles qui avaient assailli bien des patriotes en 1940 dont beaucoup optèrent pour ce qu’ils ne jugèrent pas toujours comme la voie la meilleure mais, tout au moins, la moins mauvaise.

Le choix du moindre mal en politique nécessite évidemment au préalable de savoir où est le plus grand mal, où est le pire pour notre pays, pour nos valeurs, pour les nôtres.

Ce que j’ai développé dans mon livre « Réflexions sur le monde actuel » m’amène à considérer deux très grandes menaces.

Le premier « pire ».

La plus facilement et immédiatement discernable est la menace de l’islam, théocratie totalitaire et même en quelque sorte quintessence du totalitarisme, tant, dès la création du concept de l’oumma par Mahomet, l’islam a réalisé une société où tous les domaines de la vie s’enchevêtrent.

Lire la suite de l'article